AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

be mine (anka)

avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 119 points : 0
pseudo : bloodstream/marion.
avatar : kim youngsun.
crédits : suture, tumblr.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 12 Mar - 12:39
« reika dépêche toi, tu vas être en retard pour l’entretien. » tu lèves les yeux du manga que tu lis pour voir ton père essoufflé d’avoir couru pour te trouver. un sourcil se lève. un entretien ? mais t’en as pas besoin t’es la directrice de la section. pourquoi il devrait te faire passer un entretien ? ton père t’a donné cette partie de sa maison d’édition quand t’es rentrée et que tu lui as dit que tu ne voulais personne d’autre pour s’en occuper. après tout, tu veux pouvoir écrire et vendre les mangas, comics et bds que tu veux, aimes. alors, après quelques secondes il te l’a donné. t’as même pas eu à trop insister, il te connait et t’a fait cadeau de cette partie parce que t’aurais fait un caprice sinon pour obtenir ce que tu souhaitais. « mais bouge toi. tu vas le faire attendre ! » nouveau haussement de sourcils à l’encontre de ton père. tu le comprends pas. pourquoi il parle de lui à la troisième personne ? il est vraiment bizarre aujourd’hui. « papa, arrête. j’ai pas besoin de passer un entretien. je suis déjà la directrice de la section. » et tu replonges le nez dans ton livre. t’entends vaguement ton père soupirer et tu sais qu’il a levé les yeux au ciel. il t’enlève le manga des mains et de suite, tu prends une moue vexée et en colère. « rends moi mon livre ! » t’es même prête à pleurer si jamais il te le rend pas. « tu dois allez faire passer un entretien pour ta section. c’est ta responsabilité aussi en tant que directrice. » et là, la lumière se fait à tous les étages. « mais tu pouvais pas le dire plus tôt. » il semble épuisé encore plus par ses explications que par sa course et tu lui souris avant de te lever. tu lisses les plis de ta robe, te recoiffes un peu et tu te mets à sautiller dans le couloir, ton père sur les talons. tu l’entends marmonner dans sa barbe par rapport à ton comportement, mais toi tu ris. t’es une enfant dans l’âme et tu le resteras probablement pendant encore longtemps. tu te diriges vers l’accueil et c’est là que tu le vois. ton cœur rate un battement alors que son visage se tourne vers toi. c’est bon t’es tombée amoureuse encore une fois. un magnifique sourire s’affiche sur tes lèvres alors que tu t’avances vers lui. « bonjour, je m’appelle reika kurasaki. je suis la directrice de la section bds/comics/mangas. » tu te présentes, en lui tendant la main avant de reprendre la parole. « est-ce que tu as une petite amie ? » demandes-tu sans aucune gêne. tu entends clairement ton père manquer de s’étouffer alors que tu continues de sourire attendant une réponse.

_________________

desperate to love

l'amour est juste un mot, jusqu'à ce que quelqu'un arrive et lui donne le sens que vous cherchiez. l'amour n'a pas d'âge, pas de limites, pas de mort. © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 102 points : 0
pseudo : deborah
avatar : finn jones
crédits : balaclava / tumblr.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 17 Avr - 19:45
Face au miroir, avec tes mains qui se font de plus en plus maladroites, ta cravate te donne du fil à retordre. Tu avais oublié à quel point un entretien d’embauche pouvait être aussi angoissant. Le dernier remonte si loin. Ou peut-être est-ce celui-ci en particulier. Tu veux tellement ce job. Tu as postulé dans de nombreuses maisons d’édition, mais de toutes, c’est celle-ci qui te fait le plus rêver. C’est certainement pour ça que tu te mets autant de pression. Mais là, l’heure tourne et tu batailles depuis trop longtemps avec ta tenue. Tu prends donc une profonde inspiration. Tes yeux se ferment et gentiment, tu reprends le contrôle. Il faut que tu assures aujourd’hui, il ne faut pas que tu laisses la pression prendre le dessus. Tête haute, tu fais ce fichu noeud et replace ton colle de chemise. Sacoche contenant tes dessins et effets personnels, sur l’épaules, tu quittes ton domicile et file attraper un métro. Direction l’est de Brooklyn et les bureaux de la maison d’édition. Un coup d’oeil à ta montre, puis un autre, une minute plus tard. T’es dans les temps et pourtant t’as peur d’arriver en retard. Tu presses même le pas, une fois dehors, quitte à t'essouffler. Tu arrives avec dix minutes d’avance, du coup, mais ça te rassure. On te fait alors patienter à la réception. Tu prends place dans un siège. Dos contre le dossier, tu t’en détaches et attrapes un magazine après deux minutes. Magazine que tu feuillettes, pages que tu regardes sans lire leur contenu. Tu frottes la paume de tes mains contre ton pantalon pour pas qu’elles soient moites quand tu serreras la main du patron. Il est en retard. Evidemment, c’est lui le boss. Mais toi tu commences à avoir chaud, tu recommences à stresser. Tu te lèves. T’oublies le magazine sur tes genoux et celui-ci finit par terre. T’es maladroit, ça va de paire avec le fait que tu sois nerveux. Tu le ramasses rapidement et te mets à faire les cents pas. Tu répètes l’essentiel dans ta tête et là, deux personnes arrivent. Tu te tournes instantanément, sourire de circonstance accroché aux lèvres et te retrouves face à une jeune femme. Elle est plus jeune que toi, c’est une certitude. Tu lui donnes à peine vingt ans. Derrière elle, un homme et un air de famille. Tu comprends assez vite et elle te le confirme en se présentant. Tu pensais avoir rendez-vous avec Monsieur Kurasaki, le grand patron, l’âme de cette maison d’édition, mais apparemment c’est avec sa fille que tu vas passer ton entretien. Une jolie jeune femme, il faut bien l’avouer. « Enchanté... » Mais tu n’as pas le temps de poursuivre les présentations, qu’elle te pose une question pour le moins incongrue. Si tu as une petite-amie? Ta main toujours dans la sienne, tu écarquilles légèrement les yeux. Tu t’y attendais pas et sûrement que son père non plus, puisqu’il manque de s’étouffer. Tu jettes un rapide regard vers lui. « Hum… Je… Non. » Dis-tu en lâchant un petit rire nerveux. T’étais pas très à l’aise et tu l’es encore moins maintenant. Tu t’accroches à la sangle de ta sacoche et grimaces. « C’est pas vraiment un critère pour le poste, n’est-ce pas?! » T’essayes de te convaincre qu’elle plaisante, mais tu te demandes surtout où tu as bien pu atterrir.  



_________________

i promise myself that i will enjoy every minute of everyday that is given to me to live.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 119 points : 0
pseudo : bloodstream/marion.
avatar : kim youngsun.
crédits : suture, tumblr.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 28 Mai - 22:17
ton père ne peut rien te refuser et tu as toujours su jouer sur ça. même maintenant que tu as passé le cap des vingt-cinq ans, tu obtiens toujours ce que tu désires quand tu le désires. tout ça parce qu’il culpabilise de la mort de ta mère. tu en as conscience, mais tu ne peux pas t’empêcher de faire ça. tu peux même pleurer sur demande et c’est ce que tu comptes faire, s’il ne te rend pas le manga que tu étais en train de lire. sauf que t’as pas le temps de laisser les larmes couler qu’il te rappelle que tu as un rendez-vous avec un potentiel futur employé. ton sourire revient instantanément alors que tu te précipites pour rejoindre le hall d’entrée en sautillant, ta robe flottant autour de toi. t’entends ton père te suivre sûrement exaspéré par ton comportement de gamine. mais tu es une gamine et une princesse de surcroit. c’est sa faute aussi. il n’avait qu’à pas te gâter autant. tu ris et quand tu arrives dans le hall, tu te stoppes net. tu sens des papillons dans ton ventre et des feux d’artifices dans ta tête alors que tes yeux se posent sur le rouquin. tu tombes amoureuse en un seul instant comme toutes les autres fois avant. t’as toujours eu le chic pour tomber amoureuse en quelques secondes. pourtant, cette fois, t’as l’impression que c’est différent. si tu en avais parlé à ton père avant d’aller le voir, il aurait sûrement dit que tu dis ça à chaque fois. alors, tu ne dis rien et tu t’avances vers lui, un magnifique sourire sur les lèvres. tu te présentes et ne le laisses pas faire de même alors que tu lui demandes s’il a une petite amie. ton père manque de s’étouffer et tu ne lui accordes aucun regard tandis qu’il est plongé dans celui du bel inconnu. t’as encore sa main dans la tienne et tu continues de sourire. elle est un peu moite, signe qu’il est nerveux mais aussi, elle est chaude. t’as l’impression d’être protégée alors qu’il ne tient que ta main. si toi tu ne le quittes pas des yeux, lui regarde ton père et t’attends qu’il te réponde. sa réponse négative agrandit encore si c’était possible ton sourire. il lâche ta main pour venir serrer sa sacoche et reprend. tu ne peux pas t’empêcher de rire légèrement à sa remarque. « absolument pas ! c’est dans le cadre personnel, parce que tu me plais bien. » balances-tu toujours directe comme à ton habitude. ton père se met alors à te réprimander en japonais comme à chaque fois qu’il est en colère et tu balaies ses remontrances d’un signe de la main. « si tu veux bien me suivre. » continues-tu alors que tu ouvres la marche vers ton bureau. tu notifies à ton père que tu n’as pas besoin de lui et tu fermes la porte sur l’inconnu dont tu ne sais toujours pas le prénom et toi. tu t’installes derrière le bureau et lui fais signe de prendre place en face de toi. tu attrapes le cv que ta secrétaire a sûrement déposé et tu le lis en diagonale. « angus buchanan c’est ça ? » mais tu ne le laisses pas répondre que t’as déjà repris. « t’étais journaliste, pourquoi vouloir changer maintenant alors que ta carrière était presque toute tracée ? surtout pour un job où t’es pas sûr de réussir ? » même si tu agis comme une gamine, tu es quand même réaliste face au métier que vous faites. tu sais que c’est comme un artiste, vous ne pouvez pas tous percer.

_________________

desperate to love

l'amour est juste un mot, jusqu'à ce que quelqu'un arrive et lui donne le sens que vous cherchiez. l'amour n'a pas d'âge, pas de limites, pas de mort. © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
 
be mine (anka)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mijnenjagers - Chasseurs de mines - Mine hunters (CMT)
» Un chasseur de mine français dans l'escadre OTAN
» Wieliczka : mine de sel
» Charles Frémine
» Kazakhstan: trente morts dans une explosion dans une mine Ar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BROOKLYN ON THE ROCKS ::  :: get to the right-
Sauter vers: