AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

stuck with you /tobienn.

i'm the queen, can't taste it
avatar
i'm the queen, can't taste it
messages : 783 points : 11
pseudo : step aside (caca)
avatar : caity lotz.
crédits : @lolitaes.; @tumblr, self.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 11 Sep - 17:01
tu l’embrasses dans un dernier souffle, et tu tombes contre les draps. essoufflée de vos ébats, tu souris bêtement. une fois de plus, tu t’es laissée avoir par ce qu’il t’offre de mieux : son corps et ses yeux qui ne demandent rien, et qui jurent pourtant d’un désir infini. tu ne sais plus résister à tobias, même si ce n’est pas bien ce que vous faîtes. t’essayes pourtant de l’oublier, de te concentrer sur ton passé et de chercher là où tu devrais avoir des souvenirs. manque de pot, tu finis toujours par te fatiguer et tu reviens là où t’es le plus à l’aise, là où t’es le plus confortable. tu te tournes, nue entre les draps et tu fais passer tes mains sur le torse du bel homme – qui ne devrait pas t’appartenir. t’as un truc à faire, ou j’peux rester un peu ? tu le regardes, un peu gênée. tu ne fais jamais ça avec tobias. tu t’arranges toujours pour partir, pour laisser ton odeur dans les draps mais jamais ton corps. ce serait trop difficile à assumer, ensuite. tu souris cependant, jouant de tes yeux pour qu’il ne résiste pas non plus. tu te tournes, t’attrapes la télécommande et t’allumes la télévision en face de vous. tu zappes plusieurs fois, sans échapper aux informations. t’entends toujours ce même discours, résonnant dans l’appartement. alerte attentat, le pays est mis en quarantaine. est-ce un retour du onze septembre ? les autorités sont sur le qui-vive et ne laisseront rien passer. tu hausses les sourcils, définitivement surprise. tu te tournes vers tobias, heureuse d’être coincée avec lui mais n’osant pas l’avouer à voix haute. apparemment, j’suis forcée de rester .. tu ne peux pas sortir, tu ne peux même pas aller chercher à manger. ton ventre hurle pourtant, t’aurais besoin d’un truc à te mettre sous la dent. tu tombes contre le coussin, déjà fatiguée de la situation. combien de temps tu vas devoir rester là ? et logan dans tout ça ? t’allumes ton portable, tu ne captes pas ici. il doit être avec son père. tu l’espères. l’idée que logan passe du temps avec charles ne te déplait pas, t’espères juste que laurel est coincée dehors.

_________________
    i guess we should have not, but it's too late. and now, i've got you in my head. right before you touch my heart. game over.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the queen, can't taste it
avatar
i'm the queen, can't taste it
messages : 598 points : 30
pseudo : forward. (marie)
avatar : jesse lee soffer.
crédits : killer from a gang, macfly.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 13 Sep - 17:44
t’as un truc à faire, ou j’peux rester un peu ? tu ne dis rien, tout de suite. c'est la première fois qu'elle émet le désir de rester. t'en sais rien. tu n'as pas envie de répondre si ça donne l'impression de quelque chose. tu ne comptes plus les fois où vous avez partagé plus que quelques mots. une habitude désormais. t'oses pas imaginer ce que vous êtes. des amis, quelque chose qui s'en rapproche. deux personnes liées par une autre malgré tout, deux ou trois autres même. parce qu'il n'y a pas que jess... il y a aussi sara... et cami... qu'est-ce qu'elles vont penser toutes ? t'as esquivé le sujet de justesse la dernière fois mais... t'imagines qu'il va falloir en parler un jour hein ? tu ne peux pas rester dans cette situation avec elle. n'importe qui n'aurait eu que peu d'importance à tes yeux mais jenn... jenn pourrait te rendre aussi heureux qu'elle pourrait détruire ta vie. tu préfères ne rien dire et rien penser. c'est tout. tu restes là, étendu contre elle, les yeux sur la télévision qu'elle vient d'allumer. alerte attentat, le pays est mis en quarantaine. est-ce un retour du onze septembre ? les autorités sont sur le qui-vive et ne laisseront rien passer. tu te redresses un peu. t'aurais pu imaginer tout comme excuse pour passer du temps avec elle mais... certainement pas celle-là ! apparemment, j’suis forcée de rester .. tu soupires, tu changes de chaîne. c'est la même chose partout, ont-ils aussi pris le contrôle de l'information ? au moins, tu sais qu'elle est en sécurité ici jenn, avec toi. tu préfères, t'imagines. tu te redresses, tu sors du lit. c'est mieux non ? tu ne sais plus. tu regardes par la fenêtre, rien de différent de d'habitude. moins de monde sans doute. oui... t'aimes pas ça. t'aimes pas qu'on t'interdise quoique ce soit. tu fronces les sourcils. tu penses à ta fille. elle est bien loin, elle, pour le coup. tu ne sais plus quoi faire. t'as pas l'impression que ce soit une bonne idée de te retrouver seul, réellement, avec jenn. vous allez devoir parler, c'est inévitable. et tu n'as pas envie de parler. t'as faim ? y'a un magasin en bas, je peux aller nous chercher à manger. tu proposes. premier réflexe : t'échapper... t'as pas compris le concept de la quarantaine tobias ? on dirait pas...

_________________

j’ai serré le poing, sans le faire savoir
je suis allé d’l’avant, le regard loin
sans perdre espoir. 
Revenir en haut Aller en bas
i'm the queen, can't taste it
avatar
i'm the queen, can't taste it
messages : 783 points : 11
pseudo : step aside (caca)
avatar : caity lotz.
crédits : @lolitaes.; @tumblr, self.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 14 Sep - 9:22
c’est la première fois que tu montres à tobias l’intérêt que tu portes à votre relation. c’est la première fois qu’après avoir retiré tes vêtements, tu ne te jettes pas dessus pour les remettre. t’as plutôt envie de rester là, nue dans les draps, à traîner toute la journée. tu te le permets même, sans qu’il ne réponde. t’as bien compris qu’il était pris de court par ta demande et qu’il ne saurait rien faire avec. t’allumes donc le téléviseur et tu zappes sans pouvoir quitter cette même image d’alerte. quelques jours autour du onze septembre, une nouvelle menace terroriste menace la ville. ça te donne un haut le cœur, et ça ne te rassure pas sur l’état du monde d’aujourd’hui. tu penses à logan qui va grandir avec cette peur et qui ne comprendra même pas ce que c’est de ne pas la connaître. avant deux mille un, t’était naïve toi. t’avais le droit de rêver d’un monde meilleur et tu pouvais t’accrocher à l’espoir que chaque humain pouvait s’aimer et aimer son prochain. t’avais tort, jenn. mais t’aimais te dire que c’était un rêve. aujourd’hui, la réalité est trop dure pour être rêvée si facilement. tobias bouge derrière toi, absolument pas concernée par ce qu’il se passe en ville. il se redresse, il s’approche un peu de toi avant de quitter le lit, ou presque. tu ne comprends pas bien sa réaction mais tu restes assise dans le lit, enroulée dans les draps à attendre qu’il se décide. tu le regardes de son corps majestueux, de son air perdu et déterminé. tu te fais plaisir, pour une fois, tu profites de l’après. t'as faim ? y'a un magasin en bas, je peux aller nous chercher à manger. tu ouvres les yeux, définitivement sans comprendre son attitude. tu tends la télécommande qu’il avait laissé à son tour dans les draps pour indiquer la télévision et toujours ce même discours qui tourne en boucle sur toutes les chaînes ; mise en quarantaine, il est fortement conseillé de ne pas sortir de chez soi. tu le connais déjà par cœur, toi. et donc ce qui se dit à la télé, tu t’en fous ? après tout, s’il veut s’y risquer .. il peut toujours. t’es pas sûre qu’il puisse trouver un magasin ouvert cependant. t’attends alors, perplexe. tu supposes qu’il se retrouvera vite pris au piège, et t’auras ce grand lit pour toi toute seule. tu te laisses tomber d’ailleurs, à l’aise.

_________________
    i guess we should have not, but it's too late. and now, i've got you in my head. right before you touch my heart. game over.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the queen, can't taste it
avatar
i'm the queen, can't taste it
messages : 598 points : 30
pseudo : forward. (marie)
avatar : jesse lee soffer.
crédits : killer from a gang, macfly.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 16 Sep - 11:23
l'importance de tes erreurs te frappent tout à coup. t'as peine à comprendre ce qu'il se passe. elle est là, et c'était bien. mieux même. t'apprécies les instants que tu passes près d'elle. et elle est certainement la seule à revenir à chaque fois. t'aimes cette récurrence autant qu'elle te déstabilise. elle semble ne pas voir ce truc comme un problème mais pour toi... c'est le fond du problème. est-ce que ça suppose quelque chose ? est-ce que vous êtes quelque chose ? est-ce que t'as envie qu'il y ait quelque chose entre vous ? tu n'as pas envie d'y réfléchir maintenant, t'as toujours réussi à ne pas le faire ces derniers temps, t'as l'impression que les informations t'obligent à le faire malgré tout. tu passes un t-shirt comme pudique tout à coup. tu te tournes pour la regarder là étendue dans ton lit. t'aimes ça, tu ne peux pas dire le contraire mais... tu ne lui dis rien surtout. tu soupires alors qu'elle regarde toujours cette télévision déverser ce qui ne touche visiblement pas encore ton esprit. et donc ce qui se dit à la télé, tu t’en fous ? elle demande. inquiète ? ou sans intérêt ? t'en sais rien. tu te contentes de tourner encore la tête vers l'écran pour l'entendre te dire à nouveau qu'il est déconseillé de sortir de chez soi. est-ce que vous devriez parler de jessica ? ça se mélange dans ton esprit. tu secoues la tête. un non silencieux que tu lui offres. avant de la laisser là, changeant de pièce pour aller grogner dans la cuisine. t'as vraiment faim, t'as pas grand chose. et t'as besoin d'un café, là, tout de suite. les images tournent dans ta tête. t'allumes la télévision devant le canapé. t'as besoin d'un peu de temps et tu t'enfonces dans le canapé, loin d'elle cette fois. tu devrais profiter de cette journée pour être près d'elle, un peu plus longtemps mais t'as l'impression que ça te donnerait un air un peu trop... différent. tu inspires longuement. tu penses à sara, ta fille. qu'est-ce qu'elle penserait de ça elle ? si tu détruisais la seule possibilité de l'avoir près de toi en restant un peu trop près de sa tante. tu sais ce qu'il se passe, t'es pas con. mais t'aimes bien te mentir à toi-même. comme quand t'as pas vu que ta femme allait te quitter et emmener ta fille loin de toi. tu serres les lèvres en écoutant encore une fois les mêmes mots tourner dans ton téléviseur. elle a raison, tu ne peux pas sortir. et elle non plus. alors vous êtes tous les deux. et vous avez bien trop de choses à vous dire.

_________________

j’ai serré le poing, sans le faire savoir
je suis allé d’l’avant, le regard loin
sans perdre espoir. 
Revenir en haut Aller en bas
i'm the queen, can't taste it
avatar
i'm the queen, can't taste it
messages : 783 points : 11
pseudo : step aside (caca)
avatar : caity lotz.
crédits : @lolitaes.; @tumblr, self.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 18 Sep - 14:44
t’as jamais été le genre de filles à s’inquiéter. tu n’as pas peur de rater ton train, tu n’as pas peur de manquer un avion et t’as encore moins peur d’être en retard. au contraire, on attend toujours les plus désirés et t’es de ces filles qui adorent arriver pile à temps pour se faire remarquer. tu te souviens des derniers gros attentats, t’étais jeune mais assez mature pour comprendre. t’avais regardé la télévision avec un certain dédain et tu n’avais pas compris pourquoi tes parents étaient si affolés. a l’époque, tu vivais dans le fin fond de jersey et tu voyais malgré tout la fumée et la poussière depuis la fenêtre de ta chambre. t’étais restée face à la vue toute la nuit, le vent menant jusqu’à toi le bruit des sirènes et des secours. t’étais fascinée par tout ce qui était mis en place pour cette catastrophe, et t’avais osé dire le lendemain en classe que ce n’était ‘pas si grave’. tu te souviens du regard du professeur d’histoire et des élèves à tes côtés. certains avaient perdus des parents, des ongles, des frères et toi, tu t’en moquais. aujourd’hui, allongée nue dans le lit de tobias, tu ne t’aventuras pas dehors mais tu ne paniqueras pas. au contraire. tu te prélasses, tu t’étires et tu regardes tobias s’éloigner de toi sans comprendre ton attitude. il veut aller chercher à manger, tu te demandes si c’est une bonne idée – mais il fait ce qu’il veut, après tout. tu te redresses, le regardant s’éloigner et depuis le lit tu le vois s’étendre dans le canapé. soudain, tu te demandes si ce n’est pas le fait que tu restes, le problème. tu te demandes si par hasard, il ne panique pas à l’idée que tu sois coincée ici avec lui. tu regardes dehors, il te prend l’envie de fumer une clope et d’écouter le bruit extérieur de nouveau. t’enfiles une chemise qui traîne et tu reprends ta culotte pour couvrir tes fesses blanches. tu ouvres la fenêtre – laissant tobias dans le salon – et tu t’installes sur l’escalier de secours. t’attrapes les clopes dans ton sac et t’en allumes une, fermant les yeux sur la ville agitée et paniquée. t’as l’impression d’entendre une explosion, de sentir comme une odeur de bruler mais tu ne t’en inquiètes pas. quelques minutes s’écoulent, tobias ne vient toujours pas. est-il parti chercher à manger ? tu devrais aller voir. tes longues jambes retrouvent le sol de la chambre et tu marches jusqu’au salon, où le brun est toujours là à regarder les infos en boucle. tu t’arrêtes contre la porte, tu croises les bras et tu souris. ça va ? tu demandes, ne sachant quoi demander d’autres. s’il veut parler, t’es là pour ça. s’il veut que tu partes, tu peux t’isoler le temps que ça se calme dehors. s’il ne veut pas de toi, qu’il le dise – simplement. tu n’es pas le genre de femmes à ne pas comprendre. bien au contraire.

_________________
    i guess we should have not, but it's too late. and now, i've got you in my head. right before you touch my heart. game over.


Dernière édition par Jenn Halgard le Mar 26 Sep - 14:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
i'm the queen, can't taste it
avatar
i'm the queen, can't taste it
messages : 598 points : 30
pseudo : forward. (marie)
avatar : jesse lee soffer.
crédits : killer from a gang, macfly.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 19 Sep - 23:50
débat intérieur qui n'avance pas. t'as beau essayer de faire les choses pour te faire le moins mal possible. t'as l'impression que rester loin te fait un peu plus de mal que prévu. tu fermes les yeux devant la télévision, t'écoutes les mots qui te fatiguent depuis tout à l'heure. est-ce qu'il est possible de choisir de cette manière pour autant de personne ? une ville entière face à une menace que vous ne voyez jamais venir. c'est comment ça qu'elle va être la vie maintenant ? ça ne t'a jamais touché... et t'en viens à apprécier l'idée que sara ne soit pas à new-york aujourd'hui. ta ville, touchée pour la deuxième fois. tu soupires, tu ne sais pas quoi faire de l'idée que jenn est ici, dans ton appartement et qu'elle, elle n'envisagera pas l'idée folle de sortir de chez elle alors qu'on vous a conseillé sur toutes les chaînes de ne pas le faire. t'es déstabilisé et complètement perdu, tobias. et pourtant, là, maintenant, tu n'as qu'une seule envie... aller la retrouver dans ton lit et ne plus quitter les draps puisque vous avez probablement encore plusieurs heures avant de pouvoir faire quelque chose. ça va ? tu sursautes en tournant la tête. jenn, dans l'encadrement de la porte. elle est belle. ton souffle se coupe. tu ne peux pas résister face à ses longues jambes. tu ne vois qu'elles alors que tu devrais te concentrer sur tout autre chose. tu ne peux t'empêcher de répondre à son sourire par un léger sourire toi-même. ouais. tu réponds nonchalant. c'est comme ça que vous allez devoir passer le reste de la journée. tu t'enfonces un peu plus dans le canapé. t'aimerais pouvoir avoir les mots qu'il faut, t'aimerais pouvoir dire quelque chose de pertinent et logique mais ça ne vient jamais. et toi ? tu demandes sans la regarder. t'aurais dû prendre quelque chose à manger dans les placard avant de t'asseoir. maintenant t'as la flemme et t'as faim aussi. t'as faim pour compenser l'idée qu'elle pourrait te rejoindre sur le canapé alors que ton envie d'elle est toujours présente quelque part. il est sans doute ici le moment de la conversation sérieuse, même si tu n'es pas prête pour ça. même si tu n'as pas encore réussi à savoir comment tu te sentais face à l'idée de la trouver dans ton lit plus souvent qu'il ne le faudrait.

_________________

j’ai serré le poing, sans le faire savoir
je suis allé d’l’avant, le regard loin
sans perdre espoir. 
Revenir en haut Aller en bas
i'm the queen, can't taste it
avatar
i'm the queen, can't taste it
messages : 783 points : 11
pseudo : step aside (caca)
avatar : caity lotz.
crédits : @lolitaes.; @tumblr, self.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 26 Sep - 14:15
t’enfiles sa chemise qui traine, tu marches doucement jusqu’à lui et tu le fais sursauter de ta présence. t’as soudain l’impression qu’il a déjà oublié que t’étais encore contre son corps quelques secondes plus tôt. tu ne voulais pas rester, et apparemment il n’en avait pas envie non plus – mais t’as pas le choix. t’es coincée avec lui et étrangement t’es persuadée que ça peut vous faire du bien. la situation est compliquée. t’as en face de toi le père de ta nièce, l’ex-mari de ta sœur et tu couches avec lui. la dernière fois que vous en avez parlé, ça ne le dérangeait pas d’être à cette place mais tu vois bien là qu’il ne supporte pas l’idée de trop y penser et de trop te voir. il te regarde de loin, il arrive à sourire. est-ce qu’il le fait exprès ou est-ce qu’il ne pense sincèrement ? tu sais que tu lui plais, tu ne serais pas revenue dans son lit sinon. mais tu ne sais pas ce qu’il pense là, dans son canapé, à chasser les mouches de ses pensées. ouais. il répond, détournant le regard et s’enfonçant d’autant plus dans le canapé. t’en profite pour faire le tour, pour rejoindre la cuisine. il parle, tu l’entends à peine. tu contournes la table, tu fais couler l’eau dans l’évier pour t’occuper de la vaisselle. ça a toujours été un peu le bordel ici, et t’as jamais voulu faire quoi que ce soit à ce propos. mais t’as faim, et si tu veux cuisiner ce n’est certainement pas dans ce capharnaüm. et toi ? il n’a pas bougé et tu te tournes pour voir sa tête qui ne te regarde pas. à quoi bon répondre, il se fout de la réponse. il est ailleurs, le beau brun. tu décides alors d’ouvrir le frigo et de sortir tout ce qui peut se cuire, tout ce qui peut se mettre sous la dent. tu prends ton temps, tu chantonnes un peu et tu l’ignores complètement pendant près de cinq minutes. il veut jouer, tu peux jouer. il n’a pas envie que tu sois là mais t’y es obligée, alors tu feras comme s’il n’est pas là non plus. et lorsqu’il sera assez énervé pour se rendre compte qu’il y a un effort à faire, il viendra te voir. tu connais assez tobias pour le savoir têtu. tu sors une casserole, tu la poses sur le feu et tu prépares une sauce. tu ne sais pas encore quel goût ça va avoir, mais tu supposes que ce sera bon. tobias reste toujours dans le canapé, tu souris en le regardant de temps en temps. tu ne dis toujours rien, tu continues ta cuisine. il va venir, tu sais qu’il le fera.

_________________
    i guess we should have not, but it's too late. and now, i've got you in my head. right before you touch my heart. game over.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the queen, can't taste it
avatar
i'm the queen, can't taste it
messages : 598 points : 30
pseudo : forward. (marie)
avatar : jesse lee soffer.
crédits : killer from a gang, macfly.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 26 Sep - 21:44
la tête remplie. tu n'oses rien dire. et tu te demandes si elle ne fait pas exprès de garder le silence. elle te connait un peu trop bien maintenant. t'aurais pas dû faire tout ça. un jour, elle ne saura plus que jessica, si tu la laisses faire... si elle continue de venir te voir comme ça, si tu continues de partager son lit, si elle laisse de nouveau son odeur dans tes draps. tu soupires. tu ne regardes pas la télé et tu continue de zapper minutes après minutes sans te donner l'occasion de comprendre ce qu'elle ce qu'elle fait dans ta cuisine. tu te demandes si elle est en train de faire quelque chose. tu t'y essayes de temps en temps mais tu te contentes de faire réchauffer des plats que tu as trouvé dans le rayon surgelés la plupart du temps. elle est là, derrière toi et tes oreilles ne cessent de se tendre pour pouvoir comprendre ce qu'elle fait sans la regarder. il y a trop de signes pour toi tobias... et tu n'arrives pas à t'en empêcher, non... tu te lèves et tu vas la rejoindre, il n'y a que toutes ces annonces qui ne cessent de s'enchaîner sur toutes les chaînes de télévision, tu n'en peux plus... tu ne sais pas quoi lui dire, tu l'observes seulement. vous êtes tous les deux pour longtemps. tu ne voulais pas que ça arrive mais maintenant, tu n'as plus tellement le choix. tu soupires, tu attrapes tes clefs que tu as laissé traîner sur le comptoir, même si tu ne comptes pas sortir. t'as compris maintenant, tu ne peux pas le faire, tu dois rester avec elle. tu les fais voler dans tes mains pendant quelques secondes. mais ça te soule rapidement. t'es pas patient tobias... on dirait que tu ne le seras jamais. on devrait parler ? tu demandes alors. c'est son avis que tu cherches avant tout. t'as évité la dernière fois. c'était plus facile. aujourd'hui, tu peux vouloir faire face, s'il faut. tu n'as pas le choix. de toute façon. elle est belle en plus, dans ta chemise. peut-être que finalement, tu devrais profiter de cet interdit pour connaître encore mis ses courbes que tu sembles pourtant déjà connaître par coeur. tu penses à sara, si loin de toi. t'es content, pour une fois. et jessica, qui vit sa vie loin de toi et qui ne semble même pas s'inquiéter de ta santé là-bas, depuis la côte ouest alors que la situation à new-york doit révolutionner l'information dans tout le pays.

_________________

j’ai serré le poing, sans le faire savoir
je suis allé d’l’avant, le regard loin
sans perdre espoir. 
Revenir en haut Aller en bas
i'm the queen, can't taste it
avatar
i'm the queen, can't taste it
messages : 783 points : 11
pseudo : step aside (caca)
avatar : caity lotz.
crédits : @lolitaes.; @tumblr, self.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 28 Sep - 18:12
tu fais exprès de l’éviter, tu fais exprès de ne pas t’approcher de lui mais de lui laisser au contraire le temps de se remettre de ses émotions. apparemment, tout s’enchaîne dans sa tête et tu ne faisais pas forcément partie du premier paysage. changement de programme et un homme qui ne le comprend pas. toi, tu n’étais pas prête pour ça non plus mais tu t’arranges pour ne pas y penser et pour ne pas en faire toute une histoire. t’es forcée de rester, un peu forcée d’assumer ce qu’il se passe entre tobias et toi. c’est peut-être un mal pour un bien, après quelques mois de relation que tu ne comprends pas et que tu ne veux pas comprendre. un sourire sur tes lèvres lorsque tu l’entends sourire, tu sais qu’il va se lever et s’approcher. quelques seconds après justement, il tourne autour de toi et fait passer ses grandes mains dans ce que tu prépares. t’as bien vu qu’il ne faisait pas grand-chose dans cette cuisine et ça ne t’étonne pas du personnage. toi par contre, t’aimes mettre tes mains dans la cuisine et préparer quelques plats que font du bien, qui donne envie de passer plus de temps et de partager ce genre de moments. tu ne fais pas attention à lui, tu continues de sortir les ingrédients dont t’as besoin. t’attends qu’il parle, t’attends qu’il prenne sa décision. c’est lorsque tu attrapes quelque chose en haut d’un placard que tu sens son regard sur toi et que tu comprends qu’il va enfin briser la glace. tu te retournes en le regardant, du coup. et tu lui envoies un regard motivant pour qu’il se lance. on devrait parler ? il dit alors, laissant ton sourire sur tes lèvres. tu passes même ta langue dessus, posant la sauce que t’es allée chercher pour la faire cuire. tu hoches la tête, tu le regarde en coin. on peut parler ouais. tu veux parler de quoi ? tu demandes, bien que tu saches ce qu’il veut mettre sur la table. vous deux, votre relation passée et celle que vous appréhendez dans le futur. vous deux et tout ce qui s’en suit. vous deux et jess. forcément.

_________________
    i guess we should have not, but it's too late. and now, i've got you in my head. right before you touch my heart. game over.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the queen, can't taste it
avatar
i'm the queen, can't taste it
messages : 598 points : 30
pseudo : forward. (marie)
avatar : jesse lee soffer.
crédits : killer from a gang, macfly.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 7 Oct - 8:16
elle agit naturellement, comme s'il était normal qu'elle se retrouve dans ta cuisine en train de faire à manger. personne n'en est jamais arrivé jusque là. et t'as peur. tu ne peux pas mentir. la dernière fois que ça t'est arrivé, pour de vrai, t'as fini par te marier. et t'as tellement souffert que t'as promis à ton reflet dans le miroir que jamais, jamais plus tu ne recommencerais... t'aurais jamais eu envie de parler. t'aurais préféré continuer à faire ce que vous faites depuis le début. des instants, en ignorant passablement les conséquences qui pourraient aller avec. pourtant, elles sont réelles, elle ne te quittent jamais. et t'as peur, chaque fois que ton téléphone sonne, que ça puisse être jess qui te repousse au pied du mur. t'es pas assez présent déjà, tu doutes de ce que tu représentes pour ta fille... et un jour, tu sais que tu finiras pas ne plus jamais l'avoir au téléphone, que tu ne la verras plus... ça fait déjà un an, parce que sa mère discute toujours les conditions, celles par lesquelles tu veux la faire venir jusqu'à toi... elle ne veut pas qu'elle revienne à new-york, qu'elle puisse vivre avec toi quelques jours. elle n'a pas confiance, pourquoi n'a-t-elle pas confiance ? vous avez été des amoureux pendant si longtemps... jenn ne lui ressemble que peut. t'oublies parfois qu'elle est sa soeur en tout cas... c'est pour cette raison que ça devient bien trop facile de tomber face à elle. tu te dis chaque fois que c'est la dernière fois mais... ça ne l'est jamais. tout ce bordel oscille dans ta tête, en face d'elle, alors qu'elle se dandine experte, dans ta chemise qui dévoile ce qu'elle veut de son corps nu en dessous. on peut parler ouais. tu veux parler de quoi ? innocence dans les mots. comme s'il n'était pas évident qu'il y a fort à parler de votre relation depuis qu'elle est là et qu'elle sème le trouble dans ton esprit. tu prends quelque chose sur le comptoir, un stylo, que tu ouvres et fermes pour occuper tes mains passablement nerveuses. de toi. et de moi... tu souffles, trop bas sans doute, sans la regarder, fixé sur ce que tu fais avec tes mains. et de ça. tu expliques en désignant ce qui se passe entre vous. elle revient tout le temps, tu reviens souvent, aucune porte ne se ferme devant vous. c'est trop régulier, trop présent, c'est presque ton quotidien et t'en arrive à penser à elle, à des moments où tu ne le faisais pas avant. tu veux aussi parler de ta famille. surtout. tu voudrais qu'elle comprenne pourquoi tu souffres et pourquoi ça ne doit pas compliquer encore plus les choses dans ta vie. elle ne peut pas être responsable du fait que jess t'en veule un peu plus, même si tu ne fais que vivre ta vie depuis qu'elle est partie...

_________________

j’ai serré le poing, sans le faire savoir
je suis allé d’l’avant, le regard loin
sans perdre espoir. 
Revenir en haut Aller en bas
i'm the queen, can't taste it
avatar
i'm the queen, can't taste it
messages : 783 points : 11
pseudo : step aside (caca)
avatar : caity lotz.
crédits : @lolitaes.; @tumblr, self.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 2 Nov - 11:27
tu le fais réagir pour qu’il s’intéresse à toi et tu souris d’un regard en coin lorsqu’il s’approche enfin. t’as envie de vous faire plaisir par un repas, t’aimerais lui rappeler ce que c’est aussi d’avoir une femme à ses côtés et de se laisser aimer. depuis que jess est partie, il a abandonné les sentiments et t’as fait de même à ton réveil. t’as été heureuse, et tu sais que t’as été amoureuse mais tu ne te souviens pas la dernière fois que ça t’a fait du bien. ce n’est pas franchement positif, ce n’est pas non plus encourageant pour la situation actuelle. mais tu sais que vous êtes sur la même longueur d’onde avec tobias, et qu’il ne manque qu’un petit coup de pouce du destin pour vous remettre sur une ligne similaire. les problèmes qui vont avec votre relation ressortiront, forcément. jess l’apprendra peut-être, cami aussi. tu n’es pas sûre d’être appréciée pour ça. mais tu refuses d’y penser aujourd’hui, alors que tobias s’approche d’être un peu heureux. juste assez pour partager quelque chose avec toi – quel que soit son nom. les mains dans les oignons, la sauce qui cuit et le jeune brun qui s’approche. il veut parler, donc. tu t’y attendais. la dernière fois, c’était un échec. mais le temps vous rattrape et la réalité aussi. ça fait des mois que vous vous rapprochez, des mois que tu refuses de dormir à ses côtés mais que tu aimes te blottir contre son corps. des mois que tu réponds à tes questions en frappant aux heures perdues à sa porte. il est temps de mettre des mots sur votre relation, des mots sur ce qu’il se passe entre vous. des mots sur ce que vous allez devoir dire à votre entourage, tôt ou tard. tu redresses donc les yeux vers lui, le forçant à aller au bout de ses pensées. de toi. et de moi .. il lance alors. l’idée te brûle le sang et le cœur, t’aimerais ne rien ressentir mais à cette date – tu n’en sais plus rien. t’es restée, t’es coincée avec lui. c’est trop tard pour reculer. et de ça. il te montre, se montre. il présente la situation. ça, donc .. nous ? tu t’approches, tu lèves les yeux vers lui. douce, ne te ressemblant pas vraiment. je- je sais pas ce que c’est. et j’ai envie de m’en foutre. le soucis, c’est .. jess. non ? t’es un peu perdue, et tu recules pour t’occuper de ce qui brûle dans la casserole. parler de tout ça ne te met pas à l’aise. tu sens la pression se créer dans ton cou. tu te tournes donc, t’arrêtes le jeu de cette femme qui s’en fout. c’est inutile. je- je sais pas quoi te dire, tobias. j’aime bien cette situation, je sais qu’elle ne devrait pas .. être aussi fréquente. mais- tu t’arrêtes, sans trouver la suite. incapable d’en dire plus. d’en avouer plus.

_________________
    i guess we should have not, but it's too late. and now, i've got you in my head. right before you touch my heart. game over.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the queen, can't taste it
avatar
i'm the queen, can't taste it
messages : 598 points : 30
pseudo : forward. (marie)
avatar : jesse lee soffer.
crédits : killer from a gang, macfly.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 7 Déc - 9:46
tu ne trouves pas le mot. tu n'as pas envie de trouver le mot pour ça. ce n'est pas grand chose pourtant. un pronom au pire des cas. t'y arrives pas. t'as déjà été un "nous" une fois. c'était horrible une fois que t'es redevenu un "je". aujourd'hui, t'es les deux, en quelque sorte. tu t'obliges à rester un je quand il y a nous qui crie dans ton corps. tu fermes les yeux lorsqu'elle ose elle, quelques secondes seulement pour anéantir tes efforts. ça, donc .. nous ? tu lèves les yeux vers elle. tu hoches légèrement la tête. elle n'a pas l'air en colère. elle devrait comprendre non ? elle sait combien ça t'a blessé de la perdre. sa soeur. peut-être que c'était un mal pour un bien... t'as encore du mal à entrevoir le bien dans tout ça, malheureusement. je- je sais pas ce que c’est. et j’ai envie de m’en foutre. le soucis, c’est .. jess. non ? tu hoches la tête encore, comme ces chiens stupides à l'arrière des voitures. elle analyse la situation bien mieux que toi. toi aussi, tu t'en fiches. t'es bien, ça ressemble à quelque chose qui te donne un peu d'apaisement dans ta vie mais. ça sonne comme une terrible idée quand tu réalises qui elle est et comment ça pourrait se finir. tu remarques qu'elle se tend un peu plus, qu'elle détourne le regard. finalement, vous êtes peut-être les mêmes. je- je sais pas quoi te dire, tobias. j’aime bien cette situation, je sais qu’elle ne devrait pas .. être aussi fréquente. mais- mêmes doutes. mêmes problèmes. tu baisses les yeux sur tes mains. t'as pas les mots non plus. t'en as même moins qu'elle. t'as qu'une seule certitude en tête et elle ne te plait pas réellement. j'aimerais que sara revienne. je .. j'ai embauché un avocat pour obtenir sa garde. t'expliques. que les choses soient claires, le trouble premier se trouve là. t'as du mal à te dire que tu pourrais tout détruire pour cette situation qui semble vous déstabiliser tous les deux. j'ai pas envie d'arrêter. prendre les mots à l'envers pour les dire avec plus de facilité. t'as rien trouvé de mieux pour t'aider. je veux juste que tu saches que .. qu'elle va peut-être se compliquer si jess revient pour se battre. ce que tu ne souhaites pas. son départ a été la plus grande libération après votre séparation, et l'enfer aussi .. qu'elle ait emporté votre fille avec elle. tu souffres autant que tu souffles. t'aimerais retrouver l'une pour oublier définitivement l'autre...

_________________

j’ai serré le poing, sans le faire savoir
je suis allé d’l’avant, le regard loin
sans perdre espoir. 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 Sujets similaires
-
» stuck in a moment of emotion i've destroyed (ben)
Page 1 sur 1 -

brooklyn on the rocks ::  :: left over the sea :: park slope
Sauter vers:  
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum