AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

enchanté. (theo/jad)

i'm the king, can't taste it
avatar
i'm the king, can't taste it
messages : 573 points : 0
pseudo : dieu multi-face
avatar : michiel huisman.
crédits : money honey (avatar) jugband blues (icons)
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 23 Jan - 14:52
t'as beaucoup discuté avec emily, un peu trop même. vous vous entendez pas sur grand chose, faut bien l'admettre. le temps a fait son effet, entre vous. désormais, y a plus grand chose qui vous relie et pourtant, tu te sens toujours très proche d'elle, peut-être trop parfois. t'aimerais que tout soit différent, entre vous. t'aimerais vous tempérer un peu. oublier la pression et profiter de ce que le temps vous a mutuellement apporté. mais y a ce gosse, entre vous. celui qui vous appartient. celui que tu découvres à peine. celui qui a déjà dix-huit ans et qui n'a jamais su qui tu étais vraiment. tu supposes que c'est pas plus mal, parfois. t'es pas le genre "père idéal". tu l'as jamais été. t'es un malfrat, jad. c'est dans ton sang, dans tes gênes. t'aimerais présenter les choses sous un autre angle à ton gamin. lui montrer ce que tu sais faire de mieux mais dans le fond, t'as plus beaucoup d'arguments en ce sens. non, t'es une épave. pire que ça, t'es plus rien du tout jad. t'es qu'un zombie. entre deux temps, deux époques. celle où tu menais la grande vie, à être prêtre et à commettre des délits, et celle dans laquelle tu n'en mènes pas large. à partager ton appartement avec une nymphomane et à courir après la stabilité. mais t'as plus le choix. emily te l'a fait comprendre à sa manière. ton fils te réclame. tu peux pas le priver plus longtemps de toi, de ce que tu es. alors tu fais le pied de grue, devant un établissement. une adresse qu'elle t'a donnée. en espérant que ça soit la bonne, en espérant le reconnaître. un groupe qui sort, t'allumes ton téléphone. sa photo. et puis, tes yeux qui se lèvent. merde, son visage. tu le reconnaitrais entre milles. les traits d'emily, avec les tiens. t'as le ventre qui se tord. qu'est-ce que tu fais maintenant jad ? t'avances, tu recules ? un pas en avant, en arrière ? t'oses pas, mais tu dois. pour toi, pour lui. tu reprends ta respiration, tu te dresses devant lui, sourire aux lèvres. theo ? tu demandes, doucement.

_________________

y'a beaucoup de gens qui sont malhonnêtes,
j'erre dans la ville mais j'ai toi en tête,
tout est rose mais c est l'enfer,
notre histoire est légendaire,
bienvenue sur riverdale
Revenir en haut Aller en bas
i'm getting there
avatar
i'm getting there
messages : 128 points : 0
pseudo : Petit Prince
avatar : neels visser
crédits : Jimmy
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 24 Jan - 20:02
En me levant ce matin j'ai eu la boule au ventre parce que depuis hier je sais que qu'aujourd'hui je vais rencontrer mon père, enfin mon géniteur. J'ai eu une discussion assez spéciale avec ma mère hier soir et elle m'a annoncé que mon père était là et qu'il souhaitait me voir. J'ai eu du mal à m'endormir, en réalité j'ai dû dormir tout juste deux ou trois heures pas plus. J'ai eu mal au ventre toute la nuit à tourner en rond dans mon lit, à me poser des tas de questions, j'ai tellement de choses à lui dire qu'au final je crois que j'ai tout oublié ce matin en me levant. Est-ce qu'il est comme je l'ai toujours imaginé ? Est-ce qu'il va m'aimer ? Est-ce que je vais l'aimer ? Est-ce que tout va bien se passer ? Est-ce que je vais lui en vouloir ? Après tout il ne connaissait pas mon existence il y a encore quelques mois non ? Malgré cette journée exceptionnelle dans mon existence je dois quand même me rendre en cour, ça j'ai pas le choix. Je pensais que ça allait me changer les idées, mais visiblement je me suis trompé puisque je fixe ma montre toutes les cinq minutes jusqu'au moment où, délivrance ça sonne enfin. Un mélange d'excitation et de peur en moi. Je sors de l'établissement avec ma bande de pote, je ne sais pas vraiment à quoi ressemble mon père, mais un homme semble aussi préoccuper que moi juste en face de moi « Theo ? » Pour savoir mon prénom c'est bien que c'est lui. Je dois l'avouer, je ne l'imaginais pas comme ça, physiquement en tout cas. « Oui, c'est moi. » Pas besoin de demander si c'est lui, je sais déjà la réponse. Mes mains tremble et mon coeur bat de plus en plus fort. « C'est vous ? » Dis-je timidement sans trop savoir quoi dire d'autre finalement.

_________________

   
THEO
Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the king, can't taste it
avatar
i'm the king, can't taste it
messages : 573 points : 0
pseudo : dieu multi-face
avatar : michiel huisman.
crédits : money honey (avatar) jugband blues (icons)
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 25 Jan - 15:53
son attention portée sur toi, ses yeux qui se plongent dans les tiens et le temps qui s'arrête un instant. tu reconnais les nuances de bleus que tu avais vu chez sa mère, cette fameuse nuit. et puis, les fossettes et cet air rieur. celui là même qui t'avait fait céder à l'appel de la tentation, cette nuit-là, dix-huit ans plus tôt. et puis, sa taille, proche de la tienne. son corps, frêle, mais tout te ramène à sa mère. sauf le nez... le tien ! tu souris, maladroitement. le temps reprend sa course, il dit oui, c'est moi. effluves de souvenirs qui te remontent à la tronche. y a tout qui explose autour de toi. comment on se présente à son fils, dix-huit ans trop tard ? tu sais pas, t'hésites. tu devrais mettre les pieds dans le plat et y aller franco. alors, tu ouvres la bouche mais il te prend de cour c'est vous ? il te devance. tu comprends alors qu'emily t'a aidé, un peu. elle lui a parlé. tu sais pas ce qui a été dit mais t'espères qu'elle aura su trouver les mots que tu n'sauras jamais dire. oui, c'est moi. tu lui dis, comme simple réponse. il comprendra le reste. tu le regardes, sans trop savoir quoi dire de plus ou quoi faire. t'aimerais le serrer contre toi, t'as peur qu'il le prenne mal. comment on se comporte avec un gamin de dix-huit ans ? ton coeur qui palpite et ton sang qui ne fait qu'un tour. chez lui, y a tout de sa mère, y a tout de vous. un curieux et savant mélange du meilleur de vous deux. tu as hâte de le découvrir.

_________________

y'a beaucoup de gens qui sont malhonnêtes,
j'erre dans la ville mais j'ai toi en tête,
tout est rose mais c est l'enfer,
notre histoire est légendaire,
bienvenue sur riverdale
Revenir en haut Aller en bas
i'm getting there
avatar
i'm getting there
messages : 128 points : 0
pseudo : Petit Prince
avatar : neels visser
crédits : Jimmy
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 28 Jan - 17:43
J'ai les mains moite, c'est horrible j'ai horreur de ça. J'aime pas être dans des situations d'inconfort et pourtant celle-là c'est moi qui l'ai réclamé depuis des années maintenant. Je pense que tout enfant à envie et à droit de connaître son père, visiblement le mien n'a pas dit non puisqu'il était ici et il paraîtrait même qu'il avait hâte. J'ai pas envie de lui en vouloir parce que je sais qu'il n'était pas au courant de ma naissance, je pense avoir clairement cerner l'histoire de mon arriver qui il faut le dire a été tout simplement un accident. J'en veux pas non plus à maman de m'avoir caché ça parce que j'estime malgré tout qu'elle à toujours tout donné pour moi et encore aujourd'hui alors même si je me rebelle de temps en temps, j'essaie malgré tout de ne rien oublier. Cet homme est face à moi et je peux enfin mettre un visage sur le nom de ''papa''. Est-ce que je lui ressemble ? Honnêtement je ne sais pas une seule chose est sûre c'est que j'aimerais bien hérité de sa barbe, mais ça c'est pas gagné pour l'instant. Je suis timide face à la personne qui se présente comme mon père, « oui, c'est moi. » Mais visiblement le plus timide des deux ce n'est peut-être pas moi, c'est assez amusant. « Je ne mords pas. » Dis-je en riant légèrement. Qu'est-ce que nous sommes censé nous dire ? Nous raconter dix-huit ans de vie ? « Enchanté en tout cas ... » Je dois avouer que je perds légèrement tous mes moyens face à lui, mais j'espère que tout ça ira mieux très vite. « Vous … Voulez prendre un verre ? » Pour quelqu'un qui rencontre son père pour la première fois et qui se retrouve stressé comme pas possible, je me débrouille plutôt pas mal non ?

_________________

   
THEO
Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the king, can't taste it
avatar
i'm the king, can't taste it
messages : 573 points : 0
pseudo : dieu multi-face
avatar : michiel huisman.
crédits : money honey (avatar) jugband blues (icons)
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 31 Jan - 8:14
passé et présent qui se rencontre. après tout ce temps, c'est presque un miracle. t'as l'estomac en vrac, t'es pas à l'aise. c'est tout à fait normal. ta vie est un chaos complet, tu sors tout juste de taule et tout reste encore à faire mais ton fils est là, face à toi. il était temps, tu crois. t'as décidé d'ignorer tout ce qui ne joue pas pour toi pour te concentrer sur lui et lui donner ce qu'il a toujours mérité ; une figure paternelle. sauf qu'il faut bien que tu l'admettes, jad, face à ton fils, t'es une statue de marbre. aucune émotion qui ne se traduit dans ton regard, ni chaleur, ni réconfort. t'es là, juste là. debout, à l'observer comme un tableau. il te ressemble, un peu. tu vois quelques similitudes mais tu dois bien admettre qu'emily se lit plus sur lui que toi, jad. tu souris, difficilement. t'avales ta salive, quand tu lui réponds. vos regards se cherchent, y a pour l'instant aucune complicité entre vous mais tu sais que ça finira par venir, par se créer tout seul. je ne mords pas. enchanté en tout cas ... premier sourire sur ton visage. tu secoues ta tête sans le quitter des yeux. exc- excuse moi, je.. cette situation est étrange. tu lui dis, en bégayant un peu. mais je suis vraiment content de te rencontrer, théo. tu affirmes avant qu'il ne te demande vous … voulez prendre un verre ? et te surprenne. ce garçon est bien plus mature que tu ne l'imaginais. tu souris, tu glisses tes mains dans les poches de ton jean et tu regardes autour de vous. il y avait ses amis, juste avant. si tu as le temps, bien sûr. je ne veux pas.. enfin, tes amis t'attendent peut-être. tu te mords la lèvre, rougissant légèrement. dans le rôle du père, tu te sens déjà pas trop à l'aise. tu feras avec, il paraît qu'on n'a pas vraiment le choix quand ça nous arrive. aujourd'hui t'es là, face à ton fils. et sans le savoir vraiment, tu l'aimes déjà, ton môme, avec dix-huit ans de retard.

_________________

y'a beaucoup de gens qui sont malhonnêtes,
j'erre dans la ville mais j'ai toi en tête,
tout est rose mais c est l'enfer,
notre histoire est légendaire,
bienvenue sur riverdale
Revenir en haut Aller en bas
i'm getting there
avatar
i'm getting there
messages : 128 points : 0
pseudo : Petit Prince
avatar : neels visser
crédits : Jimmy
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 31 Jan - 19:17
Est-ce qu'il est réellement heureux de me connaître ? Sincèrement je ne sais pas du tout, aucune idée. Rien ne se lit sur son visage pour le moment et je dois avouer que c'est encore plus déstabilisant. Aucune phrase ne sort de sa bouche, il semble complètement déstabilisé, en même temps je peux très bien le comprendre je suis dans le même bateau. Je m'étonne tout seul lorsque j'essaie de prendre la parole après tout il faut bien briser la glace sinon on ne s'en sort pas et puis clairement, nous avons tous les deux l'air de deux cons comme ça l'un face à l'autre. « exc- excuse moi, je.. cette situation est étrange. » ça je veux bien le croire oui. Je confirme en hochant légèrement la tête et puis il rajoute, « mais je suis vraiment content de te rencontrer, théo. » Je sais pas s'il est sincère, il a l'air en tout cas. Je ne sais pas par où commencer, je ne sais même pas si c'est à moi de commencer d'ailleurs, mais bon je me lance et prends les devant presque automatiquement en lui demandant s'il serait partant pour prendre un verre « si tu as le temps, bien sûr. je ne veux pas.. enfin, tes amis t'attendent peut-être. » Je me retourne rapidement et effectivement certain semble m'attendre. En réalité, ils sont au courant de mon histoire et ils savent donc que cet homme en face de moi est mon père. Rapidement je leurs fait un signe de la main pour dire que tout est ok puis je me retourne de nouveau en face de l'homme qui est donc mon père. « C'est bon, je suis libre maintenant. » Dis-je en souriant.

_________________

   
THEO
Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the king, can't taste it
avatar
i'm the king, can't taste it
messages : 573 points : 0
pseudo : dieu multi-face
avatar : michiel huisman.
crédits : money honey (avatar) jugband blues (icons)
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 3 Fév - 14:12
y a dix-huit longues années à rattraper. un énorme blanc que t'as envie de combler mais t'ignores s'il est vraiment prêt pour ça, pour tout ce que tu as à lui offrir. après tout, t'es pas le genre d'homme qu'on rêve d'avoir pour père. surtout quand on sait tout ce par quoi tu es passé, non ? ta confiance qui s'effrite. et s'il ne voulait pas de toi ? jusqu'où se situe la frontière avec la vérité ? ce que tu dois lui dire et ce que tu dois passer sous silence ? est-ce qu'il sera heureux de savoir que t'as été pasteur pendant plus de dix ans ? que t'as couché avec sa mère qu'une seule fois sans jamais savoir les conséquences que ç'avait pu avoir ? serait-il fier de savoir que t'as retrouvé sa mère en te faisant incarcérer par cette dernière ? que la femme qui t'a passé les menottes pour t'emmener en taule est aussi celle qui a porté ton enfant et te l'a caché ? tu sais pas, tu sais plus. mains moites. tu lui montres un sourire mais à l'intérieur, t'es en tension perpétuel. il se retourne vers ses amis, nouveau blanc. puis ses yeux trouvent les tiens, à nouveau. c'est bon, je suis libre maintenant. tu comprends alors que ses amis n'étaient restés que pour s'assurer que t'étais pas un détracteur et un mince sourire se dessine sur ton visage. t'es bien le fils de ta mère. que tu lui dis en passant ton bras autour de son épaule. presque détendu, un peu, tu l'entraînes avec toi. tu leurs as demandé de s'assurer que j'n'étais pas un psychopathe, pas vrai ? tu le regardes, sans perdre ton sourire. la situation se calme, un peu. tant que tu n'penses pas au reste, tant que tu te concentres sur le présent, tu devrais pouvoir affronter tout ça du mieux que tu peux.

_________________

y'a beaucoup de gens qui sont malhonnêtes,
j'erre dans la ville mais j'ai toi en tête,
tout est rose mais c est l'enfer,
notre histoire est légendaire,
bienvenue sur riverdale
Revenir en haut Aller en bas
i'm getting there
avatar
i'm getting there
messages : 128 points : 0
pseudo : Petit Prince
avatar : neels visser
crédits : Jimmy
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 7 Fév - 21:18
J'ai envie de le connaître après tout c'est mon père et puis j'ai tellement rêvé de lui toutes ces années que j'ai enfin envie de savoir qui il est et puis d'où je viens, mes racines, si j'ai encore des grands-parents, des tantes ou des oncles, des cousins ou des cousines ou peut-être même des demi-frères et sœurs qui sait après toutes ces années peut-être qu'il a refait sa vie. J'essaie de faire redescendre la pression petite à petit, c'est compliqué, mais j'essaie. Rapidement je fais signe à mes copains que tout va bien et les voilà partis. « t'es bien le fils de ta mère. » Je ris à cette réflexion avant d'ajouter, « Il paraît oui. » En même temps j'ai connu que ma mère jusque là et je sais pas ce que je peux tenir de mon père, j'espère que j'ai hérité de lui aussi, mais ça je ne le verrais qu'avec le temps. Je lui propose de venir boire un verre, je sais pas trop pourquoi j'ai dit ça, mais bon maintenant c'est sorti après tout. Il me prend par l'épaule ce qui veut dire logiquement qu'il se sent légèrement plus à l'aise et ça me fait plaisir et me détend à mon tour. Premier contact père/fils. « tu leurs as demandé de s'assurer que j'n'étais pas un psychopathe, pas vrai ? » Je ris de nouveau, décidément il est comme maman lui aussi, difficile de cacher quelque chose je vais devoir être encore plus rusé à présent avec deux parents comme ça. « Hum … C'est mal ? » Dis-je en le regardant dans les yeux. « Tu sais, maman elle me dit toujours de faire attention à tout depuis que je suis tout petit alors maintenant je suis devenu un vrai expert en matière de méfiance. » Je lui lance alors un clin d'œil.

_________________

   
THEO
Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the king, can't taste it
avatar
i'm the king, can't taste it
messages : 573 points : 0
pseudo : dieu multi-face
avatar : michiel huisman.
crédits : money honey (avatar) jugband blues (icons)
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 10 Fév - 9:06
c'est ton fils n'arrête pas de te répéter une voix dans ton esprit. t'y crois à peine, pour l'instant. y a que les similitudes avec emily qui te sautent aux yeux. d'ailleurs, son regard est troublant, tout comme celui de sa mère. et puis, les fossettes sur son visage. tu souris, quand tu lui dis qu'il est le fils de sa mère, il te répond simplement il paraît oui. et cette nonchalance te surprend.. et te rassure. parce que tu sais qu'elle n'est pas de sa mère, non, mais de toi. premier point commun. votre manière d'appréhender les choses de manière détachée sans trop y apporter d'improtances. tu crois ! mais en même temps, tu le connais depuis si peu de temps. alors bras sur ses épaules, t'essaies de te montrer avenant et surtout plus détendu. tu veux pas qu'il se crée entre vous un malaise. ce serait dommage, à ce stade des choses. il vous faut construire quelque chose de solide, avant de vous permettre le silence. hum … c'est mal ? tu sais, maman elle me dit toujours de faire attention à tout depuis que je suis tout petit alors maintenant je suis devenu un vrai expert en matière de méfiance. tu souris, il n'a pas tort. mais de fait, sa mère n'a pas dû lui dire que tu sortais tout juste de taule. sinon, tout laisse à croire qu'il se serait méfier de toi d'avantage. tu avances, en sa compagnie. y a des sujets sensibles qu'il vaux mieux éviter, n'est-ce pas ? tu as tout à fait raison mon grand. mon grand, ça te paraît surfait, mais sur le coup, t'as pas contrôlé tes mots. tu souris, sans le regarder, vous approchez d'un bar/restaurant. on se pose ici, ça te va ? il y a du monde, c'est sur une rue traversante. je ne risque pas de te kidnapper. tu dis pour plaisanter, sans le quitter des yeux. tu cherches les similitudes entre vous, tu ne les trouves pas encore. peut-être ne sont-elles pas physiques.

_________________

y'a beaucoup de gens qui sont malhonnêtes,
j'erre dans la ville mais j'ai toi en tête,
tout est rose mais c est l'enfer,
notre histoire est légendaire,
bienvenue sur riverdale
Revenir en haut Aller en bas
i'm getting there
avatar
i'm getting there
messages : 128 points : 0
pseudo : Petit Prince
avatar : neels visser
crédits : Jimmy
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 13 Fév - 22:18
Avoir un père au bout de tant d'année c'est quand même bizarre, mais en même temps c'est tout ce que j'ai toujours recherché jusqu'à présent alors je ne vais pas m'en plaindre. J'ai été habitué à vivre avec ma mère et seulement ma mère et à m'imaginer mon père, sans physique particulier je dois l'avouer puisque j'avais énormément de mal, mais je savais étant petit qu'un jour ou l'autre je retrouverais ce père que je méritais d'avoir. Voilà qu'aujourd'hui mon rêve se réalise enfin avec malgré tout une petite part de stress. Il est vrai que je ne sais pas exactement quoi faire alors pour ne pas laisser un blanc s'installer je décide de l'inviter boire un verre, après tout qu'est-ce qu'il y avait de mieux à faire ? Je ne pouvais pas lui demander de venir à la maman je pense que c'est peut-être encore tendu avec maman, je ne sais pas vraiment où ils en sont tous les deux ou ce qu'ils sont tout simplement, c'est leur vie privée ça ne me regarde pas, non ? Lorsqu'il me parle de mes amis qui étaient là pour en quelque sorte, assuré mes arrières, je lui avoue qu'avec une mère policière j'ai souvent eu droit à des mises en garde bien précise tout au long de ma vie. J'ai vécu seul avec maman alors forcément j'ai été autonome assez tôt pour certaine tâche. « tu as tout à fait raison mon grand. » C'est la première fois que je reçois une petite marque d'affection comme ça venant d'un homme et encore mieux, d'un père, mon père. Je dois dire que cette sensation est étrange. Je me contente simplement de sourire à mon père. « on se pose ici, ça te va ? il y a du monde, c'est sur une rue traversante. je ne risque pas de te kidnapper. » Nous voilà arriver pour prendre un verre, premier moment de complicité peut-être entre nous deux, il faut apprendre à nous connaître. « Oh tu sais le pire c'est pour toi. Je suis très pénible comme ado et puis maman risquerait de t'envoyer tous les flics de la terre. » Dis-je en rigolant, mais en même temps c'était pas totalement faux.

_________________

   
THEO
Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the king, can't taste it
avatar
i'm the king, can't taste it
messages : 573 points : 0
pseudo : dieu multi-face
avatar : michiel huisman.
crédits : money honey (avatar) jugband blues (icons)
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 17 Fév - 10:08
tu fais de ton mieux pour le mettre à l'aise. toi même ne l'étant pas entièrement. tu sais qu'il suivra ton exemple, quelque part. plus tu te détendras, plus il se détendra. et comme tu veux que tout se passe bien, tu prends sur toi pour calmer tes propres angoisses et appréhensions. c'est ton fils, difficile à imaginer. tu le regardes, tu ne vois pas vraiment de ressemblances mais tu sais que dans son sang coule un peu du tien. tu en veux toujours un peu à emily, de t'avoir tenu à l'écart de sa vie si longtemps. t'as trop de choses à rattraper et malheureusement pas assez de temps. tu t'assieds, avec lui. tu te permets de plaisanter, de rire un peu. il en fait de même, t'es content de voir que la complicité s'installe doucement entre vous. oh tu sais le pire c'est pour toi. je suis très pénible comme ado et puis maman risquerait de t'envoyer tous les flics de la terre. tu souris légèrement. tu connais maintenant suffisamment sa mère pour savoir qu'il ne plaisante pas. emily est une mère, avant tout. et tu as pu remarquer, à plusieures reprises, qu'elle était prête à tout pour prendre soin de son gamin. tu souris, sans le quitter des yeux. je n'en doute pas une seconde.. pour ta mère. tu dis, quand le serveur se pointe. tu commandes à boire, il fait de même et puis, tu le regardes à nouveau. et donc.. t'es pénible, pourquoi ça ? parce que t'as cette manie de toujours poser trop de questions, de t'intéresser un peu trop et surtout d'être trop curieux. parce que t'as trop longtemps entendu les problèmes de tout le monde, que t'as trop souvent gérer des confessions douloureuses et que t'as ce côté très.. paternel, qui naît quelque part en toi.

_________________

y'a beaucoup de gens qui sont malhonnêtes,
j'erre dans la ville mais j'ai toi en tête,
tout est rose mais c est l'enfer,
notre histoire est légendaire,
bienvenue sur riverdale
Revenir en haut Aller en bas
i'm getting there
avatar
i'm getting there
messages : 128 points : 0
pseudo : Petit Prince
avatar : neels visser
crédits : Jimmy
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 24 Fév - 21:40
Ma mère a toujours essayé de me protéger, elle a toujours pris le rôle des deux parents et je ne peux que la respecté pour ça. Ma mère c'est simplement une battante, une lionne et elle mérite tout le respect possible. J'ai pas toujours été un enfant de tout repos, je le sais et parfois je le regrette, mais je sais que je ne peux pas revenir en arrière à présent c'est pour ça qu'aujourd'hui j'essaie de rester dans les rangs, de ne pas lui faire honte et de devenir quelqu'un de bien. Retrouver mon père est encore étrange pour moi, mais plus les heures passent plus il semble se détendre, « je n'en doute pas une seconde.. pour ta mère. » Me dit-il lorsque pour rire, je lui avoue que s'il tente quoi que ce soit avec moi, maman lui fera probablement regretter toute sa vie. Je souris à mon père et puis nous passons commande auprès de la personne qui vient prendre note pour ensuite repartir préparer tout ça. Lorsque je le regarde dans les yeux je cherche une ressemble et j'ai encore du mal à me dire que cet homme, poser en face de moi est mon père. Ce père que j'ai imaginé durant toutes ces années et qui est enfin présent devant mes yeux aujourd'hui, dix-huit ans après, mais peut-être pas dix-huit pas trop tard. « et donc.. t'es pénible, pourquoi ça ? » Oh, très bonne question ça. En réalité je ne sais même pas quoi répondre, comment répondre du coup je reste légèrement bête. « Disons que par moment … Je fais encore des caprices tu vois. » D'accord c'est ridicule, mais c'est moi.

_________________

   
THEO
Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the king, can't taste it
avatar
i'm the king, can't taste it
messages : 573 points : 0
pseudo : dieu multi-face
avatar : michiel huisman.
crédits : money honey (avatar) jugband blues (icons)
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 2 Mar - 9:32
vous en êtes encore au stade de l'apprentissage. chaque geste compte. tu le scrutes, comme on détaille une partition lorsqu'on la lit pour la première fois. chaque réflexe, chaque mouvement est important. il s'agit de reconnaître qui d'emily ou de toi lui a transmis quel gêne. tu remarques à sa manière de s'exprimer qu'il prend beaucoup de sa mère. t'es pas étonné.. après tout, il a vécu dix-huit qu'avec elle. y a certains aspects pourtant qui dénotent mais qui ne t'appartiennent pas. quelque part, t'es pas non plus trop étonné. tu te doutes bien qu'emily n'est pas resté vierge de toute histoire d'amour depuis votre relation et qu'il a dû avoir quelques beaux-pères. ça t'agace, sans vraiment comprendre pourquoi.. ce gamin, c'est toi qui aurais dû l'éduquer, l'élever. pas un autre. alors l'idée qu'un autre homme ait pu jouer ton rôle, ça aurait tendance à te mettre hors de toi. tu restes neutre, pour l'instant. tu te montres pas trop intrusif et t'essaies de jouer les mecs cools. tu veux juste apprendre à le connaître, découvrir qui il est pour te faire une idée de ce que tu es en droit de lui raconter ou non, sur toi. pour l'instant, il a le rire facile et communicatif. il sourit, c'est une bonne chose. est-ce que tu le déçois ? t'en sais rien, t'en sauras sans doute jamais rien. disons que par moment.. je fais encore des caprices tu vois. tu souris, tu hoches la tête. il est enfant unique, il a grandi sans toi.. tu peux comprendre, quelque part. il fait des caprices pour se faire remarquer, non ? c'est propre au sentiment d'abandon qu'il a dû avoir en te cherchant, un peu partout à la fois. je veux.. je veux que tu saches, theo. tu sais pas si c'est la chose à dire, mais t'as besoin de le rassurer. je ne t'ai pas abandonné. non, jamais. t'étais juste pas au courant de sa naissance, c'est sans doute pire.. si- si j'avais su à l'époque.. je serais resté près de toi, je te le promets.

_________________

y'a beaucoup de gens qui sont malhonnêtes,
j'erre dans la ville mais j'ai toi en tête,
tout est rose mais c est l'enfer,
notre histoire est légendaire,
bienvenue sur riverdale
Revenir en haut Aller en bas
i'm getting there
avatar
i'm getting there
messages : 128 points : 0
pseudo : Petit Prince
avatar : neels visser
crédits : Jimmy
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 18 Mar - 22:26
Finalement, ça servait à rien d'avoir peur. Il semble gentil et plutôt désireux d'en savoir plus sur moi et ça fait plaisir. D'un côté je me dis que si maman n'a pas cherché à le retrouver depuis toutes ces années en sachant qu'il était mon père c'est peut-être parce qu'il lui a fait, ou a fait tout simplement, quelque chose de mal, mais alors quoi ? Est-ce que je vais enfin connaître ma véritable histoire, ma véritable identité ce soir ? Je ne sais pas du tout. J'ai très bien compris que je ne suis pas un enfant de l'amour, mais je sais que maman m'aime et peut-être qu'avec le temps, ce papa en face de moi m'aimera aussi et peut-être que là, j'aurais enfin une vie normal. À ma grande surprise je suis plutôt détendu et c'est lui qui semble stressé, du moins au départ. C'est marrant, j'ai hâte de raconter ça à maman. J'aimerais bien qu'il me parle de lui, que je sache enfin qui il est réellement, d'où il vient, si j'ai de la famille comme des cousins-cousines ou encore des grands parents, des tantes et des oncles ou encore même des frères et sœurs s'il a refait sa vie depuis tout ce temps. Je ne sais pas réellement comment aborder le sujet, c'est pas si simple, mais il se décide enfin à prendre la parole, « je veux.. je veux que tu saches, theo. » Il a l'air d'être plutôt le genre d'homme doux, qui sait écouter, c'est mon ressenti et j'aime beaucoup jusque là. J'ouvre alors grand mes yeux, prêt à l'écouter. « je ne t'ai pas abandonné. » Jusque là je connais mon histoire alors oui, je le sais bien qu'il n'était même pas au courant de mon existence et malgré tout j'arrive pas à en vouloir à maman après tout ce qu'elle a fait pour moi, « si- si j'avais su à l'époque.. je serais resté près de toi, je te le promets. » Il semble sincère, ou alors il joue extrêmement bien et peut être acteur. Je soupire légèrement, ne sachant pas réellement comment réagir avant de me reprendre, « Je sais bien, enfin je veux dire jusque là je connais l'histoire. Mais merci de me le dire. » Je souris en coin légèrement avant d'ajouter de nouveau, « Tu … Tu n'as donc jamais revu maman en dix huit ans ? Genre … Même pas par hasard dans la rue comme ça ? »

_________________

   
THEO
Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the king, can't taste it
avatar
i'm the king, can't taste it
messages : 573 points : 0
pseudo : dieu multi-face
avatar : michiel huisman.
crédits : money honey (avatar) jugband blues (icons)
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 23 Mar - 8:56
difficile d'adopter un ton plus léger face à un môme de dix-huit que l'on vient de reconnaître comme étant le sien. t'as tout manqué, de sa vie. toutes ses premières fois.. premiers poils, premier rasoir, premier vélo, premier baiser, premier amour mais aussi premières déceptions, premières larmes, premières crises et premières frayeurs.. t'as été absent si longtemps, jad. tu ressens le besoin de te justifier sans vraiment savoir si c'est nécessaire de le faire. néanmoins, tu préfères laisser parler ton coeur et lui dire ce que tu ressens, tel quel. il hoche la tête, il soupire même un peu. toi, t'es pas certain de te sentir mieux. néanmoins, t'as l'impression que les choses sont claires, entre vous, à présent. brut de décoffrage, posées sur la table, celle qui vous sépare. tu souris, quand il dit je sais bien, enfin je veux dire jusque là je connais l'histoire. mais merci de me le dire. tu … tu n'as donc jamais revu maman en dix huit ans ? genre … même pas par hasard dans la rue comme ça ? tu secoues le visage de gauche à droite, pensif. non, t'avais jamais revu emily. entre ton job à l'église et tes actions illégales, t'avais pas eu le temps de la rechercher. néanmoins, tu te souviens d'une seule chose non. tu commences mais je suis tombé sous le charme de ta mère à l'instant même où je l'ai vue la première fois. tu souris, la revoyant dans son petit ensemble charmant. tu ressens les effluves d'alcool qui vous enveloppaient ce soir là, de votre conversation qui n'en finissait plus et de ce baiser, échangé un peu au hasard. j'en garde un excellent souvenir. et très tendre. même si elle t'a menti, tu n'arrives pas à lui en vouloir entièrement. emily restera une femme qui a compté pour toi, la mère de ton fils, également. on avait tous les deux une carrière qui commençait tout juste et je suppose qu'on a préféré se concentrer sur nos propres ambitions plutôt que de chercher à former le couple qu'on aurait sûrement pu être. tu termines, sans le quitter du regard. ce couple qui aurait pu devenir ses parents, si seulement vous vous étiez laissés une seule chance.

_________________

y'a beaucoup de gens qui sont malhonnêtes,
j'erre dans la ville mais j'ai toi en tête,
tout est rose mais c est l'enfer,
notre histoire est légendaire,
bienvenue sur riverdale
Revenir en haut Aller en bas
i'm getting there
avatar
i'm getting there
messages : 128 points : 0
pseudo : Petit Prince
avatar : neels visser
crédits : Jimmy
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 29 Mar - 17:54
Ça serait mentir de dire qu'il est le père que je m'imaginais petit, mais il n'est pas non plus si loin. Pour l'instant je ne peux rien dire puisqu'au fond je ne le connais pas encore, il va me falloir du temps, il va lui en falloir à lui aussi et peut-être qu'au final les choses se terminerons bien. Il n'y a pas d'âge pour ne plus avoir ses parents sur le dos, nous avons toujours besoin d'eux, j'ai eu seulement ma mère depuis dix-huit ans, peut-être qu'avoir un père aujourd'hui va m'aider, me changer je ne sais pas. Enfant et même adolescent j'ai toujours eu un pincement au cœur de voir tous mes copains avec leur père le mercredi après-midi au foot et moi être toujours tout seul de mon côté parce que maman ne pouvait pas tout le temps rester à cause du boulot, mais ce que j'ai vécu fait finalement de moi ce que je suis aujourd'hui. Je cherche alors à en savoir un peu plus et surtout savoir s'ils ne se sont pas revu entre temps tous les deux, même par hasard « non. mais je suis tombé sous le charme de ta mère à l'instant même où je l'ai vue la première fois. » Je crois qu'il va se confier le temps d'instant, du coup je reste calme et écoute simplement son histoire, sa version finalement. « j'en garde un excellent souvenir » Finalement, je ne suis peut-être pas forcément un enfant issu d'une simple coucherie, même si c'est assez dur de croire le contraire, « on avait tous les deux une carrière qui commençait tout juste et je suppose qu'on a préféré se concentrer sur nos propres ambitions plutôt que de chercher à former le couple qu'on aurait sûrement pu être. » Je ne sais pas quoi penser, je ne sais pas où me placer encore dans cette histoire. « Je ne sais pas trop comment me placer, enfin je veux dire … Je ne suis pas un enfant de l'amour je pense, tu vois ce que je veux dire? Je suis juste un accident je crois finalement je pense bien ... »

_________________

   
THEO
Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the king, can't taste it
avatar
i'm the king, can't taste it
messages : 573 points : 0
pseudo : dieu multi-face
avatar : michiel huisman.
crédits : money honey (avatar) jugband blues (icons)
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 12 Avr - 15:12
la quête d'identité est propre à l'être humain depuis des siècles. pour t'être penché plus d'une fois sur la question, tu sais que theo n'échappera pas à cette règle. son monde se trouve bouleversé, aujourd'hui, parce qu'il se tient face à un père qu'il aurait pu connaitre plus tôt, si seulement il en avait été autrement. certaines personnes, comme toi, se tourneraient vers la religion pour y trouver des réponses, mais ton fils.. tu ne le connais pas assez pour savoir quels sont ses idéaux, ses principes et ses croyances. tu lui expliques ce que tu penses être sincère. emily avait été un réel coup de coeur et tu penses l'avoir aimée, oui. t'aurais voulu la revoir mais ça ne s'était pas fait. vos vies divergeaient et t'avais pas à coeur de forcer le destin. t'étais jeune, naïf sans doute, tu montais à peine dans la dynastie de ta propre église et tu ne voulais pas tout compromettre pour une femme. aujourd'hui, tu vois les choses différemment. quand il te dit je ne sais pas trop comment me placer, enfin je veux dire … je ne suis pas un enfant de l'amour je pense, tu vois ce que je veux dire? je suis juste un accident je crois finalement je pense bien ... ça te déchire le coeur.. t'entends à sa voix qu'il est blessé, quelque part, de n'être pas le fruit d'une union qui se serait dissolue avec le temps. là où certains essaient quand même de construire quelque chose, toi, tu avais juste été mis à l'écart de cette aventure. néanmoins, tu préfères minimiser les faits pour lui laisser comprendre que tout n'est pas forcément noir ou blanc. je.. je crois que ta mère et moi nous sommes aimés, tu sais. tu lui dis, en souriant. c'était court, fugace comme instant mais ta conception a été le fruit d'un sentiment partagé et réciproque. tu cherches tes mots, tu fais attention. j'aurai voulu que les choses se passent différemment mais parfois, dans la vie, il y a des choses que l'on ne maîtrise pas. le fait est que je suis là aujourd'hui.. et qu'à défaut de t'avoir vu grandir, j'espère pouvoir t'accompagner sur ton chemin de jeune adulte. sourire réconfortant, yeux dans les yeux. c'est ton fils, jad.

_________________

y'a beaucoup de gens qui sont malhonnêtes,
j'erre dans la ville mais j'ai toi en tête,
tout est rose mais c est l'enfer,
notre histoire est légendaire,
bienvenue sur riverdale
Revenir en haut Aller en bas
i'm getting there
avatar
i'm getting there
messages : 128 points : 0
pseudo : Petit Prince
avatar : neels visser
crédits : Jimmy
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 19 Avr - 16:59
J'ai encore du mal à me dire qu'il est mon père c'est peut-être normal après tout après autant d'absence il faut que je m'y habitue. Est-ce que ma vie, mon quotidien va changer après cette rencontre ? Je suis majeur, théoriquement je peux faire ce que je veux, vivre où je veux sans forcément dépendre de mes parents, mais étant toujours étudiant c'est pas si simple que ça et puis pas sûr que maman me laisse partir comme ça du jour au lendemain les mains dans les poches. Maintenant qu'il est devant moi j'essaie de comprendre, et puis je le donne aussi ma vision des choses, comment je vois ma naissance et ma place à présent j'ai pas eu une famille comme les autres, je suis différent et j'ai bien compris ça depuis longtemps. « je.. je crois que ta mère et moi nous sommes aimés, tu sais. » J'ai l'impression que ce que je lui ai dit la touché. « c'était court, fugace comme instant mais ta conception a été le fruit d'un sentiment partagé et réciproque. » Alors les coups de foudre existent réellement ? « j'aurai voulu que les choses se passent différemment mais parfois, dans la vie, il y a des choses que l'on ne maîtrise pas. le fait est que je suis là aujourd'hui.. et qu'à défaut de t'avoir vu grandir, j'espère pouvoir t'accompagner sur ton chemin de jeune adulte. » Je crois que je me sens compris et écouté et finalement, ça fait du bien. « Je veux bien, je dis pas non moi tu sais. » Lui dis-je à mon tour en souriant. Je crois que là, je viens de lui lancer une invitation officielle pour entrer dans ma vie.

_________________

   
THEO
Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the king, can't taste it
avatar
i'm the king, can't taste it
messages : 573 points : 0
pseudo : dieu multi-face
avatar : michiel huisman.
crédits : money honey (avatar) jugband blues (icons)
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 4 Mai - 14:41
tu sais pas pourquoi tu ressens le besoin de défendre une relation qui n'a jamais existé que dans ton esprit, jad. t'as aimé emily, mais t'as jamais su si c'était réciproque, à l'époque. encore moins aujourd'hui.. en la retrouvant, t'avais bien essayé de lui faire comprendre qu'elle te plaisait mais la nouvelle qu'elle t'avait annoncée avait fini de t'achever, finalement. vous n'aviez plus jamais rediscuté de sentiments et de ce que vous étiez l'un pour l'autre, en ce temps.. et pourtant, te voilà, dix-huit ans plus tard, à défendre cette relation face à la conséquence directe de ce que vous aviez partagé ; un enfant, ton enfant. tu souris, parce que oui, tu l'as aimé. et si ça a été court, ça a été vrai, quand même. t'as pas considéré emily comme on peut considérer une femme qu'on ne voit qu'un soir et avec qui on se contente de coucher.. non, emily, tu l'avais respectée, tu l'avais appréciée et tu l'avais traitée avec l'égard qu'on donne aux femmes que l'on estime.. il sourit, tu le touches, par tes propos, tu crois. tu lui donnes une version qu'il ne s'imaginait pas d'une histoire qui n'a sans doute jamais existé. mais à quoi bon lui faire croire le contraire ? dans tes souvenirs, cette nuit reste magique. je veux bien, je dis pas non moi tu sais. c'est à ton tour de sourire, t'es content, même plus que ça. tu t'attendais pas à ce qu'il t'ouvre une porte aussi facilement, mais t'as l'impression d'avoir réussi l'impensable. tu noues un début de relation, t'essaies d'approfondir, du coup, tu demandes alors dis moi.. t'as un hobby, theo ? une petite amie peut-être ? en riant doucement, sourire sur tes lèvres. tu veux savoir, tu veux apprendre à connaître désormais.

_________________

y'a beaucoup de gens qui sont malhonnêtes,
j'erre dans la ville mais j'ai toi en tête,
tout est rose mais c est l'enfer,
notre histoire est légendaire,
bienvenue sur riverdale
Revenir en haut Aller en bas
i'm getting there
avatar
i'm getting there
messages : 128 points : 0
pseudo : Petit Prince
avatar : neels visser
crédits : Jimmy
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 15 Mai - 19:24
J'essaie de comprendre des tas de petites choses sur le passé de mes parents, encore difficile de dire ''mes parents'' j'ai souvent eu l'habitude de dire seulement ''ma mère'' lorsque je parle de ma famille puisque j'ai simplement eu que ma mère autour de moi. Enfin bref, je ne lui en veux pas du tout c'est et ça restera toujours ma mère quoi qu'il arrive. Petit à petit le stress redescend, que ça soit de mon côté comme du siens et forcément je pense que l'on se découvre autrement, petit à petit encore une fois puisque nous avons des tas de choses à apprendre l'un sur l'autre. « alors dis moi.. t'as un hobby, theo ? une petite amie peut-être ? » C'est étrange de parler comme ça à quelqu'un qui était tout simplement un inconnu il y a encore quelques heures. « J'aime beaucoup le sport ... » Commençais-je par dire pour ensuite légèrement rougir à la deuxième question, plus personnel celle-ci, mais pas non plus ultra confidentiel. « C'est … assez compliqué a vraie dire. » Me confiais-je tout en baissant la tête. « Je suis célibataire ... » Je reste toujours la tête baissée en regardant mes baskets. « Mais peut-être amoureux ... » Et ça encore c'est compliqué, est-ce que je peux réellement lui dire de qui je suis amoureux ? Est-ce que je peux lui dire que la femme que j'aime en question est bien plus grande que moi ? Pour l'instant j'hésite encore.

_________________

   
THEO
Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the king, can't taste it
avatar
i'm the king, can't taste it
messages : 573 points : 0
pseudo : dieu multi-face
avatar : michiel huisman.
crédits : money honey (avatar) jugband blues (icons)
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 31 Mai - 8:34
certaines barrières tombent, doucement. et t'oublies petit à petit le temps qui vous a séparé pour te concentrer sur celui qu'il vous reste à vivre. tu veux faire partie de sa vie, de son entourage. l'accompagner, du mieux que tu le pourras, en mettant de côté tout ce qui pourrait le blesser. parce que tu sais, jad, que t'es pas prêt d'obtenir la médaille du père de l'année. pour avoir terminé en taule une première fois et pour frôler à nouveau les barreaux qui t'ont maintenu à l'écart du monde presqu'une année. un deuxième jugement ne te serait pas favorable, jad. tu risques gros aujourd'hui, plus qu'à l'époque. retourner en prison ne jouera pas en ta faveur et tu n'obtiendras plus de remise de peine. tu pourrais te demander si t'es prêt à sacrifier ce qu'il te reste à vivre avec ton fils pour ça mais quelque part, c'est dans tes gênes, dans ta nature, jad. t'es un criminel, tu le seras toute ta vie. part d'ombre que tu maintiendras à distance de ton fils, pour le protéger mais également pour te protéger. pour sauvegarder ce qui commence à ressembler à une véritable relation. ses sourires, ses joues qui rougissent. tes questions, inquisiteur. et puis, vos regards complices. j'aime beaucoup le sport ... c'est … assez compliqué a vraie dire. je suis célibataire ... mais peut-être amoureux ... tu souris, gentiment. les femmes, et leur manie de capturer votre coeur sans y prendre garde. tu dis avec les femmes, c'est toujours compliqué. sans vouloir tomber dans les clichés les plus machistes du monde, tu ajoutes est-ce qu'elle le sait ? parce que t'as l'impression que tu pourrais peut-être le conseiller.. bien que ta vie amoureuse ne soit qu'une suite de catastrophes toutes plus improbables les unes que les autres.

_________________

y'a beaucoup de gens qui sont malhonnêtes,
j'erre dans la ville mais j'ai toi en tête,
tout est rose mais c est l'enfer,
notre histoire est légendaire,
bienvenue sur riverdale
Revenir en haut Aller en bas
i'm getting there
avatar
i'm getting there
messages : 128 points : 0
pseudo : Petit Prince
avatar : neels visser
crédits : Jimmy
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 3 Juin - 20:33
Je me surprends à parler plutôt librement avec ce père que je viens tout juste d'adopter finalement. Avec maman je peux pas vraiment parler de ça, même si elle est vachement cool, j'ai quand même une certaine gêne lorsque je dois parler des femmes avec elle. D'ailleurs, de son côté j'ignore tout de sa vie de femme, je veux dire je sais même pas si elle a eu des petits copains ou non elle ne m'en parle jamais, elle se comporte simplement comme une maman avec moi. J'avoue donc à mon père, que je suis célibataire, mais peut-être amoureux. C'est un bien grand mot « amoureux » encore plus lorsqu'il s'agit de ma prof de stage, largement majeur en plus de ça. Maman me tuerais à coup sûr si elle le savait c'est certain, et lui alors ? Est-ce que si je lui confits tout il le dirait à ma mère ? « avec les femmes, c'est toujours compliqué. » J'ai pas eu des centaines d'aventures, en réalité j'en ai eu seulement une dizaine … et encore. « Je commence à le comprendre oui ... » Lui dit-je en le regardant dans les yeux. Peut-être qu'un jour je vais trouver celle qui me correspond, peut-être que j'ai le temps aussi puisque je suis jeune quand même. Enfin je sais pas, j'ai juste pas très envie de me prendre la tête pour le moment. Je sens qu'il veut m'aider, ou plutôt me conseiller finalement comme le ferais n'importe quel père je pense. « est-ce qu'elle le sait ? » Et merde, est-ce que je dois réellement dire qu'il s'agit d'une femme plus âgé que moi et qu'elle est mon professeur ? J'avoue que là je me sens juste super mal à l'aise. « Euh … Non, surtout pas en réalité ! » Je sais que je vais sûrement avoir droit aux questions alors bon, « Si je t'avoue quelque chose, tu me promets que ça reste entre nous ? Genre … Tu dis rien à maman … Elle est flic, tu le sais, et si elle apprend ce que je vais te dire autant dire que je sors plus de chez moi pendant les dix voir vingt ans à venir. »

_________________

   
THEO
Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the king, can't taste it
avatar
i'm the king, can't taste it
messages : 573 points : 0
pseudo : dieu multi-face
avatar : michiel huisman.
crédits : money honey (avatar) jugband blues (icons)
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 22 Juin - 15:11
toute la situation te parait carrément invraisemblable mais tu la savoures, jad. parce que pour la première fois de ta vie, tu te sens utile et important pour quelqu'un.. un fils, un vrai. quelqu'un pour qui vivre, quelqu'un à rendre fier et surtout pour qui se montrer responsable. t'es loin de l'être, en ce moment, mais tu feras tout pour le devenir si theo cherchait à garder contact avec toi. t'as peur de ce premier rendez-vous, peur de le décevoir mais surtout peur qu'il n'y donne pas suite. comme s'il pouvait décider d'arrêter tout à n'importe quel moment. tu fais la meilleure impression que tu peux mais t'es pas à l'aise, jad, parce que t'es pas à cent pour cent naturel. et quand il te parle de femmes, t'es fier. fier de savoir qu'il aime déjà, qu'il en a rencontré une et qu'il aimerait que ça fonctionne. t'es fier comme un coq d'imaginer ta progéniture draguer des filles et leur faire les mêmes coups que t'as pu leur faire plus jeune. ouais, jad, ça s'explique pas, ce sentiment-là.. mais il nait, à l'instant. quand tu l'entends te dire je commence à le comprendre oui ... ça veut dire qu'il connait des femmes, et plus qu'une, qu'il en a rencontrées quelques unes et qu'il a déjà aimé.. qu'il a souffert également. comme toi. t'es content, jad, de partager tout ça avec lui. alors quand il se penche en avant pour te demander euh … non, surtout pas en réalité ! si je t'avoue quelque chose, tu me promets que ça reste entre nous ? genre … tu dis rien à maman … elle est flic, tu le sais, et si elle apprend ce que je vais te dire autant dire que je sors plus de chez moi pendant les dix voir vingt ans à venir. t'es légèrement intrigué. tu vas partager un secret avec ton fils et en même temps, t'as l'impression que c'est grave.. qu'est-ce que tu dois faire ? être raisonnable et raconter tout à sa mère dès que tu la verras ou entrer dans la confidence et lui promettre de te montrer à la hauteur de ses attentes. tu souris, te rapprochant un peu je te jure que ça restera entre nous, mon fils. choix facile à faire, tu dois l'impressionner et pour ça, tu veux qu'il te fasse confiance.

_________________

y'a beaucoup de gens qui sont malhonnêtes,
j'erre dans la ville mais j'ai toi en tête,
tout est rose mais c est l'enfer,
notre histoire est légendaire,
bienvenue sur riverdale
Revenir en haut Aller en bas
i'm getting there
avatar
i'm getting there
messages : 128 points : 0
pseudo : Petit Prince
avatar : neels visser
crédits : Jimmy
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 3 Juil - 17:20
C'est la première fois que je me confis à quelqu'un sur un sujet comme ça. J'évite de parler de fille à maman tout simplement parce que je sais pas comment faire et puis, très honnêtement, je suis rapidement mal à l'aise. J'ai connu des filles oui, mais j'en ai pas non plus connu des centaines et heureusement, je m'estime encore jeune pour ça. Cette fois-ci les choses sont différentes, je ne suis pas « amoureux » de quelqu'un de mon âge et c'est peut-être encore plus compliqué. En même temps, je m'avance peut-être légèrement trop, sûrement même puisque je suis sûr qu'elle ressent rien de tout pour moi. Enfin bref, il faut vraiment que j'arrête de me prendre la tête et surtout, que j'arrête de m'attacher aux gens comme ça aussi rapidement. Cette fois-ci c'est trop tard, je ne peux pas faire marche arrière avec mon père puisque je viens tout bonnement de lâcher la mèche et en plus de ça de lui demander de garder le secret face à ma mère qui, si elle apprenait tout ça, le prendrait sûrement pas très bien. « je te jure que ça restera entre nous, mon fils. » Woh, c'est bien la première fois que j'entends ce mot-là pour me désigner. C'est étrange comme sensation, mais c'est plutôt bien. Ça fait plaisir en tout cas. Ça fait chaud au cœur aussi. « Je pense que je suis … amoureux, de ma prof … enfin de ma tutrice de stage. » Lui confiais-je tête baissée.

_________________

   
THEO
Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the king, can't taste it
avatar
i'm the king, can't taste it
messages : 573 points : 0
pseudo : dieu multi-face
avatar : michiel huisman.
crédits : money honey (avatar) jugband blues (icons)
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 5 Juil - 13:42
t'es pas le meilleur père qui soit, jad. faut croire que tu ne pensais pas le devenir un jour.. c'était plus simple pour toi d'être pasteur et d'avoir toute une foule de fidèle qui buvait tes paroles quand ces dernières t'étaient dictées par le livre saint. ici, il s'agit de toi, rien que de toi. tu dois être transparent mais également sincère et honnête. ne pas chercher à être quelqu'un que tu n'es pas sous prétexte que tu veuilles impressionner ton fils. et pourtant, tu peux pas t'empêcher de croire que tu peux être ce père un peu cool qui ne se prend pas la tête et qui reste proche de ses enfants. du coup, quand il te dit qu'il y a quelque chose dont il voudrait te parler mais qui doit rester entre vous, t'hésites pas. tu lui dis que tu garderas le secret sans t'attendre à rien de bien méchant. après tout, il a à peine dix-huit ans et dans ta tête, il reste un gosse.. malheureusement, tu déchantes assez vite quand tu l'entends te répondre je pense que je suis … amoureux, de ma prof … enfin de ma tutrice de stage. parce que tu t'attendais à tout, sauf à ça. alors tu restes silencieux, un court instant. tu veux pas qu'il pense que tu le juges, ça ne se fait pas.. et en même temps, tu peux pas t'empêcher de croire que c'est dangereux pour lui que d'être amoureux d'une personne plus âgée mais également en charge de ses études. tu ouvres un peu plus les yeux, tu restes calme et tu articules doucement tu.. tu pense ? parce que là se trouve toute la différence. croire ou savoir.. et toi, t'as besoin d'être sûr qu'il en est vraiment amoureux si tu veux pouvoir l'aider ou le conseiller.

_________________

y'a beaucoup de gens qui sont malhonnêtes,
j'erre dans la ville mais j'ai toi en tête,
tout est rose mais c est l'enfer,
notre histoire est légendaire,
bienvenue sur riverdale
Revenir en haut Aller en bas
 Sujets similaires
-
» (M/LIBRE) THEO JAMES ≡ courage, dear heart
» THEO a besoin de votre soutien.
» Quand le Godetia a-t-il reçu son hélico ?
» AOC Cidre du Cotentin
» Thèo Capelle... agenda.
Page 1 sur 2 - Aller à la page : 1, 2  Suivant

BROOKLYN OTR ::  :: get to the right
Sauter vers:  
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum