AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

lot to talk (apogile).

i'm in love with you guys
avatar
i'm in love with you guys
messages : 1785 points : 0
pseudo : bloodstream/marion.
avatar : vinnie woolston.
crédits : hedgekey, tumblr.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 8 Juin - 20:21
t’es bloqué devant le portail depuis maintenant une bonne dizaine de minutes et t’arrives pas à te décidé à y aller ou pas. tu sais que c’est pas une bonne idée et que ta mère t’enverra chier avant même de te laisser entrer chez elle, mais tu veux essayer de recoller les morceaux. ça servira à rien, tu le sais. tu vas te faire du mal encore une fois. mais t’as besoin de ta mère autant que t’as besoin de respirer. t’es peut-être un grand garçon. cependant, de temps en temps, tu voudrais redevenir ce gamin insouciant que tu étais qui avait sa mère en soutien. là, tu n’es rien de plus qu’un homme qui a grandi trop vite sans aucun soutien de ta famille. tu sais que si elle avait été là, tu ne serais pas devenu l’homme que tu es actuellement. t’aurais même pu lui demander des conseils par rapport à la grossesse de mona. t’aurais été moins perdu avec elle à tes côtés. sauf que t’as été seul pour cette épreuve, et tu l’es toujours. tu fais les cent pas devant le portail sans arriver à prendre ton courage à deux mains pour entrer. tu sais que tu es visible depuis la maison, mais tu ne sais pas si quelqu’un est là ou pas. tu pousses un soupir et tu ouvres finalement le portail. allez, t’es un mec et un thomas. t’as plus qu’à porter tes couilles. tu montes les marches pour venir sonner à la porte une première fois. cinq secondes passent sans aucune réponse. tu sonnes une nouvelle fois et encore une fois, c’est le silence qui te répond. tu sonnes et frappes en même pour n’obtenir aucune réponse. pourtant ils sont là, la voiture est garée devant le garage. tu pousses un autre soupir en constatant qu’ils t’ont vu mais que personne ne veut t’ouvrir. « très bien, j’ai compris. » tu murmures avant de te retourner pour sortir de chez ta mère. t’auras essayé au moins. alors que tu fermes le portail, une voix que tu reconnaitrais parmi d’autres te parvient, celle de apolline. t’avais oublié que ses parents sont encore les voisins de ta mère. tu attends donc qu’elle sorte pour la saluer. « salut la moche ! » toujours le mot pour faire plaisir mais là, t’as besoin de ça. t’essaies de cacher que tu ne vas pas bien après avoir été rejeté encore une fois par ta famille. « comment tu vas depuis le temps ? » demandes-tu avec un sourire faux, sur les lèvres.

météo : ensoleillé, temps parfait.

_________________

Dans la vie, il y a parfois des gens sortis de nulle part qui marquent à jamais votre existence. Le destin les place sur votre chemin et, comme par magie, ils influencent votre comportement parfois au point de changer votre façon d'être. Ils tissent sur vous une toile qui vous retient prisonnier de leur essence, quelle qu'elle soit. — Francisco de Paula Fernández.
Revenir en haut Aller en bas
i'm in love with you guys
avatar
i'm in love with you guys
messages : 1331 points : 5
pseudo : cécé
avatar : amelia zadro
crédits : Elenwë
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 14 Juin - 16:54
t'as perdu l’habitude de venir la voir souvent. t’arrives plus vraiment à la voir, parce que t’es devenue son portrait craché et t’arrives plus à t’en sortir. alors à chaque fois que tu viens la voir t’as l’impression de te voir toi plus tard et ça fait mal. mais tu t’en veux, de ne pas la soutenir plus. tu sais que sa vie n’est pas simple non plus. tu sais maintenant à quel point c’est simple de sombrer dans l’alcoolémie. et pourtant elle n’est pas au courant de tout, elle ne sait même pas que ton père mène une deuxième vie. tu te demandes encore s’il passe de temps en temps et comment elle peut se douter de rien. peut-être que l’alcool a attaqué son cerveau au passage. alors aujourd’hui t’as décidé de prendre ton courage et de venir la voir, juste un petit peu, histoire qu’elle se sente moins seule quelques instants. ton coeur qui se serre quand tu l’as vois déjà alcoolisée à quinze heures de l’après-midi. tu lui parles un peu, t’expliques que bientôt t’as fini tes études. elle ne montre pas beaucoup d’entrain et t’as l’impression de parler seule. t’aimerais lui crier de se réveiller et que ses mauvais gènes t’ont entraîné dans de mauvais vice. lui crier que sa fille et entrain de devenir comme elle et t’imagines que toute mère ne voudrait pas de ça. tu finis par en avoir un peu marre, trop mal au coeur de voir tout ça. alors t’es prête à la quitter, à la laisser à nouveau seule. t’as peur d’arriver un jour et de la découvrir morte sur le seule après une chute ou tu ne sais quoi. mais tu ne peux plus vivre en la surveillant chaque jours comme tu le faisais quand tu n’étais qu’une adolescente. tu sors et tu ne t’attends pas à le voir là. virgile. il te parle comme à son habitude, mais t’as du mal à rire, pas après tout ce que tu viens de vivre. alors tu souris faiblement et tu vois dans ses yeux qu’il y a quelque chose de nouveaux. c’est indescriptible, mais c’est là au creux de son oeil on fait aller tu soupires doucement. t’arrives pas à cacher ton désespoir, il tombe au mauvais moment je suis désolée qu’on ce soit pas vu, depuis la dernière fois…ça fait un moment maintenant t’as pas eu l’humeur qu’il fallait pour. mais il n’est pas venu non plus, alors t’imagines que c’est peut-être pas si grave.

_________________

( for a minute there, i lost myself )
Revenir en haut Aller en bas
i'm in love with you guys
avatar
i'm in love with you guys
messages : 1785 points : 0
pseudo : bloodstream/marion.
avatar : vinnie woolston.
crédits : hedgekey, tumblr.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 29 Juin - 15:47
venir ici était une erreur. tu t’en rends compte au moment où tu fais demi-tour. venir voir ta mère ne t’apportera rien. t’as fait sans elle pendant près de six ans, tu peux continuer. pourtant, au fond de toi, t’avais quand même envie de lui parler de tes problèmes, de ce que tu deviens et surtout de ton avenir. parce que t’as beau te creuser les méninges, tu ne vois rien sur la route qui mène à demain. c’est juste un désert sans rien d’autre que du sable à perte de vue. t’as aucun projet, aucun boulot, aucune idée de ce que tu vas faire. t’aurais aimé entendre les conseils que seule une mère peut donner à son enfant. cependant, tu n’as même pas pu parce qu’elle n’a pas ouvert la porte. elle est là, tu le sais, la voiture est garée devant le garage et t’as entendu du bruit dans la maison. t’as compris qu’elle ne voulait plus te voir, ni même te parler. tu pousses un soupir en sortant de devant chez elle et tu tombes nez à nez avec apolline. tu souris. au moins une personne qui voudra bien te parler. tu t’approches alors d’elle et tu lui parles comme à l’accoutumée parce que t’as besoin de ça pour te remonter le moral. sauf que contrairement à d’habitude, elle ne te répond pas. c’est comme si elle était amorphe. tu soupires avec elle quand elle te dit qu’elle fait aller. tu comprends ce qu’elle ressent même si tu ne sais pas ce qu’elle vit. elle s’excuse du temps que vous avez mis pour vous revoir et tu hausses les épaules. tu lui en veux pas. vous avez tous les deux vos vies. c’est normal que vous ne puissiez pas voir voir tous les jours comme lorsque vous étiez voisins. « t’en fais pas. on est tous les deux occupés avec nos vies. » tu lui souris légèrement avant de porter ton regard sur sa maison. « toi aussi t’es passé voir ta mère ? » que tu demandes, ton sourire s’effaçant de ton visage. si toi t’as pas eu l’occasion de la voir parce qu’elle t’a refusé l’accès à ton ancienne maison, t’es persuadé que apolline a pu voir la sienne. est-ce que ça s’est bien passé ? est-ce qu’elles ont gardé contact même après que apo soit partie de chez elle ? qu’est-ce que ça fait de toujours parler à sa mère ? plein de questions que tu voudrais lui poser, mais que tu tais parce que tu ne veux pas vraiment de réponses. tu ne veux pas souffrir plus que maintenant.

_________________

Dans la vie, il y a parfois des gens sortis de nulle part qui marquent à jamais votre existence. Le destin les place sur votre chemin et, comme par magie, ils influencent votre comportement parfois au point de changer votre façon d'être. Ils tissent sur vous une toile qui vous retient prisonnier de leur essence, quelle qu'elle soit. — Francisco de Paula Fernández.
Revenir en haut Aller en bas
i'm in love with you guys
avatar
i'm in love with you guys
messages : 1331 points : 5
pseudo : cécé
avatar : amelia zadro
crédits : Elenwë
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 5 Juil - 19:23
tu ressors jamais avec le sourire de ta maison familiale. t’as toujours peur de la laisser là toute seule. tu ne sais même pas si ton père passe encore. t’as peur de revenir à chaque fois, peur de trouver un corps sans vie. tu sors sans aucun espoir de cette maison. tu sais que tu ne la changeras, c’est plutôt elle qui te change. cette vie qui te mène vers le fond comme elle. tu sombres petit à petit, comme quoi les mauvais gênes se transmettent aussi. mais c’est virgile que tu vois finalement ou c’est plutôt lui qui te vois. toi t’es perdue ailleurs, encore à l’intérieur entrain de penser à pourquoi ta vie ressemble à ça aujourd’hui ? pourquoi ils ont décidés de te mettre tant de bâtons dans les roues ?  mais t’essayes de faire face à ça pour ne pas avoir l’air trop dépité devant virgile. pourtant t’y arrives pas vraiment, t’arrives même pas à mentir pour dire que tout va bien. mais ça se lit sur ton visage alors à quoi bon. t’as l’impression que virgile ça fait une éternité que tu l’as pas vu. ça remonte à sa sortie de prison, c’est bien trop loin et depuis tu ne sais pas à quoi ressemble sa vie. t’en fais pas. on est tous les deux occupés avec nos vies. oui mais t’aurais sûrement pu trouver quand même du temps pour lui. t’es sûre qu’au final ça aurait pu te faire du bien, comme parler avec lui maintenant pourra te faire du bien oui mais maintenant je suis en vacances, alors j’aurais plus de temps. enfin si je vais pas aux rattrapages… tu croises les doigts pour que ce ne soit pas le cas. t’as tout donné, mais on ne sait jamais ce qui peut arriver. t’es pas bien sûre de tes réponses et c’est le reste de ta vie qui se joue sur ses épreuves. c’est avec ces résultats que tu sauras si tu pourras commencer à travailler ou pas. toi aussi t’es passé voir ta mère ? tu regardes en direction de ta maison, un mince soupire. tu passes souvent, juste parce que sinon tu culpabiliserais tu le sais. tu la laisses déjà seule ici, alors que t’as quitté la maison. tu ne peux pas en plus ne pas lui rendre visite oui, c’est pas la grande forme… la tienne ? virgile il sait pour ta mère. après tout vous avez été voisin pendant un long moment, alors forcément il y a certaine chose qui se remarque. t’as grandit trop vite, t’as du faire les tâches ménagères. t’as acheté les premières bouteilles d’alcool pour ta mère, alors même que t’avais pas l’âge. mais t’as l’espoir que de son côté ça aille mieux on marche ? tu ne lui as pas laissé le temps de répondre. mais t’as pas envie de rester juste là devant cette maison.

_________________

( for a minute there, i lost myself )
Revenir en haut Aller en bas
i'm in love with you guys
avatar
i'm in love with you guys
messages : 1785 points : 0
pseudo : bloodstream/marion.
avatar : vinnie woolston.
crédits : hedgekey, tumblr.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 14 Aoû - 1:03
t’es content de voir apolline après avoir été refusé à l’intérieur de ton ancienne maison. ça te redonne le sourire instantanément et ce même si elle ne semble pas être dans son assiette. tu peux comprendre avec tout ce qui se passe chez elle. t’espères que sa mère va bien et qu’elle n’était pas trop un déchet quand elle y est allée. vous prenez des nouvelles de chacun et tu poses sur elle un regard tendre. « t’en fais pas. je t’en veux pas. t’es pas obligée de passer ta vie avec un vieux comme moi. t’as sûrement mieux à faire. et crois en tes capacités, tu n’iras pas aux rattrapages. » enfin, tu dis ça, mais tu sais même pas si elle est douée ou non à l’école. c’est pas grave, au moins, tu crois quand même en elle, et c’est le principal. tu fais un signe de tête en direction de sa maison et tu lui demandes si elle est passée voir sa mère elle aussi, insinuant que tu as fait la même chose. t’apprends qu’elle n’a pas la grande forme et tu pousses un soupir. pour avoir été le voisin de apolline pendant des années, tu sais ce qui se passait chez elle. t’as vu les bouteilles s’entasser dans les poubelles, ou même apo revenir avec de l’alcool alors qu’elle n’avait pas l’âge de boire. du coup, tu te doutes que même des années après, ça n’a pas changé du tout. elle te retourne la question et tu lui adresses un sourire contrit. elle aussi, elle connait la situation chez toi. « j’espère bien… mais je sais pas. j’ai pas eu le droit de rentrer, alors qu’elle est clairement là. » tu dis ça sur le ton de la plaisanterie, mais ça te fait mal, bien plus que tu ne le montres. parce que même si t’as bientôt la trentaine, t’as quand même besoin de ta mère, de ses conseils et tu ne peux pas, parce qu’elle ne te parle plus. il en va de même pour ton père… mais lui t’as pas encore essayé d’aller lui reparler. apolline te propose de marcher et elle n’attend pas ta réponse pour commencer à prendre une autre direction. deux grands pas et tu la rejoins. « ça a pas l’air d’aller… » que tu dis en regardant en face de toi. « tu veux en parler ? » tu veux pas l’embarrasser si jamais elle n’a pas envie de discuter de ça avec toi. mais tu lui offres quand même une oreille attentive, si jamais elle a besoin. tu sais que dans ce genre de moments, on a pas forcément envie de parler. mais tu proposes, qu’elle sache que tu es là si jamais elle veut.

_________________

Dans la vie, il y a parfois des gens sortis de nulle part qui marquent à jamais votre existence. Le destin les place sur votre chemin et, comme par magie, ils influencent votre comportement parfois au point de changer votre façon d'être. Ils tissent sur vous une toile qui vous retient prisonnier de leur essence, quelle qu'elle soit. — Francisco de Paula Fernández.
Revenir en haut Aller en bas
i'm in love with you guys
avatar
i'm in love with you guys
messages : 1331 points : 5
pseudo : cécé
avatar : amelia zadro
crédits : Elenwë
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 16 Aoû - 12:52
  tu t’excuses, c’est dans tes habitudes. toujours fautive de tout. tu te dis que c’est de ta faute si vous ne vous êtes pas vu. t’en fais pas. je t’en veux pas. t’es pas obligée de passer ta vie avec un vieux comme moi. t’as sûrement mieux à faire. et crois en tes capacités, tu n’iras pas aux rattrapages. tu acquiesces doucement. mais tu restes non persuadée de ton avenir ne raconte donc pas n’importe quoi  que tu finis par dire par rapport à lui. t’aimes passer du temps à virgile, parce qu’il avait pour habitude de réussir à te faire oublier. parce que tu faisais toujours des choses folles avec lui. mais tu sais que ce ne sont sûrement plus les choses qu’il fait aujourd’hui. j’espère bien… mais je sais pas. j’ai pas eu le droit de rentrer, alors qu’elle est clairement là. tu vois son sourire mais tu vois ses yeux qui trahissent cette fausse joie qu’il essaye de montrer. tu souffles. tu ne comprends pas. des parents qui te rendent dingue et qui n’ont pas soutenu leur fils. t’espères qu’un jour ils comprendront juste l’erreur qu’ils ont fait. je suis désolée… t’y es pour rien. mais tu ne peux t’empêcher de le dire avant de commencer ta course loin d’ici. trop de mauvais souvenir dans cette maison qui se sont accumulés. certains qui étaient même dissimuler jusqu’à il y a encore quelques mois et qui sont toujours dans l’ombre pour ta mère. tu supposes que c’est mieux comme ça, tu portes le fardeau pour vous deux, pour qu’elle ne se perde pas totalement. mais c’est toi qui te perds au final, petit à petit, tu t’éteins à petit feu. et tu suis le chemin de ta mère. mais ça il ne le sait pas virgile. presque personne ne le sait. il y a bien une personne, mais ça fait des semaines que tu ne l’as plus vu, ton meilleur ami, qui ne l’es peut-être plus réellement t’en sais trop rien. son retour qui devait vous rapprochez et qui n’a fait que vous éloignez tu as l’impression. ça a pas l’air d’aller… tu tournes doucement ton regard vers lui, ça fait bien longtemps que ça ne va plus réellement. rien n’a jamais fonctionner correctement dans ta vie. alors t’as juste du mal à trouver le sourire, mais pourtant tu continues à avancer. à essayer de faire comme si ton monde tournait rond alors qu’il est sortit de son orbite depuis des mois, depuis des années même. tu veux en parler ? pour dire quoi au final. c’est toute une vie à raconter. ça ira, c’est juste cette ambiance qui est pesante… que tu réponds simplement, essayant de te persuader toi-même. et tu marches, vite, peut-être un peu trop vite. mais virgile suit le rythme, ses jambes bien plus grandes que les tiennes. tu cherches juste à fuir tout ça et t’aurais foncé dans un bar s’il n’avait pas été là. mais t’es bloqué et tu ne sais pas quoi faire. t’allais faire quelque chose de spécial aujourd’hui ou pas ? t’as juste besoin de te changer les idées, d’oublier les images d’une mère avachie sur son canapé, bouteille à la main.

_________________

( for a minute there, i lost myself )
Revenir en haut Aller en bas
i'm in love with you guys
avatar
i'm in love with you guys
messages : 1785 points : 0
pseudo : bloodstream/marion.
avatar : vinnie woolston.
crédits : hedgekey, tumblr.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 4 Oct - 12:02
tu ne racontes pas n’importe quoi malgré ce que apolline semble penser. qui réellement voudrait passer du temps avec un ex-taulard ? apparemment c’est le cas de la jeune femme puisqu’elle reste avec toi. tu hausses les épaules appréciant mine de rien sa présence. tu ne le diras pas, mais elle met du baume à ton cœur après avoir été jeté comme une merde par ta propre mère. elle est là, tu le sais, t’as vu la voiture, mais t’as également entendu du bruit dans la maison. mais elle n’a pas voulu t’ouvrir. tant pis, tu repasseras et essaiera à nouveau, peut-être une autre fois. apo qui s’excuse et tu balaies ses excuses de la main. ce n’est pas de sa faute, alors pourquoi elle s’excuse. « t’excuses pas pour ma mère apolline. » tu soupires, voulant rajouter tellement de vacherie à son encontre. mais tu te tais. elle reste ta mère tout de même. tu lui dois le respect malgré tout. tu lances un dernier coup d’œil à la maison et vous quittez la rue sans un regard en arrière. elle comme toi, vous souffrez trop du comportement de vos génitrices. apolline parce qu’elle boit énormément, et toi parce que tu n’es plus qu’un étranger pour ta propre mère. ça te tue, ça te fait mal. mais tu ne peux pas faire autrement. tu n’es plus son fils, tu n’es plus rien. tu préfères donc passer à autre chose, même si ça te blesse plus que tu ne le montres ou ne le dit. tu changes donc de sujet pour te concentrer sur la jeune femme à tes côtés. elle ne semble pas aller bien. tu demandes, presque sûr qu’elle évitera le sujet. mais ça ne coûte rien d’essayer. au pire, tu lui montres que tu es là pour elle si jamais elle a besoin. ça ne loupe pas. elle s’en sort sans réellement répondre à ta question. « t’as toujours le don d’esquiver les questions qui te plaisent pas. » au moins, ça c’est quelque chose qui n’a pas changé avec le temps. tu poses ton regard sur la jeune femme tout en reprenant. « en tout cas, sache que si tu as besoin de parler, je suis là. » tu ne vas pas insister. ça ne sert à rien et elle va plus se braquer qu’autre chose. apolline se met même à marcher plus vite, et tu suis son rythme sans difficulté. tes jambes te servent à quelque chose pour une fois. la voix de la jeune femme s’élève et tu poses à nouveau tes yeux sur elle. elle semble presque sur le point de craquer et ça te fait mal au cœur. t’as même l’impression qu’elle a maigri, qu’elle n’a pas mangé depuis quelques temps, ou pas correctement du moins. « rien de spécial… » vu que t’es chômeur, y a pas grand-chose à faire. « tu manges comme il faut apolline ? » demandes-tu avec le même ton qu’un grand frère pourrait utiliser, même si tu n’es clairement pas son frère. « je t’invite à manger quelque chose. »

_________________

Dans la vie, il y a parfois des gens sortis de nulle part qui marquent à jamais votre existence. Le destin les place sur votre chemin et, comme par magie, ils influencent votre comportement parfois au point de changer votre façon d'être. Ils tissent sur vous une toile qui vous retient prisonnier de leur essence, quelle qu'elle soit. — Francisco de Paula Fernández.
Revenir en haut Aller en bas
 Sujets similaires
-
» 3 ràl en B2M:conseils tons rouge/bordeaux // dupe talk that talk
» Magne Talk
» Vania Chaïma ♣ All I want is talk
» Naturally
» Cauet un talk-show à 19h à la rentrée sur W9
Page 1 sur 1 -

brooklyn on the rocks ::  :: get to the right
Sauter vers:  
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum