AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

un poids lourd sans les freins (eliklas)

Invité
Invité

Mer 23 Sep - 20:30


≈ rottweiller dans la cité perdue, j'ai le visage pâle. comme un loup sous la lune, comme un taxi driver, un poids lourd sans les freins, comme un putain d'dealer.
©lemonpie.
"mais grouille ton cul, toi aussi !" putain, qu'est-ce qu'ils sont lents les gens, ici. il suffit que ce soit le début des heures de pointe pour que les humains se transforment en vidéo youtube; chargement interminable, et même quand tu crois que tout est chargé, tu te plantes, et t'as l'air con à attendre, encore et toujours. c'est vrai que là, c'est la sortie du métro, mais faut pas abuser. alors nik, il pousse, il franchit les obstacles, renverse des vieilles et des paniers. le pire dans tout ça, c'est qu'on l'attend même pas. il s'est honnêtement dit qu'il allait visiter. visiter. des fois, il est incompréhensible, nik. qu'est-ce qu'il s'en fou, de cette ville. ils ont tous cet accent de bourge et cette démarche à l'américaine. alors il bouscule, par pure envie. ça lui dessine un sourire qui se met à danser sur ses lèvres. parce qu'il devient mur qui passe à contresens de tout le monde. parce qu'il s'amuse presque, un peu.
son insouciance le mène à poser son skate sur le bitume et à commencer à détaller la route, au milieu de passants et commerçants. on lui lance des injures, des regards noirs. mais il s'en fou, il veut juste glisser sur sa planche. ça se passe quelques minutes, et là, niklas, il s'écroule sur ce type. et ils ont l'air bien cons. ceux qui, tout à l'heure, lui lançaient des menaces sont désormais en train de se plier en deux, essayant de contrôler leur respiration. sorti du contexte, ça aurait pu donner une parfaite scène de porno gay. le blond tente de se relever et fait face au regard accusateur du gars. il a pas l'air de trop vouloir en rire, lui. et merde. il allait pas s'excuser, nik, sûrement pas. pourquoi on devrait se faire pardonner alors qu'on essayait juste d'être un parfait piéton ? piéton, en skate, oui, mais piéton quand même. ça aurait pu être pire, ça aurait pu être un camion à la place du type. alors qu'il commence pas à lui gueuler dessus.
crinière blonde encore plus en bataille qu'avant, le skater se lève, laissant l'autre le dos collé au béton. "fais gaffe, j'crois que tu t'es écrasé sur un chewing-gum pas tout à fait sec." parce que nik, il aime provoquer, des fois. parce que les nerfs de ce gars, ils vont exploser, et que le blond, il veut voir quelle sera sa répartie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Jeu 1 Oct - 21:03
T’es sorti tôt et le froid est venu agresser ta peau. T’as enfoui ta tête dans le fond de la capuche et t’as enfourné tes mains dans les poches de ton jean. Tu observes une seconde tes pieds, tes baskets sont défoncés et tu ne sais pas ce que t’attends pour aller t’en acheter des neuves. C’est un peu lamentable mais tu y es attaché à cette paire comme un gosse peut être attaché à un jouet. Tu sais que s’il se mettait à flotter, tu prendrais l’eau, mais ça t’est complètement égal depuis quelques temps. T’as plus du tout le souci du matériel. Sûrement que le déclic aura été la nuit en enfer passée avec Nob. T’es devenu encore plus fragile, tu vas finir avec la peau sur les os à t’alimenter une à deux fois par jour quand tu y penses et surtout avec de telles doses de poudre blanche dans les narines. T’as mal dormi, sa présence te manque même s’il te bouffe. Tu déambules dans les rues qui s’activent, tu slalomes entre les passants, entre les vieillards qui vont faire le marché et les actifs qui partent travailler. Toi t’as autre chose en tête, toi tu veux retrouver ton fournisseur avant qu’il ne rentre chez lui. Tu as un pas assuré, rapide. Tu trembles légèrement sous ton sweatshirt. Tu évites les regards, parce que tu sais que t’as une gueule qui fait peur à voir.
Quand tu te retrouves au sol, tu piges pas de suite ce qu’il vient de t’arriver. T’as senti une violente poussée dans le dos et t’as volé par terre. Un mec est sur toi, sa crinière blonde attire ton regard fatigué et presque énervé. Ton corps n’a pas la force de s’énerver mais ton esprit lui, il a une haine terrible de s’être retrouvé par terre. Tu lui fais comprendre tant bien que mal tandis qu’il se relève et attrape sa planche sur le côté. Amateur. Tu te redresses d’abord sur tes avant-bras. « fais gaffe, j'crois que tu t'es écrasé sur un chewing-gum pas tout à fait sec. » Tu inspires profondément. Forcément, il a fallu que tu te tapes le fils de pute bien ingrat alors que t’avais absolument pas la tête à ça. Tu te lèves et tu le pousses. Parce que si quelques secondes au paravent t’avais pas en tête de t’énerver, sa remarque a balayé tout ça. « si tu dégages pas, c’est mon poing qui va s’écraser sur ta gueule. »
Revenir en haut Aller en bas
 
un poids lourd sans les freins (eliklas)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Neige:Circulation délicate dans le Nord-Est
» Je perds, mais pas que du poids ... (régime et dérèglements... féminins)
» Pas/peu de prise de poids
» idéés de recettes allégées en matière grasse et sans gluten
» Quel groupe pour quel âge/poids

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BROOKLYN ON THE ROCKS ::  :: V3 :: rp abandonnés-
Sauter vers: