AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

morning panic, mia.

Invité
Invité

Ven 11 Sep - 0:17
tu voudrais pouvoir ouvrir tes paupières si lourdes en cet instant. tu voudrais pouvoir bouger ne serait-ce qu’un seul misérable orteil. mais tu es dans le brouillard, perdu au fin fond de ton âme. perdu au fond de ce qu’il te semble être un trou noir, un abysse sombre, sans fond. tu n’arrives à penser. ou tu n’arrives plus à t’entendre réfléchir à travers le tumulte des tes pensées qui s’entrechoquent. si tant est que tu es capable de réfléchir. tu ne sais pas vraiment. enfin, tu réussis l’exploit. ouvrir un œil. tu décides pourtant de le refermer aussi vite que tu ne l’as ouvert naïvement, aveuglée par la lumière. une main en visière au-dessus de tes yeux, tu tentes de t’habituer lentement, mais sûrement à la clarté. tu ne sais combien de temps tu restas ainsi à faire des clins d’œil au plafond, mais une chose à la fois, merci. tu trouves enfin la force de bouger chacun de tes muscles engourdis sous le draps glissant sur ta peau, couvrant le bas de ton corps, et enfin, tu forces ton esprit engourdi à se remémorer la soirée de la veille, l’endroit où tu te trouves actuellement. il te faut un moment, un très long moment. tu es immobile, concentré. et pourtant tu n’y arrives pas. rien. le trou noir. nada. la soirée a été arrosée, c’est la seule conclusion que tu peux en tirer actuellement. tu inhales, exhales lentement. mais le bruit de ta respiration ne coïncide pas avec les mouvements de ta cage thoracique. et pour cause, ce n’est pas ta respiration que tu entends. avec une extrême lenteur, tu vins t’asseoir, sans pour autant tourner la tête vers l’autre côté du lit, légèrement effrayé par ce que tu pourrais trouver à côté. sait-on jamais, on fait tous des erreurs. enfin t’affrontes la réalité. une masse de cheveux brun cache le visage de la belle endormie. tu l’observes le temps d’une minute, l’esprit vide. enfin, tu te penches, poussant quelques mèches pour identifier son visage. ton sang ne fait qu’un tour, te réveillant un peu trop brusquement de ta torpeur. putain. c’est le mot le plus approprié à la situation. tu restes interdit, longtemps. puis tu soupires. merde, que s’est-il donc passé la nuit dernière. tu n’arrives pas à te remémorer. mia. tu la pousses doucement d’une main incertaine. mia.  paisiblement endormie, rien ne semble l’atteindre. et pourtant. dunn, bon sang!  tu hausses le ton, un peu trop sèchement peut-être. t’es comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Ven 11 Sep - 11:38

part of me says i need to quit drinking, the other part says don't listen to her, she's drunk.

je courais, azel à mes trousses. le sourire aux lèvres. on jouait, on rigolait, comme on le faisait à chaque fois qu'on se revoyait. j'étais bien. j'étais bien dans mon passé. rien n'était compliqué. tout allait comme ça venait, il n'y avait jamais besoin de se poser de questions. mia. je me retournai. azel n'était plus là. pourtant, quelqu'un m'appelait. d'une voix lointaine. je regardai autour de moi. personne. mia. ça recommença. qui me parlait bon sang. qui venait gâcher ce rêve. je ne voulais pas me réveiller. je voulais rester ici, avec azel, à san francisco. mais apparemment, la personne qui m'appelait n'était pas d'accord. dunn, bon sang ! mes yeux s'ouvrirent d'un coup. merde. ma tête. ma tête me faisait un mal de chien. et la lumière me força à refermer mes paupières, m'empêchant de voir où je me trouvais. une chose était sûre, je n'étais pas dans mon lit. merde. merde et remerde. mia. mais qu'est-ce que t'as fait encore. je me serais probablement donné une baffe si ma tête ne me faisait pas déjà assez souffrir. j'ouvris les yeux. douloureusement. je en vis d'abord que des ombres. puis la pièce où je me trouvais se dessina. révélant une mauvaise surprise. une très mauvaise surprise. je retins un hurlement. redd ! mais qu'est-ce que tu fous là putain ! mes yeux descendirent rapidement vers mon corps. dieu merci je n'étais pas nue. mais tout comme. je remontai rapidement la couette sur mon corps. qu'est-ce que tu fiches dans mon lit ? j'étais affolée. choquée. voir traumatisée. pourquoi lui ? pourquoi redd ? je crois que jamais que n'avais jamais été aussi gênée. que s'était-il passé la nuit dernière ? je ne m'en souvenais plus. je n'avais que quelques flashs. un verre. deux verres. dix verres. mais aucun souvenir de redd. ni de ce que nous avions pu faire. ou pas. mieux fallait être optimiste. je n'étais pas ce genre de filles après tout. et si je l'étais ? dis moi qu'on a rien fait. s'il te plaît dis le moi. les sourcils froncés, j'attendais sa réponse. je priais pour ne pas avoir fait de conneries. pas avec redd. je ne voulais pas que notre relation change à cause de ça. je tenais trop à lui.
Revenir en haut Aller en bas
 Sujets similaires
-
» Dupe Morning Rose 557 Chanel ?
» Glitter & Ice
» Bon Mardi
» GOOD MORNING GENDARMERIE! édition du 25 février 2013
» GOOD MORNING GENDARMERIE! édition du 11 mars 2013
Page 1 sur 1 -

brooklyn on the rocks ::  :: V3 :: rp abandonnés
Sauter vers:  
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum