AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

A true friend is the greatest of all blessings (Gigi)

i'm on my way
avatar
i'm on my way
messages : 68 points : 5
pseudo : Spf/Wss (Nath')
avatar : Jake Gyllenhaal
crédits : Nezmo (avat') + MayOosh/tumblr (gifs) + Wiise (sign')
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 22 Nov - 18:13
Un jour nouveau. Une lueur blanchâtre agressa ses rétines. Lumière accrue le forçant à ouvrir les yeux. Une brume épaisse dansa devant ses pupilles, franchissant pas à pas la barrière de son esprit encore tout ensommeillé. L'espace d'un instant à peine, il en vint à se demander qui il était, mais surtout où se trouvait-il ? Incapacité de trouver une réponse sur l'instant. Durant quelques secondes, il resta là, un peu perdu, avant que la mémoire ne lui revienne subitement. Oliver détestait cet état, il ne savait pas vraiment à quoi tout cela était dû, certainement devrait-il dormir un peu plus. Oui sans doute. Ou au moins, devrait-il penser un peu plus à lui. Mollement et d'un geste paresseux, il se frotta un œil. Il attrapa son téléphone portable et manqua de le faire tomber par terre. Sa vision était encore légèrement embrouillée. Lorsque les chiffres sur l'écran arrêtèrent de danser devant ses pupilles, il réprima un grognement sourd. Déjà 11h. Cela ne lui arrivait que très rarement de dormir un peu. Son rythme était tellement installé, ou du moins en l'absence probable de rythme, il était complètement décalé. Oliver ne travaillait pas aujourd'hui. Son seul jour de repos de la semaine. Semaine qui s'annonçait une fois de plus très chargée. Des arrêts encore et toujours. Arrêts qu'il faudrait bien compenser en faisait plus d'heures. Cela fonctionnait ainsi et Oliver ne se voyait pas dire non à sa hiérarchie. Son engagement envers son travail finirait sans doute par lui jouer des tours, mais Mais même s'il ne devait pas se rendre à l'hôpital, il fallait quand même qu'il se lève sans plus tarder. Il avait promis à Gigi de la retrouver sur sa pause déjeuner. Enfin elle lui avait plutôt envoyé un message la veille, à une heure plus que tardive, en laissant planer qu'elle devait absolument lui parler. Pour rien au monde, il n'aurait voulu manquer ce rendez-vous. L'esprit complètement embrumé, il se leva non sans difficulté et passa directement par la salle de bains. La douche chaude le réveilla petit à petit. Oliver s'habilla ensuite rapidement et dégusta finalement un café, le tout en envoyant un sms à Shae, avant de quitter son appartement.

Seules quelques stations de métro le séparait normalement du lieu de rendez-vous, mais une station étant en travaux, il dû descendre un peu plus loin que prévu. Chose qui allongea considérablement son temps de trajet. En accélérant légèrement le pas, Oliver rallia finalement le lieu indiqué au prix d'un certain effort. Légèrement essoufflé, il se retrouva finalement devant Gigi un immense sourire collé aux lèvres. Il était toujours heureux de la retrouver en dehors de l'hôpital et aimait partager des instants avec elle, comme ce midi même. Oliver se rappelait avec une certaine nostalgie le jour de leur rencontre, sans trop savoir pourquoi. Petit oiseau perdu au beau milieu des couloirs de l'hôpital, qu'il avait presque immédiatement eu envie de "protéger". Pendant un mois il avait été une sorte de tuteur pour elle, chose mise en place par les ressources humaines de l'hôpital, afin de faciliter l'intégration des nouveaux. Et depuis ils étaient comme cul et chemise. Enfin façon de parler. « Coucou Gigi ! Désolé je suis un peu en retard... j'avais désactivé le réveil hier soir et problème de métro ! » L'infirmière serait à même de comprendre et n'était certainement pas contre une grasse matinée elle aussi. Après une franche accolade il lui demanda « T'as déjà commandé quelque chose à manger ? Je ne voudrais pas te retarder ! », la pause déjeuner pour eux était tellement courte, qu'il n'y avait pas véritablement de temps à perdre. Du moins en temps normal. Peut-être que Gigi avait réussi à avoir un peu plus de temps. Oliver s'installa en face d'elle et souffla finalement. Il ne pensait pas que sa journée de repos se transformerait en véritablement marathon. « J'espère que t'as des potins intéressants à me raconter... Que je ne me sois pas levé pour rien ! », blagua-t-il en prenant un air faussement sérieux. Les potins, une institution entre eux, à croire qu'il fréquentait trop ses collègues et qu'elles finissaient par déteindre sur lui. Il entendait également par là de recevoir de la part de son amie les dernières nouvelles la concernant. Le brun savait à quel point la vie de cette dernière pouvait parfois être compliquée et il lui prêtait toujours une oreille attentive et aussi une épaule sur laquelle pleurer.

_________________
One More Light
« I'm holding on why is everything so heavy? Holding on so much more than I can carry. I keep dragging around what's bringing me down, If I just let go, I'd be set free »by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
i'm the queen, can't taste it
avatar
i'm the queen, can't taste it
messages : 3123 points : 180
pseudo : step aside (caca)
avatar : caroline corinth.
crédits : ava @morrigan ; sign @lone wolf, ed sheeran.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 11 Déc - 14:19
c’est une belle journée qui s’annonce, le soleil trône au-dessus de la ville et le froid transperce les manteaux chauds. l’hiver est là, il a même neigé tout le week-end. tu n’as jamais adoré l’hiver lorsque t’étais gamine en angleterre – il pleuvait toujours trop. mais depuis que t’es arrivée à new-york, t’apprécies de plus en plus cette belle période. les décorations font rêver et sourire, les grands sapins font un peu d’ombre aux gratte-ciel et la neige nappe de blanc tout ce qui est habituellement trop sombre. on s’offre des chocolats chauds, on retrouve un peu l’envie d’offrir et de faire plaisir. c’est aussi ce qui te rend heureuse. t’aimes faire des cadeaux et tu te forces toujours à ne pas le faire en dehors de cette période. t’as rapidement appris qu’il ne fallait pas trop offrir au regret d’être laissée pour compte ensuite. tes yeux se posent sur une enfant, dans la cours de l’hôpital. tes deux mains dans les poches de ta blouse, tu la regardes jouer. elle sautilles avec son frère dans la neige, elle envoie des boules sur la figure de sa mère. est-ce possible de ressentir cette jalousie intense à l’idée d’être peut-être trop vieille et trop malchanceuse pour ne pas avoir la chance d’avoir un enfant, à toi ? ce n’est normalement pas quelque chose qu’on fait à noël – la jalousie. tu souris de loin, tu tentes de repousser cette boule au creux de ton ventre pour la remplacer par la chaleur de ton cœur. t’y arriveras, tu seras heureuse à ta façon. t’en es sûre. tu lèves ta main pour regarder l’heure, tu te rappelles soudain que tu partages ton déjeuner avec oliver aujourd’hui. tu t’actives donc pour le rejoindre, traversant tout l’hôpital pour retrouver votre cantine, votre endroit, votre plaisir habituel. tu l’attends dedans, tu t’étonnes de son retard mais tu restes au chaud. lorsqu’enfin il s’approche, t’es rassurée. tu ne supporterais pas qu’il lui arrive quelque chose à lui, ou à shae. il te prend dans ses bras, tu le serres contre toi à ton tour. coucou gigi ! désolé je suis un peu en retard... j'avais désactivé le réveil hier soir et problème de métro ! tu souris, tu hausses doucement les épaules faisant valser la fourrure de ton manteau. pas de soucis, je n’ai pas attendu longtemps. comment vas-tu ? tu le sens un peu stressé, un peu frustré. tu retires enfin ton manteau, sûre que vous mangerez bien ici. tu t’installes un peu mieux, contente qu’il soit arrivé. t'as déjà commandé quelque chose à manger ? je ne voudrais pas te retarder ! tu hoches la tête, serrant tes mains entre elles pour palier au froid. non, mais je vais vite demander du chaud. il fait un froid de canard ! tu fais mine de grelotter doucement. t’appelles le serveur pour vite avoir les cartes. j'espère que t'as des potins intéressants à me raconter... que je ne me sois pas levé pour rien ! tu ris, les yeux plissés. t’aimes le fait qu’oliver soit toujours là pour les potins, pour parler de tout ce qu’il se passe à l’hôpital. ça te détend. ça te fait plaisir. et ça te permet de ne pas écouter d’autres minettes parler de toi. je sais que la responsable de l’étage psychiatrique vient de se faire larguer .. juste avant noël, t’imagines ? t’as parlé tout bas, beaucoup de membres de l’hôpital viennent manger ici. tu hausses les sourcils, t’espères bien que c’est un assez gros potin pour commencer.

_________________
    every night i kiss you, you say in my hear ; you know, hearts don't break around here. i feel safe when you keeping me near.
Revenir en haut Aller en bas
 Sujets similaires
-
» Hot Toys True Type
» Fan Plus Friend
» True Detective
» spécial D-DAY , Exposition The Greatest Generation Memorial Exhibit II
» EMILIA ⊹ the problem is, fairytales don't come true.
Page 1 sur 1 -

brooklyn on the rocks ::  :: left over the sea :: park slope
Sauter vers:  
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum