AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

hold me down (niklaé)

Invité
Invité

Lun 24 Aoû - 1:25
You're a Rolling Stone boy
Never sleep alone boy
Got a million numbers
And they're filling up your phone, boy.
I'm off the deep end, sleeping
All night through the weekend.
Saying that I love him but
I know I'm gonna leave him.

toujours les mêmes soirs, et les mêmes visages ahuris observant d'un air stupide la terre tourner autour de leur corps de lâche tandis que les volutes de fumée de leurs cigarette voile leurs yeux d'une brume épaisse. toujours les mêmes filles au regard mort ondulant leur corps usé dans la nuit, ces filles dont les jupes volent lorsque le vent ne souffle pas sur elles. maé errait dans les rues de brooklyn, ces rues qu'elle ne connaissait toujours pas, malgré les mois passés ici et les rires éclatés contre le pont, les murs, les gens. parfois, maé elle repense à l'australie, elle se drogue aux souvenirs, et ça la tue de tout le temps revenir sur le passé comme elle le fait. toujours. perdue au milieu de cette balance qui abrite d'un côté ed et de l'autre tous les surfeurs à la crinière dorée sourire de diamant, et surtout nik. pourquoi elle se démène, cette pauvre gosse, à ressasser tout le dérangeant de son histoire alors qu'elle pourrait très bien tout oublier. parce qu'elle est lâche, elle est perdue, et elle a toujours fui dans sa vie. ed et la froideur de ses mots faisant toujours violence dans l'esprit de la brune à san francisco, fuite en australie. en australie, nik et la chaleur des étés à ses côtés , fuite à brooklyn. comme si fuir était la seule alternative, la seule case à cocher pour que maé se sente en sécurité. aujourd'hui, tavi et sean se sont encore sûrement disputés, enlacés, embrassés, entre-déchirés, et pour une fois dans sa vie, elle est assez contente de ne pas avoir eu à se confronter à ed. il doit sûrement être à san francisco, bras enroulé autour de la nuque tatouée d'une fille plus belle, plus riche, plus putain aussi sûrement. et nik, elle n'osait même pas l'imaginer. leur monde tournait parfaitement bien sans maé, et cette idée lui était insupportable. aujourd'hui, elle a encore joué du saxophone dans le même bar, les mêmes applaudissements peu convaincus mais résonnant entre ces quatre murs et ses oreilles, et l'australie et chacun de ses jours qui étaient différents commence à laisser un grand vide dans le coeur de maé. elle se met à penser à d'autres fuites, mais aujourd'hui, y'a plus rien à fuir, c'est foutu, bloquée, condamnée.
et soudain, y'a cette présence au loin, ce garçon, qu'elle pense, à la crinière dorée sourire d'argent, regardant le monde tourner autour de lui tandis que les volutes de sa cigarette couvraient ses yeux fatigués. et cette silhouette élancée et singulière, ces sneakers un peu trop niquées, et ces t-shirt trop larges, maé les reconnaîtrait d'entre mille. elle s'avance, tandis que son pas se fait de plus en plus rapide quand elle se met à vraiment réaliser que c'est lui jusqu'à enfoncer ses nike dans le bitume un ou deux mètres devant lui. nik ? c'est toi ? encore. dix centimètres par pas, puis vingt, encore. bouleversée, brusquée, elle était pas prête sûrement, après s'être remémorée de l'australie de cette façon. yeux ronds comme le monde -et surtout baissés, le ventre serré, gorge nouée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mar 25 Aoû - 2:20


≈ hold me down. I get a feelin' it's a trippy night, them other drugs just don't fit me right.©lemonpie.
seul, cette nuit-là. nik, et son p'tit trafique, nik, adossé à un d'ces grands murs d'artistes inconnus, ceux qui placardent la belle ville. mais, l'ordure, il est là, à jouer les hors-la-loi pour sa passion. révoltant, dégoûtant, et on a même pas le mérite d'être reconnaissant. parce qu'il est obligé de se cacher, d'épier tous les coins de rues, tous les visages suspects.
alors une fois que c'est fini, il disparaît. il devient fantôme, invisible, impossible. c'est plutôt sombre, peu peuplé, pas très sécurisé. et y'a reed, accompagné de sa clope allumée, comme seule lumière qui l'entoure. et de son skate, fidèle ami, qui se trimbale à ses pieds. son affaire terminé, son fric empoché, une petite partie gardée. une réussite, cette soirée. avec ça, y'a de quoi s'acheter deux ou trois paquets, et de quoi consommer. pour toujours changer, nouvelle clope inaugurée en guise de victoire, comme s'il se sentait pour un autre de ces héros débile et télévisé. ça le fait sourire, ça le fait accélérer sa cadence, changer de trottoir, se rapprocher du beau monde. tout ça pour finalement jouer l'observateur, regarder quelques hautes lumières, le peu de conversations indistinctes. il s'arrête net, nik. ça accroche pas, nan, c'est pas pour lui ça. cigarette consumée à moitié, qui se finit adossée au mur, encore un.
puis y'a des pas, tantôt ralentis, puis qui finissent accélérés. ensuite, un souffle, ce souffle, qui lui est familier. démarche légère et pressée. il peut pas se tromper, il se trompe jamais. maé. c'est évident, et surprenant à la fois. sa voix, ses quelques mots envolés. le genre de situation qui fait frissonner, qui donne des sensations sur la peau. il attend bien qu'elle soit en face, qu'elle l’interpelle, pour la contempler. "nik ? c'est toi ?" surprise, p'tit ange. pour le coup, la surprise, elle est pour les deux. son regard qui croise le sien. une sensation lointaine, presque oubliée. ça fait du bien, et du mal en même temps. ça lui fout du regret, il se sent tenté, et arraché. ce genre de mélange de sentiments, qui deviennent d'un coup flous, brouillés, comme s'ils faisaient exprès. comme s'ils voulaient qu'en une fraction de seconde, tout soit ruiné.
mais bordel, c'qu'elle est belle. même avec cette moue affolée, du genre qui tente de s'améliorer. avec ce regard, océan mer, qui regarde dans le blanc des yeux. cette allure, un peu fatiguée, mais toujours avec cet air parfait. douce maé. puis y'a tous ces souvenirs qui refont surface, d'un coup, et qui se confondent entre eux.
il savait qu'elle était là, dans cette amérique. mais la croiser dans la ville, et ses habitants par mille, c'était pas encore au programme. il aimerait pouvoir changer de chaîne, rembobiner la cassette, remonter le temps. comme ça, pour disparaître plus vite, éviter de la croiser. à vrai dire, maé à brooklyn, c'était dans un coin de sa tête, tout caché, tout enfoui. mais c'était pas prêt à être ressorti de la sorte, pas de suite, pas maintenant.
il manque de perdre l'esprit un instant, de se laisser emporter par l’événement. ses rancœurs le rattrapent, aussi vite que les bons souvenirs sont revenus. plus que rancunier, ses pensées sont désormais fixées. il rehausse le regard, se plongeant dans celui de la brune fébrile une seconde fois. ce genre de regard quand on découvre une personne, quand on comprend l'attirance mutuelle, le désir partagé. il la redécouvre, belle maé, des mois après. sourire en coin de la part du blond. "faut croire que le quartier est pas si grand que ça, après tout."
mais t'es jolie maé, et tu peux plus lui échapper. maintenant, il occupera tes pensées, pendant la journée, pendant la nuit. tu vas commencer à te soucier, à trop réfléchir. parce que tu peux pas fuir comme ça. c'est trop tard, tu peux plus rien faire. fallait que ça tombe sur toi, avec ton cœur vidé et tes sentiments éparpillés. t'es peut-être pas capable de tout encaisser, maé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mar 25 Aoû - 21:41
en une fraction de seconde, en un battement de cil, maé sentit son corps se dérober sous l'attraction terrestre, ou bien même sous l'attraction qui maintenant son corps à proximité de celui de nik en permanence, elle sait pas, elle a jamais su et elle saura jamais, cette sale gosse. quand nik se trouve dans son espace vital -même lorsqu'il est en australie, il est toujours dans son espace vital de toute façon, c'est comme si une mystérieuse force comprimait d'une telle violence le monde qu'il s'arrêterait de tourner, comme quand le blond presse ton coeur si sauvagement qu'il s'arrêterait presque de battre. (ou bien il battrait bien trop vite pour que maé se rende compte de quoique ce soit) un pas, puis deux, elle calcule les centimètres dans sa tête, comme s'il était le lion en cage et le corps fébrile de la brunette la brebis apeurée. sa peau s'empare de mille et une couleurs et sensation, tandis que nik semble toujours si indifférent, baissant les yeux, puis les rehaussant, comme si ses yeux avaient la capacité de percevoir toutes les explosions et les hurlements qui déchiraient peu à peu l'épiderme de la jeune femme. elle sert les poings, fait comme si ce n'était rien, que pouvait-elle faire d'autre. "faut croire que le quartier est pas si grand que ça, après tout."  la lâcheté colorant chacun de ses traits, elle ne peut s'empêcher d'observer ses lèvres se mouvoir lentement, au rythme des battements du coeur du blond sûrement, et percevoir qu'il n'a pas changé. son monde a continué à tourner comme si de rien n'était pendant l'absence de maé. pincement au coeur, et les yeux qui picottent. elle redécouvre ses courbes, ses cheveux en bataille qui questionnent tout le monde. avec cette coiffure mal peignée, peut-être que c'est un mauvais garçon, un inattentioné, un je-m'en-foutiste, une rockstar. qu'a-t-il fait de sa journée pour se retrouver dans cet état là ? a-t-il vécu des aventures extraordinaires dignes des plus grands films, a-t-il fait l'amour tout au long de cette belle nuit étoilée estivale, cette nuit aux couleurs de ses cernes contrastant avec ses yeux encore plus beaux que nos jours, a-t-il dansé dans des boîtes de nuit miteuses jusqu'à ce que la froideur de l'aurore pèse sur ses épaules de grand garçon ? nik, c'est ce genre de mec là, ce genre de mec qui fait que toutes les filles se questionnent sur sa vie et ses sentiments et les personnes qui partagent son quotidien. c'est ce genre de mec qui ne dit rien sur lui, et qui laisse son charme faire le reste.
toutes les filles aiment nik.
haut les coeurs.
haut le coeur de maé dans sa gorge serrée.
"qu'est ce que tu fais là ?"
elle ignore les derniers dires de nik. pas le temps. pas le temps pour les commérages et les banalités, elle avait envie de savoir. pourquoi comment ? elle a envie de hurler sa rage maé, et surtout de dégueuler ses sentiments et un "tu m'as manqué" qui serait sûrement de trop. elle rehausse alors elle aussi son regard pour se perdre et se noyer dans l'océan de ses yeux -encore, et même si son visage n'exprimait aucune émotion (dans la nuit, elle espérait secrètement qu'il ne puisse pas voir ses joues aux senteurs champ de coquelicots), à l'intérieur, une multitude d'émotions s'entrechoquaient, et n'attendaient plus que d'exploser. devait-elle lui sauter au cou, l'emmener dans les quartiers sombres de brooklyn loin des rich kids de new york et des filles un peu putain de la ville ? devait-elle l'étrangler pour sentir son coeur battre plus fort ? devait-elle lui faire un grand discours sur la beauté de ses yeux (et ses cheveux) ? "t'as l'air d'aller bien, j'suis contente de te voir." elle est contente. ouais, y'avait pas plus con comme tournure de phrase. il s'en foutait sûrement lui, de si elle allait bien ou pas, il avait sûrement envie d'écraser la gueule d'amour de maé contre le premier mur qu'il croise. (ou contre ses lèvres, qui sait, elle espère) elle passe une main hésitante dans sa crinière, avant de re-baisser les yeux sur ses sneakers. il ne fallait pas qu'elle se noie encore une fois dans son regard. pas aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Jeu 27 Aoû - 0:20


≈ hold me down. I get a feelin' it's a trippy night, them other drugs just don't fit me right.©lemonpie.
les poings serrés, la face figée. ça fait sourire d'avantage nik. elle devient l'âme fébrile, celle qui se veut transparente, mais qui se tient bien en face de nik. elle a ce regard profond, il pourrait s'y noyer, dans ces doux yeux pacifiques. puis, y'a le monde autour d'eux qui disparaît, la nuit qui s'assombrit encore un peu. les lampadaires, disparus. la jolie, elle fait office de lumière, qui illumine la nuit, et la rend plus éclaircie. c'est nik et maé, c'est un mélange de sentiments presque oubliés, mais qui désormais, sont en train de s'emmêler.
il était à deux doigts de l'aimer, cette fille. il s'imagine, il se souvient, nik. il avait l'habitude d'enlacer d'une main son visage, épousant ses fins traits, rangeant une mèche en bataille de sa chevelure foncée à l'occasion. chevelure qui contrastait avec la sienne, c'était le jour et la nuit réunis. la peau colombe de maé, effleurée et caressée par les douces mains du beau blond. c'était la naissance d'un amour qui se voulait plutôt beau, poétique. mais tout ça, c'était avant qu'il soit ruiné, égaré, dégagé.
et puis, elle peut ne plus être libre, la goss. elle peut s'être trouver un de ces américains plutôt fortuné, plus compliqué. elle a ce don, maé, de tomber sur des types torturés, puisqu'elle est torturée elle-même. il la connaît assez, nik. assez pour savoir qu'elle a les sentiments en vrac, et qu'elle a cette manie de se soucier de tout sans régler la merde qui lui torture l'esprit.
mais, il ne sait plus rien de sa vie, et elle ne sait plus rien de la sienne. il est curieux, le blond aux cheveux emmêlés, mais par fierté, il ne dira rien sur lui, plus jamais, pas à maé. en revanche, la vie de la brune, ça l'intéresse. il sait, nik, il sait qu'elle finira par lui parler. oui, parce qu'elle voudra le revoir, beau blond qui occupera de trop ses pensées. elle voudra être fixée, se remettre les idées en place. mais ce serait beaucoup trop facile.
"qu'est ce que tu fais là ? t'as l'air d'aller bien, j'suis contente de te voir." ses mots qui sortent de sa bouche comme arrachés, comme s'il y a beaucoup plus qui se cache à l'intérieur. peut-être des jolies paroles, ou des insultes, c'est un mix d'émotions qui ne cherchent qu'à s'envoler, qu'à exploser une fois pour toute. sa voix, si légère, se mets à résonner dans la tête du skater, et qui devient mélodie dansante. elle a l'air de s'en soucier, douce fille qui l'a renversé. elle affiche cet air un peu confus, tantôt perdu.
nik, il reste avec ce léger sourire en coin, et sa mine attentive. un passe une main dans ses cheveux épais, histoire de les dégager. il écrase son mégot encore chaud et fumant contre le mur, puis relève la tête, s'approche un peu de maé, lui propose une cigarette, avant d'entamer pour lui, son énième de la soirée. "j'pensais pas te croiser si rapidement. t'as vraiment pas changé." il s'efforce de rester les yeux plongés dans les siens. elle fuit le regard, elle doute un premier instant, affiche un visage timidement assuré au suivant. elle est perturbée, maé, tout comme l'australien. là d'où il vient, son pays, partagé avec la brune fragile le temps de quelques mois. elle a les yeux déviés, les portant face au bitume. alors il s'approche un peu plus, relevant d'une main effleurée le visage de la douce, la forçant à le regarder un nouvel instant. il aime ces yeux, nik, ce regard translucide et timide, qui arbore une faible assurance. il laisse son sourire s'élargir un instant.
c'est qu'elle est belle, maé, éclairée par les lumières de la nuit. avec ses yeux désormais plus scintillants, ou plus larmoyants. peut-être même les deux. "qu'est-ce que tu fais seule si tard, ma jolie ?" il arbore ce ton si mielleux, si attentionné. largement exagéré, comme il sait si bien le faire. son but actuel ? la déstabiliser. parce que, même s'il l'a aimé, douce maé, elle l'a quitté. c'est elle qui s'est envolée, du jour au lendemain, avec ces prétextes à la con. pour ça, il pourra jamais la pardonner. mais qui dit qu'on a pas le droit de jouer ?
fais gaffe quand même, faut pas que tu joues au con, nik. faut pas que tu t'affrontes face au feu incontrôlable. parce que tu pourrais bien le regretter, tôt ou tard.
Revenir en haut Aller en bas
 
hold me down (niklaé)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Reprise] Toto - Hold The Line
» (✰) i hold the time to keep you off my mind.
» Petite collec' mais grand amour ( MAJ 05/03/2012 ) PHOTOS !!!
» Vous cherchez des bons swatchs ? Ne cherchez plus !
» Palette Sorceress

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BROOKLYN ON THE ROCKS ::  :: V3 :: rp abandonnés-
Sauter vers: