AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

C'est comme si on se connaissait → Lyzéa

i'm on my way
avatar
i'm on my way
messages : 31 points : 30
pseudo : spf
avatar : Luke Mitchell
crédits : ghost.writer
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 7 Juin - 23:38
C'est comme si on se connaissait

Lyzéa & Willy Willy n’est pas beaucoup d’humeur ce soir. Il ne sait pas ce qu’il se passe. Il est grognon et ne se rend même pas compte que c’est sans doute lié à la dispute qu’il y a eu il y a une vingtaine de minutes plus tôt. Deux idiots que allaient se frapper avant qu’il n’intervienne et leur demande de s’en aller sur un ton sec. Si Willy a une règle dans son bar c’est bel et bien qu’il ne cautionne pas la bagarre. Même s’il n’a rien à se reprocher, il ne veut pas attirer les flics par ici. Les flics font peur aux clients et les clients sont essentiels pour que son bar fonctionne. Déjà qu’il vit dans la pièce qui lui sert de bureau car il n’a pas assez de chiffre d’affaire pour se payer un autre loyer, ce n’est pas pour prendre davantage de clients. En tout cas il est sur les nerfs depuis que les deux idiots sont partis, sans doute se battre dans une autre rue ou partis chacun de leur côté, il s’en fiche, ça ne le regarde pas. Willy a beau essayé d’être agréable avec les autres clients, c’est pas gagné, il sera sans doute de mauvaise humeur tout le reste de la soirée. Il est comme ça, quand il est pris d’une émotion inexplicable pour lui, il l’est pendant un temps indéterminé, jusqu’à ce qu’il aille se coucher en général parce qu’il ne se calme pas. Pas évident de se calmer quand on ne sait pas ce qui nous a rendu ainsi. Certains lui diraient de faire de faux sourire à ses clients mais il a beau essayer, très vite sa mauvaise humeur revient au galop et il oublie d’être de bonne humeur et les inciter ainsi à revenir. De toute façon la plupart des clients sont réguliers alors ils ont l’habitude et ça n’a pas l’air de les déranger de voir un patron de bar se tenir de cette manière. Ce n’est pas demain la veille que quelqu’un arrivera à le faire changer, il part de ce principe-là. Aussi loin qu’il s’en souvienne, il a toujours été comme ça. Il a certains souvenirs qui ont disparu mais il ne se pose pas de questions pour essayer de les combler, partant du principe que s’il les a oublié c’est que sa vie ne devait pas être si importants que ça. Finalement, après avoir servi un client présent depuis une bonne heure, il s’approcha d’une nouvelle venue. « Qu’est-ce que je peux faire pour vous ? » Dit-il toujours avec sa mauvaise humeur non maitrisée. Il ne sait pas si elle est venue ici pour consommer ici ou pas car elle semble tenir dans ses mains un cv. Elle n’a pas non plus l’allure des personnes venant boire seules dans son bar. Enfin il se contente de la juger car elle n’a pas encore levée les yeux vers elle et étrangement, lorsque ce fut le cas, il se mit à sourire. C’est étrange puisqu’il ne la connait pas et pourtant, c’est un sourire sincère qui a pris place entre ses lèvres.

LUCKYRED
Revenir en haut Aller en bas
i'm on my way
avatar
i'm on my way
messages : 81 points : 16
pseudo : LKD
avatar : hailee steinfeld
crédits : a venir
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 9 Juin - 19:17
C'est comme si on se connaissait

Lyzéa & Willy Pour Willa je veux le meilleur. Je n’ai clairement pas eu la vie d’une petite princesse durant ma jeunesse, mon enfance. Je n’ai rien connu comme mes amies. Quand je les écoute parler, parfois j’ai la boule au ventre, le cœur se serrant un peu plus. De la jalousie ? Peut-être, c’est possible. Mais, je sais que personne, sauf moi, peut changer l’injustice dont j’ai été victime. Mes amis filles comme garçon après tout n’y peuvent rien. Ma journée est calibrée à la seconde près parfois, ça me ferait presque peur. Je suis en plein bordel actuellement. J’ai du mal à tout gérer et je ne peux pas me permettre de prendre deux services en pleine journée, car ça reviendrait à ne pas voir ma fille comme je le voudrais et ce n’est pas du tout, clairement pas une solution. Je veux être là pour Willa, mais sans sacrifier les moments qu’elle doit passer avec sa mère. Pas simple à faire. C’est parfois compliqué le mois et j’ai absolument besoin d’un travail. Un travail de nuit est ce dont j’ai besoin. J’ai téléphoné à une amie, je n’aime pas demander service, ça me rend faible à mon avis, mais je n’ai pas le choix. J’espère vraiment pouvoir trouver un boulot, il n’est pas trop tard et la soirée n’a pas réellement encore débuté. J’ai décidé de faire le tour des restaurants et des boites de nuit. L’endroit où les pourboires sont souvent généreux. J’ai juste déposé des cvs, les patrons pour la plupart n’avaient pas le temps de me recevoir et le seul m’ayant reçu avait qu’une envie me foutre dans son lit et j’aurais le travail. Non, merci. J’aurais pu, après tout pour moi coucher ne représente rien. J’ai même plus de mal à coucher avec une personne que j’apprécie, plus qu’avec un inconnu. Je ne sais pas vraiment m’expliquer cela, mais je fais avec. Après tout, la présence d’un homme ne manquera jamais dans mon quotidien. Je quitte justement la boite de nuit où je viens de me faire proposer cette proposition de travail en échange de nature physique. J’aurais peut-être dû accepter ? Ce qui me fait penser cela ? Le fait de voir le découvert sur mon compte en banque. La petite Willa a envie d’apprendre la danse, mais c’est compliqué avec l’argent, les cours sont payant et je ne peux pas me permettre de payer cela, surtout si c’est pour ne plus pouvoir la nourrir. Alors, je ne dis pas non, car j’espère vraiment pouvoir me démerder et trouver un second taff. Manquait plus que la pluie qui vienne accompagner cette sortie semi-nocturne pour pourrir mon envie de chercher. J’ai envie de frapper le mur qui se tient à mes côtés, mais ça ne sert à rien. Je décide enfin de faire une pause dans un bar, ça m’abritera de la pluie et me poussera sans doute à réfléchir sur les choix que je peux faire. Braquer une banque ? Connerie. Finir en prison ? Non. Alors, je pousse la porte du bar, me faufile parmi la petite foule présente sentant déjà l’odeur de l’alcool dans les parages, rien que de sentir cela me redonne presque du peps. Je m’installe au bar et je finis par entendre la voix d’un homme où je sens mon cœur se soulever, sans même pouvoir me l’expliquer. Je ne lève pas les yeux vers la personne, je me contente juste de répondre. « Un travail si possible … sinon un verre de whisky, s’il vous plait ! » Que je finissais par lâcher en levant les yeux au ciel …sauf qu’au lieu de s’élever vers le plafond du bar, ils se posèrent sur la personne m’ayant parlé, me servant. Je restais muette, la gorge nouée sans même me rendre compte, mes souvenirs venaient me happer, m’enlevant de la réalité. « Willy ? » Lui ? J’ai l’impression de délirer et en me demandant si c’était vraiment lui, une perle d’eau salé venait à s’évader de mon œil glissant le long de ma joue droite.

LUCKYRED

_________________
You know that the past is never dead
lyzea mccglauglhin ⊹ i want to be as i was once with you. just to feel hope instead of this deadness in my heart. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
i'm on my way
avatar
i'm on my way
messages : 31 points : 30
pseudo : spf
avatar : Luke Mitchell
crédits : ghost.writer
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 15 Juin - 23:01
C'est comme si on se connaissait

Lyzéa & Willy Quand il est de cette humeur-là, il a juste envie de fermer son bar et d’être seul. Seulement, il n’a pas le choix. Quand on a un commerce, on doit faire des concessions et là entre son humeur et le bar, il n’a pas d’autre choix que de choisir la deuxième option. Il n’y aurait rien de mieux pour perdre des fidèles, les habitués qui viennent souvent tous les jours. Ce sont un peu eux qui lui font l’argent qu’il a. Il leur fait souvent des offres d’habitués, de fidélités mais sans eux, son bar ne tournerait pas autant. Alors, il doit prendre son mal en patience et attendre. Servant un verre, puis un autre. Il vient finalement servir une jeune femme qu’il n’a pas le souvenir de l’avoir déjà vu ici. En même temps, elle s’en souviendrait. Willy tient le genre de bar où ce sont souvent les mêmes qui viennent, il y a parfois des nouveaux qui veulent venir tester mais ce n’est pas le bar branché du coin. Alors, voir un nouvelle devrait le mettre de bonne humeur mais à première vue, ça ne le fait pas. Pourtant, en la voyant, en la regardant de plus près, il se met à sourire. Il ne sait pas pourquoi il agit comme ça. Sourire, il ne le fait jamais. Quand il le fait c’est pour se forcer, car ça fait bien de le faire. Là, il le fait volontairement, il le fait sans réfléchir et maintenant qu’il s’en rend compte, il est perturbé. Il la regarde. Elle lui semble familière. Il ne comprend pas, il ne l’a connait pourtant pas. Il a l’impression de l’avoir déjà vu mais sans doute est-ce qu’il l’a déjà croisé seulement ou bien elle ressemble à quelqu’un d’autre. Il ne la lâche pas du regard. Il sait que ça pourrait être offensant, qu’elle peut être mal à l’aise et pourtant il ne la lâche pas du regard alors qu’il attend qu’elle réagisse, qu’elle lui dise sa commande, qu’il puisse s’éloigner. Elle le met tellement mal à l’aise malgré lui qu’il a se besoin de fuir, d’aller à l’autre bout du bar. Pourtant, il fronce les sourcils à sa première demande. Il ne recherche personne. Malgré ça, il ressent le besoin de l’aider, il ne veut pas lui refuser un poste. « Vous avez déjà bossé dans un bar, quelle sont vos compétences ? » Il parle du fait de savoir faire les cocktails ou encore si elle est à l’aise avec les clients car une femme derrière un bar, il faut avoir une certaine répartie pour ne pas être mangé toute crue. En attendant qu’elle réponde à ce petit entretien improvisé, il lui sert un whisky qu’il ne lui fera pas payé alors qu’il prend appuie sur le bar face à elle, ne la lâchant pas du regard, perturbé par cette sensation de la connaitre. Elle lève le regard vers lui et il peut percevoir de la surprise dans son regard. Depuis quand est-il capable de reconnaitre des émotions chez les autres ? Il n’arrive même pas à les reconnaitre pour lui-même. Il fronce les sourcils. « Euh oui, on se connait ? » Voilà pourquoi elle lui disait quelque chose ? Pourtant, il a la certitude de ne pas la connaitre, pas au point de savoir son nom alors comment ça se fait qu’elle, elle le sache. « Comment connaissez-vous mon prénom ? » Il regarde autour de lui, à la recherche d’un indice qui pourrait expliquer cela mais non, il n’a même pas donné son nom à son bar et il n’y a rien qui pourrait dire son identité aux inconnus alors comment ça se fait qu’elle, elle le sache ?

LUCKYRED
Revenir en haut Aller en bas
i'm on my way
avatar
i'm on my way
messages : 81 points : 16
pseudo : LKD
avatar : hailee steinfeld
crédits : a venir
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 26 Juin - 19:50
C'est comme si on se connaissait

Lyzéa & Willy Me tuer à la tâche n’est pas une chose qui me fait peur, tout au contraire. Je suis capable de tout et bien plus quand il s’agit de ma fille :Willa. Elle est forte et désire des choses comme bien des enfants. Je n’ai jamais vraiment eut la chance de l’emmener en vacances, que ce soit les tropiques ou encore le camping je n’ai pas les moyens pour des cours e danse alors autant dire qu’avoir les moyens de nous envoyer toute deux faire un voyage n’est pas une chose envisageable. Quand je suis rentrée dans ce bar miteux, autant dire que je ne pensais qu’au fait d’avoir un second travail avant le mois Août alors oui j’ai le temps, mais vaut mieux trouver le plus tôt possible. L’endroit m’importe peu, je veux juste pouvoir ravir ma fille. Je rentre en tentant ma chance, mais en vrai je sais que je vais juste repartir avec un peu d’argent en moins après avoir bu et tout, je ne suis pas folle. « Serveuse … j’ai déjà fait ! » je mens un peu là, mais c’est pas plus compliqué que de courir après des clientes pour leur obtenir ce qu’il faut pour aller faire leur sport ou perdre la petite bouée présente au niveau de leur ventre. Bref, je m’en fiche je tentais ma chance et je n’espère rien dans le fond. « Je sis souriante, mignonne et ponctuelle ! » Me vendre ? Je ne sais pas le faire, sauf avec des gestes ! Non,  je ne finis pas par coucher avec x ou y pour obtenir un poste, je montre juste mes capacités  à travailler ! Je suis douée et comme j’en veux souvent, je ne peux que m’en sortir par conséquent, j’obtiens fort souvent ce que je veux, mais pas toujours malheureusement. Le sourire lancé sur mon visage, je finis par lever les yeux au ciel, mais ces derniers finissent leur trajet sur le visage de l’homme à qui je venais de quémander un boulot. Malgré l’ombre cachant légèrement son visage dû au manque d’éclairage de derrière le bar, je le reconnais. Sa voix un peu moins, après tout un gars ça perd souvent la voix de gosse qu’ils ont en muant. Je l’observe et je reste silencieuse en espérant malgré tout qu’il me reconnaisse, mais au vu de sa question retourner, je reste bouche bée et j’ai des questions plein la tête.   « Vous vous appelez bien Willy, donc ? » Je vérifie, espérant ne pas devenir parano, alors que mon cœur continue de galoper comme un étalon en furie. Mon verre servit je joue un peu avec finissant par prendre une goutte de l’alcool qui commence à venir bruler mon gosier, je me raclais un peu la gorge en l’observant du coup. Je me pose des questions, il ne me reconnait pas ? Pourtant, je ne suis pas si différente d’avant, les cheveux plus long, les seins un peu plus imposant ?enfin, rien n’a réellement changé sur mon visage, il est le même, les expressions grave aussi. « Je suis Lyzéa … » Si avec mon nom il ne se rappelle de moi, je suis juste tombé sur un sosie et j’aurais l’air bien con... .Autant dire que son boulot j’en voudrais pas, si jamais il veut bien de moi.  

LUCKYRED

_________________
You know that the past is never dead
lyzea mccglauglhin ⊹ i want to be as i was once with you. just to feel hope instead of this deadness in my heart. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
i'm on my way
avatar
i'm on my way
messages : 31 points : 30
pseudo : spf
avatar : Luke Mitchell
crédits : ghost.writer
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 7 Juil - 0:55
C'est comme si on se connaissait

Lyzéa & Willy Ce n’est clairement pas la première fois qu’on vient lui demander un job. Dans les bars, c’est souvent que les candidatures se font de manières volontaires, pas besoin de mettre une pancarte pour trouver quelqu’un, les gens demandent d’eux-mêmes. Willy ne cherche personne même si ça ne serait pas du luxe d’avoir quelqu’un qui pourrait lui permettre de servir les clients pendant que lui fait des comptes dans son bureau ou bien se prend des heures de pause. Mais non, à chaque fois la réponse est catégorique. Pourtant, sans qu’il ne sache pourquoi, il ressent le besoin de l’aider et s’il ne donne pas de refus actuellement ce n’est pas pour lui faire un faux espoir. Pour la première fois de sa vie – du moins de ce qu’il se souvient en tout cas – il ressent de l’empathie pour quelqu’un et d’une certaine manière, ça le perturbe. « Et vous pouvez commencer en période d’essai quand ? » La question est de savoir s’il cherche quelqu’un ou pas, si elle dit la vérité alors il peut l’embaucher, du moins en période d’essai au moins. Il n’est pas le genre à demander des références, il a autre chose à faire que d’appeler ses anciens employés. « Et vous connaissez beaucoup de cocktail ? » Bon ce n’est pas le genre de la maison, ici c’est surtout bière et whisky mais ça peut arriver, surtout quand il accepte certaines soirées étudiantes qui l’aident assez financièrement puisque les jeunes picolent pas mal en soirée, faut l’avouer. Enfin s’il lui donne sa chance, ce qu’il semble être en train de faire d’ailleurs faudrait qu’il commence à la tutoyer. Finalement fronçant les sourcils, il ne comprend pas ce qu’il est en train de se passer. Elle a l’air de le connaitre alors que s’il y arrivait lui aussi il le saurait. On ne peut pas oublier un visage si ? Enfin si elle le reconnait, il devrait faire de même mais non. « Oui mais je réitère ma question, comment tu le sais ? » Cette fois il la tutoie, ce genre de situation le met mal à l’aise et il est mal à l’aise de ressentir de la jeune, c’est vraiment très rare et là il l’est. Finalement il baisse le regard, passant un coup à son bar. D’habitude il ne fait pas autant d’effort pour laver son bar pendant un service mais être mal à l’aise lui fait faire ce genre de chose. Elle a des pouvoirs cachés, s’en sert sur lui et sait comment il s’appelle de cette manière ou comment ça se passe ? Les yeux toujours rivés sur son comptoir alors qu’il fait semblant d’être occupé, il finit par lever le regard en entendant son prénom. Ce prénom, il a l’impression de l’avoir entendu quelque part, ça lui parle mais d’un autre côté, aucun souvenir d’elle ne lui revient. « Désolé ça ne me dis rien ! » Il aurait pu lui dire la vérité, que ça lui dit quelque chose mais c’est tellement vague que ça n’en vaut pas la peine. « Vous m’avez surement vu quelque part ou bien il doit y avoir mon nom écrit quelque part mais je pense pas qu’on se connaisse ! » Il sait qu’il a perdu de mémoire des années de sa vie mais il s’est toujours dit que ça ne devait pas être important s’il ne s’en souvient même pas. Pourtant, la situation semble lui peser, le fait de ressentir des émotions venir à lui le met à terre et c’est sans doute pour ça qu’il finit par se servir son propre verre pour le boire d’une traite.

LUCKYRED
Revenir en haut Aller en bas
i'm on my way
avatar
i'm on my way
messages : 81 points : 16
pseudo : LKD
avatar : hailee steinfeld
crédits : a venir
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 23 Juil - 20:18
C'est comme si on se connaissait

Lyzéa & Willy Je ne m’attends clairement pas à cette réponse pour le coup, non clairement. Je pensais juste qu’il allait me servir un verre pour assouvir ma peine ou autre chose du style. Mais non, me propose une période d’essai. Non, ce n’est pas un boulot, mais c’est déjà un plus, c’est parfois payé. Parfois. Je vais lui demander. Après tout, il a dû capter que je ne demande pas ça pour m’amuser, mais bel et bien, car j’en ai besoin, que c’est presque vital si je veux offrir une belle vie à Willa. «   Ce soir, enfin quand vous voulez. Payé ? » Que je finis par demander. Autant continuer dans l’audace, peut être que je me brûlerais les ailes, mais tant pis, je suis d’humeur à y aller sans faux-semblants. «   Oui certains comme le Monaco, le mojitos, pas tous clairement, mais apprendre ce n’est pas impossible pour moi … » Là, je crois je viens de perdre des points, pourquoi je n’ai pas juste dit oui ? Quoi qu’il aurait pu demander un cocktail que je devrais préparer et je me serais retrouver dans une belle panade pour le coup. Bon autre qu’il soit un plausible embaucheur, ce gars me fait penser à Willy, non pas penser, je suis même sure que c’est lui mais il n’a pas l’air lui de me reconnaître. Comment je le sais ? Sans doute, car je le connais ? Oui sans nul doute même. Enfin, je ne sais pas trop quoi répondre, je ne veux pas perdre ma place juste car il ne me connait pas et qu’il me prend pour une folle. «   Car je pensais vous connaître … mais vous n’allez pas l’air de me connaître. » Je le connais c’est même sûre, je sais que c’est lui, mon cœur qui bat à tout va, comme si il essayé de me faire parvenir un message. Je ne me trompe pas, mais pourquoi lui n’a pas l’air de me connaître ? Pourquoi ? Je ne sais pas, mais je n’aime pas forcément cela pour le coup. Je l’écoute et mon cœur se brise, il ne me reconnait pas ou il ne veut pas me parler ou autre ? Peut-être après tout, je l’ai laissé la bas, je suis partie, il m’a laissé partir, il s’est sacrifié et peut être qu’il m’en veut ? Je l’ai abandonné. «   Oui ça doit être ça... Je suis désolée ! » Voilà, autant entrer dans son jeu et tout, je me sens mal, mais j’hésite à insister pour le boulot et tout, mais peut être que finalement il m’a reconnu et qu’il ne me veut plus dans les parages. J’ai attiré les foudres, je ne peux que m’en prendre à ma poire pour le coup. Je suis hésitante pour le coup, je vois du monde arriver dans son bar qui était déjà pas mal occupé par des buveurs sur le long terme, alors que je finis par le regarder dans les yeux. «   Désolée on se connait pas, mais je peux vraiment vous aider ce soir et sans aucune obligation de rien ? » Que je finis par demander tout en poussant le verre que j’avais commandé, ne pas boire sur son lieu de travail, déjà ça serait pas mal. Autant le dire. «   Alors vous en dites quoi ? » Que je finis par demander tout en passant de l’autre côté du bar, j’attends quand même son avale et j’espère que ça sera positive histoire de pas devoir me rasseoir, car je crois que je serais obligée de savoir pourquoi, il ne veut pas me parler … pourquoi il fait comme si il ne me connait pas. Il ne peut pas m’avoir oublié ? Pourquoi j’ai toutes ses questions en tête maintenant. 


LUCKYRED

_________________
You know that the past is never dead
lyzea mccglauglhin ⊹ i want to be as i was once with you. just to feel hope instead of this deadness in my heart. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
i'm on my way
avatar
i'm on my way
messages : 31 points : 30
pseudo : spf
avatar : Luke Mitchell
crédits : ghost.writer
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 1 Aoû - 17:18
C'est comme si on se connaissait

Lyzéa & Willy S’il y avait eu des personnes qui le connaissent dans le coin, ils auraient surement été choqués de le voir agir de la sorte. Il ne sait pas pourquoi mais il ressent le besoin de l’aider. Il ne se voyait pas lui refuser de lui donner sa chance. Pourtant, il ne la connait pas, du moins à sa connaissance en tout cas. Alors, pourquoi ressent-il ce besoin de la protéger ? Pour que quelqu’un vienne chercher du boulot dans ce bar qui n’est pas le bar le plus accueillant, à attirer les soirées entre filles par exemple, faut vraiment qu’elle soit dans la dèche. Son bar lui va très bien, il ne veut pas le changer mais il sait que ce n’est pas forcément le genre de bar auquel les jeunes adultes pensent pour sortir. C’est plus un bar pour les habitués qui lui font presque la totalité de son chiffre d’affaire. Il la regarde, hausse les épaules. Ce soir, un autre, ça revient au même, il y a du monde donc un peu d’aide ne pourra pas être de refus. « Payé oui, si vous ne faites rien tomber et vous faites vos propres pourboires même s’ils ne sont pas très généreux dans le coin ! » Après, il n’y a pas de jeune femme qui bosse ici, peut-être que les clients seront plus généreux avec elle mais ça le répugne s’ils donnent de l’argent pour une paire de boobs. A l’entendre il comprend qu’elle ne s’y connait pas beaucoup, pourtant ça ne lui fait pas regretter sa proposition de faire un service d’essai. Si elle lui semble familière, il part du principe qu’il se souviendrait d’elle s’ils se connaissaient au point de connaitre son prénom. Alors non, elle doit se tromper et c’est le hasard qui fait qu’elle connait son nom. « Vous ne me dites rien ! » Si un air familier mais Willy croit pas aux signes ou quoi que ce soit. Il ne voit même pas le fait qu’il ne la reconnaisse pas la touche, il fait pas attention aux sentiments, aux émotions pourtant ce soir contrairement à longtemps, il a ressenti de l’empathie face à la brune. Tout en faisant ce qu’il avait à faire, il alla servir trois verres à un client, il finit par lui dire « Vous savez faut pas vous excusez, les clients vont vous marcher dessus ! » C’est un conseil, elle le prend comme elle veut car même si l’instant était quand même assez bizarre quand elle lui a dit son prénom, il n’a pas eu en tête de lui demander de partir. « Ce soir c’est bon pour moi » Dit-il en lui tendant finalement un torchon qui lui servira pour les verres à laver. « Si vous ne savez pas faire un cocktail ou servir un verre vous m’appelez au lieu de le faire à l’instinct. Si vous offrez un verre à votre mec ou que sait-je, c’est sur votre note et n’hésitez pas à remettre les gars à leur place ! » Vaut mieux ça que se faire marcher sur les pieds plutôt que de risquer de les froisser et qu’ils ne reviennent pas. Ils sont bourrés et reviendront surement sinon tant pis. Voyant qu’elle était d’accord avec ses dires, il finit par la laisser faire pour aller débarrasser une table pas loin et prendre des commandes. Il y a du monde ce soir alors il a de quoi faire même s’il surveilla du coin de l’œil pour voir si elle s’en sortait. Finalement, alors qu’il avait deux minutes il alla la voir « Tout se passe bien ? Lyzéa c’est ça ? » Il ne sait pas s’il a bien mémorisé son prénom qui pourtant, lui dit quelque chose.

LUCKYRED
Revenir en haut Aller en bas
i'm on my way
avatar
i'm on my way
messages : 81 points : 16
pseudo : LKD
avatar : hailee steinfeld
crédits : a venir
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 3 Aoû - 18:50
C'est comme si on se connaissait

Lyzéa & Willy Je ne vais pas mentir je suis aussi et surtout là pour l’argent. J’ai besoin d’argent, alors pour le coup, je ne vais pas mentir ou autre, si je n’ai pas d’argent ça ne sert à rien, sauf si c’est sûr que sa débouche sur un travail. Je le regarde souriant à sa réponse. « Parfait pour moi ! » Ce n’est pas sorcier de ne pas casser des verres et tout. Enfin, j’y crois et j’espère vraiment que c’est le cas, sinon je suis complétement dans la merde. Allez, je peux le faire. Mais avant de m’attaquer à la tâche comme je le devrais-je cesse de me dire que c’est Willy, il n’y a pas dix milles Willy, blond et plutôt bel homme. Je suis sûr que c’est lui, carrément même. Au final, j’ai peut-être raison, c’est lui, mais il s’en contre fiche même de moi et que il ne veut plus rien à faire à moi dans le privé. Enfin, je me fais aussi peut être un film. Mais, j’y crois pas, j’ai du mal à y croire. « D’accord ! » Je hausse les épaules, je ne veux pas perdre l’occasion d’aider et de donner une bonne vie à ma fille en lui faisant plaisir, alors non, je ne vais pas me battre pour qu’il l’avoue, j’ai d’autre chose en tête. Ça me fait de la peine, mais je dois me reprendre. Je l’observe, je ne vois rien sur son visage, pas d’émotion, ça en est même très effrayant dans le fond. Mais, bon. « Je ne m’excuse qu’auprès de mon futur patron … comme vous vous êtes excusés la dernière fois de ne pas me connaitre ! » Ouai, il s’est excusé, je me suis excusée, mais je ne vais pas me laisser faire par les clients, je ne suis pas ce style de fille. Le caractère, j’en ai un depuis que mon Willy m’a fait quitter mon monde noir et cynique en se sacrifiant. J’aurais juste apprécié un jour pouvoir le remercier … enfin. Je prends le torchon qu’il me tend avec un air plutôt ravi d’avoir pu avoir ce boulot même pour la soirée. « Parfait ! » Oui, je n’irais pas me lancer dans des cocktails que je ne connais pas. Alors, je commence, je ne sais pas trop comment on fait, mais je commence à agir, comme si je le savais. Je vais m’en sortir, je dois y croire, sinon ce n’est pas la peine d’essayer. Je commence à débarrasser des tables à servir quelques verres, des choses simples sont demandés, donc je m’en sors. Je fais en sorte de ne rien laisser trainer, histoire d’avoir des chances d’avoir le boulot et tout. Je le veux, c’est indéniable ça. « Oui, pardon ! » Pardon ? Oui, je venais d’écraser une main avec un verre … « Mes fesses c’est les miennes vous êtes en manque trouvez une fille qui veut de vous ou payez là, mais ça ce n’est pas moi ! » Je plante le client assez audacieux et le patron pour aller ranger les verres que j’ai en main. J’espère que ça passera …de toute façon la fin de la soirée à l’air d’approcher, car l’endroit ce vide, alors qu’il est déjà bien tard. Une heure du matin.  

LUCKYRED

_________________
You know that the past is never dead
lyzea mccglauglhin ⊹ i want to be as i was once with you. just to feel hope instead of this deadness in my heart. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
i'm on my way
avatar
i'm on my way
messages : 31 points : 30
pseudo : spf
avatar : Luke Mitchell
crédits : ghost.writer
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 14 Sep - 18:04
C'est comme si on se connaissait

Lyzéa & Willy Il ne pensait pas passer sa soirée comme ça. Avoir de l’aide ça ne peut être que positif. Bon ce soir il va plus surveiller la jeune nouvelle serveuse, voir comment elle s’en sort mais aussi si elle aura besoin d’aide. C’est surtout des bières qui sont commandées, après tout c’est le moins chère et c’est le style des clients mais il y a parfois des cocktails plus ou moins compliqués à faire quand on est pas du métier donc il va devoir la former si jamais il l’embauche réellement. Enfin, chaque chose en son temps, ils s’échangent quelques phrases. « Bah oui on ne se connait pas. Mais tu peux me tutoyer il est peut-être le patron du bar, il n’a pas besoin qu’on le vouvoie, ça a même tendance à le perturber plus qu’autre chose. Le vouvoiement lui fait penser à son enfance où il devait vouvoyer l’homme violent qui l’élevé lui entre autre, mais il ne se souvient pas assez des détails pour s’en rendre compte. Enfin qu’importe ce n’est clairement pas le sujet. Enfin, il lui explique ce qu’il y a à savoir, pas tout non plus, il la laissera faire en gardant un œil sur elle. Ce n’est pas qu’il ne lui fait pas confiance mais le dernier qui est venu pour une soirée d’excès est parti avec la moitié de la caisse alors forcément, c’est pas cool. Mais bon, il ne la voit pas comme quelqu’un qui veut l’escroquer, au contraire même, il a envie de la protéger. La soirée bat son pleins, il travail de son côté et au moment où il va voir comment ça se passe pour elle, il voit très clairement la main d’un type qui vient se poser sur son fessier. Il ne sait pas pourquoi il ressent ça mais une subite envie de lui coller un poing dans sa face lui prend. Lui qui n’est pas empathique, lui qui se mêle de sa propre vie et c’est tout, c’est étonnant. Mais bon, il ne fait rien, elle ne se laisse pas faire et c’est ce qu’il faut si elle veut travailler ici parce que des lourds, il y en a tous les soirs. La voyant partir travailler il se met à sourire avant de lui demander de déguerpir. Ca a beau être un client qui vient souvent, il ne veut pas d’un lourd qui se traite comme un gros porc. L’alcool n’excuse pas les faits. Regardant l’heure, il finit par dire histoire que tout le monde entende. « Bon allez les gars vous connaissez la chanson, faut partir Il y a bien quelques clients qui essayent de négocier pour rester mais la loi c’est la loi, une heure du matin, pas plus tard. Il s’en fout un peu de dépasser quelques lois mais il n’a pas envie d’avoir la visite des flics ce soir surtout qu’il l’a embauché au black ce soir. Encaissant les derniers verres, il les conduit jusqu’à la sortie avant de fermer à clé derrière eux. Ils ne sont plus que deux avec la jeune Lyzéa. Certains auront l’esprit tordu avec ça mais non, faut parler de ce soir et du futur s’il l’embauche et il ne veut pas que certains arrivent complètement bourrés pour lui demander un nouveau verre. « Alors comment tu l’as senti ce soir ? Demande-t-il simplement pour avoir ses impressions et constater s’ils ont la même vision de la tournure de la soirée. Il a le visage fermé, dur, il ne fait pourtant pas exprès, c’est une habitude chez lui.

LUCKYRED
Revenir en haut Aller en bas
i'm on my way
avatar
i'm on my way
messages : 81 points : 16
pseudo : LKD
avatar : hailee steinfeld
crédits : a venir
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 28 Sep - 22:08
C'est comme si on se connaissait

Lyzéa & Willy On ne se connait pas. Ça me paraît toujours étrange comme fait, pour moi je le connais, je ne peux pas être folle. Il veut peut être juste pas que je sache que c’est lui ? Mais il aurait dû changer son prénom pour ça. Enfin, bref. « D’accord tutoyons nous alors Will. » Je pense forcément un peu à Willa en prononçant le prénom de ce dernier. Elle n’est pas sa fille, Mais j’aurais clairement préféré ce fait qu’autre chose pour le coup. Mais, il m’avait sauvé la vie et du coup je ne pouvais pas l’oublier, pas démordre que lui ne veuille plus me parler. Mais fallait bosser, penser à ma petite puce. Je bosse repoussant parfois les avances mignonne de certains gars, repoussant les attouchements de d’autre. Les bars à mec c’est ça dès qu’il y a une meuf ils ne se sentant clairement plus en phase pour se comporter correctement. Les hommes en sommes. Je bosse plutôt bien, mais ce n’est pas moi qui juge, sinon je me donne le travail dans l’immédiat et je ne fais rien d’autre. Pourquoi je me refuserais mon propre travail ? Certes il ne sera pas facile mais je peux toujours m’y faire. Je le sais restauration ou serveuse c’est un peu la galère, c’est là où on souffre le plus, pas un métier à haut risque, mais c’est usant pour les jambes et le dos. Il est l’heure de virer les clients à entendre Will de leur demander de partir. Alors pendant qu’il s’en occupe, je continue de ranger la salle, mettre les tabourets sur les tables une fois ces dernières nettoyée. Bref, je fais le boulot pour lequel je me bats. Je ne veux pas qu’il me dise non, mis je ne peux pas l’obliger, il n’avait pas l’air très chaud pour le faire au tout début, puis le fait qu’il ne veut pas avouer qu’on se connait n’aide pas à me sentir confiante, mais pas grave, je vais être payé pour ces petites heures fait ce soir, alors non. Je ne lâche pas. Jusqu’à ce qu’il me parle, me demandant comment je l’ai senti. Je le regarde alors que je dépose un tabouret sur le bar pour nettoyer le sol par =la suite, du moins si monsieur fonctionne de la sorte. « Beaucoup de pervers … mais je me suis régalée à les remettre à leur place … dans je l’ai bien senti, il est sympa votre … ton bar en tout cas. » Je le regarde et je pose l’éponge dans l’évier. « Et toi tu m’as senti et perçue comment ? » Rien de sexuel, quoi que le mot senti pourrait paraître étrange, mais ce n’est pas le cas. Je veux vraiment savoir. « Il nous reste quoi à faire, je ne sais pas trop comment tu fonctionnes pour la fermeture ? » Demandais-je en lançant mes longs cheveux noirs en arrière.

LUCKYRED

_________________
You know that the past is never dead
lyzea mccglauglhin ⊹ i want to be as i was once with you. just to feel hope instead of this deadness in my heart. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
i'm on my way
avatar
i'm on my way
messages : 31 points : 30
pseudo : spf
avatar : Luke Mitchell
crédits : ghost.writer
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 6 Oct - 23:49
C'est comme si on se connaissait

Lyzéa & Willy La soirée se passe sans le moindre encombre ou du moins pas pire que d’habitude en tout cas. D’ailleurs il est presque étonné de réussir à mettre tout le monde à mettre dehors avant 1h alors que d’habitude il y a toujours un ou deux relous pour demander un nouveau verre alors qu’il ne sert plus depuis une dizaine de minutes pour que tout le monde ait le temps de finir avant qu’il ferme et qu’ils puissent bosser au calme pour la fin de soirée. « Ouais, au moins ça t’économise des cours d’autodéfense » Willy qui fait de l’humour ? Il va sans doute neigé. Ca l’étonne lui-même alors son visage se referme. A sa question il acquiesce de la tête sans rien répondre pendant un temps avant d’argumenter « Tu t’es bien défendus. Je vais devoir t’apprendre quelques bases, certains cocktails, faudra que tu apprennes les tarifs par cœur, ça te fera économiser du temps. Mais sinon oui, tu te débrouilles bien autant derrière le bar qu’avec les gros lourds » dit-il en référence au type qu’elle a envoyé bouler tandis qu’il n’était pas loin, prêt à intervenir. Au moins, il sait qu’elle n’est pas lâchée aux lions sans aucune défense, c’est déjà pas mal car pour les prochains soirs il ne sera pas derrière son dos, ils auront chacun leurs tables. « Il faut faire le mangé sans oublier les toilettes » Autant dire que ce n’est pas le plus gratifiant, si elle a un peu de chance personne n’a vomis mais il ne mettrait pas sa main à couper à cette question » Sinon je fais la caisse et on refait le stock des boissons » Pas de très durs, ça devrait aller vite à deux. Pendant qu’il lui montre où se trouve les boissons à ramener pour refaire le stock dans le bar, il la voit s’éloigner alors qu’il vide la caisse pour faire les comptes et prendre l’argent qu’il doit à la jeune femme. Il ne lui a pas dit très clairement mais elle est embauchée. Il ne sait pas si ça lui apporte en plus d’embaucher quelqu’un donc si c’est vraiment nécessaire mais il ressent le besoin de l’aider sans pouvoir s’expliquer pourquoi. Ça lui fait d’ailleurs penser à leur rencontre. Il a donc envie de lui demander alors qu’elle n’est pas loin et qu’elle peut l’entendre. Sans faire exprès, il écorche son prénom « Hey Lyzaé, c’est bien ça ? » Enfin, il ne l’appelle pas pour ça mais bel et bien pour une question réelle. « Pourquoi tu pensais me connaitre ? » Il trouve ça curieux, elle avait l’air tellement sûre d’elle en l’accostant. Ca l’intrigue, il a envie de savoir. Mais ce qu’il ne comprend pas surtout, c’est pourquoi ça l’intéresse autant. En temps normal il n’aurait pas relevé, il n’en aurait rien à faire. Pourtant là il se pose la question et c’est déjà beaucoup.

LUCKYRED
Revenir en haut Aller en bas
i'm on my way
avatar
i'm on my way
messages : 81 points : 16
pseudo : LKD
avatar : hailee steinfeld
crédits : a venir
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 10 Oct - 16:22
C'est comme si on se connaissait

Lyzéa & Willy Je rigole un peu. Ouai autant dire que c’est même plutôt sympathique de pouvoir virer les hommes aussi aisément, pas que d’accoutume je n’y parviens pas. Ce n’est pas le cas. Je suis même plutôt douée pour cela, sans nul doute, même. Autant dire que je m’en sors bien, toujours. Je parviens à me démerder seule comme une grande. « Ouai, tant que le patron m’accorde le droit de les remettre à leur place, ça me va moi ! » Que je finis par répondre pour les cours d’autodéfense, façon j’ai clairement pas d’argent à dépenser pour me défendre. Je dois juste faire comme n’importe qu’elle femme qui tombe sur des gars plus que chiant et qui doivent faire avec. Car pour les hommes du moins la plus part ça leur paraît normal. Peu importe l’accoutrement de ces femmes. Enfin, c’est un discourt que j’ai trop entendu, aguicheuse et tout. J’avais oublié qu’enfant on peut être aguicheuse. Enfin, il ne faut pas y penser, avancer et savoir que les hommes ne sont pas tous de confiance et que la méfiance est de mise. Je l’écoute me parler de comment je me débrouille tout en continuant de ranger, après tout ce boulot je le veux. J’ai quelques billets dans mon tablier, autant dire que certains hommes devaient penser pouvoir acheter plus et que je n’allais pas leur redonner leur argent à ces porcs. « Tout ce que tu veux pour obtenir ce travail ! » Que je lui réplique, oui peu importe je ne vais pas lâcher le morceau même si monsieur ne veut pas croire qu’on se connaisse ou le reconnaitre, mais peu importe. « En tout cas ce sont des lourds voir des porcs, mais sont plutôt sympa avec les pourboires ! » Je vais lui cacher, j’en ai reçu plutôt pas mal, pas sûr que lui en ai déjà reçu, mais je ne vais pas m’en plaindre, ô non. « Aucun problème Ménage et toilettes c’est ce que je fais chez moi, sauf que là j’ai plutôt à prendre les gants pour les toilettes ! » Quoi homme plus le fait de viser avec leur membre, à croire que c’est limite un combat à chaque fois qui réussissent une fois sur deux, autant dire que ce n’est pas forcément compliqué .. Mais les hommes font au plus vite, je n’en sais rien et je ne veux même pas avoir. « D’accord.. » écrire ? Les chiffres ça va, mais les boissons peut être un peu moins autant dire. Enfin, je le regarde et commence à faire ce que j’ai à faire. Je me mets au boulot, finissant les toilettes autant dire qu’elle me donne envie de vomir, surtout quand je tombe nez à nez avec un vomi justement. Une fois de retour dans la salle, je me charge de finir de balayer le sol, alors que j’entends le jeune homme m’interpeler, mon nom résonne en moi, comme quand plus jeune il m’interpeler me redonnant du courage sans même le savoir. « Ce n’est pas pensait, j’en étais sûre … mais tu ne veux pas l’avouer ! » Que je finis par dire en haussant les épaules. Finissant de ramasser le tas au sol, je regard l’heure sur mon téléphone. « Tu penses que je peux partir ou me reste des choses à faire, car je suis au taquet, sinon ! » Lui disais-je.

LUCKYRED

_________________
You know that the past is never dead
lyzea mccglauglhin ⊹ i want to be as i was once with you. just to feel hope instead of this deadness in my heart. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
 
C'est comme si on se connaissait → Lyzéa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les animaux ne sont plus considérés comme des biens meublés
» ça ne se passe pas comme je voulais...
» Roch Voisine - Comme j'ai toujours envie d'aimer
» Le Polonais comme Langue étrangère
» Comme à Ostende

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BROOKLYN ON THE ROCKS ::  :: up high in the streets-
Sauter vers: