AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

1-800-273-8255. (dasen)

avatar
i'm the queen, can't taste it
i'm the queen, can't taste it
messages : 2837 points : 59
pseudo : forward. (marie)
avatar : carmella rose.
crédits : wicked game, instagram.
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 21 Juil - 15:01
tu souris en avance dans la nuit, dans les rues de brooklyn. ta mère est en weekend, tu la laisses profiter, priant secrètement pour pouvoir la revoir avant de mourir chaque fois qu'elle s'en va. elle te manque, même pour deux jours. ton téléphone entre les mains, tu réponds à ses messages, comme un coup du destin qui t'as balancé dans son esprit au moment même où tu prenais le chemin de sa cachette préférée. tu souris. t'es plus bien loin. t'aimes bien ce gars. on dirait que tu passes plus de temps à raconter ta vie qu'à écouter la sienne. c'est sans doute pour cette raison que tu l'aimes bien d'ailleurs. il n'y a qu'avec lui que tu déballes ta vie entière sans t'arrêter. il n'y a qu'avec lui que tu aimes perdre du temps même si tu en as peu. tu tournes à droite, rapidement, tu t'engouffres dans un bâtiment pour trouver la courette derrière. vous avez déjà passé beaucoup de temps ici, à faire croire à ta mère que tu allais réviser tes cours avec un pote en emportant tes livres avec toi alors qu'ils restaient sagement dans ton sac dans un coin pendant que tu le regardais faire ses figures ou dessiner sur les murs. t'as toujours eu beaucoup d'admiration pour ce qu'il fait, incapable de rester trois minutes concentrer pour dessine ne serait-ce que sur une feuille. tu poses tes yeux sur sa nuque pile au moment où tu lui envoies ton dernier message. petite maligne. salut. tu lances, c'est vrai que ça fait longtemps. tu t'assois déjà, comme à la plage. t'es pressée de participer au spectacle. je savais que tu finirais par apprécier mes monologues une fois que je t'en aurais privé. tu dis avec un sourire. t'as l'impression que le monde tourne au ralenti lorsque tu es là. ça te fait du bien de pouvoir souffler de temps en temps. ciel clair, tu vois les étoiles. tu te demandes si l'une d'elle est babs. celle qui brille le plus sans doute, pour te dire qu'il est là, qu'il veille sur toi.

_________________

i count the stars,
searching for a sign.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 145 points : 83
pseudo : margaux (mags)
avatar : maxence df
crédits : blue comet
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 21 Juil - 15:14
une bombe de peinture, tu rases tout en blanc, tu remets un coup de peinture et tu recommences autre chose. des anciens graphes que tu recouvres, des fois, parce qu’il manque d’espace. brooklyn est grand oui, mais les flics tournent. tu sais que ça ne ferait pas grand chose de te faire prendre. avec un père aussi bien placé que le tien, tu serais relâché dans la seconde. mais toi, tu veux grapher, tu veux t’exprimer ce soir malgré ce silence gênant. un silence presque pesant. ton téléphone, un numéro, un prénom. tu sais qu’elle est capable de parler, pendant des heures et elle te manquerait presque. elle te manque. tu te demandes, si elle est quelque part, pas loin. tu te déplaceras, pour aller la voir, ça ne te gêne pas. un moment que tu ne l’as pas vu. quand elle ne te répond pas directement, t’as presque peur d’avoir attendu trop longtemps avant de ressentir ce manque. mais elle te répond, elle te réprimande. t’es con, stupide, mais t’étais là, devant le message à te demander quoi écrire. un salut te semblait peu, et tu ne voyais pas autre chose. tant pis. elle répond, tu entends, tu regardes, un mot étrange jusqu’à ce que tu comprennes. elle est là, tu te retournes et tu la regardes. t’as presque un sourire qui se dessine en la voyant. salut. un hochement de tête alors qu’elle s’installe déjà par terre pour t’observer. sa voix qui te manquait, comme sa présence finalement. quand tu penses qu’au début, tu ne la supportais pas.. je savais que tu finirais par apprécier mes monologues une fois que je t'en aurais privé. tu pouffes un peu de rire, c’est déjà beaucoup, pour toi. tu reprends ta bombe de peinture, de nouveau inspiré par une présence nocturne. je n’ai pas le droit de parler, de toute façon, tu sembles me réprimander à chaque mot. tu dis, te faisant passer pour le calimero alors que tu commences à te concentrer dans ton œuvre. c’est faux, tu pourrais parler, t’en as presque même envie. lui parler de cinder. qu’est-ce que tu faisais ? parce qu’elle ne pouvait pas avoir la même envie que toi. si ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm the queen, can't taste it
i'm the queen, can't taste it
messages : 2837 points : 59
pseudo : forward. (marie)
avatar : carmella rose.
crédits : wicked game, instagram.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 9 Aoû - 17:19
tu passes beaucoup plus de temps à parler qu’écouter, c’est un fait. que ce soit avec soën ou n’importe qui d’autre d’ailleurs. tu ne peux pas t’en empêcher, pipelette dans l’âme. tu sais que tu n’as pas assez de temps de vie pour te laisser avoir par les silences et les personnes dont tu te fiches de la vie. soën est meilleur que personne à ce jeu-là. il ne parle sans doute pas assez et tu n’écoutes sûrement pas comme il le faudrait mais tu as l’impression que c’est suffisant malgré tout. après tout, il aurait eu le temps de te tourner le dos de bonnes douzaines de fois. et pourtant, il sourit toujours lorsqu’il te voit. t’es pas certaine qu’il soit toujours heureux de te voir, pour autant il ne montre jamais son agacement, sans doute parce qu’il se dit que ça se terminera bientôt, lorsque tu seras morte. tu n’as même pas envie d’y penser, ça t’attriste rien que d’envisager cette possibilité. personne ne souhaite ta mort hein ? même toi, tu as envie d’implorer la faucheuse, de plus en plus, face au mal que tu sembles faire à ta mère… tu t’installes sur les marches en face de lui, un artiste dans la fleur de l’action, tu ne pensais pas l’interrompre avant même qu’il n’est commencé son œuvre. t’es pas mécontente du timing pour une fois. je n’ai pas le droit de parler, de toute façon, tu sembles me réprimander à chaque mot. tu hausses des épaules. t’imagines que s’il avait réellement envie de parler, il le ferait non ? tu te sens coupable tout à coup. est-ce que t’es ce genre d’amie ? à parler d’elle tout le temps sans laisser l’occasion à soën d’en placer une en retour… peut-être que tu devrais arrêter alors… qu’est-ce que tu faisais ? il demande alors que tu regardes déjà la bombe de peinture déposer ses pensées sur le mur. tu secoues la tête sans qu’il ne soit capable de te voir. puisqu’il réussit à parler pour te dire que tu parles trop tu décides de ne plus parler tout à coup. non, ce soir, c’est à toi. tu décrètes sans précédent. tu ne sais pas si ça marchera, tu ne sais même pas si tu sauras écouter. je t’écoute, sans réprimande. tu glisses avec un air innocent. ça semble être ta spécialité le reste du temps il parait. t’as pas envie, t’es mieux que ça daisy. tu sais être une vraie amie. il va s’en rendre compte.

_________________

i count the stars,
searching for a sign.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 145 points : 83
pseudo : margaux (mags)
avatar : maxence df
crédits : blue comet
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 10 Aoû - 14:52
daisy se pointe, par hasard. ou alors, elle avait réellement envie de venir. bien sûr qu’elle avait envie. t’as envoyé ce message tandis qu’elle a pris les devants. sa silhouette fine qui se dessine, elle est là, devant toi. parce qu’elle est imprévisible, parfois bien plus que toi. tellement plus que toi, sur certains cas. tu souris, tu te caches un peu pour le faire, t’as pas envie qu’elle se fasse tout un film.. même si t’es sincèrement content de la voir, ça fait un moment. trop long moment tu oserais même dire. non, ce soir, c’est à toi. tu la regardes, tu fronces les sourcils, d’incompréhension. où est-ce qu’elle veut en venir au juste ? je t’écoute, sans réprimande. oh, tu l’aurais presque souffler, t’as juste tes lèvres qui ont bougé. à peine. tu la regardes. euh, j’ai rien à dire. t’oses simplement souffler, ta bombe de peinture que tu secoues, le bruit qui tinte avant que tu ne viennes grapher ce mur, sans aucune arrière penser. parler, toi ? qu’est-ce que tu pourrais bien raconter au juste ? le silence s’impose, comme si elle attendait réellement que tu parles. est-ce qu’elle le tiendra ce silence, est-ce qu’elle finira par le briser parce qu’elle sera incapable de faire autrement ? peut-être cette meuf. tu sors alors, sans vraiment flou, pas du tout prévis, tu hausses les épaules, tu ne la regardes pas. ça te semble bien plus facile de parler en faisant face à ton mur. elle est dans l’même amphi que moi. tu continues, sans la regarder. ton « œuvre » qui prend doucement forme. j’lui ai jamais parlé. mais elle me regarde. t’avoues, finalement, tu lâches ta bombe, tu vas pour en prendre une seconde, tu croises le regard de daisy, tu hausses les épaules. assez souvent. ça m’intrigue. et peut-être même que ça fait un peu plus que ça au fond, mais t’es pas encore prêt à l’avouer, l’assumer. t’attends d’avoir un premier jet de son avis, qu’est-ce qu’elle va te dire au juste ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
1-800-273-8255. (dasen)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» {BJD family} Joyeux Noël ! (page 11) 。◕‿◕。
» Le Maire écrit à l'Inspectrice d'Académie (DASEN)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BROOKLYN ON THE ROCKS ::  :: down to the sun :: flatslands-
Sauter vers: