AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

apocalypse (mivi)

avatar
you see how my butt looks good?
you see how my butt looks good?
messages : 875 points : 89
pseudo : margaux
avatar : luma
crédits : breakfast club (avatar) insta (signa)
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 15 Mai - 20:37
la nuit qui tombe alors que tu sors du bâtiment. un signe de main vers graham quand t'es passée devant son bureau avant d'enfiler un imperméable. tu sais que tu ne pourras pas continuer encore longtemps à travailler pour lui. tu sais que tu ne peux pas mêler le business de deran et la justice de graham. à choisir, tu sais que t'es faite pour la rue et non les tailleurs et les classements de dossiers. tu le remercieras certainement et tu t'en iras aux sources, à ce que tu sais faire de mieux, à ce qui t'éloigne le plus possible de cette femme que tu aurais pu être si.. si tu n'avais pas tiré. tu avances, dans la rue, les pavés qui claquent sous tes pas. t'aimes pas ce bruit gorgé de souvenirs que tu aimerais juste oublier. des mots qui te reviennent et pourtant une voix que tu écartes. tu ne veux pas te souvenir de lui, mais ses mots sont encore là. de l'aide, des femmes qui auraient vécu la même chose. est-ce que ça t'aiderait finalement ? tu sais que tu envoies tout ton mal sur cette séparation douloureuse, mais au fond, ne serait-ce pas ce qui t'est arrivée qui te cloue sur place ? tes cheveux qui virevoltent autour de ton visage, l'orage, suivi d'un éclair qui illumine la rue. un homme qui apparaît au bout de la rue, capuchonné, la peur qui grimpe. non.. tu murmures, pour toi. non, pas encore. non, pas une fois de plus. tu t'arrêtes, tu recules, et tu vas un peu plus vite encore. tu finis par te retourner pour courir dans le sens inverse. ton corps qui se fait arrêter net, qui se heurte à un autre, apparemment. le coeur qui bat trop vite, et la tête qui tourne. tu essaies de te débattre, sans succès avant de lever les yeux. deux yeux qui te scrutent. tu ne vois pas la haine qui en ressort, tout ce que t'y vois, c'est ton sauveur. levi. aide-moi. tu murmures, tu souffles, paniquée.

météo : éclairs sans pluie

_________________

prends le risque d'aimer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 121 points : 1
pseudo : ems, marina.
avatar : benjamin eidem.
crédits : ©ultraviolences/frimelda.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 15 Mai - 22:19
la mort dans l'âme, la revanche dans les veines, le goût âcre de la haine dans la bouche. tu rôdes dans les rues sans but précis si ce n'est celui de te perdre dans des pensées qui n'ont pas la moindre chance de t'amener au repos. les rues de brooklyn que tu connais par coeur, le moindre tournant que tes pas anticipent sans même lever les yeux. ta vie ne semble plus rien connaître de nouveau, levi. tu t'es perdu dans ton quotidien stagnant, dans tes pensées qui tournent en boucle depuis qu'on t'as pris ton frère. tu regrettes de ne pas avoir été là, tu lui en veux de sa vie d'illégalité qui aura fini par lui offrir un allez simple et anticipé vers la morgue. et si un tel événement aurait suffi à insuffler chez certains une envie de s'en sortir, ce n'était pas ton cas. tu n'aspirais à rien d'autre que ta vengeance et t'étais prêt à attendre le temps qu'il faudrait pour ça. à moins que le destin n'ait finalement décidé de te donner un coup de pouce ? tu la vois s'avancer, et tu crois d'abord à un mirage. à force d'avoir son visage ancré en permanence dans ton esprit, tu te serais presque attendu à l'avoir juste imaginé. mais non. c'est bien elle que tu reconnais, quand bien même des années vous séparent. aide-moi. elle te percute de plein fouet et pour la première fois depuis des mois, t'es complètement réveillé, levi. une bouffée d'air brûlant dans les poumons tandis que tu poses tes mais sur les épaules de la jeune femme. ta poigne qu'elle doit prendre pour une tentative de la calmer. suis-moi. tu ne sais pas ce qu'elle fuit mais elle ne semble pas douter une seconde de tes intentions. est-ce qu'elle se rappelle au moins de toi ? une main dans son dos, légère, la frôlant presque alors que tu la guides. immeuble en travaux, normalement fermé au public. tu rentres malgré tout, vous protégeant elle et toi de cet orage qui rend la soirée un peu plus lugubre. qui est-ce que tu fuis ? tu demandes sobrement, contenant non sans peine l'adrénaline qui brûle dans tes veines.

_________________
.
take me back to the night we met
i don't know what i am supposed
to do, haunted by the ghost of you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
you see how my butt looks good?
you see how my butt looks good?
messages : 875 points : 89
pseudo : margaux
avatar : luma
crédits : breakfast club (avatar) insta (signa)
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 16 Mai - 9:46
tu l’aurais reconnu les yeux fermés. propulsée dans ses bras, tes yeux qui ont croisé les siens, tu n’as pas réfléchis en lui demandant de t’aider. tu ne t’es jamais sentie en danger à ses côtés, tu n’as pas douté. alors oui, tu lui as soufflé ces quelques mots, simples, qui prouvent que tu as peur, que tu paniques et que tu n’as pas d’autres choix. suis-moi. qu’il te lance, uniquement. t’es rassurée qu’il ne t’abandonne pas à ton destin et tu le suis sans rien dire de plus. sa main qui te guide alors que tu ne cesses de regarder derrière toi. la silhouette qui semble avoir disparue. était-ce simplement ton imagination ? tu espères ne jamais le savoir, au fond. bâtiment qui semble fermé pour travaux, bâtiment assez délabré, tu rentres, tu n’as pas peur, ou du moins, tu n’as plus peur. des années que tu ne l’as pas vu, pourtant, tu ne sais pas qui il est devenu. tu avances, pièce assez sombre pourtant éclairée par des éclairs qui te font presque sursauter. qui est-ce que tu fuis ? il finit par te demander. tu bouges un peu, d’un côté, de l’autre, sans t’éloigner. tes pas qui pivotent, encore et encore, tes yeux qui scrutent, il n’y a pas d’autres entrées, il ne t’arrivera rien. il faut que tu respires. je.. je sais pas. tu finis par lui confier en relevant le regard sur lui. tu le détailles pendant un instant. son regard, son visage, son allure. toujours cet air assez mystérieux qu’il porte depuis des années. votre rencontre qui te revient. tu volais les gens, tes mains qui glissaient dans les poches pour obtenir quelques billets et sortir ta mère et ton frère de la précarité. ton quotidien quand tu n’étais qu’une ado. j’ai des problèmes levi, des trucs qui.. qui mettent en danger tout mon entourage. tu lui expliques, sans savoir qu’il n’est pas celui vers qui tu devrais aller. confiance aveugle juste parce que tu le connais. on me menace, moi, mes proches.. il.. il y a des types qui me suivent. tu finis par compléter, voix apeurée que tu ne peux pas cacher. tu devrais, pourtant. tu ne devrais pas te laisser aller de cette manière.

_________________

prends le risque d'aimer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 121 points : 1
pseudo : ems, marina.
avatar : benjamin eidem.
crédits : ©ultraviolences/frimelda.
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 19 Mai - 14:29
mimi te suit, ne doute pas une seconde que tu ne lui veux que du bien. elle est sûrement trop chamboulée à l'heure actuelle pour prêter attention à grand chose, de toute façon. tu vois la peur sur ses traits, t'entends son souffle court qu'elle tâche de récupérer alors que vous trouvez l'abri réconfortant d'un bâtiment en travaux. une seule entrée, une seule sortie. sortie devant laquelle tu te places instinctivement, donnant sûrement l'impression à la brune que tu la protèges d'un quelconque invité surprise. la vérité c'est que vous la prenez doucement au piège, toi et ton calme innocent, presque rassurant. je.. je sais pas. elle se calme enfin, lentement mais sûrement. elle te répond d'une voix un peu moins paniquée mais plus incertaine. j’ai des problèmes levi, des trucs qui.. qui mettent en danger tout mon entourage. le feu qui brûle de nouveau dans tes veines. la peine qui te submerge à la pensée de ton frère et qui se mue immédiatement en rage. son entourage. t'en as plus toi, d'entourage. et ce grâce à elle. quels genre de problèmes ? tu demandes vaguement concerné, l'air un brin inquiet mais peut-être un peu trop calme comparé à sa détresse à elle. tu fais un pas vers elle. un pas contenu, mesuré, sans pour autant trop t'éloigner de la sortie. un pas qui ne passera que pour une tentative de la rassurer, de lui montrer ta réconfortante présence. on me menace, moi, mes proches.. il.. il y a des types qui me suivent. ton intérêt plus attisé encore. un nouveau pas de plus qui te rapproche d'elle, quand bien même mimi semble avoir bien du mal à rester en place, occupée à laisser ses yeux papillonner à mille endroits de la pièce. pourquoi on te menacerait, toi ? tu dois t'imaginer des choses. t'as rien fait de mal, pas vrai mimi ? son prénom que tu prononces avec une amertume que tu tentes encore de cacher. mais pas pour bien longtemps. elle est bien trop proche, mimi. ta vengeance aussi.

_________________
.
take me back to the night we met
i don't know what i am supposed
to do, haunted by the ghost of you.


Dernière édition par Levi Thorne le Lun 19 Juin - 14:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
you see how my butt looks good?
you see how my butt looks good?
messages : 875 points : 89
pseudo : margaux
avatar : luma
crédits : breakfast club (avatar) insta (signa)
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 21 Mai - 12:47
t'es rassurée, ici, dans ce bâtiment qui n'a pourtant rien de rassurant. t'es rassurée, parce qu'il y a levi, parce que c'est un visage que tu connais, parce que tu te dis qu'il ne te voudra aucun mal, lui. au contraire, devant la porte, il te protégera certainement de ces types qui te veulent du mal. quels genre de problèmes ? il demande, quand même. tu fais ce que tu peux pour lui expliquer, des mots que tu penses censés, qui s'égard et viennent se poser entre le silence qui vous sépare encore. tu commences à te calmer, la peur qui s'évade, qui s'évapore, pour enfin te laisser en paix, rien qu'un instant. il s'approche un peu de toi, mais tu ne le remarques même pas mimi. t'es bloquée sur tout ce qu'il se passe dans ta tête. ces silhouettes qui te font peur, ces menaces qui sont bien réelles. une paranoïa qui devient réalité. pourquoi on te menacerait, toi ? tu dois t'imaginer des choses. t'as rien fait de mal, pas vrai mimi ? il reprend. tu le regardes, cette fois, sans bouger. rien de mal ? il y a bien quelque chose. t'as envie de lui expliquer, alors tu prends une grande inspiration. je.. j'imagine rien parce que j'ai.. j'ai tué un homme. tu lances, en reculant, sans trop savoir pourquoi. tu recules, tu perds son regard, tu regardes autre part. scène que tu revis, une fois de plus. atrocité du moment, que tu reproduirais pourtant, pour ta propre survie. il m'avait retrouvé, j'ai.. j'avais pas le choix. je suis allée en prison mais.. je suis vite sortie et.. et depuis, ils veulent venger la mort de ce.. violeur ? oui, mais le mot reste bloqué, là, au coin de tes lèvres. tes yeux qui dévient, qui reviennent sur levi et qui se perdent. expression étrange, expression qui te ferait presque peur quand il te regarde, de cette manière. le.. levi, ça va ? tu demandes, anxieuse, presque paniquée.

_________________

prends le risque d'aimer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 121 points : 1
pseudo : ems, marina.
avatar : benjamin eidem.
crédits : ©ultraviolences/frimelda.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Juin - 15:02
tu n'as jamais été du genre sadique, levi. tu ne tires aucun plaisir du malheur des autres et l'idée d'asseoir ton autorité sur je ne sais quelle victime pour te sentir un peu plus puissant ne t'as jamais effleuré l'esprit. mais tu trouves ce soir un plaisir nouveau à la scène qui se déroule sous tes yeux. parce qu'elle signe la fin de nombreux mois de haine et d'incompréhension, de centaines d'heures à tourner en rond comme un lion en cage pour tâcher d'apaiser ta colère. je.. j'imagine rien parce que j'ai.. j'ai tué un homme. elle l'avoue, enfin. soulagement que tu ne saurais décrire tant tu t'épargnes un déni qui n'aurait fait qu'attiser un peu plus tes foudres. elle ne s'en cache même pas mimi, d'avoir ôté la vie à un homme. à ton frère. qui si tout ça n'avait été que le fruit d'une mauvaise décision et que sa vie pouvait continuer. il m'avait retrouvé, j'ai.. j'avais pas le choix. je suis allée en prison mais.. je suis vite sortie et.. et depuis, ils veulent venger la mort de ce.. tu sers les poings devant son récit que tu connais déjà. tu ne veux pas entendre le qualificatif qui meurt dans sa gorge concernant ton frère. tu ne les supportes plus, ses mensonges. consciemment ou non, mimi fait un pas en arrière. tu la laisses faire sans trop forcer la proximité pour l'instant, conscient que tu te tiens toujours entre elle et la sortie. elle n'ira nul part, mimi. et tu trouves pas ça normal, toi ? je veux dire, t'as bien tué ce type pour te venger. normal qu'il y ait quelqu'un pour le venger lui, tu crois pas ? que t'expliques calmement tandis que tu commences à faire quelques pas dans la pièce sans jamais t'éloigner de la sortie. le.. levi, ça va ? le timbre craintif que t'entends enfin. tu interromps tes pas, poses ton regard sur elle. pour la première fois depuis plusieurs mois je vais enfin bien, mimi.

_________________
.
take me back to the night we met
i don't know what i am supposed
to do, haunted by the ghost of you.


Dernière édition par Levi Thorne le Lun 24 Juil - 17:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
you see how my butt looks good?
you see how my butt looks good?
messages : 875 points : 89
pseudo : margaux
avatar : luma
crédits : breakfast club (avatar) insta (signa)
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 20 Juin - 16:04
il change de comportement sans que tu ne le vois vraiment. cette image de héros qui se dessine devant toi alors que tu pensais y passer cette fois. confiance aveugle que tu lui portes sans chercher le pourquoi et encore moins le comment. tu restes accrochée à ce qu’elle te dit, t’essaies de lui expliquer ce qu’il t’arrive pour qu’il puisse te protéger du mieux que tu peux. en réalité, tu t’es jetée dans la gueule du loup, sans même le savoir. et tu trouves pas ça normal, toi ? je veux dire, t'as bien tué ce type pour te venger. normal qu'il y ait quelqu'un pour le venger lui, tu crois pas ? tu le regardes, les gros yeux que tu lui fais, tu ne comprends pas ses mots. cette défense qu’il prend.. contre toi. il n’a pas le droit. il ne peut pas. pour la première fois depuis plusieurs mois je vais enfin bien, mimi. qu’il te lance en bougeant sans jamais te laisser l’espace d’une seconde pour t’enfuir, parce que tu n’as plus que ça en tête maintenant. fuir. t’enfuir loin, prendre le large et te sauver. la sonnerie du danger sonne dans ton esprit. levi tu.. tu ne peux pas le protéger, tu ne peux pas accepter ce que m’a fait cet homme. tu commences, en reculant encore un peu. il n’y a rien ici. bâtiment désaffecté, même si tu tentais de casser al fenêtre et de sortir, tu mourrais en atterrissant, t’en es certaine. pourtant, il te faut une solution, tu ne peux pas.. mourir ? qui es-tu ?! tu paniques, ça monte et tu as beau reculer, tu finiras par rester coincée contre le mur, t’en es sûre et certaine, tu resteras coincée là, contre ce mur et il fera ce qu’il veut. dis-moi ce que je t’ai fait ! tu te mets à crier, comme pour tenter de l’impression, lui et son calme plat, lui et sa manière de te toiser comme si tu n’étais plus qu’une toute petite chose. comme s’il allait effacer le mal de ce monde. tu n’es pas le mal. tu n’es pas ce mal non. tu ne peux pas l’être. il ne peut pas te faire ça.

_________________

prends le risque d'aimer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 121 points : 1
pseudo : ems, marina.
avatar : benjamin eidem.
crédits : ©ultraviolences/frimelda.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Juin - 16:56
tu sais que c'est le moment, levi. le déclic, ce bref instant de conscience qui risque de tout changer dans la tête de mimi. parce qu'elle n'est pas encore paniquée, pour l'instant. elle accueille doucement tes mots et tu les vois presque s'infiltrer dans son esprit en temps réel jusqu'à voir sa mine se décomposer. ça y est, vous y êtes. tu n'es plus tendre levi, et tu ne comptes plus passer par quatre chemins. t'attends depuis trop longtemps. levi tu.. tu ne peux pas le protéger, tu ne peux pas accepter ce que m’a fait cet homme. tu ne sais pas ce qui te fait le plus bouillir : qu'elle l'accuse de ce que tu sais impensable ou qu'elle l'appelle "cet homme" comme s'il n'était personne. elle continue de reculer et tu ne bronches pas. tu la laisses se terrer dans un coin de la pièce en portant avec elle cet illusoire espoir que ses efforts serviront à quelque chose. tu finiras par t'approcher. mais tu la laisses pour l'heure se noyer dans tout ce qu'elle ne sait pas, mimi. tu lui offres ce bref moment d'ignorance où elle n'a pas encore toutes les données en main, où elle peut encore croire à un simple malentendu. mais tu comptes bien vite remettre les choses à leur place. quelques secondes encore. qui es-tu ?! elle demande enfin, prête à assembler les dernière pièces du puzzle. juste une victime de plus de ton crime. tu rétorques d'un air mauvais, peinant presque à utiliser le mot crime tant elle en a à peine payé les conséquences. comme si un meurtre pouvait se transformer en un simple délit de routine sous prétexte que son auteur était une bonne menteuse. dis-moi ce que je t’ai fait ! sa voix paniquée qui résonne dans cet immeuble en ruine. tu ne la feras pas attendre plus longtemps. t'as tué mon frère. poignée de mots dans lesquels rien ne perce si ce n'est ta haine.

_________________
.
take me back to the night we met
i don't know what i am supposed
to do, haunted by the ghost of you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
you see how my butt looks good?
you see how my butt looks good?
messages : 875 points : 89
pseudo : margaux
avatar : luma
crédits : breakfast club (avatar) insta (signa)
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 30 Juin - 9:55
tu commences à avoir peur mimi, peur de cette ambiance. il te cache des choses, que tu ne comprends pas encore. t’essaies de savoir qui il est. pour toi, c’est levi. ton ex, cet homme qui a été présent pour toi à une époque sombre de ta vie. pour toi, il est justement revenu pour te sortir de cet épisode et peut-être de sauver des démons qui s’amassent devant ta porte. pourquoi, il semble être le plus terrible d’entre tous. son regard, fermé, son corps qui bouge à peine alors que tu tentes déjà de trouver une sortir. sauf que tu ne vois rien, sauf qu’il n’y a rien. petite chose prise au piège. voilà à quoi tu ressembles. tu commences à crier mimi, crier ta peine, ta panique et ton désarroi. juste une victime de plus de ton crime.   tu secoues la tête. il n’a rien à voir avec cette histoire, qu’as-tu bien pu lui faire. incompréhension totale dans laquelle tu es bercée, pourtant tu fouilles, pourtant tu cherches. tu viens appuyer sur le bouton pour qu’enfin il te souffle cette vérité que tu ignores encore. t'as tué mon frère.   qu’il laisse échappe. les mots qui te clouent, le corps qui tremble et sa voix qui te percute sans prévenir. son frère ? non.  il.. tu recules encore mimi, la peur prenant tout son sens. ce sentiment qui s’incruste dans tes veines jusqu’à ce que tu rencontres le mur. fenêtre barricadée, même si tu tentais tu ne pourrais t’en sortir. non.. non, c’est faux.. non, il.. il ne pouvait pas être ton frère. tu grondes, cherchant une explication qui pourrait un peu mieux convenir à la situation, pourtant quand tu croises les yeux de levi, tu comprends. c’était son frère, et maintenant il va le venger. tu t’es simplement jeter dans la gueule du loup. tu comptes me.. me tuer ? tu vas me tuer levi ? tu vas venger celui qui m-m’a violé ? tu laisses entendre, les vérités qui frappent et pourtant tes dernières pensées vont vers balt. tu vas y passer, tu le sens, tu le sais, c’est la fin. il va te tuer pour cette balle qui avait pour but ta propre vengeance contre cet homme qui a abusé de toi. le goût des pavés qui te revient en bouche, ses mains sur ta peau. tu ne pleureras pas, pas en tes derniers instants. est-ce que tu as encore une chance de t’en sortir ?

_________________

prends le risque d'aimer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm in love with you guys
i'm in love with you guys
messages : 1282 points : 35
pseudo : romane (breakfast club).
avatar : sid ellisdon.
crédits : money honey.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 3 Juil - 10:44
il n’avait pas voulu lui dire. mais ce soir là quand elle lui avait dit qu’il sortait, kaz avait eu un mauvais pressentiment. il ne pouvait pas empêcher mimi de vivre sa vie, mais il pouvait s’assurer qu’elle restait en vie. après qu’elle ait claqué la porte, kaz avait remit son arme en place dans son dos. il avait enfilé sa veste et un paquet de cigarette neuf sans sa poche. kaz avait doucement suivi mimi. attendant qu’elle ressorte de l’immeuble. il avait passé la soirée, se demandant quand les éclairs se transformeraient en orage. mais quand elle était sortie plusieurs heures plus tard, il était soulagé de la voir en un seul morceau. il n’aait pas trop compris ce qu’il s’était passé ensuite, il se souvenait juste qu’il était là, maintenant devant cet immeuble désaffecté. depuis trop longtemps pour que ce soit normal, d’ailleurs. « putain, mimi. » il souffla avant de s’engouffrer dans l’immeuble. il était vide, en travaux et il ne comprenait pas comment elle était arrivé là, si ce n’était qu’il l’avait vu avec un homme. elle avait eu l’air de le connaître alors kaz ne s’était pas inquiété. « dis-moi ce que je t’ai fait ! » résonna la voix de mimi. merde. il suivit les voix qui le guidèrent doucement. il reconnu dans le noir la silhouette de mimi. il sentait la panique à la façon dont elle se tenait. et le mec en face d’elle semblait bien trop serein. kaz fronça les sourcils. soit il attendait, soit il intervenait. quoi qu’il arrive, ça ne se terminerait pas bien pour lui… kaz pinça les lèvres. « tu comptes me.. me tuer ? tu vas me tuer levi ? tu vas venger celui qui m-m’a violé ? » son sang de fit qu’un tour. d’un pas lourd il entra dans la pièce. kaz attrapa le bras de mimi pour la pousser, un peu trop brutalement, derrière lui. il regarda le mec. « c’est qui lui ? » il grogna à l’attention de mimi, sans lâcher le mec des yeux.

_________________
    - beautiful problems. ☾
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 121 points : 1
pseudo : ems, marina.
avatar : benjamin eidem.
crédits : ©ultraviolences/frimelda.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 5 Juil - 18:10
la vérité est balancée, et elle risque de faire mal. à toi ? trop tard, le mal est fait en ce qui te concerne. ton frère est mort et personne ne le ramènera, que ce soit d'hypothétiques remords de mimi ou ta vengeance durement cherchée. non.. non, c’est faux.. non, il.. il ne pouvait pas être ton frère. qu'elle balbutie difficilement. le déni. tu ne le connais que trop bien, celui-là. vieil ami que t'as depuis longtemps abandonné pour laisser place à des sentiments bien plus amers. pour laisser place au levi qui fait face à mimi ce soir, froid et menaçant. tu la laisses se perdre dans son conflit intérieur tandis qu'elle cherche à tirer le vrai du faux. mais tout est vrai dans ce que tu dis. les seuls mensonges viennent d'elle. tu comptes me.. me tuer ? tu vas me tuer levi ? tu vas venger celui qui m-m’a violé ? c'est la première fois que tu te confrontes réellement à la question. tu t'étais tellement focalisé sur le but premier de la retrouver que t'en avais presque oublié la façon dont t'allais finalement la faire payer. la tuer pour autant ? la demande te frappe, levi. on est pas tous comme toi, mimi. on a pas tous la même facilité à planter une balle dans le crâne du premier venu. tu lances froidement. t'as pas le temps de faire un pas vers elle qu'une silhouette vous rejoint subitement. c’est qui lui ? demande le type dans un grognement en cachant mimi derrière lui. la balance vient de subitement pencher en ta défaveur, t'en es conscient. t'as rien sur toi, levi. pas de flingue, pas même un couteau suisse pour essayer de te défendre. y'a que toi et ta haine qui ne sont pas prêts de détruire autre chose que toi-même. tu lèves brièvement les bras pour illustrer ton impuissance avant de les laisser retomber le long de ton corps tandis que tu t'acharnes à garder le regard de mimi dans le tien. tu comptes faire quoi, mimi ? demander à ce type de me tuer ?  tu lances en reprenant ses mots. ta justice est morte, levi. et tu pourrais peut-être bien connaître le même destin.

_________________
.
take me back to the night we met
i don't know what i am supposed
to do, haunted by the ghost of you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
you see how my butt looks good?
you see how my butt looks good?
messages : 875 points : 89
pseudo : margaux
avatar : luma
crédits : breakfast club (avatar) insta (signa)
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 9 Juil - 16:12
t'as peur mimi. tu es terrorisée. tu vas y passer cette fois. son regard menaçant, tes mots qui semblent l'énerver plus que le raisonner.. t'as peur. on est pas tous comme toi, mimi. on a pas tous la même facilité à planter une balle dans le crâne du premier venu.  tu fronces les sourcils, tu vas pour répondre, mais tu entends ce bruit. ce corps qui débarque, t'es bousculée vers l'arrière et instinctivement tu t'accroches au mur pour ne pas tomber. tes yeux se déposent sur le dos de kaz et ton coeur rate un battement. comment a-t-il fait pour.. pour venir jusqu'à toi. t'as le coeur qui bat vite, l'esprit toujours perdu. c’est qui lui ? tu n'as rien à répondre, tu ne sais plus qui est cet homme. tu le pensais être un homme de confiance. tu pensais pouvoir compter sur lui, te réfugier près de lui, mais au final .. tu ne sais plus. il lève ses bras, pour indiquer qu'il n'a rien sur lui avant de capter ton regard, encore et toujours. tu n'arrives pas à baisser le tien. tu comptes faire quoi, mimi ? demander à ce type de me tuer ?  tes yeux qui ne le quittent toujours pas. tu bouges doucement, mais tu sens que kaz va t'en empêcher. tu aimerais t'approcher, tu aimerais comprendre ce qu'il veut réellement levi. pourquoi venger ton violeur. comment est-il arriver à ce point ? il était si important à l'époque, il a marqué une grosse partie de ta vie que tu ne peux pas oublier. j-je.. non, non.. non, ne lui fais pas de mal. tu demandes, doucement en posant une main sur le dos de kaz pour qu'il ne passe pas à l'acte. c'est.. c'est un homme que j'ai.. tu n'y arrives pas, t'as peur de tes mots, peur de toi-même. pourquoi levi.. pourquoi tu fais ça ? pourquoi tu acceptes ce qu'il m'a fait ? tu demandes, sentant les larmes monter. c'est trop, beaucoup trop. t'étais déjà pas capable de te battre en ne sachant pas qui te veut du mal, mais maintenant que tu le sais, t'as encore moins envie.

_________________

prends le risque d'aimer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm in love with you guys
i'm in love with you guys
messages : 1282 points : 35
pseudo : romane (breakfast club).
avatar : sid ellisdon.
crédits : money honey.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 11 Juil - 11:57
en entendant sa voix, kaz s‘était attendu à un caïd, mais il était un peu déstabilisé maintenant.il se retrouvait face à un petit blondinet aux allures de gendre idéal. de fait, il n’arrivait pas à comprendre à qui il avait à faire. la voix perdue et suppliante de mimi lui avait donné une vague idée de la direction à prendre. mais kaz ne savait pas encore à quel point il s’était jeté la tête la première dans les problèmes – pour la millième fois, peut-être. « tu comptes faire quoi, mimi ? demander à ce type de me tuer ? » demanda le mec. le sang de kaz ne fit qu’un tour à l’idée. est-ce qu’il sortirait son arme dans le dos, pour tirer sur ce mec sans savoir pourquoi, ni avoir d’explications ? il n’était pas sur, mais il se connaissait assez pour savoir que si c’était pour aider mimi, il le ferait certainement. « j-je.. non, non.. non, ne lui fais pas de mal. » il entendit mimi. quand elle posa la main dans son dos kaz compris que c’était à lui qu’elle s’adressa. sur ses gardes, kaz essaya de se détendre un peu. sous pression il était prêt à faire une connerie… « c'est.. c'est un homme que j'ai.. » elle ne finissait pas ses phrases et kaz essayait de lire entre les lignes, mais la situation était un peu trop difficile pour qu’il puisse se concentrer à ce point. « pourquoi levi.. pourquoi tu fais ça ? pourquoi tu acceptes ce qu'il m'a fait ? » elle demanda. kaz ferma les yeux. il fallait toujours qu’elle parle. il se tourna vers elle et attrapa son bras. « viens, on se casse. » il dit. kaz entendit alors des pas derrière lui. pensant que c’était le blondinet, il se retourna, coude levé pour qu’il puisse aller le saluer en plein visage. mais c’était encore quelqu’un d’autre. est-ce que tout ça était prévu ? déstabilisé, kaz mangea un premier coup au visage, mais resta stoïque. qui était ce mec et d’où sortait-il ?

Spoiler:
 

_________________
    - beautiful problems. ☾
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 121 points : 1
pseudo : ems, marina.
avatar : benjamin eidem.
crédits : ©ultraviolences/frimelda.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 12 Juil - 19:52
t'es pas un caïd, levi. t'es pas comme ton frère, t'as jamais su te pavaner avec des airs de roi de la jungle comme si tout t'était dû. t'étais conscient de ses défauts, évidemment, et tu n'étais pas dupe quant à son penchant pour la violence. pourtant même dans l'état actuel des choses tu ne croyais pas un centième de l'histoire que mimi s'évertuait à répéter en boucle. j-je.. non, non.. non, ne lui fais pas de mal. tu ne comprends pas tout de suite que c'est de toi dont elle parle et à en juger par la mine du nouveau venu, t'es pas le seul. est-ce qu'elle croyait qu'en essayant de calmer les choses elle parviendrait à apaiser ta rage ? elle avait tout faux, mimi. tu devrais. tu conseilles d'un ton égal. parce que tu ne pensais pas possible de laisser les choses se terminer dans ce bâtiment défoncé sans avoir eu de quoi assouvir un minimum ta vengeance. alors oui, ce type venait probablement de sauver la mise à mimi ce soir. mais tu l'avais retrouvée une fois et tu te savais capable de la retrouver de nouveau. c'est.. c'est un homme que j'ai.. elle ne termine pas sa phrase et t'es es soulagé, levi. la dernière chose dont t'as envie c'est qu'elle essaie de se tirer du bordel qu'elle a crée en invoquant votre passé révolu. pourquoi levi.. pourquoi tu fais ça ? pourquoi tu acceptes ce qu'il m'a fait ? toujours les mêmes questions, celles qui commencent à te faire perdre patience. tu ne supportais pas qu'elle joue les innocentes et la présence du brun au regard mauvais entre vous n'arrangeait rien à ta frustration. on était en train de te voler ton moment levi, après tous ces mois d'attente. j'accepte rien du tout mimi, et surtout pas tes mensonges dégueulasses. je connaissais mon frère, il aurait jamais fait ça. jamais, t'entends ?! tu cries plus fort, l'esprit brouillé de colère. t'essaies de convaincre qui levi, elle ou toi ? viens, on se casse. lance alors le type en empoignant la brune. t'es pas prêt à les laisser partir, pas encore, alors t'amorces un pas déterminé vers eux. mais une silhouette te frôle et se retrouve en une poignée de secondes à leur hauteur avant toi. un coup de poing puis un autre, des jurons de haine lâchés par le nouveau venu que tu reconnais enfin : dale, meilleur pote de ton frère, impulsivité dans les veines et rage dans les poings. l'arme qu'il tire de sa poche au moment où tu comprends ce qu'il va se passer. tu te jettes sur lui et essaies d'attraper son arme alors qu'il fait un pas en arrière pour prendre du recul et viser correctement sa cible. lâche-ça, merde ! t'avais jamais pensé que les choses se termineraient ainsi. tu parviens à prendre une maigre prise sur l'arme pour en dévier la trajectoire mais le coup est déjà parti, te frôlant la main. au lieu d'une balle dans la tête, c'est une en pleine poitrine que reçoit celui que tu connaitrais plus tard sous le nom de kaz abberline.

_________________
.
take me back to the night we met
i don't know what i am supposed
to do, haunted by the ghost of you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm in love with you guys
i'm in love with you guys
messages : 1282 points : 35
pseudo : romane (breakfast club).
avatar : sid ellisdon.
crédits : money honey.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 12 Juil - 20:31
si le coup qu’il avait pris dans la tête lui faisait voir trente-six milles chandelles, il n’avait pas idée de ce qu’il allait ressentir dans quelques instants. hagard, kaz essayait de retrouver ses esprits. il ne comprenait pas d’où venait ce mec, qui il était et il avait même du mal à évaluer à quel point il était dangereux face à lui. à genoux, kaz essaya de se relever mais le coup qu’il avait pris en plein visage lui faisait tourner la tête, il sentait le gout métallique du sang dans sa bouche, il devait avoir une lèvre bien amochée. « lâche-ça, merde ! » dans un instinct de survie, kaz ouvrit les yeux… pour trouver une arme pointée sur lui quelques pas plus loin, entre les deux yeux. merde, il n’avait pas envisagé ça. d’un bras, kaz allait fouiller dans son dos, pour trouver son arme à lui. mais le coup parti. sa respiration se stoppa. son regard s’embruma et il tomba à la renverse. il savait qu’il avait les yeux ouverts mais kaz ne voyait plus rien. il tentait vainement de respirer, trouver de l’air. a première vue, il arrivait à comprendre que la balle l’avait touché dans le torse, mais il était incapable de savoir à quelle distance de son cœur il se trouvait. il laissa sa tête tomber en arrière et ses yeux se fermer. il sentait toute énergie disparaître de son corps. kaz eut une dernière pensée : bo ne lui pardonnerait jamais d’être mort comme ça…

Spoiler:
 

_________________
    - beautiful problems. ☾
Revenir en haut Aller en bas
avatar
you see how my butt looks good?
you see how my butt looks good?
messages : 875 points : 89
pseudo : margaux
avatar : luma
crédits : breakfast club (avatar) insta (signa)
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 19 Juil - 15:34
tu te sentirais presque en position de force. kaz a tes côtés, ton héros. il est là, te soutient et est déjà prêt à te sortir de là alors que tu cherches encore des réponses. t’essaies de lui faire entendre raison. ta version qui ne semble pas être acceptée, pourtant, on t’a violé, pourtant, son frère t’a violé. tu te souviens de chaque odeur, tu te souviens des pavés et de la lumière du belvédère. j'accepte rien du tout mimi, et surtout pas tes mensonges dégueulasses. je connaissais mon frère, il aurait jamais fait ça. jamais, t'entends ?! il crie, il hurle, et tu recules d’un pas pour te cacher. t’as peur de cette réaction. t’as peur d’inventer, pendant un instant. mais tu n’as rien inventé. tu avais ces bleus pendant des semaines après. viens, on se casse. kaz prend les choses en main. t’as pas le choix. sa main qui empoigne ton bras, tu vas pour le suivre quand un type déboule de nulle part. inconnu au bataillon, il s’en prend directement à kaz. t’as le temps de rien dire, de rien faire. témoin de la scène, coupable des faits, unique responsable de l’engouement. tu retiens kaz de justesse qui prend un coup en pleine face. tu ne vois pas l’arme qui sort, l’arme qui se pointe. lâche-ça, merde ! c’est ce qui te fait sortir de ta torpeur. une arme pointée sur kaz. tu vas pour l’éloigner, tu vas pour le sauver : tu n’en as pas le temps. le coup de feu te renvoie des mois en arrière. tu n’avais pas tiré qu’un seul coup pour en terminer avec ton bourreau. ton sang se glace et pendant un instant tu pries le seigneur pour que ce soit toi qui ait reçu cette balle. mais tu ne sens rien. vraiment rien. le corps de kaz tombe à la renverse et tu sais. nooon ! tu es déjà en train de hurler, mais c’est trop tard. le corps de kaz tombe. tu le rattrapes, tu t’engouffres dessous l’empêchant de se cogner. tu te retrouves à terre, le soutenant mais c’est trop tard. le sang coule de partout. son corps devient rouge. ta vision est brouillée par les larmes alors que tu sens cette délivrance dans le dos de l’homme qui a voulu te protéger. encore un. encore ta faute. tu attrapes l’arme, sans réfléchir. tout va trop vite. beaucoup trop vite. tu sors l’arme du dos de kaz et tu commences à la pointer devant vous. tu ne vois rien, tu pleurs, tu paniques. tu veux balt. tu veux remonter dans le temps. tu veux sauver kaz. vo-vous l’avez tué ! tu hurles en pointant l’arme. le bras qui tremble, une main libre sur la poitrine de kaz. le sauver ou le venger. tu hésites un instant. tu pourrais en finir. une bonne fois pour toute. tu n’es pas capable de vivre avec sa mort, tu n’es pas capable de vivre avec ça. tu pourrais en finir, tout arrêter. tout stopper. l’arme qui dévie doucement, contre toi, tu fermes les yeux et tu pleurs un peu plus encore. et quoi ? et laisser balt ? et laisser ton frère ? l’arme t’échappe, elle résonne en tombant au sol alors que tu te blottis contre ce corps inerte. me laisse pas kaz.. ton téléphone, tu le sors. il tombe. t'en as plus rien à faire de levi, et de celui qui a tiré. tu auras ta vengeance. tu vengeras kaz. mais tu dois d'abord le sauver.

_________________

prends le risque d'aimer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 121 points : 1
pseudo : ems, marina.
avatar : benjamin eidem.
crédits : ©ultraviolences/frimelda.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 24 Juil - 12:51
tout se passe trop vite, t'as à peine le temps de comprendre la scène qui se déroule sous tes yeux. dale avait tiré. dans le but de tuer, à en juger par sa première cible. tu ne comprends pas comment les choses ont pu déraper si facilement. même avec ta rage et ta vengeance combinées à une arme entre tes mains, tu n'aurais su faire autant de dégâts. nooon ! le protecteur de mimi s'écroule au sol, du sang perlant déjà de sa poitrine. et alors que tu fais un pas dans sa direction, c'est ton frère que tu vois soudain à la place du corps inerte sur le sol. t'as la nausée, levi. tu t'en veux d'avoir causé ça malgré toi. t'en veux à ce type qui n'a rien trouvé de mieux à faire que de s'interposer là où il n'avait pas sa place. t'en veux à dale d'avoir tiré. et t'en veux à mimi d'avoir provoqué tout ça en premier lieu. t'es trop sonné pour voir mimi tirer l'arme du brun et la pointer vers dale et toi. tu ne réagis pas alors que dale se donne la peine de lever ses deux mains devant lui pour la calmer. vo-vous l’avez tué ! tes yeux ne quittent plus le type inconscient sur le pavé. tu ne dis rien, levi. tu n'as tué personne toi, et pourtant c'est tout comme. ça n'arrange rien à ta rage. tu voulais venger ton frère et tu risques de devenir la proie de ceux qui voudront à leur tour venger l'inconnu à terre. un sentiment d'injustice te brûle l'estomac et tu sers le poing de frustration. une douleur vive, ton regard que tu glisses jusqu'à ta main en sang. la balle avait ricoché sur le côté de ta paume avant de terminer dans la poitrine de l'autre. me laisse pas kaz.. supplication soufflée entre deux sanglots tandis que mimi sort son téléphone. elle a laissé retomber l'arme avec laquelle elle vous avait visé, dale et toi. avec laquelle elle s'était elle-même visée, durant un bref instant que tu crois presque avoir imaginé. le téléphone s'échappe à son tour de ses mains. c'est ce qu'il te faut pour finalement sortir de ta torpeur. tu t'avances jusqu'à elle, dégageant la main de dale qui empoigne ta veste pour t'empêcher d'y aller. t'attrapes le téléphone, composes le numéro des urgences. tu sais que tu seras incapable d'appeler. ce n'est pas ton rôle. tu reposes le téléphone dans les mains de mimi tandis qu'on décroche à l'autre bout du fil. tu te redresses, t'éloignes, te retrouves aux côtés de dale. je voulais pas que ça se passe comme ça.  tu lances, sincère. ça ne change rien à la froideur que tu réserves à mimi : tu ne l'as pas pardonnée, loin de là. mais elle pleure, elle souffre. c'était pas ce que tu voulais, levi ? lui faire aussi mal qu'elle t'avait fait mal en te prenant ton frère. et quand bien même tu n'avais pas touché à l'arme, tu retrouvais ta propre douleur sur ses traits.

_________________
.
take me back to the night we met
i don't know what i am supposed
to do, haunted by the ghost of you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
you see how my butt looks good?
you see how my butt looks good?
messages : 875 points : 89
pseudo : margaux
avatar : luma
crédits : breakfast club (avatar) insta (signa)
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 24 Juil - 13:18
ton téléphone qui tombe, t’as à peine la force de le retenir. et maintenant mimi ? kaz sera-t-il la première victime d’une longue liste ? est-ce que tu vas tous les voir tomber un à un. pendant un instant, c’est le visage de balt que tu vois, entre tes mains, un corps inerte, par ta faute. tu pleurs, tu lâches tout ce que tu as sur le cœur, tout ce que tu ressens. tu souffres, parce que tu as peur qu’il soit réellement mort. peur que ce soit la fin. tout ce sang, autour de vous.. t’as pas la force de rester courageuse, t’as pas la force de te tenir droite. un mouvement, que tu vois à peine, levi, qui s’approche. t’es à deux doigts de prendre l’arme et de lui tirer dessus pour qu’il disparaisse à tout jamais. qu’il rejoigne son frère. t’es en colère, et c’est jamais bon. quand il prend ton téléphone, tu vas pour lui hurler dessus, pour qu’il te le rende, mais il compose le numéro des urgences et te le rend. une main appuyée sur la poitrine de kaz, l’autre tenant le téléphone. je voulais pas que ça se passe comme ça. il ose te dire. de grands yeux, que tu lui offres, tu vas pour l’insulter quand ça décroche. j’ai besoin d’une ambulance, un homme s’est fait tirer dessus, à east new york, bâtiment désaffecté, faite vite, je vous en supplie. que tu énonces, simplement. on te dit qu’ils vont arriver, immédiatement. mais c’est combien de temps, immédiatement. est-ce qu’il tiendra jusque là ? ta main qui reste toujours comprimé, qui tente d’arrêter l’hémorragie. tu sais qu’elle ne s’arrêtera pas.. vas-t-en ! dégagez d’ici ! tu finis par hurler. ton regard qui trouve celui de levi. parce que je te retrouverai levi, et je le vengerai. crois-moi, s’il meurt, je te jure que je te retrouverai toi, et ton pote. tes mains, pleines de sang, tu lances des menaces à tort et à travers. les larmes qui continuent de couler le long de tes joues. c’est toute cette haine que tu ressens pour cet homme que tu pensais connaître, un homme finalement pas différent du grand frère. tu serais presque contente de l’avoir tué maintenant. sauf qu’ils bougent pas, apparemment pas impressionnés. ils savent ce que tu as fait pourtant. l’homme qui a tiré s’approche avec son rictus. levi tente de le retenir, de ce que tu vois. tu attrapes l’arme et tu la pointe directement. l’ancienne mimi aurait tiré. l’ancienne mimi n’aurait pas réfléchi. l’ancienne mimi aurait tiré et serait retournée en prison. mais elle n’est plus l’ancienne mimi. depuis longtemps. tu balances l’arme à leur pied. vas-y, montre-moi ce que tu voulais faire, montre-moi comment tu voulais que ça se passe. je te laisserai que cette occasion. tu penses à balt, tu penses à aaron, c’est pour eux que tu fais ça. si tu meurs, s’ils ont leur vengeance, ils seront en sécurité, sans toi. prouve moi que j’suis une menteuse !

_________________

prends le risque d'aimer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 121 points : 1
pseudo : ems, marina.
avatar : benjamin eidem.
crédits : ©ultraviolences/frimelda.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 24 Juil - 15:13
elle récupère le téléphone difficilement et tu t'attends presque à ce qu'elle te le jette dessus. il y a tellement de rage dans le regard de mimi. tellement de hargne et de peine que tu n'arrives pas bien à démêler l'une de l'autre. tu comprends, évidemment. personne n'était mieux placé que toi pour comprendre une telle situation. et t'es presque attendri - quoi que le mot soit bien loin d'être aussi tendre que la réalité - de la voir ainsi souffrir. est-ce qu'elle méritait vraiment tout ça ? t'aurais répondu oui sans hésiter, jusqu'à il y a quelques minutes. et pourtant tu n'en tirais pas autant de satisfaction que tu l'aurais voulu. peut-être parce que le type visé était innocent dans cette histoire. comme ton frère, pas vrai ? j’ai besoin d’une ambulance, un homme s’est fait tirer dessus, à east new york, bâtiment désaffecté, faite vite, je vous en supplie. souffle-t-elle au téléphone. tu sais que c'est le moment de partir, levi. quand bien même tu n'as pas tiré le coup de feu, tu sais que tu tomberas sans hésitation pour ça et que mimi choisira de t'enfoncer à la moindre occasion possible. vas-t-en ! dégagez d’ici ! tu la regardes se débattre avec la plaie, sans grand résultat. parce que je te retrouverai levi, et je le vengerai. crois-moi, s’il meurt, je te jure que je te retrouverai toi, et ton pote. est-ce qu'elle cherche à te faire peur ? elle n'y parvient pas, en tout cas. ça fait bien longtemps que tu n'as pas dormi sur tes deux oreilles et la peur de la mort n'en a jamais été la raison. tu t'es toujours dit que tu terminerais ta vie dans un coin sombre et sale des rues de brooklyn, et les menaces de mimi n'y changeront rien. dale ne semble pas être aussi ébranlé que toi par cet homme à terre et il s'approche de mimi avec la ferme intention de faire disparaître les témoins. tu le vois dans son regard, tu sais qu'il est prêt à aller au bout de ce qu'il a commencé. et si tu n'as aucune envie de protéger mimi, tu sais que tu ne peux pas le laisser faire. il lève son arme, tu poses une main ferme sur son épaule. n'y pense pas. tu lances d'un ton autoritaire. tu ne penses pas pouvoir contrôler un gars comme dale, tu l'avais prouvé quelques minutes plus tôt. mais tu sais qu'il n'oserait pas te prendre le sort de mimi des mains. il avait perdu un meilleur ami, t'avais perdu un frère. tu gagnais ce triste jeu haut la main. vas-y, montre-moi ce que tu voulais faire, montre-moi comment tu voulais que ça se passe. je te laisserai que cette occasion. elle pointe vaguement leur arme sur eux avant de la jeter à leurs pieds. prouve moi que j’suis une menteuse ! l'hystérie dans sa voix résonne dans ce foutu bâtiment en ruine. dale s'apprête à ramasser l'arme, tu l'en empêches d'un geste. pars d'ici, l'ambulance va pas tarder. tu lui souffles. un bref instant d'hésitation puis il s'en va, emportant avec lui l'arme du crime. t'as beau voir mimi à côté d'un quasi cadavre, ça ne parvient pas à étouffer ta colère. tu t'avances vers elle, l'attrapes par le col de sa veste et la plaques violemment contre un mur abimé, prisonnière de ta poigne. tu vois ce que ça fait maintenant, mimi ? tu sens comme ça fait mal ? qu'est-ce que tu crois, que tu mérites mieux, que t'as le droit de briser la vie des autres mais que personne ne peut toucher à la tienne ? t'es qu'une putain d'égoïste. c'est toi qui mériterait d'être à sa place à te vider de ton sang. et s'il s'en sort pas, tu pourras bien faire ce que tu veux de moi et chercher à te venger tant que tu veux, t'auras que toi à blâmer pour sa mort. mimi lane, éternelle coupable de tous les maux du monde. ou des tiens, en tout cas.

_________________
.
take me back to the night we met
i don't know what i am supposed
to do, haunted by the ghost of you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
you see how my butt looks good?
you see how my butt looks good?
messages : 875 points : 89
pseudo : margaux
avatar : luma
crédits : breakfast club (avatar) insta (signa)
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 24 Juil - 15:36
n'y pense pas. qu’il dit à l’autre homme, pour qu’il ne prenne pas ce qui lui revient de droit : ta tête. apparemment, tu vaux cher, à cause d’une seule et unique personne, qui doit pourrir entre quatre murs, cinq trous dans le corps. les cinq balles que tu avais. les cinq que tu avais prévu. une seule pour lui, et le reste au cas où. t’as pas pu t’arrêter à une quand tu t’es retrouvée devant ses yeux, fiers, tellement fiers de ce qu’il t’avait fait. t’as voulu retirer ce sourire de ses lèvres, t’as voulu le tuer et tu t’es acharnée. t’en as conscience. ta tête vaut cher, et apparemment, elle est entièrement dédiée à levi. un prénom que tu ne veux plus entendre, jamais, que tu ne veux même plus voir. pourtant il reste là, devant toi. tu veux qu’il parte mais il reste. pression que tu lances. l’arme, à leurs pieds. ils n’ont qu’à la ramasser et tirer. ils n’ont qu’à faire ça. pas de témoins, plus rien, plus de mimi. ça sera la fin d’une histoire et vous passerez pour deux amants qui se sont entretués. mais l’arme est récupérée par l’homme que tu as dans ta ligne de mire, le tireur. pars d'ici, l'ambulance va pas tarder. levi l’arrête, mais il ne t’arrête pas. pas complètement. tu ressens la colère et la haine, certainement la même qui t’habite, celle qui émane de toi de voir le corps de kaz dans cette position. mais il arrive levi, telle une furie. il attrape ton col et te soulève. poids plume qu’il relève sans aucune difficulté. il t’attrape et te cogne contre un mur avant de te bloquer. son visage, trop près du tien, ses yeux qui pourraient te tuer sur place. mais tu n’as pas peur mimi, tu n’as plus peur mimi. tes mains qui ne peuvent plus sauver kaz, tes mains remplies de sang qui tentent de se débattre. tu vois ce que ça fait maintenant, mimi ? tu sens comme ça fait mal ? qu'est-ce que tu crois, que tu mérites mieux, que t'as le droit de briser la vie des autres mais que personne ne peut toucher à la tienne ? t'es qu'une putain d'égoïste. c'est toi qui mériterait d'être à sa place à te vider de ton sang. et s'il s'en sort pas, tu pourras bien faire ce que tu veux de moi et chercher à te venger tant que tu veux, t'auras que toi à blâmer pour sa mort.   tu pleurs mimi, tu laisses les larme couler, tes mains qui s‘agrippent autour de son cou, tes doigts qui serrent comme pour t’en sortir, autant qu’il serre contre le tien. tu te débats, à moitié, sans le vouloir. peut-être qu’il pourrait en finir maintenant, peut-être qu’il pourrait te permettre sans vivre avec cette culpabilité d’avoir perdu kaz. alors tu pleurs et tu serres. marques rouges, rouges sang, celui de kaz, celui qu’il a fait couler, autant que tu as fait couler. t’es responsable, mais t’es pas la seule. il m’a détruit. tu gémis à moitié, tes yeux qui se bloquent dans ceux de levi. une ressemblance qui te frappe, une ressemblance qui t’étrangle. tu revois ces mêmes yeux dans cette ruelle. tu revois le sourire aux lèvres et les mains perverses. t’as de nouveau le goût du sang dans la bouche, mélangée aux pavés qui resteront les seuls témoins. il voulait pas me lâcher, il m’a bloqué dans cette rue, il m’a attrapé par le cou, comme tu le fais ! i-il m’a frappé et m’a coincé, au sol, contre les pavés. il a déchiré mes vêtements tu pleurs, encore et encore. tu gémis et tu ne sais plus comment t’en sortir, alors tu lui racontes sans lui laisser le choix. s’il veut te faire taire, il n’a qu’à le faire définitivement. je l’ai supplié d’arrêter, je l’ai supplié.. il riait. il riait avant de me violer. tu continues, tes doigts se resserrant sur leur prise à mesure que tu revis cette histoire. cette fois, tu ne supplieras pas mimi, cette fois, tu ne te laisseras pas faire comme dans cette ruelle. c’est pourquoi tu l’as retrouvé. tu n’oublis aucun visage. tu n’as pas oublié celui de l’homme qui t’avais violé. des mois à le rechercher, des mois pour le retrouver et finir à côté de son corps inerte à attendre qu’on vienne t’arrêter ; une délivrance qui n’avait aucune saveur, au final..

_________________

prends le risque d'aimer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 121 points : 1
pseudo : ems, marina.
avatar : benjamin eidem.
crédits : ©ultraviolences/frimelda.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 24 Juil - 16:17
il n'y a plus que vous deux à présent. personne pour la sauver. personne pour t'arrêter. pour la première fois, tu ne sais pas jusqu'où t'es prêt à aller, levi. tu ne supportes plus de la voir, tu n'arrives plus à soutenir ce regard bercé de larmes qui ta ramène constamment à ta propre douleur. et ces mots qu'elle hurle encore. ton frère qu'elle incrimine encore et toujours, ses propos qui le salissent et que tu veux juste étouffer dans sa gorge pour ne pas laisser ses mensonges s'insinuer de force dans ton esprit. qu'est-ce qu'elle cherche à faire, mimi ? à ruiner ta vie après avoir pris celle de ton frère ? elle brise tout ce qu'elle touche et ne semble même pas s'en rendre compte. pourtant son ami gisant au sol devrait lui donner une bonne idée sur la façon dont elle sait être nocive. tu la plaques contre le mur et la tiens fermement entre tes mains. c'est sa veste que tu tiens mais son corps que tu voudrais briser, sa peau que tu veux sentir entre tes doigts pour y laisser ta marque. tu veux lui faire mal levi, autant que t'as mal. la souffrance physique après la morale, celle qui fait bien moins mal mais dans laquelle tu cherches un brin de réconfort. ta main saigne toujours, celles de mimi sont couvertes de celui du blessé dont tu finis bientôt par être couvert dans une vaine tentative de défense. tes mains sur son cou, les siennes sur le tien. tu ne sais pas pourquoi vous vous battez levi, mais sûrement pas pour vos vies. il m’a détruit. elle te souffle et tu lâches inconsciemment ta prise sur son cou. elle ne crie plus que ton frère est un monstre et qu'il ne méritait pas de vivre. elle s'apprête à te parler d'elle, et t'y es pas préparé. il voulait pas me lâcher, il m’a bloqué dans cette rue, il m’a attrapé par le cou, comme tu le fais ! i-il m’a frappé et m’a coincé, au sol, contre les pavés. il a déchiré mes vêtements. plus de pudeur, plus de justifications. elle te donne sa vérité, crue et glaciale. des larmes coulent à flot sur ses joues tandis que ton visage est marqué du sang des mains de mimi. ferme-la... tu ordonnes sans quitter ses yeux, sidéré qu'elle puisse continuer à te mentir en pleine face. parce qu'elle ment, pas vrai ? elle doit mentir. alors pourquoi elle pleure autant ? pourquoi elle te livre un récit aussi imagé ? et pourquoi tu commences à imaginer un peu trop bien la scène, à mesure que mimi te livre son flot de mots empoisonnés ? je l’ai supplié d’arrêter, je l’ai supplié.. il riait. il riait avant de me violer. c'en est trop. tu vas craquer, levi, t'as plus aucun contrôle. tais-toi mimi, ça suffit, tais-toi. l'une de tes mains empoigne sa gorge tandis que tu lèves le poing, prêt à la faire taire, de gré ou de force. tu ne quittes pas ses yeux mais t'es plus certain de la voir encore. tu ne vois que ces pavés, ces vêtements. le rire de ton frère qui résonne dans tes oreilles, et la scène qui te paraît presque crédible, pour la première fois. tu laisses retomber ton poing, celui toujours ensanglanté. et tu t'éloignes de mimi, d'un geste brusque et vital. ton estomac se retourne, tu sens presque les sueurs froides perler à grosses gouttes sur ton front. l'odeur du sang sur ton visage se mêle au dégoût de la monstrueuse vérité.  c'est pas vrai... mais tu ne cherches plus à convaincre mimi. c'est un cri déchirant, un cri du coeur, ton coeur bousillé par la vérité sur ton frère. celle que t'aurais préféré enterrer plutôt que d'apprendre un jour. tu fais quelques pas, tu titubes. et tu vomis ta bile sur le béton, t'appuyant difficilement contre un mur.

_________________
.
take me back to the night we met
i don't know what i am supposed
to do, haunted by the ghost of you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
you see how my butt looks good?
you see how my butt looks good?
messages : 875 points : 89
pseudo : margaux
avatar : luma
crédits : breakfast club (avatar) insta (signa)
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 24 Juil - 17:42
dernière option qu'il te reste, celle de dévoiler ton histoire, celle de parler des faits. personne ne sait réellement ce qu'il s'est passé personne. personne ne te l'a jamais demandé. par pudeur, par peur aussi, sûrement. tu n'as jamais parlé des détails de ton histoire, pas même devant les inspecteurs. tu n'as jamais pu. mais là, devant levi, ça te vient naturellement, ça te revient. peut-être parce qu'il va en finir et que tu veux t'en sortir. ou simplement parce que ses yeux font échos aux siens, à ceux de son grand frère. tu remontes le temps, des mois en arrière, presque un an.. plus d'un an, même. plus d'un an qu'il a croisé ta route et t'a détruit. aux premiers mots, il te lâche levi, aux premiers mots, il lâche ton cou et ne comprend pas. ne comprends pas ce que tu fais. tu continues, tu tentes, peut-être qu'à force de parler, il reculera. mais t'es autant emportée que lui, par ton discours, autant emportée par tes mots. tu pleurs, tout ce que tu n'as pas pleuré sur le moment, tu pleurs tout ce que tu as retenu à chaque fois que tu en parlais, à chaque fois que tu étais contrainte de le dévoiler. le maquillage qui a coulé, les tâches de sang sur ta veste, sur ton cou. toi, tu le tiens encore, son cou, et tu serres un peu plus. ferme-la... mais tu ne l'entends pas, tu ne l'entends plus. tu continues. tu décris la scène, comme tu l'as vécu. t'as fixé la lumière du belvédère et t'as attendu que ça passe. t'as serré les dents, pas même la force d'hurler, pas même la forcer de crier. rien, si ce n'est le besoin de rester aveuglée par un bout de lumière qui pouvait te faire oublier ce qu'on était en train de te faire. tais-toi mimi, ça suffit, tais-toi. et tu l'écoutes, tu te stoppes quand il attrape ta gorge. il serre, t'étouffe. le poing levé, en ta direction. il va partir et tu n'auras aucun moyen de l'arrêter. tes yeux qui trouvent les siens, tes yeux qui veulent se fermer pour accuser le coup, qui va venir. tu vas être sonner, tu vas tomber. ça serait la meilleure des options.. mais rien ne vient. absolument rien. il s'écarte, c'est rapide brusque, presque sauvage. tes jambes ne te tiennent plus, tu tombes, les genoux à terre et tu continues de pleurer. tu n'oses pas regarder, tu n'oses pas te lever tu n'oses plus rien faire si ce n'est sangloter dans ton coin. le coeur abîmé, détruit. ce mal que tu pensais refermé. tu pensais le gérer, tu pensais y arriver, vraiment. mais tu n'as rien géré, tu ne gères rien et tu souffres toujours de ce qui t'ait arrivé. c'est pas vrai... tu l'entends, à peine, il tente. un cri déchirant, un cri qui te fait sursauter alors que tes mains pleines de sang s'accrochent à tes oreilles pour ne pas l'entendre, pour ne plus l'entendre. tu as peur mimi, pour la première fois, tu as tellement peur que tu n'oses plus bouger, que tu n'oses plus rien dire. tétanisée. ton coeur va bientôt te lâcher, tu le sens, au bord de l'explosion. pourtant t'essaies de voir, où il se trouve; pas si loin, mais toujours trop près. tu as peur qu'il vienne te tuer. tu le regardes, appuyé contre le mur, il se laisse abattre, l'estomac retourné. tes mots, qui l'ont retourné. la vérité, qu'il vient de prendre en place face. tu ne bouges toujours pas, tentant de retenir tes larmes qui en tarissent pas. tu revis la scène encore et encore. cette scène que tu avais bloqué, dans ton esprit, cette scène que tu voulais combattre et qu'il vient de te rappeler sans même le vouloir. les traits qui se ressemblent, les traits qui te font peur. sont-ils pareils ? t'es pas apte à penser, t'es seulement apte à pleurer. petite chose fragile, perdue dans son coin.

_________________

prends le risque d'aimer.
Revenir en haut Aller en bas
 
apocalypse (mivi)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand mon retour provoque l'apocalypse...
» Les tapisseries de l'Apocalypse
» Apocalypse final de la croisade de feu.
» Reveurs d'apocalypse - Les gardiens de Seth
» Partie Apocalypse I: Mission Purification

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BROOKLYN ON THE ROCKS ::  :: get to the right :: east new york-
Sauter vers: