AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

la nuit t'appartient (saroy)

avatar
i'm the queen, can't taste it
i'm the queen, can't taste it
messages : 697 points : 0
pseudo : step aside (caca)
avatar : ben nordberg.
crédits : @ANARCHY. @tumblr & self.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 11 Mai - 11:00
il commence à se faire tard, t’as perdu le fil du temps. lorsque tu ne veux pas penser, tu files à l’hôpital pour rester aux côtés de ton frère. tu prends un livre, et tu fais la lecture pour qu’il se repose, et pour que tu te reposes par la même occasion. trop de pression dans une vie que tu ne contrôles plus, trop d’envie de partir, de s’évader et de crier que tu te fous de tout. t’aimerais aucune responsabilité, alors que t’en as bien trop. papa à ton âge, devant cacher ton fils coûte que coûte. père de tes frères, qui ne comptent que sur toi pour ne pas tous terminer derrière les barreaux. et mac de plusieurs gamines, qui ne sont rien sans toi. t’as un coup de cœur, t’as une femme dans le cœur et pourtant t’as quand même envie de partir, de laisser tout ça derrière toi pour tout recommencer. trouver allison, quitter la ville pour de nouvelles aventures. oublier le temps, le monde et la vie. s’oublier dans une nouvelle dimension qui ne t’atteint pas. tu soupires, regardant la nuit qui tombe, tu supposes qu’il faudrait que tu rentres, et tu te lèves pour quitter ton frère qui dort. t’embrasses son front et tu marches doucement dans les couloirs blancs et glauques de l’hôpital. une silhouette qui marche vite t’intrigue, tu tournes la tête et tu la reconnais. une brune que t’as déjà vu avec les filles, au bar. une brune qui semble sûre d’elle, sauf quand tu la vois ici, à l’hôpital. ça t’intrigue, et tu te mets à la suivre à la tombée de la nuit. tu marches doucement, sans la quitter des yeux. tu supposes que c’est un secret, t’es assez curieux pour le connaître. tu t’arrêtes lorsqu’elle s’arrête, et tu supposes qu’elle va te voir. tu croises les bras, tu sifflotes légèrement. et puis, tu lèves la tête en sa direction. il est tard, tu sais ? tu demandes, sans que ce soit vraiment les mots qui importent, mais juste votre présence dans cet environnement glauque, et vide.

météo /temps sec.

_________________
    i'm killing the habbit,
    finding my own path
    through time and space.
    holding my own love
    and my lonely destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 177 points : 0
pseudo : margaux
avatar : yulia rose
crédits : moonic (avatar) community of gifs (gif)
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 11 Mai - 14:38
un regard vide, un regard qui ne se perd même pas sur toi. un point fixe qu’elle fixe. tu n’es personne pour elle, si ce n’est sa seule visite. tu aimerais être le rayon de soleil qui transgresse sa noirceur, tu aimerais être à la hauteur simplement. sauf que tu n’es personne, plus personne. pourtant, tu t’accroches, pourtant tu t’acharnes. au fond, t’as juste besoin de ta mère, t’as juste besoin de la voir, de la sentir. alors tu lui racontes ta journée. tu lui parles de ace, tu lui parles du restaurant. tu lui parles de tes amis, de tes envies et tes ambitions, mais également de tes peurs. la peur de devenir comme elle, la peur de finir comme elle. les yeux embués, agressés, tu termines ton récit quand qu’elle ne te dise quoique ce soit. regard triste, tu tentes un sourire mais apparemment, ça ne sera pas ce soir non, tu n’aura toujours pas un mot, pas un regard et encore moins un sourire. tu ouvres la porte, et tu sors de là. murs trop blancs, des visages qui font peur, des infirmières qui te regardent à peine. alors c’est là-dedans que tu vas finir ? c’est dans cet état que tu termineras tes jours ? un frisson qui te prend. tu marches sur quelques mètres quand tu t’arrêtes, des bruits de pas. ça ne t’inquiète pas. pas plus que ça. un sifflement et finalement tu te retournes. un homme, un jeune homme. il est tard, tu sais ? il lance, mine de rien. tu hausses les épaules. certainement trop tard pour parler à des inconnus. tu revendiques, l’air de rien. tu ne souris pas, t’en as pas encore la force. tu n’as pas eu le temps de remettre ton masques, t’es prise au dépourvue. comment tu t’appelles ? tu demandes, petite voix, s’il te donne son prénom, il ne sera plus un inconnu n’est-ce pas ? tu pars de ce principe en te disant que ace serait en train de crier si jamais il savait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm the queen, can't taste it
i'm the queen, can't taste it
messages : 697 points : 0
pseudo : step aside (caca)
avatar : ben nordberg.
crédits : @ANARCHY. @tumblr & self.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 16 Mai - 10:26
tu t’approches doucement et tu l’interpelles enfin. tu ne pensais pas le faire, pour être honnête avec toi-même mais tu n’as pas pu te retenir. jolie brune dans la nuit avancée, elle est bien seule pour être vagabonde dans cet hôpital. et toi aussi, t’es seul. de plus en plus, chaque jours. tu t’accroches donc à ce fantôme des couloirs blancs et glauques, pour une nuit différente des autres. quelques mots qui provoquent son arrêt, et elle se tourne vers toi. certainement trop tard pour parler à des inconnus. elle n’a pas tort, mais elle s’approche. epreuve de danger, et première rencontre étrange. tu t’avances aussi, jusqu’à percevoir son odeur et ses yeux clairs et brillants. tu restes là, à la regarder comme une proie. tu restes un instant à imaginer une vie différente, et une rencontre fortuite. comment tu t’appelles ? elle demande d’un coup, apparemment prête à parler avec toi. sa franchise te fait sourire franchement. toy. tu tends ta main pour qu’elle la prenne, et tu secoues franchement. et toi, c’est sara c’est ça ? tu dis, cramé avant de l’être. tu te rattrapes donc assez vite, gêné et rieur. j’ai entendu l’infirmière t’appeler, l’autre fois. tu remarques qu’elle s’interroge alors tu reprends, toujours aussi amusé de cette situation qui ne ressemble en rien à la réalité. deux êtres qui se retrouvent dans un hôpital et qui se parlent comme s’ils s’étaient toujours connus. t’as toujours rêvé de faire ça, remarque. voilà qui est fait. j’t’espionne pas. je m’occupe. tu passes des journées entières ici parfois, il faut bien trouver de quoi faire sourire ton regard. tu n’as pas toujours la chance de voir passer de belles créatures, bien au contraire. ce sont des mamies, des femmes tristes et blessées ou alors des hommes bedonnant. sara est juste sortie du lot, sans le faire exprès.

_________________
    i'm killing the habbit,
    finding my own path
    through time and space.
    holding my own love
    and my lonely destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 177 points : 0
pseudo : margaux
avatar : yulia rose
crédits : moonic (avatar) community of gifs (gif)
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 17 Mai - 22:37
son prénom, que tu lui demandes, sans aucune gêne. ce n'est pas ton genre, en même temps. tu es sociale sara, sûrement trop. tu ne le connais pas, mais tu te dis que s'il traîne dans les couloirs d'un hôpital, c'est certainement pas pour agresser des nanas. t'en doutes sérieusement. toy sa main qui se tend, tu la serres, sa peau douce, que tu remarques sans savoir pourquoi ça t'interpelle. jeune homme aux allures mystérieuses, tout ce que tu aimes.. trop, sûrement. et toi, c’est sara c’est ça ? tes sourcils qui se haussent. t'as même pas peur, tu te demandes juste s'il a tout organisé depuis le début. j’ai entendu l’infirmière t’appeler, l’autre fois. tu hoches un peu la tête. tu ne sais pas si tu devrais avoir peur. qu'est-ce qu'il sait d'autres au juste ? ça t'inquiète, cette histoire. tu plisses les yeux. je vois.. tu commentes, juste pour dire quelque chose, face à cet homme qui te laisse un peu sur les fesses. j’t’espionne pas. je m’occupe. qu'il se lance, qu'il tente, malgré tout ce qu'il vient de te dire. tu bouges un peu, ton corps qui bouge, qui vient se plaquer contre un de ces murs trop blancs. ils disent tout ça. tu joues encore les mystérieuse, alors que tu n'es personne, et qu'il semble déjà te connaître. alors.. j'ai l'impression d'être en désavantage là. tu vas devoir me parler de toi, toy. tu rajoutes, mine de rien. tu l'observes, sans relâche. pourquoi tu t'ennuis ? t'es ici pour toi, ou ton entourage ? ou est-ce qu'il vient voir quelqu'un, comme toi ? tu viens voir ta mère, malade et bipolaire, cette femme qui ne te sourit pas, qui ne t'écoute pas, qui ne te lâche jamais un mot; tu demandes que ça. un mot. l'esprit épuisé avoir y avoir cru pendant trop longtemps, tu sors épuisée et tu tombes sur cet homme qui semble te connaître sans que toi, tu en le connaisses. t'aimerais, pourtant, retrouver une certaine égalité.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm the queen, can't taste it
i'm the queen, can't taste it
messages : 697 points : 0
pseudo : step aside (caca)
avatar : ben nordberg.
crédits : @ANARCHY. @tumblr & self.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 31 Mai - 9:52
les couloirs glauques de l’hôpital semblent vous inspirer. quelques sourires et quelques soupires avant qu’une jolie brune t’interpelle et s’approche. tu la connais meiux qu’elle ne te connait, et tu plaisantes de ça ouvertement. elle n’en est pas gênée, presque même flâtée. sûrement un peu trop, d’ailleurs. ils disent tout ça. tu ris de bon coeur, pas réellement surprise de son attitude et de son franc parlé. tu t’y attendais. tu pinces les lèvres sans rien dire, tu ne veux pas rentrer trop vite dans son jeu. t’es pas de ces don juan qui affirme être bien entouré. t’es plutôt calme, le loup qui dort en attendant que la bergerie s’affole. tu t’es simplement contenté de prévenir de ce que tu faisais là, à connaître certains éléments chez elle que tu ne devrais pas connaître. elle semble se questionner, t’es prêt à répondre. ça te fera passer le temps. alors.. j'ai l'impression d'être en désavantage là. tu vas devoir me parler de toi, toy. elle lance, faisant valser son prénom par sa langue. tu captes son regard, et tu te perds une seconde dedans. elle est mystérieuse tout autant qu’il est possible de lire en elle comme dans un livre ouvert. une petite fille à problèmes, qui se cache derrière une carapace de confiance alors qu’elle n’en a pas vraiment. tu connais ce genre de gamines, et t’espères qu’elle ne ressemble aux filles du bordel que par cet aspect, et pas par la naïveté de la vie et des gens. pourquoi tu t'ennuis ? t'es ici pour toi, ou ton entourage ? elle demande, curieuse. t’en as oublié ses premiers doutes, trop occupé à penser à elle et à la regarder. tu secoues alors la tête pour reprendre tes esprits, et tu réponds d’une voix douce. mon frère est malade .. je viens souvent le voir, je l’accompagne. mais il dort beaucoup, alors .. le temps est long. t’ajoutes, sans cacher la vérité. ici, les secrets semblent presque légers. étrangement .. j’aime bien être ici. j’m’éloigne un peu de .. mes problèmes réels. même si la maladie de ton frère en fait largement partie. tu retrouves ses yeux clairs, tu t’y plonges en réconfort. elle te fait du bien, cette rencontre.

_________________
    i'm killing the habbit,
    finding my own path
    through time and space.
    holding my own love
    and my lonely destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 177 points : 0
pseudo : margaux
avatar : yulia rose
crédits : moonic (avatar) community of gifs (gif)
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 1 Juin - 15:00
toy. prénom court, tu te doutes que ce doit être un surnom. quelque chose que tu aurais dû utiliser en venant ici, mais tu n’as même pas eu l’occasion d’en inventer un. il te connaissait déjà. qu’est-ce qu’il sait d’autre sur toi, au juste ? tu te poses la question mais ce n’est pas pour autant que tu as la réponse. bien au contraire. tu tentes de jouer la femme de caractère qui ne se laisse pas marcher dessus, mais au fond, tu n’es rien de toute ça. encore moins quand tu viens de sortir d’un monologue avec ta mère. généralement, il te faut bien une demi-heure pour t’en remettre, pour remettre le masque. mon frère est malade .. je viens souvent le voir, je l’accompagne. mais il dort beaucoup, alors .. le temps est long. tu hoches la tête, doucement. son frère. et si ace était malade un jour ; tu vivrais à son chevet, tu le sais, tu ne le quitterais pas d’une seule seconde. il ferait la même chose pour toi. mais si tu tombes malade, comme sa mère. si tu l’ignores comme elle t’ignore ? le cœur qui bat plus fort d’un seul coup. tu ne souhaites pas qu’il vive une telle chose. étrangement .. j’aime bien être ici. j’m’éloigne un peu de .. mes problèmes réels. mince sourire. tu peux comprendre. moi je viens les confronter.. tu lui souffles, doucement. je suis désolée pour ton frère. tu ne peux t’empêcher de répondre. d’un mouvement de tête, tu lui proposes de marcher un peu. rester en place, ce n’est pas ton truc, d’autant que tu n’as pas bougé pendant plus d’une heure entre ces murs trop blancs. je ne suis pas pressée de rentrer chez moi. tu précises en regardant ta montre. non, ton frère ne devrait pas encore être inquiet, t’as dit que tu bossais. je peux te tenir compagnie si tu veux, et t’aider à t’échapper ? tu souris, cette fois, un sourire un peu plus timide, un peu plus gêné aussi. proposition que tu espères plausible.
Revenir en haut Aller en bas
 
la nuit t'appartient (saroy)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les émissions débiles
» Assister "en live" à vos émissions préférées.
» Les livres érotiques
» Patrick Puydebat invité de La nuit nous appartient...
» Combien d'heures dure la nuit pour vos bébés?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BROOKLYN ON THE ROCKS ::  :: get to the right-
Sauter vers: