AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

stupide thing (ravia)

i'm the queen, can't taste it
avatar
i'm the queen, can't taste it
messages : 413 points : 135
pseudo : margaux
avatar : yulia rose
crédits : kiri (avatar) prométhée (sign)
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 25 Avr - 19:42
tu n'aurais jamais du venir ici; t'aurais dû y penser avant d'accepter. une petite bande d'amis. tu les as accompagné sans vraiment réfléchir. pas de boulot, journée en repos, t'en profites pour venir ici. coin au calme, la nuit qui tombe presque, la lumière qui s'égard des lampadaires. lune inexistante, épais brouillard. tu pensais qu'ils annuleraient, tu pensais qu'ils ne courraient pas ce risque. apparemment pas. tu t'es trompée. la course va être lancée et tu sais qui est là. tu sais très bien qui y participe. ravi, évidemment. il est là, tu l'as même aperçu tandis que tu tentais de passer inaperçue dans la foule. il était là, à côté de son bijou, prêt à concourir. t'as voulu lui courir dessus, t'as voulu te réfugier dans ses bras comme t'as voulu lui crier dessus pour oser se lancer là dedans. c'est dangereux, tout pourrait arriver. et s'il lui arrivait quelque chose ? tu ne lui as pas parlé depuis des semaines. pourtant tu restes dans ton coin, un verre à la main. t'es là pour participer aux festivités alors que tu n'en as même pas envie. des gens venus pour la course, d'autres juste pour le bar en fin de parcours. toi, t'aurais dû rester chez toi. si jamais ace apprend que tu traînes dans ce genre d'endroit, tu peux faire une croix sur tes sorties; tu le sais très bien. tu serres les deux quand tu t'approches un peu. les participants sur le départ. tu cherches ravi et tu le trouves rapidement de part sa bécane mais sa tenue aussi. tu le fixes et c'est certainement à cet instant que tu croises son regard. foule de personne, pourtant, tu arrives à te faire une petite place. on te voit à peine mais au fond t'es persuadée qu'il te voit. tu ne fais rien, pas même un sourire. qu'il descende, c'est tout ce que tu demandes. qu'il ne t'abandonne. pas lui. pourtant tu ne dis rien sara, tu ne fais rien non plus. tu n'en as plus le droit n'est-ce pas ? il n'a pas été là pour toi, quand t'en avais besoin..

météo : brouillard épais
Revenir en haut Aller en bas
i'm getting there
avatar
i'm getting there
messages : 230 points : 81
pseudo : amandine
avatar : markel williams
crédits : balaclava, Solosand
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 13 Mai - 19:57
une soirée comme un autre, comme tu en connais tant ravi. la course, gagne-pain, pas très légal mais ça rapporte ravi. ça te permet de vivre. ça te permet de faire vivre reva et c’est le plus important pour toi. les bécanes, les coureurs, kai est pas là ce soir, non, ce sir, t’es le seul, les autres sont occupés. étrangement, bizarrement. mais toi, tu manques pas une course, tu peux pas. pas avec ce qui se passe dans ta vie. parce qu’il y a reva. parce que ta sœur, elle compte pour toi, elle a besoin de toi. elle a besoin de se sentir bien. tu souffles un peu tout en jouant le jeu. ton blouson, ton casque à la main, ta moto que tu finis de bichonner. et surtout tu te montres. parce que plus on parie sur toi, plus tu as de l’argent à la clé. tu connais l’attitude à avoir, les sourires qu’il faut faire ou, au contraire, les moments où il faut rester dans une certaine distance. une mécanique bien roulée sauf que tu la vois. c’est con, un regard dans la foule. un regard vers elle, sur elle. deux regards qui se rencontrent, qui s’observent. qui se trouvent. le passé qui se mélange au présent. merde, t’avais pas besoin de cela, t’avais pas besoin de la voir, pas maintenant, pas là, pas avant une course. elle viendra pas. t’aimerais, une part de toi en tout cas apprécierait. mais non, elle s’approchera pas. tu la connais assez pour savoir qu’elle n’agira nullement de la sorte… parce que vous ne vous parlez plus. pourquoi ? tu sais même plus toi. t’as oublié. vous vous êtes juste disputés. encore une fois. la fois de trop. la fois qui a fait tout foirer. depuis, silence radio. elle revient pas. toi non plus… jeu de cons, c’est certain mais c’est celui dans lequel vous vous trouvez… elle viendra pas… tu le vois à son regard. elle restera à l’écart et tu ne peux t’empêcher de soupirer. le temps d’aller à la ligne de départ, de se lancer dans la course et pourtant, t’as la tête ailleurs. tu penses à elle, t’es pas concentré, même quand tu enfile ton casque, clairement, t’as pas tes idées claires en ce moment. tu lui en veux d’être venue ici, aujourd’hui, de tout compliquer tout simplement… le top départ lancé, que tu rates, parce que tu l’as regardée, une fois encore, la fois de trop… tu observes tut ce qui se passe, t’aimerais bien t’en foutre mais non… tu tentes de rattraper les premiers, tu fais pas trop attention, tu prends des risques, tu devrais sans doute pas mais t’as pas le choix si tu veux t’en sortir. tu finis au coude à coude avec un autre gars, il tente de te faire tomber. t’es trop loin pour la première place, t’aimerais au moins avoir la seconde mais ça te semble de plus en plus compris. tu pestes tandis que les kilomètres s’enchaînent. suspens à son paroxysme mais t’es pas concentré sur la course. tu manques plusieurs fois de tomber de ta moto … sara dans la tête, son visage, cette désapprobation que tu as lu… finalement tu te bas pour la troisième place à quelques centimètres de la ligne d’arrivée. l’autre qui tente de te faire tomber une fois encore, il est pas loin d’y arriver mais c’est finalement lui qui se retrouve au sol. tu pestes toujours à l’intérieur de ton casque. t’as pas gagné… t’étais pas concentré. tu vas pas gagner tant que ça… de l’argent en moins… de l’argent dont tu avais besoin… la foule qui s’accumule auprès du gagnant et toi qui peste toujours dans ton coin… pourquoi est-elle là ?

_________________

girl, you know I want your love. your love was handmade for somebody like me. come on now, follow my lead.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the queen, can't taste it
avatar
i'm the queen, can't taste it
messages : 413 points : 135
pseudo : margaux
avatar : yulia rose
crédits : kiri (avatar) prométhée (sign)
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 15 Mai - 10:10
la course qui démarre. c’est le cœur battant que tu pries encore pour qu’il ne la fasse pas. et pourtant, t’en connais l’issue, de cette prière, tu sais parfaitement qu’il ira jusqu’au bout, comme toujours. qu’est-ce que tu peux bien dire, il en a besoin de ce fric. tu ne peux que t’incliner et accepter. l’estomac tordu en deux, le départ et le vrombissement des motos qui te tue. et s’il lui arrivait quelque chose sara ? des semaines que tu ne lui parles plus et si tu ne pouvais plus jamais lui parler. des films que tu te fais, dans ta tête. ça tourne en rond, ça fait mal. ça tourne et t’en perds pied encore et encore. les yeux qui tournent en boucle sur la scène, tu finis par te précipiter vers l’arrivée. qu’est-ce que t’es venue faire ici encore. t’en sais rien. tu ne bouges pas et tu attends. des moteurs qui arrivent, tu pries pour qu’il en fasse parti. indemne. pression dans ton petit corps quand le vainqueur passe la ligne d’arrivée suivi de près par quelques motos. ravi en faisant parti, soulagement intense. tu respires de nouveau sans pour autant t’approcher. pour lui dire quoi au juste ? t’as perdu ton meilleur ami le jour où t’as senti plus que de l’amitié envers lui, et c’est arrivé il y a bien des mois, bien des années. tu le sais, mais tu ne l’acceptes pas. cette dernière soirée, t’aurais voulu qu’il vienne vers toi, t’aurais voulu qu’il te sauve de toi-même. tu l’as rejeté, il ne s’est pas accroché et tu lui en veux. terriblement. sa faute, la tienne, les deux. tu ne veux même pas savoir finalement. incapable d’aller le voir, t’es bien trop têtue. tu lui en veux toujours, encore plus avec les messages de la petite folle que tu as reçu. ton numéro qui traîne chez ravi, une surprise pour lui, et toi, écartée, comme toujours, de sa vie. soupire, tu finis par t’écarter, volontairement. talons qui claquent, les cheveux au vent, tu t’en vas vers un petit coin où tu prends un verre. alcool fort, tu sais que ace n’est pas dans le coin et qu’il ne te tombera donc pas dessus. bien heureusement. assez anarchique avec toutes ces idées, il voudrait que tu sois la petite fille parfaite, seulement, tu ne l’es pas ; pas avec la vie que tu as eu. ton regard qui dévie, qui retrouve celui de ravi, inconsciemment. tu restes à le regarder, le fixer, de longues secondes sans savoir quoi faire. sourire ? t’y arrives pas. t’es juste capable d’aller le voir et lui gueuler dessus. peut-être que tu devrais faire ça ? tu gardes le contact visuel, parce que tu ne seras pas celle qui baissera les yeux. t’imagine que lui non plus. une bataille qui va sûrement durer des minutes, des heures. défi silencieux que tu lui lances, dernier lien qui vous unit encore. t’aimerais avoir plus, mais c’est pas possible.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
i'm getting there
avatar
i'm getting there
messages : 230 points : 81
pseudo : amandine
avatar : markel williams
crédits : balaclava, Solosand
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 29 Juin - 11:07
parler, action commune, action que tu réalises avec facilité. sauf là, sauf avec elle, sauf avec ce soleil devenu lune. créature étrange que tu n’arrives même plus à approcher. tête embrouillée, t’as ce manque de victoire, l’argent en moins, t’aurais voulu gagné, t’assurer de pouvoir conserver ton train de vie et celui de ta sœur. toi, t’as pas besoin de grand-chose pour vivre. t’as assez avec ton appartement mais t’aurais aimé gagné, surtout devant elle. mais c’est impossible pas vrai ? impossible avec le flot de pensées qui envahissent ton esprit. le flot d’images qui vous lient. mais plus maintenant pas vrai ? plus depuis qu’elle t’a sorti de sa vie et toi, t’arrives plus à y rentrer, t’as plus la force non plus d’essayer… vos regards qui se trouvent, comme par automatisme, toi en train de ramener ta moto sur le côté et elle qui boit. elle qui une fois encore se vide la tête. t’as jamais été le genre de types à faire la morale aux autres. tu laisses ça à son frère. t’es pas un contrôleur, t’es un vivant, t’agis, tu avances dans la vie, tu deviens quelqu’un. et son regard qui ne te quitte pas. baisser les yeux, vous en êtes tous les deux incapables. vouloir montrer à l’autre qui est le plus fort mais y en-a-t-il vraiment un dans la situation actuelle ? t’es pas certain. deux idiots incapables de se parler, incapables de mettre de côté leur rancune pour avancer. tu sais pas pourquoi elle t’en veut. t’es pas certain de vouloir savoir le pourquoi du comment. alors tu laisses les choses se faire. tu vous laisses agir comme des idiots à défaut de vouloir devenir un adulte responsable avec sara. t’as jamais pu l’être avec elle, pas comme tu l’es avec reva. et pourtant, tu voudrais la protéger, tu la protégerais du danger s’il survenait là et maintenant. mais agir comme une personne normale, non, c’est impossible pour toi… pas avec elle. pas avec votre passé. ton bras qui finit par s’emparer d’une bière et ton regard toujours en train de jouer un jeu stupide, un jeu idiot, le seul qui vous reste dans ce drôle de nouveau lien qui vous désunis…

_________________

girl, you know I want your love. your love was handmade for somebody like me. come on now, follow my lead.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the queen, can't taste it
avatar
i'm the queen, can't taste it
messages : 413 points : 135
pseudo : margaux
avatar : yulia rose
crédits : kiri (avatar) prométhée (sign)
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 3 Juil - 14:59
il est là, loin et en même temps, pas tant que ça. il est là à se trémousser entre deux trois mecs qui ne savent pas ce qu’ils font ici ; toi non plus, tu ne te souviens pas ce que tu es venue faire. voir une course de moto, illégale, en sachant qu’il serait dans le coin. t’as senti ton estomac se serrer et se retourner, t’as eu l’impression de suffoquer tout au long de la course jusqu’à ce qu’il s’arrête sain et sauf. tu as eu peur pour lui, évidemment. qui n’aurait pas peur ? il suffit de tenir un peu à la personne pour sentir ses muscles se tendre sous l’effet de la vitesse. heureusement il s’en est sorti. cependant, depuis qu’il est descendu de son bijou, il n’arrête pas de soutenir ton regard. comme un jeu, innocent. comme deux êtres qui se regardent et qui attendent de voir qui craquera en premier. t’es féroce, solide, et t’es pas prête à laisser tomber. et lui alors ? finira-t-il par venir te parler ? même quelques mots ? t’en as pas l’impression en tout cas. tu gardes la tête haute, jusqu’à finir par lever ta main. tu lui fais un signe, t’essaies de montrer mature.. ou pas. tu vas juste faire comme si tout allait bien. tu vas juste lui faire croire que toi, t’as rien à lui reprocher. tu vas revenir vers lui sans parler du passé même si tu garderas cette rancune bien présente. alors tu jongles entre les corps, tu t’avances, vers lui, et tu t’arrêtes à quelques mètres. un sourire tendu sur les lèvres. un salut. qui s’échappe alors que tu lèves ton verre dans sa direction. deux bières et une amitié perdue entre les deux. t’as pas gagné. tu lui lances, peut-être un peu trop vicieuse sur les bords. t’en as trop envie, presque trop besoin. qu’il te réponde, qu’il te prouve à quel point tu as raison te t’échapper de cette réalité. les conseils de zara qui te revienne. lui dire ce que tu ressens ? et puis quoi en encore ? t’en es pas capable, malgré tout. tu lui en veux de t’avoir laissé avec ce type.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
i'm getting there
avatar
i'm getting there
messages : 230 points : 81
pseudo : amandine
avatar : markel williams
crédits : balaclava, Solosand
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 11 Juil - 21:17
la voir c’est comme un coup de poignard en plein cœur. la seule relation qui ne s’efface pas. l’amitié perdue de la pire des manières. l’amitié perdue sans en comprendre le pourquoi du comment. il y a eu cette fête et puis vos ego et le silence. lourd et pesant. le silence qui emporte tout ce qui a été sur son passage. même les souvenirs commencent à perdre de leurs saveurs dans ce drôle de contexte. t’riras pas la voir. t’arrives pas à laisser ta fierté de côté. pas avec elle, pas après autant de temps. c’est comme si la cassure s’était faite petit à petit comme un fil qui se détend peu à peu, qui défait des mailles autrefois bien serrées pour ne plus laisser qu’un néant. regard contre regard comme si tout cela pouvait servir à quelque chose. simplement à vous montrer plus fort que l’autre. seulement à montrer combien vous êtes idiots. mais des idiots qui connaissent leur situation le sont sans doute moins pas vrai ? surprise sur tes traits quand elle lève sa main dans ta direction. impression de mirage tant cela te semble impossible. sara qui jette les armes qui accepte de … impossible à croire et pourtant, tu la vois, se rapprocher, tenter de se frayer un chemin dans une marée humaine tout cela pour… non, t’arrives pas à croire que ses pas viennent vers toi… «salut. » premier mot depuis des mois. étrange comme si cela ne faisait pas autant de temps. dérangeant pour ces mêmes raisons. tu te contentes d’un signe de tête, t’es pas certain d’avoir la force de faire comme si. la force de… « t’as pas gagné.» qu’elle te lance et t’as presque l’impression de la retrouver dans cette attitude, bien davantage que dans ce salut étrange. « loin de moi d’avoir cette idée. » que tu rétorques trop facilement. les non-dits encore trop présents, sans nul doute. l’impossibilité de les exprimés, parce qu’ils font trop mal, parce qu’ils sont trop complexes. parce qu’ils prennent part dans des parties de vous-même que vous ne désirez pas aborder. « je pense pas que ace serait content de savoir là…» que tu lâches, que tu oses. jamais avant t’aurais fait ça mais là c’est pas avant, c’est le présent et c’est tout aussi complexe.

_________________

girl, you know I want your love. your love was handmade for somebody like me. come on now, follow my lead.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the queen, can't taste it
avatar
i'm the queen, can't taste it
messages : 413 points : 135
pseudo : margaux
avatar : yulia rose
crédits : kiri (avatar) prométhée (sign)
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 19 Juil - 14:23
tu mets ta fierté de côté, clairement. tu fais comme si ces derniers mois n’avaient pas existé. tu reviens vers ravi, tu fais semblant et t’essaies de voir ce que ça donnera. tu écouterais presque zara qui te chante de tout lui dire, mais tu n’y arrives pas. un salut, maigre, quelques mots pour lui prouver que t’as suivi et qu’au fond, tout ce que tu as retenu c’est qu’il est en vie. c’est tout ce qui t’importe toi. loin de moi d’avoir cette idée. double sens. encore. il n’a pas gagné cette course, ou il n’a pas gagné ce combat silencieux que vous vous menez depuis des mois. tu hausses les épaules, ne trouvant que ça à faire, à sortir. c’est bizarre de l’avoir si proche de toi et en même temps si loin. tu aimerais qu’il te serre dans ses bras, qu’il te berce comme il sait si bien le faire. mais ça n’arrivera pas. je pense pas que ace serait content de savoir là… il finit par sortir, sans même prévenir. tu le regardes, tes yeux qui s’agrandissent automatiquement alors que tu serres ton verre, trop fort. t’es sérieux ?! tu balances, cette fois énervée. tu ne te souviens même plus pourquoi t’es venue jusqu’à lui, pourquoi tu as fait cet effort. tu t’en veux sara, et c’est jamais bon.  putain ravi, t’es vraiment con ! j’viens vers toi, j’essaie bordel, j’essaie vraiment et c’est tout ce que tu trouves à me sortir. t’sais quoi, si tu le vois, tu lui diras d’aller se faire foutre. vous pouvez tous aller vous faire foutre. gamine de la rue, qui a été élevé par un vendeur de rêve. tu pètes un câble en lui balançant ton verre dessus. t’en as plus rien à faire, de ce qu’il peut te dire, de ce qu’il peut faire. au fond, t’es blessée sara. t’as mal, tu souffres et gueuler contre lui est l’unique solution que tu as trouvé. tu n’as plus envie de minauder, encore moins de le laisser entrer dans ta vie. t’es déçue, blessée et t’as qu’une envie, disparaître. loin. loin de ce monde. les larmes qui montent alors que tu t'en vas, marche rapide pour te frayer un passage dans la foule.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
i'm getting there
avatar
i'm getting there
messages : 230 points : 81
pseudo : amandine
avatar : markel williams
crédits : balaclava, Solosand
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 29 Aoû - 18:20
t’es un idiot, sans doute mais en compagnie de sara, dans ces conditions, t’es pire qu’un idiot. parce que tu comprends sans doute pas les choses de la même manière qu’elle. parce qu’avec sara, t’en arrives à avoir cette putain de rancune. c’est devenu de plus en plus tendance au fil des mois. c’est de pire en pire sans doute… c’est en train de devenir vraiment merdique et ça te fait agir comme encore plus con que tu ne l’es. c’est étrange ce qu’il y a entre vous en ce moment, ce n’est pas comme auparavant, ça en est même loin. avant, il y avait pas de problèmes d’espaces et là t’as l’impression que c’est trop petit, que vous êtes trop proches. et en même temps, t’as la sensation de te retrouver à 20 milles kilomètres d’elle, comme si une putain de barrière s’était créée. et toi, tu sais pas tellement comment réagir face à cette dernière. alors tu sors tout ce qu’il ne faut pas, tu parles de son frère tout en sachant que ce n’est pas forcément le meilleur des sujets à aborder. ça en est même loin mais t’es con, tu sais pas comment parler à la sara que tu as devant toi à celle qui est proche tout en étant lointaine. « t’es sérieux ?!» elle a pas besoin de parler pour que tu sois conscient qu’il s’agit de la pire connerie que tu puisses faire. plus que cela même. long soupir en attendant une suite qui ne sera nullement agréable. parce qu’au fond tu la connais sara, assez pour savoir qu’aborder ace c’est le meilleur moyen de la mettre en colère. maintenant t’as plus qu’à ramasser les pots cassés, le résultat de tes erreurs… « putain ravi, t’es vraiment con ! j’viens vers toi, j’essaie bordel, j’essaie vraiment et c’est tout ce que tu trouves à me sortir. t’sais quoi, si tu le vois, tu lui diras d’aller se faire foutre. vous pouvez tous aller vous faire foutre. » mais t’as pas envie d’aller te faire foutre. toi aussi t’essayes, tu tentes en tout cas mais cette sara c’est plus ta sara, y a un truc qui a changé, un truc qui s’est brisé mais t’arrives pas à savoir quoi. alors t’agis comme le dernier des crétins. un imbécile fini qui mérite complètement le verre qu’elle te balance à la figure. t’as bon gout maintenant ravi mais pourtant t’es loin d’avoir cette sensation de bonheur. t’en es très loin. tu la vois filer, se faufiler à travers la foule, s’éloigner de toi, rapidement, le plus loin possible, le plus possible. tu demandes rapidement à un ami de surveiller ta bécane avant de te lancer à sa suite. c’est pas évident de suivre sara, gamine des rues qui sait très bien comment se faufiler, comment changer rapidement de direction mais toi aussi. tu te moques de bousculer d’autres personnes, t’as simplement envie de la rattraper. ton bras qui se tend arrive à se saisir de son poignet. ton visage qui la regarde, la scrute, n’arrive pas à t’en détacher. tant de mots à dire, tant de choses mais rien ne vient vraiment. « je sais pas comment faire sara, comment te parler comme si tout était normal alors je merde sara. parce que c’est plus facile de merder que de comprendre. » tu te perds un peu dans des explications qui n’ont ni queue ni tête tout ce que tu sais c’est que t’as pas envie de la laisser partir, une fois de plus…

_________________

girl, you know I want your love. your love was handmade for somebody like me. come on now, follow my lead.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the queen, can't taste it
avatar
i'm the queen, can't taste it
messages : 413 points : 135
pseudo : margaux
avatar : yulia rose
crédits : kiri (avatar) prométhée (sign)
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 30 Aoû - 20:53
il y a beaucoup trop de monde, et t'es beaucoup trop petite. l'impression de suffoquer dans cet environnement alors que c'est tout ton corps qui hurle de désespoir quand tu sais ce que tu viens de laisser derrière toi. encore une fois, tu t'es perdue face à ravi, il t'a laissé tomber, il t'a énervé et t'as démarré au quart de tour, comme toujours. t'as pas envie de lui parler, alors tu fuis. t'as même plus ton verre, t'as plus rien finalement, plus rien du tout. pourtant ta course est vite arrêtée par une main, sur ton poignet. tu te retournes dans l'élan, prête à crier, prête à hurler ta peine quand tu tombes dans les yeux de ravi. une fois de plus. une fois de trop. il te regarde, il te transperce. tu tires ton poignet, pour qu'il te lâche. ce qu'il fait, sans poser aucune résistance, en même temps, c'était à prévoir. il n'allait pas te garder. je sais pas comment faire sara, comment te parler comme si tout était normal alors je merde sara. parce que c’est plus facile de merder que de comprendre. tu secoues la tête. il pue la bière maintenant et tu pourrais te moquer. pendant un instant, gentiment, mais t'en as même pas envie non. alors tu le regardes, tu croises tes bras. et qu'est-ce que tu veux que j'te dise hein ? tu balances, finalement, tu recules, mais tu ne peux pas, on te pousse, on vous pousse l'un vers l'autre sans que vous n'ayez vraiment le choix de la finalité des choses. tu merdes encore et encore. on a plus rien à se dire. on à qu'à s'ignorer à partir de maintenant, et comme ça tout le monde est heureux ! tu balances, on te pousse encore contre lui, tes mains qui s'écrasent contre son torse, un instant. ton regard dans le sien, trop long, trop lourd tu recules, tu essaies de reprendre contenance. alors vas-t-en maintenant ! laisse moi ! cri du coeur, cri du désespoir, comme à cette soirée, comme au début de la fin, où tu voulais qu'il reste, où tu voulais qu'il s'affirme. tu voulais juste qu'il vire le mec qui t'avait, tu voulais juste qu'il t'embarque avec lui, qu'il prenne soin de toi, qu'il te veuille toi et pas une autre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
i'm getting there
avatar
i'm getting there
messages : 230 points : 81
pseudo : amandine
avatar : markel williams
crédits : balaclava, Solosand
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 28 Sep - 10:22
tu te moques de coller dans le fond. t’y penses même pas quand tu avances dans la foule. quand tu prends conscience de combien t’as merdé, une fois encore. mais ça semble être devenu une habitude avec elle. ta seule manière de t’en sortir, de lui parler aussi. tu la comprends plus vraiment sara et ça produit des emmerdes de ce genre. alors tu lui cours après, tu tentes de la rattraper pour ter racheter au moins un peu. mais tout continuera d’être aussi pourri pas vrai ? parce que les choses ne s’arrangent jamais vraiment. les mots sortent et son regard sur toi n’annonce rien de bon., mais tu t’attendais à rien d’autre pas de sa part… les bras croisés, elle veut pas de toi, pas là, pas avec elle mais t’es là, c’est con parfois… « et qu'est-ce que tu veux que j'te dise hein ? » tu hausses les épaules, toi-même tu ne sais pas vraiment ce que tu aimerais entendre… mais la foule autour de vous s’agite, vous rapproche même si vous ne cherchez pas vraiment à le faire. parce que te fuir, c’est tout ce qu’elle désire dans le fond, tu le vois bien dans son expression, dans sa manière de se tenir. ça te fait mal dans un sens mais tu l’as mérité dans l’autre ? t’en sais rien. t’es perdu ravi. totalement perdu face  à sara. « tu merdes encore et encore. on a plus rien à se dire. on à qu'à s'ignorer à partir de maintenant, et comme ça tout le monde est heureux !» tu secoues la tête de droite à gauche, loin d’être d’accord avec elle, vraiment. mais tes pensées se perdent quand vos corps se touchent, malencontreusement. sans votre accord, sans votre envie aussi. ils se touchent et vous ne pouvez rien faire contre cela… toi, tu peux juste sentir ses mains sur ton torse, ton regard bien trop présent dans le sien. et toutes les complications qui ne font que grandir autour de vous… son corps qui finit par reculer mais son putain de regard qui continue de te hanter… « alors vas-t-en maintenant ! laisse moi ! »  qu’elle crie, comme si tout ce que tu pouvais faire pour la soulager c’était de te barrer. de t’éloigner d’elle, loin, pendant longtemps, pendant le reste de vos vies. mais elle te manque sara. t’aimes pas ça, avoir quelqu’un. t’aimes pas ça quand quelqu’un compte dans la balance mais là c’est le cas pas vrai ? « je peux pas… » que tu commences à avouer même si ça ne va rien arranger. même si ça va surtout tout compliquer. « je suis pas heureux quand je t’ignore, quand on fait semblant de pas se connaitre. et je crois que toi non plus. » t’annonces les choses comme tu les ressens, comme elles viennent. mais en même temps, tu sais combien elles sont douloureuses… combien elles sont compliquées… « je comprends plus rien sara. je comprends pas pourquoi on se bouffe tellement la gueule ces derniers temps. je comprends pas, tout à changer et je comprends pas. alors si toi tu comprends éclaire moi. » que tu lui demandes. elle est plus la même sara, t’as cette sensation qui t’envahit depuis un moment mais tu ne sais pas non plus comment la changer… t’as pas de solutions ravi, t’es juste bon à apporter davantage de problèmes.

_________________

girl, you know I want your love. your love was handmade for somebody like me. come on now, follow my lead.
Revenir en haut Aller en bas
 
stupide thing (ravia)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quant tu t'es trompé de pseudo et que tu te sens stupide
» quel blush avec ral rouge MAC?
» sites et liens
» 10 Things I Hate About You
» Voici ma collection......!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BROOKLYN ON THE ROCKS ::  :: up high in the streets-
Sauter vers: