AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

celestial blues. (griffin)

avatar
i'm the queen, can't taste it
i'm the queen, can't taste it
messages : 488 points : 6
pseudo : forward. (marie)
avatar : charly jordan.
crédits : self, lonewolf.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 6 Avr - 22:31
réveil au saut du lit ce matin. t'étais pas bien hier soir. sûrement quelque chose de pas clair que tu as avalé au court de la journée. t'as pas dormi beaucoup et t'as vomi la moitié de la nuit. t'es fatiguée déjà lorsque tu te lèves la tête dans les nuages. t'as du mal à ouvrir les yeux et tu te déplaces avec courage sans pour autant en avoir envie. tu te prends la porte dans la tête avant de l'ouvrir, tu pensais qu'elle était plus loin que ça. mal de crâne qui s'acharne contre toi. tu t'en vas vers la cuisine. ton père est sans doute déjà parti travailler. t'as rendez-vous avec l'autre à midi pour goûter des pâtisseries. tu souffres de l'estomac rien que d'y penser déjà... un dégoût qui s'affiche sur ton visage, t'as pas envie de chou à la crème aujourd'hui... mais t'es pas sûre d'avoir le droit de sécher quelque chose de si important aux yeux de ton père. il a fait la tête quelques heures quand tu lui as dit que tu ne vivrais pas chez lui en arrivant à brooklyn. il a réussi à s'y faire lorsqu'il s'est rendu compte qu'il devait te partager. comme toujours. tu savais que ce genre de chose finirait par arriver... c'est pour cette raison que tu es partie quand t'avais quinze ans hein ? tu les as laissé un mois sans nouvelles avant de leur dire que tu ne reviendrais jamais à brooklyn. t'as tenu parole dix ans... c'est pas rien pour une gamine qui n'avait même pas encore terminé le lycée. t'ouvres les placards à la recherche d'un petit déjeuner qui en vaut le coup. rien d’appétissant. ni une ni deux. tu sais que si ton père n'est pas là, cole le sera. tu ne lui as jamais beaucoup parlé à lui. sans doute parce que tu ne lui fais pas confiance. aujourd'hui t'as besoin de lui. t'entres dans sa chambre sans prendre la politesse de frapper. tu ne sais pas s'il dort encore, il est tôt pourtant. il faut aller acheter de la confiture d'abricot et des pains au lait. tu dis pour t'introduire. t'as pas envie de le faire toi-même et tu squattes seulement... t'imagines que tu as le droit aux traitements de faveur du coup non ? tant pis autrement... tu l'auras réveillé au moins... ambiance satisfaisante pour un début de journée.

_________________
 
i want something
just like this.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 260 points : 0
pseudo : ems, marina.
avatar : chris wood.
crédits : avatar by ©morrigan.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 6 Avr - 23:04
plongé dans tes rêves de filles nues, t'es encore occupé à cuver les bières de trop de la veille dans ton lit une place que t'aurais pas refusé de partager pour la nuit. mais t'as été trop chiant hier. trop con, trop déplacé, trop politiquement incorrect. trop tout. et puis malgré ton absence quasi totale de principes, t'essayais tant bien que mal de ne pas faire défiler le carnaval de rio dans l'appartement que tu partageais en partie avec ton père. et avec une autre personne aussi. mais t'allais pas te retenir pour mademoiselle allison griffin, princesse disparue la moitié de sa vie pas foutue de trouver son prince et qui avait ainsi décidé de venir t'emmerder pour pimenter son quotidien. toi, le colocataire un peu space de son père. elle a pas la moindre idée de qui tu es, et ça te fait rire, dans le fond. parce que tu peux lui faire croire ce que tu veux et que tu te lasses pas de ce regard de dégoût qu'elle te porte quand tu mets une claque dans le dos de ton vieux père avec une parfaite insouciance. mais c'est elle qui a visiblement envie de rire, ce matin. de se payer ta tête au réveil pour venir te raconter je ne sais quelles conneries que t'as pas envie d'entendre. un grognement guttural que tu lui destines, tachant d'étouffer sa petite voix fluette. t'attrapes ton oreiller, tu lui lances à la tête. tu la loupes. tu grognes plus fort encore. « je m'en tape de ta confiture de lait et de tes pains aux abricots. » tu siffles avec condescendance. tes paupières qui se soulèvent difficilement, agressées par la lumière qu'elle t'impose en ouvrant ta porte. et t'as même plus ton oreiller pour te cacher dessous, maintenant. t'attends vaguement qu'elle décide de se replier et de te laisser finir ta nuit. elle n'en fait rien. « mange un raisin sec, ça devrait te caler jusqu'à ce soir. » tu lances, peu cérémonieux. allie et ses trente-deux kilos toute mouillée qui venait te réclamer à manger, de quoi te donner envie de lui balancer deux trois tacles en retour. faut croire que l'idée te donne l'impulsion suffisante pour quitter ton lit. tu te redresses, fais quelques pas jusqu'à elle, t'arrêtes au milieu de la pièce. complètement nu.

_________________
Meet me on your best behavior,

Meet me at your worst for there

Will be no stone unturned or bubble

Left to burst, let me lay beside you

Darling and just let me be your man.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm the queen, can't taste it
i'm the queen, can't taste it
messages : 488 points : 6
pseudo : forward. (marie)
avatar : charly jordan.
crédits : self, lonewolf.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 9 Avr - 22:18
il semble grogner. chiant dès le matin ? tu l'aurais parié. tu vois l'oreiller qui bouche depuis son lit. tu te décales juste comme il faut pour qu'il manque sa cible. ça te réveille encore un peu plus, sourire sur tes lèvres de provoquer ce genre d'agacement en ce début de matinée ensoleillée. il n'est pas content cole. c'est con. toi, t'aimes de plus en plus ce qui se passe. je m'en tape de ta confiture de lait et de tes pains aux abricots. tu hausses un sourcil. tu notes mentalement que cole n'est pas du matin. tu te demandes même s'il est d'un moment de la journée maintenant que tu y penses. tu vas sans doute pouvoir t'asseoir sur ton petit déjeuner alors ? t'avais l'espoir léger qu'il puisse être un peu plus doux au réveil. doux espoirs pulvérisés en quelques secondes. cole qu'un vilain personnage qu'il te faut virer de cette maison avant qu'il ne détruise complètement ce qu'il reste de ton pauvre père. mange un raisin sec, ça devrait te caler jusqu'à ce soir. qu'il dit pour t'atteindre sans doute. pas d'effet sur toi. tu manques un peu de chair probablement mais tu ne vas sûrement pas prendre les mots qui sortent de sa bouche à lui au pied de la lettre. t'ouvres un peu plus la porte pour croiser les bras dans l'encadrement. lui qui se lève pour t'offrir une vue incroyable sur ses bijoux de famille... tu lèves les yeux au ciel en remontant sur son visage rapidement. l'aurait-il fait exprès pour te mettre mal à l'aise ? un but qu'il manque encore probablement. ooooh je vois. tu t'exclames tout à coup. c'est avec ça que tu comptais embobiner mon père ? tu glisses comme si tu venais de mettre le doigt exactement sur ce qui cloche chez lui. tu cherches depuis le début sans être capable de trouver quoique ce soit de travers dans son comportement, mis à part son caractère de merde et sa présence continuelle dans les parages.

_________________
 
i want something
just like this.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 260 points : 0
pseudo : ems, marina.
avatar : chris wood.
crédits : avatar by ©morrigan.
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 14 Avr - 13:20
elle t'emmerde presque autant que tu l'emmerdes, allie, et pourtant ce n'est clairement pas une mince affaire. heureusement que t'as une patience à toute épreuve concernant ceux qui osent se prêter à cet exercice - qui n'est autre que ton art de prédilection. alors tu grognes, oui, mais t'as pas l'intention de te déclarer vaincu pour autant, quand bien même la moitié de ton cerveau est encore endormie à cet instant. debout devant elle dans ton plus simple appareil, tu viens passer une main dans tes cheveux avec le plus grand des naturels. tu fais un pas de plus, espérant la faire reculer. elle ne bouge pas d'un pouce. t'en soupirerais presque de déception. « j'embobine personne moi, c'est mon charme naturel qui fait tout le boulot. » tu réponds avec désinvolture quand elle te manifeste une énième fois sa méfiance envers toi. tu te demandes si elle aurait été aussi hostile avec toi si elle avait su que vous apparteniez à la même famille. probablement pas. un sourire mesquin apparaît alors au coin de tes lèvres quand tu décides de profiter une fois de plus de l'ignorance de ta "colocataire" sur sa propre situation familiale. « et je crois que ton papa y est plutôt sensible. » à la guerre comme à la guerre. et si tu frissonnes intérieurement de ce sous-entendu peu orthodoxe sur la relation que tu prétends entretenir avec ton père, le regard d'allison vaut largement ce petit désagrément. tu sais que le tout pourrait être crédible, connaissant la préférence de votre père pour les hommes. t'en as d'ailleurs fait les frais avec ta mère, de cette préférence. t'es satisfait, cole. tu te dis qu'avec un coup aussi bas que celui-ci tu pourras peut-être déclarer clairement ta victoire, juste avant de lui avouer que tout ça n'est qu'une vaste blague. ou pas.

_________________
Meet me on your best behavior,

Meet me at your worst for there

Will be no stone unturned or bubble

Left to burst, let me lay beside you

Darling and just let me be your man.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm the queen, can't taste it
i'm the queen, can't taste it
messages : 488 points : 6
pseudo : forward. (marie)
avatar : charly jordan.
crédits : self, lonewolf.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 15 Avr - 23:35
ça ne t'impressionne pas le moins du monde. tu connais les femmes et les hommes. t'as connu nombre d'aventures dans ta petite vie et tu connais très bien le genre de cole pour savoir qu'il faut que tu restes loin de lui. t'as assez de mépris pour contrôler des faibles ardeurs. il avance. pas une réaction. t'as toujours besoin de ton petit déjeuner pour pouvoir supporter sa tête de con. et il n'y a que lui ici pour pouvoir t'apporter ce dont tu as besoin. t'imagines que c'est de sa faute du coup... si t'as encore moins de tolérance que d'habitude à son petit jeu de profiteur qui squatte l'appartement de ton père comme on profite d'un vieux qui a juste assez d'argent pour vivre calmement sa vie à l'abris d'un chez lui où il pourrait vivre seul. la compagnie dont il a besoin, tu lui apportes maintenant... t'aimerais bien être capable de virer cet intrus de votre quotidien pour pouvoir reprendre la place qui te revient de droit auprès de ton papa. j'embobine personne moi, c'est mon charme naturel qui fait tout le boulot. tu pars dans l'hilarité. charme naturel qu'il est le seul à se trouver probablement. mec canon qui le sait trop bien, ça gâche bien trop le seul atout charme qu'il pourrait avoir ici ! et je crois que ton papa y est plutôt sensible. ton rire s'étouffe instantanément. t'y crois tellement fort, depuis le début que ça te donne tout à coup l'envie de vomir. t'aimes trop ton père pour le laisser s'en tirer avec un sourire de vainqueur et une queue qui pend entre ses jambes. tu t'approches un peu trop, pas troublée pour un sou. t'approches pas de mon père sale merde. t'oses. t'es de mauvaise humeur quand t'as pas encore eu ta tasse de café. et tu viens à peine de sortir du canapé. canapé que tu n'occuperais pas si tu pouvais désinfecter cette chambre et prendre sa place pour de bon. si j'apprends que t'as été tremper ton biscuit un peu trop près de lui. j'te jure que j'te tue. tu lui dis, regard noir et sincère. t'as l'impression que tu serais capable de le faire tant ta dévotion pour tes pères est grande. t'es reconnaissante depuis le début de ta vie, de t'avoir adopté... t'étais assez vieille pour te rendre compte... assez vieille pour réaliser que t'aimerais ces hommes plus que n'importe qui au monde pour leur acte de tendresse envers toi.

_________________
 
i want something
just like this.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 260 points : 0
pseudo : ems, marina.
avatar : chris wood.
crédits : avatar by ©morrigan.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 20 Avr - 22:09
ça y est, t'as réussi à la mettre définitivement en rogne, la allison. tu verrais presque de la fumée sortir de ses oreilles tant le regard de mépris qu'elle te lance en dit long sur son humeur. faut croire que ça l'amuse pas, que tu parles ainsi de son père. ça te plairait pas non plus à toi - quoi que, tu trouverais bien le moyen d'en rire, à tous les coups. elle jusque là indifférente à l'idée de te surprendre à poil montre un peu plus l'étendue de son je m'en foutisme quand elle fait un pas vers toi, réduisant dangereusement la distance qui vous sépare. tu comprends qu'elle cherche à te menacer mais bien entendu, de telles tentatives ont toujours été vaines avoir toi. elle prend la défense de son -votre- père comme si sa vie en dépendait, t'interdisant cordialement de l'approcher. peut-être qu'elle n'a pas bien saisi ton sous-entendu ?... quand t'as dit qu'il était sensible à ton charme tout en sachant que ça faisait un bon moment que vous habitiez ensemble ?... tout le monde en aurait conclu qu'à ce stade, les limites de la simple cohabitation auraient déjà été franchies. peut-être que blonde n'était pas qu'une couleur de cheveux mais une vraie philosophie pour allison griffin. « fallait peut-être te réveiller un peu plus tôt si tu voulais éviter ça ma grande, au lieu de jouer les drama queen à pétaouchnok. » tu siffles d'un air chantant, rappelant étrangement un "nananinanère" bien agaçant comme il faut. le regard de défi que tu lui lances, cherchant plus que tout à la faire sortir de ses gonds. c'est pas ta faute si ça te donne des idées, l'ignorance qui entoure cette fille. la méconnaissance totale du propre cirque qui se joue tous les jours dans sa propre baraque. en même temps il ne fallait pas trop en attendre d'une squatteuse qui pionçait dans le canapé. tu pousses finalement un profond soupir tandis que tu t'étires largement, en profitant au passage pour donner un léger coup sur le crâne d'allie, juste assez fort pour la décoiffer. « bon, je sais pas pour toi mais toute cette tension sexuelle m'a donnée faim. je suis d'humeur à faire des crêpes. » et bon vent la confiture d'abricots. tu t'éloignes enfin d'elle, enfiles un caleçon bleu marine et t'éclipses dans la cuisine, prêt pour un second round un peu plus épicé.

_________________
Meet me on your best behavior,

Meet me at your worst for there

Will be no stone unturned or bubble

Left to burst, let me lay beside you

Darling and just let me be your man.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm the queen, can't taste it
i'm the queen, can't taste it
messages : 488 points : 6
pseudo : forward. (marie)
avatar : charly jordan.
crédits : self, lonewolf.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 25 Avr - 10:45
t'as compris. et t'aimes pas ça. tu pensais que ton père était un tout petit peu plus intelligent pour aller chercher des mecs comme ça au coin des rues. il a quoi ? vingt ans de moins ? trente même ? t'en sais rien mais ça ne te plait pas. tu voudrais être capable de le mettre dehors... si seulement ça ne dépendait que de toi... faut croire qu'il doit avoir un fond meilleur, quelque part, à l'intérieur, pour lui permettre de rester ici, avec ton père. en revanche, toi, tu refuses d'aller chercher le bon en lui. passablement mauvais en surface, c'est suffisant pour te dire que tu ne veux plus le voir ici. jamais. fallait peut-être te réveiller un peu plus tôt si tu voulais éviter ça ma grande, au lieu de jouer les drama queen à pétaouchnok. colère qui gronde dans ton coeur. tu serres les points alors que monsieur semble vouloir te pousser à bout d'un fameux coup bien pensé sur le dessus de ta tête. bon, je sais pas pour toi mais toute cette tension sexuelle m'a donnée faim. je suis d'humeur à faire des crêpes. qu'il s'éloigne déjà pour couvrir toute sa marchandise et foutre son bordel dans une autre pièce de l'appartement. tu le suis, recoiffant tes cheveux rapidement. eux qui n'avaient de toute façon pas tant de forme. t'es encore en pyjama. tu venais de te lever. tu pensais pouvoir user de tes charmes pour obtenir ce que tu veux avec cette vermine mais... rien à faire. toujours plus méprisable. pas si vite. tu dis, levant le doigt devant toi comme une vraie mère en colère. tu ne sais rien de moi. tu continues en le suivant jusqu'à la cuisine. et crois pas que j'vais te laisser mettre tes mains sur la bouffe. tu le regardes de haut en bas en t'arrêtant. grimaçant au passage. je sais pas où tu les as foutu et j'ai pas envie d'y penser.. tu glisses avec un air de dégoût alors que tu t'apprêtes toi-même à faire les crêpes qu'il voulait tant. un amour que vous partagez sans doute. un petit déjeuner que tes pères t'ont souvent préparé lorsque tu étais enfant.

_________________
 
i want something
just like this.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 260 points : 0
pseudo : ems, marina.
avatar : chris wood.
crédits : avatar by ©morrigan.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 1 Mai - 17:26
il serait peut-être temps de lui rappeler qu'elle n'a pas tout les droits, la petite allie. après tout de vous deux c'est bien elle l'outsider et non toi, qui avait renoué avec ton père depuis un bon moment déjà. père qui vous avait pourtant lâchement abandonnés ta mère et toi mais que tu soutenais tout de même chaque jour en créchant chez lui. certes, tu apportais aussi ton lot d'emmerdes, mais tu ne voyais ça que comme une très juste contrepartie de tes services. services que tu viens de faire passer pour terriblement malsains auprès d'allison, qui ne se contente pas de marcher dans tes sous-entendus mais d'y courir. le regard empli de haine et d'un soupçon de frustration devant tes propos qui ont visé juste. que c'était bon, d'avoir l'avantage. « pas si vite. » elle croit sûrement pouvoir t'arrêter avec ces trois mots mais tu te charges de lui démontrer le contraire en continuant ta route comme si de rien était, l'obligeant à te courir derrière pour continuer le combat. tu ouvres les placards, en sors une poêle, du sucre, de la farine, du lait. « tu ne sais rien de moi. » tu pouffes. « je t'en prie, sens-toi libre de te mettre à nue. » au sens propre comme au figuré. tu te moques ouvertement de sa crise identitaire qui ne te fait ni chaud ni froid et t'imagines que si elle réagit comme ça, c'est qu'elle a sûrement quelque chose à se reprocher. heureusement tu t'en tapes, toi. « et crois pas que j'vais te laisser mettre tes mains sur la bouffe. » tu lèves les yeux au ciel alors que tu t'apprêtais à verser de la farine dans un récipient. « chochotte. » pour ne pas dire "princesse", qui aurait tout aussi bien convenu. mais t'es tout de suite plus conciliant quand tu réalises qu'elle compte du coup cuisiner à ta place. « je sais pas où tu les as foutu et j'ai pas envie d'y penser.. » sourire sur tes lèvres alors que tu la laisses récupérer le flambeau, commençant à préparer la pâte à crêpes. tu attends soigneusement qu'elle ait les deux mains occupées pour venir te glisser derrière elle poser les tiennes sur chacune de ses fesses. « tu veux dire là, par exemple ? » un large sourire qui dévoile tes dents blanches et la pensée d'une giffle qui n'arrive pas même à te gâcher ton plaisir. et puis heureusement pour toi, tu t'estimes plus vif qu'elle et prêt à y échapper.

_________________
Meet me on your best behavior,

Meet me at your worst for there

Will be no stone unturned or bubble

Left to burst, let me lay beside you

Darling and just let me be your man.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm the queen, can't taste it
i'm the queen, can't taste it
messages : 488 points : 6
pseudo : forward. (marie)
avatar : charly jordan.
crédits : self, lonewolf.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Mai - 0:23
tout ce qu'il essaye de faire, c'est te sortir de tes gonds. tu le sais mais tu entres dans son jeu avec la tête baissée. comme un animal en colère qui n'attendrait que le bon moment pour frapper. tu ignores ses mots. il te provoque exprès alors que tu tentes de reprendre la situation en main. il se croit malin mais tu es certaine d'être bien plus maligne que lui. pourtant, c'est toi qui perd à vouloir faire les crêpes à sa place non ? seulement parce que tu n'as pas envie de vomir ou de chopper une maladie infectieuse parce qu'il a mis ses mains dans la pâte à crêpe. chochotte. qu'il te lance, comme s'il voulait toujours avoir le dernier mot. tu le pousses déjà pour lui prendre la farine des mains. tu lui lances un regard noir. de toute façon, c'est toi qui décide ici. c'est l'appartement de ton père, c'est chez lui, donc chez toi aussi... sûrement pas chez un petit plaisantin qui pense avoir son mot à dire dans la vie paisible de ton père qui vit déjà très mal le remariage de ton autre père. t'es certaine qu'il n'avait pas besoin, en plus de ça, d'un crétin obsédé près de lui. tu entreprends de verser la farine dans le saladier lorsque... tu veux dire là, par exemple ? qu'il lance accompagné de ses mains sur tes fesses. tu sursautes, le sachet dans les mains, tu te retournes sans le poser, t'en fous partout, tu t'en fiches. tu le ressens comme une agression sur le coup. alors tu le frappes, ta main saupoudrée de farine sur sa joue. de quoi as tu l'air seulement ? t'es plus petite et moins forte. et t'as les joues cramoisie qu'il ait pu avoir l'audace de faire ce genre de chose. tu n'imagines même pas si ton père était entré à ce moment. tu peux pas essayer de respecter les gens un peu ? tu demandes, tu cries même, complètement énervée. absolument par parce que t'as ressentie ne serait-ce que l'once d'un trouble. à quel moment je t'ai laissé imaginer que tu as le droit de me toucher ? tu demandes, sérieuse, le yeux noirs malgré leur douceur habituellement. t'es pas contente, pas contente qu'il soit là, pas contente qu'il continue à respirer le même air que toi, et certainement pas contente qu'il puisse s'imaginer qu'il a le droit de poser ses mains sur ton corps quand ça lui chante.

_________________
 
i want something
just like this.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 260 points : 0
pseudo : ems, marina.
avatar : chris wood.
crédits : avatar by ©morrigan.
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 12 Mai - 22:30
tu vas peut-être finir par te brûler les ailes -ah, t'as des ailes toi ?- à ce jeu là cole, et pourtant ça ne t'empêche pas d'en rajouter une couche chaque fois qu'allison te fait savoir son mécontentant. le problème c'est qu'elle se croit un peu trop dans son droit, ta "soeur". la situation lui échappe tellement qu'elle ne réalise pas à quel point votre situation est délicate, à quel point votre colocation n'a rien de typique. mais tu t'amuses un peu trop de son ignorance pour venir lui avouer tout de suite la choquante vérité. tu préfères garder la révélation pour plus tard, quand elle menacera réellement de te défenestrer. ce qui risque d'arriver plus tôt que prévu quand tu décides de te montrer un peu trop tactile avec elle. beaucoup trop tactile ? « tu peux pas essayer de respecter les gens un peu ? » elle te gueule dessus, t'assenant au passage une gifle enfarinée heureusement pas trop forte sur la joue. t'aurais mérité plus, et t'es plutôt satisfait de ton sort, finalement. ça valait clairement le coup, rien que pour assister au changement de teinte de son visage tant elle tourne rouge jusqu'aux oreilles. « si, si. je peux essayer. » haussement d'épaules presque indifférent, pas bien convaincu par ce que t'es en train d'avancer. tu sais pas faire dans le respectueux, cole. tu respectes personne, à commencer par toi-même. et tu ne vas sûrement pas commencer aujourd'hui. « à quel moment je t'ai laissé imaginer que tu as le droit de me toucher ? » tout de suite les grands airs et les regards assassins. ton humour était décidément bien trop incompris. « t'énerves pas, j'essayais juste d'enlever le balai que t'as dans le... » tu t'interromps, en même temps que tu fais un pas vers l'arrière pour éviter une deuxième gifle de farine. tu ricanes, amusé de ta blague que tu as au moins eu le bon sens de ne pas terminer pour rester un brin poli. mais l'idée est passée, et t'imagines que c'est déjà bien trop pour elle. il serait peut-être temps qu'elle se concentre de nouveau sur les crêpes. peut-être qu'avec un estomac plein, elle aura moins envie de te briser la nuque.

_________________
Meet me on your best behavior,

Meet me at your worst for there

Will be no stone unturned or bubble

Left to burst, let me lay beside you

Darling and just let me be your man.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm the queen, can't taste it
i'm the queen, can't taste it
messages : 488 points : 6
pseudo : forward. (marie)
avatar : charly jordan.
crédits : self, lonewolf.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 20 Mai - 16:19
si, si. je peux essayer. mais il ne le fera pas. parce que les gens comme lui, ils en ont rien à foutre de respecter les autres hein ? t'as l'impression de te battre avec lui depuis que tu es arrivée à new york. t'aimerais dire clairement à ton père qu'il faut qu'il vire cette vermine de l'appartement mais t'es pas sûre qu'il ne ferait. peut-être que c'est lui qui le voulait ici... peut-être que tu te méprends et que c'est toi qui est de trop dans cette histoire. il se joue de toi cole. tu le sais, et t'aimes pas l'idée qu'il puisse y arriver si facilement. t'as pas envie qu'il te touche, encore moins qu'il se pense réellement dans son droit de le faire avec misogynie. il ne sait pas qui tu es, définitivement et tu pourrais bien finir par le menacer très clairement s'il continue à te prendre pour la dernière des imbécile en profitant très clairement de l'appartement de ton père. t'énerves pas, j'essayais juste d'enlever le balai que t'as dans le... tu t'apprêtes à le frapper encore mais il s'échappe déjà. t'as l'impression d'être une gamine quand tu te trouves avec lui, sans doute que tu t'abaisses à son niveau... comme un frère avec sa soeur presque. jamais de la vie. tu te retournes avec humeur. t'es vraiment con putain. tu bougonnes dans ton coin en faisant glisser la farine dans le saladier. un oeuf, deux oeufs que tu casses un peu trop fort à cause de ton humeur. c'est ce qu'il te faudrait à toi. tu lances. un balai dans le cul. t'oses dire, pour le coup. troisième oeuf qui supporte ton envie de meurtre. tu traverse la cuisine pour aller prendre le lait dans la porte du frigo. qu'est-ce que tu gagnes à être ici franchement ? tu demandes, sincèrement. ça t'échappe. et t'imagines que tu aurais pu commencer par là. essaye pas de me faire croire que t'es là parce que tu te fais mon père... t'es clairement pas son style. tu le regardes de haut en bas. tu te demandes s'il est le style de quelqu'un d'ailleurs. probablement le style de tout le monde quand t'y penses... ça te dégoûte encore plus, il a cet air de gamin qui donne envie de le baffer et cette gueule d'ange qui le cache parfaitement à la naïveté de tout un chacun. t'as vu clair, heureusement.

_________________
 
i want something
just like this.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 260 points : 0
pseudo : ems, marina.
avatar : chris wood.
crédits : avatar by ©morrigan.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Juin - 18:11
tu sais qu'elle a tout faux dans sa façon de voir les choses, allison. ça la détendrait très certainement de connaître la vérité sur les liens qui vous lient, si ce n'est pour ces mains aux fesses que tu lui imposes et qui devraient encore moins la ravir en apprenant que vous étiez plus ou moins de la même famille. « t'es vraiment con putain. » tu penches légèrement la tête sur le côté d'un air pensif avant de fermer les yeux et de hocher la tête d'un air approbateur. t'avais beau être chiant, cole, t'étais au moins réaliste sur ta propre situation. elle continue cependant à cuisiner et tu t'estimes secrètement heureux de ne pas lui avoir coupé l'appétit. « c'est ce qu'il te faudrait à toi. un balai dans le cul. » tu éclates de rire devant son audace quand elle te lance ça sans même broncher devant sa recette. tu lèves un sourcil presque impressionné tandis que tu la regardes continuer à s'agiter sur la préparation des crêpes. « navrée allie, j'ai des tas de fantasmes mais le sado-masochisme n'en fait malheureusement pas partie. » tu prends un air sincèrement désolé, presque déçu de ne pas pouvoir la suivre dans cette perversion. « qu'est-ce que tu gagnes à être ici franchement ? » qu'elle demande alors dans un ton un peu plus sérieux. « essaye pas de me faire croire que t'es là parce que tu te fais mon père... t'es clairement pas son style. » tu joues rapidement les types outrés devant une telle remarque dans une expression faussement vexée sans trop t'attarder tant tu sais que ses propos ne sont motivés que par la haine et l'agacement, et certainement pas par un point de vue objectif. « si tu veux tout savoir, je ne me fais pas ton père : je m'en fais pour ton père. je suis là pour lui remonter le moral, c'est ma bonne action de l'année. » que tu viens expliquer dans un soupir. elle risque probablement de ne pas te prendre au sérieux alors que c'est sûrement la confidence la plus honnête que t'aies faite depuis ce matin.

_________________
Meet me on your best behavior,

Meet me at your worst for there

Will be no stone unturned or bubble

Left to burst, let me lay beside you

Darling and just let me be your man.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm the queen, can't taste it
i'm the queen, can't taste it
messages : 488 points : 6
pseudo : forward. (marie)
avatar : charly jordan.
crédits : self, lonewolf.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 8 Juil - 17:18
il semble savoir qu’il est un abruti de première et ça te dérange d’autant plus qu’il ne soit pas capable de faire quelque chose à ce sujet… est-il réellement supposé croire que c’est normal d’être comme ça ? ça te dépasse largement alors que tu continues de faire la pâte à crêpe pour occuper tes mains qui pourraient malencontreusement se retrouver sur ses joues une fois de plus. t’es sincère toi. et t’en as déjà marre de vivre ici. t’as déjà réfléchi à de nouvelles possibilités pour toi… le canapé de ton père ne te convient plus et puis… la colocation est bien trop difficile pour que tu la supportes encore bien longtemps. navré allie, j’ai des tas de fantasmes mais le sado-masochisme n’en fait malheureusement pas partie. tu n’as réellement aucune envie d’y penser. vraiment… ça te donne des frissons rien que d’oser répéter ses mots dans ta tête… tu tentes. t’as envie de savoir. et t’oses penser une seconde qu’il pourrait être sérieux. ça ne dure qu’une seule seconde. il se fout de ta gueule chaque fois que tu ouvres la bouche de toute façon. ça t’énerve très franchement. c’est sans doute pour cette raison que tu te sens si coupable. t’arrives pas à lui passer outre son comportement pour rester ici… c’est pas possible. tu ne veux pas faire souffrir ton père mais… l’incompatibilité est certaine et t’oseras jamais le l’obliger à faire un choix pour toi. si tu veux tout savoir, je ne me fais pas ton père : je m’en fais pour ton père. je suis là pour lui remonter le moral, c’est ma bonne action de l’année. tu fronces les sourcils en posant tes poings sur tes hanches. voudrait-il maintenant te faire croire que ses intentions sont les bonnes ? t’es pas certaine d’avoir envie de tomber dans un piège, encore moins lorsqu’il s’agit de ton père… t’essayes réellement de me faire croire que tu es là seulement pour lui là ? tu lui demandes. ça te parait encore plus absurde quand tu le dis à haute voix. et t’y gagnes quoi ? tu continues. parce que ça te perturbe grandement cette histoire… tu l’as rencontré comment mon père ? tu n’oublies pas d’ajouter une fois de plus, tu veux savoir la vérité ! et qu’il n’essaye pas de t’entourlouper une fois de plus… tu ne joues plus. et puis ça te fatigue d’essayer de démêler le faux du vrai dans toutes les conneries qui sortent de sa bouche.

_________________
 
i want something
just like this.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 260 points : 0
pseudo : ems, marina.
avatar : chris wood.
crédits : avatar by ©morrigan.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 23 Juil - 14:42
tu comprends vite que tu risques de passer les prochaines minutes à essayer de te justifier sur la relation que tu entretiens avec ton père -votre père-. avec toutes les conneries que tu déblatères à la minute, tu te doutes bien qu'elle refusera de te croire si jamais tu lui avoues la vérité de façon un peu trop brute. d'un autre côté, t'estimes qu'il est temps de mettre de côté tes blagues incestueuses et de passer au chapitre suivant : narguer éternellement allison qui n'allait pas tarder à se découvrir un frère. « t’essayes réellement de me faire croire que tu es là seulement pour lui là ? » elle doute de tes bonnes intentions, bien entendu. t'étais donc si égoïste que ça aux yeux du monde, cole ? l'argent n'était pas un problème pour toi et tu aurais largement pu te la couler douce dans un appartement au moins aussi grand que celui-ci sans aucun autre griffin pour te prendre ton espace. tu hoches la tête en réponse muette à sa question tout en prenant un air plus sérieux, décidé à lui faire accepter ce qu'elle semble croire impossible. les poings sur les hanches -et la préparation de la pâte à crêpes interrompue - allie darde sur toi un regard franchement sceptique tandis qu'elle continue de mettre en doute la moindre de tes intentions. « et t’y gagnes quoi ? » tu soupires bruyamment histoire de jouer les types lassés devant tant de méfiance - et tu pourrais ne pas tarder à le devenir -. « le plaisir de rendre service. » que tu rétorques dans un ton qui sonne bien trop faux. « tu l’as rencontré comment mon père ? » énième question et la plus importante, finalement. un large sourire s'installe au ralentit sur tes lèvres tandis que tu vois le moment tant attendu arriver. mais tu vois aussi qu'elle ne cuisine plus, allison. « je ne suis pas très enclin aux confidences l'estomac vide. » tu lances d'un air hautain en jetant un regard sur ton petit-déjeuner encore à l'état d'élaboration. t'aurais peut-être mieux fait d'aller acheter ses pains au lait et sa foutue confiture, finalement. face à son regard peu amène, tu finis par la calmer en levant tes deux mains, paumes vers elle, en signe de paix. « ça va, ça va. je le connais depuis longtemps, ton père. depuis que je suis né. je te fais un dessin ? » probablement que oui. elle ne risque sûrement pas d'avaler l'info si facilement.

_________________
Meet me on your best behavior,

Meet me at your worst for there

Will be no stone unturned or bubble

Left to burst, let me lay beside you

Darling and just let me be your man.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm the queen, can't taste it
i'm the queen, can't taste it
messages : 488 points : 6
pseudo : forward. (marie)
avatar : charly jordan.
crédits : self, lonewolf.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 27 Juil - 22:50
le plaisir de rendre service. t’es pas certaine que ce soit son genre de rendre service. t’es même sûre qu’il en a certainement rien à foutre de rendre service à qui que ce soit. c’est plus facile d’imaginer ça comme ça en tout cas. t’as trop peur de te faire avoir comme une bleue à penser qu’il pourrait être sympa d’une manière ou d’une autre. t’es tellement sûre de toi quand tu penses qu’il se fout de ta gueule que tu commences déjà à prêcher le faux pour savoir le vrai. après tout, tu ne sais rien de lui, ni même comment il connait ton père. ce n’est pas normal dans ton esprit. qu’est-ce qu’il peut bien foutre là ? et tu ne crois pas une seconde à cette histoire de service ! je ne suis pas très enclin aux confidences l’estomac vide. qu’il ose te dise alors que tu le regardes sévère, tu n’as pas envie de rire là maintenant et il devrait le savoir mieux que personne ! t’es déjà en train de t’énerver pour un rien… et t’es pas très encline à faire à manger tant que ton esprit est si embrouillé par ses mots. tu ne manques pas de rester exactement à ta place sans lui laisser la chance d’imaginer une seconde que tu pourrais en avoir quelque chose à foutre de ce qu’il veut. d’ailleurs, t’es certaine que ton regard parle pour toi alors que les mots n’ont même pas encore atteints ta bouche. ça va, ça va. je ne connais depuis longtemps, ton père. depuis que je suis né. je te fais un dessin ? tu ne comprends pas, sur le coup. comment ? quoi ? tu restes interdite alors que les mots s’accrochent les uns aux autres dans ton esprit et puis… soudainement, tu pars dans un fou rire que tu n’es pas capable de contrôler. c’est une blague ? tu demandes, parce que même pour lui, tu trouves qu’elle est bien trop bonne. c’est impossible de toute façon non ? t’es en train de dire que… mon père... tu insistes. …serait aussi ton père. les mots sont importants pour cette partie de l’histoire. parce que maintenant que tu y penses, c’est vrai que tu y vois des airs de ressemblance que tu n’avais pas prévu pour le coup. tu commences à y croire, tu ne doit pas y croire allie, il essaye encore de se foutre de ta gueule ! tu le sais pourtant, il est né pour ça. ça, t’en es certaine pour le coup…

_________________
 
i want something
just like this.  
Revenir en haut Aller en bas
 
celestial blues. (griffin)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» baby blues
» Chris Rea & Vargas Blues Band
» Céleste (Celestial)
» baby blues pre-natal?
» Petit blues et questionnement sur la prise de sang

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BROOKLYN ON THE ROCKS ::  :: left over the sea :: fort hamilton-
Sauter vers: