AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

porte ouverte, fenêtre close. (jasaret)

avatar
i'm in love with you guys
i'm in love with you guys
messages : 1142 points : 80
pseudo : fancy/kenny
avatar : kit h.
crédits : faust. (avatar) saturnienne. (icons)
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 12 Juil - 6:59
la nuit, tous les bars sont les mêmes et se ressemblent. rien ne change, rien ne diffère. l'ambiance peut paraître plus légère et moins sombre à quelques endroits mais la clientèle reste toujours fidèle à elle-même.. elle parle fort, elle chante faux et boit. oh ça oui, elle boit ! et toi ? toi tu suis le mouvement. plus de retenue, tes bonnes résolutions de début d'année sont déjà noyées sous des litres d'alcool depuis que t'es sorti de l'hôpital. quelque chose s'est brisé, dasaret. t'es plus le même, qui sait si tu redeviendras un jour celui qu'elle pensait que tu pourrais être. te fondre dans la masse, y a plus que ça qui t'intéresse à présent. être différent ? à quoi bon.. quand t'essaies de te comporter comme un adulte responsable, tu finis automatiquement par être déçu. une partie de toi est morte au moment même où elle a décidé de s'enfuir avec ta gamine. ce post-it ? c'est pire qu'un épitaphe sur une pierre tombale. c'était le signe avant-coureur de ta chute, dasaret. ils auraient dû le voir venir, ils auraient sans doute pu te protéger mais ils n'y sont pas parvenus. alors t'es là, dans un énième bar de east new york. tu connais personne ou tout le monde, ça dépend des heures et de ton état. ce soir, t'es dans ton coin. à l'horloge, il s'affiche une heure tardive pour ceux qui auront à loisir d'aller bosser demain matin.. mais encore trop tôt pour toi qui comptes bien t'amuser jusqu'à ce que le jour se lève. t'en es à ton sixième verre, tu crois. t'as arrêté de compter en même temps que t'as changé d'alcool. la vodka, c'est pour les imbéciles et les hommes fragiles. t'as opté pour un scotch, plus fort, plus viril. dans ton coin, tu sirotes ton verre quand une silhouette attire ton attention. le passé qui surgit, ça arrive à n'importe qui dans n'importe quel bon film. mais jamais en vrai.. et jamais comme on le voudrait. c'est pas elle qui entre dans ce bar sans nom, à vingt-trois heures quarante-quatre. non, c'est pas elle non plus qui pose ses yeux sur toi un bref instant et réveille des douleurs que t'avais refoulées depuis bien longtemps.. le passé, c'est lui ! celui qui t'a sorti des enfers pour t'y faire replonger un peu mieux encore. celui qui t'a tendu la main pour ensuite t'arracher le bras. sa silhouette, son visage.. tout est resté identique au souvenir que t'en as conservé. tu te frottes les yeux, il a disparu. tu divagues, dasaret. qu'est-ce qu'il viendrait fiche ici ? alors tu soupires, et pourquoi penser à lui maintenant ? tu lèves ton verre et le portes à tes lèvres quand t'entends sa voix grave murmurer à ton oreille. merde, t'as pas halluciné.

_________________

when you walk away
i count the steps that you take
do you see how much i need you right now?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm on my way
i'm on my way
messages : 22 points : 20
pseudo : worry. (maryane)
avatar : m. bomer
crédits : class whore (avatar) astra (signature) eclipse (icons)
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 12 Juil - 10:06
L'heure défile sur ton cadran, tu lâches un soupir, te détachant de ce corps inconnu. Tu cherches tes habits, ton corps est encore en sueur de l'acte récent. Tu enfiles ton boxer, te regardant dans le miroir pour ajuster tes cheveux qui sont dans un bordel monstre. Tu penches ta tête en arrière, retenant de lâcher un juron parce que, bordel, cet enculé a marqué ton cou. Il était prévenu, il a simplement fait en sorte de te faire perdre la tête pour que tu ne puisses pas t'en rendre compte. Tu enfiles le reste de tes vêtements en vitesse. Il n'est pas trop tard, tu peux sûrement tenter un second round. Tu es dans cette ville pour un but bien précis, et pourtant, tu fais n'importe quoi. Tu claques la porte, sans le prévenir. Il va se réveiller seul, sans toi, et il va t'insulter, mais tu t'en fiches, parce que ce n'est plus ta priorité. Dans ta voiture, les vitres sont baissées, la musique explose les hauts-parleurs. Tes doigts tapotent contre le volant, tu te gares devant le premier bar que tu vois sur ta route. Tu claques la portière, tu allumes une cigarette et tu laisses ton corps entier se détendre. Jusqu'à ce que l'envie de boire devienne trop forte, et que tu jettes ton mégot à peine consommé sur le trottoir. Et va savoir pourquoi, dès que tu rentres, ton rythme cardiaque augmente. Effet désagréable, ton regard se pose sur cet homme. La raison pour que tu te retrouves ici. Celui qui te fait perdre la tête, l'objet de tes désirs. Un sourire s'étire sur tes lèvres alors que tu t'approches de lui. « Tu t'es perdu dans le continent ? » Tu contrôles le son de ta voix, parce que tu es en colère, encore. Tu poses tes fesses sur le tabouret, à ces côtés, tu agis comme un parfait abruti, comme si le revoir ne te provoque rien du tout alors que tous tes sens sont réveillés. Tu demandes un scotch, pour combler au moins ton hydratation. Tu regardes le vide, récupères ton verre dès qu'il est devant toi, tes lèvres deviennent humides, ça te provoque une grimace incontrôlable. « T'es bien mieux à la maison. » Dans leur pays à eux, pas ici, bon sang.

_________________
❝ but life ain't what it seems ❞
We spend our whole life worrying about the future, making plans for the future, trying to predict the future ... As if knowing ahead could cushion the shock. But the future is constantly changing. The future is the place of our greatest fears, and our wildest hopes. But one thing is certain: when it finally unfolds ... the future is never as imagined.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm in love with you guys
i'm in love with you guys
messages : 1142 points : 80
pseudo : fancy/kenny
avatar : kit h.
crédits : faust. (avatar) saturnienne. (icons)
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 12 Juil - 10:17
l'instant qui se fige, pour toi. léger frisson qui parcourt ton échine dorsale et qui remonte jusqu'à l'arrière de ton crâne. tu te sens perdre pied, à l'instant même où sa voix brise le silence tu t'es perdu dans le continent ? l'accent australien, celui que tu aurais laissé te bercer des heures à l'époque et qui t'arrache aujourd'hui un hoquet de stupeur. tu croyais à un mirage pourtant, il est là, se tenant fièrement sur un tabouret juste à côté du tien. pourquoi ? depuis quand ? les questions se bousculent mais aucun son ne sort de ta bouche. c'est lui qui avait sauvé ta vie avant de t'abattre à coup portant. tu l'as détesté, oh ça oui. t'as essayé, de longues heures, de longues nuits. mais rien n'y fait. il se tient là et ton coeur saigne de l'aimer encore à la folie ! perdant pied complètement en te noyant dans l'iris foncé de ses yeux quand il ajoute t'es bien mieux à la maison. tu saisis la référence mais tu ne relèves pas, pas de suite. t'as pas bu assez pour ça, dasaret. t'as pas à coeur d'affronter cette partie de ton passé que t'as enterrée à l'instant même où t'as posé tes valises à brooklyn. ta soeur comme seule gardienne de tes occupations en australie, tout le monde ignore ce que tu y faisais et tu t'en portais pas plus mal. il est là, pourtant, la preuve de tes méfaits, celui qui avait fait de toi son pantin et qui n'avait jamais pourtant cessé de te faire ce même effet. sauveur et tueur, héro et despote. la complexité même de l'homme qui aime sans conditions. c'est ici ma maison. tu prononces, à mi-voix, sans savoir qu'en lui accordant de l'intérêt, tu ouvres une porte que tu pensais pourtant avoir verrouillée à double tour !

_________________

when you walk away
i count the steps that you take
do you see how much i need you right now?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm on my way
i'm on my way
messages : 22 points : 20
pseudo : worry. (maryane)
avatar : m. bomer
crédits : class whore (avatar) astra (signature) eclipse (icons)
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 12 Juil - 10:43
Tu ne sais pas trop comment réagir. Tu es dans cette ville pour lui, et pourtant, quand tu te retrouves nez à nez devant lui, tu as trop de pensées qui te bouffent. Alors tu souffles, ta jambe tressaute, tu as envie de lui poser mille et une question, tu as envie d'entendre sa voix, il suffit que tu fermes les yeux pour remonter loin, très loin en arrière. Un paradis que tu avais, que tu as perdu quand il est parti. Alors ouais, forcément, la colère est bien trop présente. C'est ici ma maison. Putain, pourquoi ça te provoque un pincement dans le coeur ? Pourquoi cette simple phrase, ces simples mots, sont douloureux ? Non bordel, ce n'est pas ici, sa maison. « Bah ouais, c'est certain que c'est ici que tu es devenu un homme. » Tu es froid, tes mots sortent d'un seul coup sans que tu y réfléchisses sérieusement. Mais l'alcool est déjà dans ton sang, tu n'as pas entièrement décuvé de la précédente soirée, alors tu lèves ta main, on t'en sert un autre, tu le bois rapidement. Bordel, tu te maîtrises, pour ne pas éclater un cerveau contre la table de ce bar, tu te maîtrises, pour ne pas hausser la voix, faire une scène devant des inconnues. Ton poignet dans ta bouche, tu te mords la peau, parce que ça te permet de te maîtriser. C'est un peu con, ouais, mais c'est la seule chose qui te permet de vraiment rester calme. « Me prévenir aussi, c'est trop difficile ? Bordel, mais tu te foutais vraiment de moi depuis le début ! » Tu lui rejettes la faute dessus, tu cherches la petite bête, tu cherches la provocation qui va le faire flancher. Alors ouais, tu te demandes vraiment pourquoi tu as fait ce chemin, pourquoi tu veux autant le récupérer. Il a dû refaire sa vie, et toi, tu dois simplement rester dans tes occupations. Tu lui as tendu la main, mais ce n'était pas assez important, parce que dès qu'il a pu se retourner contre toi, il n'a pas hésité. L'agneau, plus intelligent que le loup.

_________________
❝ but life ain't what it seems ❞
We spend our whole life worrying about the future, making plans for the future, trying to predict the future ... As if knowing ahead could cushion the shock. But the future is constantly changing. The future is the place of our greatest fears, and our wildest hopes. But one thing is certain: when it finally unfolds ... the future is never as imagined.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm in love with you guys
i'm in love with you guys
messages : 1142 points : 80
pseudo : fancy/kenny
avatar : kit h.
crédits : faust. (avatar) saturnienne. (icons)
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 12 Juil - 10:59
coeur qui explose, le goût du sang sur tes lèvres sans pour autant qu'il ne s'y trouve. tu gardes ton calme mais tu ne retiens pas certains spasmes qui éveillent tes jambes, dasaret. parce qu'il est là, bien réel, à côté de toi. tu fais de ton mieux pour ne pas tourner ton visage vers lui mais tes yeux louchent sur sa silhouette qui se dessinent dans le miroir qui vous fait face.. il n'en demeure pas moins beau, jacob. son prénom glace tes articulations, l'impression qu'il te domine toujours, que tu lui appartiens encore. comme s'il avait été l'unique bouée de secours qu'on aie jamais accepté de te lancer, dasaret. tu portes le verre à tes lèvres, parler devient difficile, t'assèche la gorge presque. il répond rapidement bah ouais, c'est certain que c'est ici que tu es devenu un homme. les mots font mal, les mots blessent. il a sans doute raison mais tu refuses de l'admettre. t'as grandi en australie, pratiquement. t'y es devenu quelqu'un, au fond. t'as découvert tes limites, et quand tu les as franchies, t'as fuis pour te réfugier ici, dans un confort qui ne t'a jamais appartenu et qui n'est que superficiel, dasaret. ta vie n'est pas à brooklyn, sans doute. peut-être ferais-tu mieux de partir, de retourner là-bas, d'abandonner tes grandes idées et de te remettre à danser pour de l'argent. me prévenir aussi, c'est trop difficile ? bordel, mais tu te foutais vraiment de moi depuis le début ! ça t'arrache une grimace, même légère. défiguré par le poids des années, des absences et des mensonges. où t'es-tu perdu dasaret ? là-bas ou ici ? la différence est illusoire, la ligne est mince presque invisible. la réalité, le fantasme. tu tournes ton visage vers lui, de guerre lasse. comment tu m'as retrouvé ? une simple question, suivie d'une autre qu'est-ce qui t'a pris tant de temps, jacob ? son prénom que tu soulignes, le sourire qui se dessine subtilement sur tes lèvres. le jeu qui recommence, les yeux qui s'éteignent et le feu qui brûle ta gorge.

_________________

when you walk away
i count the steps that you take
do you see how much i need you right now?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm on my way
i'm on my way
messages : 22 points : 20
pseudo : worry. (maryane)
avatar : m. bomer
crédits : class whore (avatar) astra (signature) eclipse (icons)
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 12 Juil - 16:55
Tu pensais pas que ça allait être douloureux. Dasaret, il est encore plus beau qu'avant. Dasaret, c'est le fantasme de tes nuits depuis qu'il est parti. L'homme a qui tu penses, quand tu te retrouves avec un homme qui lui ressemble. Tu penses à lui, presque tous les jours, parce que ça devient un supplice. Mais tu te prends pris pour un con, tu lui as tendu la main, et lui, il est parti sans te dire merci. Tu es loin d'être rancunier, tu caches c'que tu ressens au plus profond de ton organe vital parce que tu ne veux pas croire en cette connerie. Tu es incapable de foutre des mots, de foutre des explications. Il est parti, tu aurais pu le laisser prendre son envol, le laisser filer mais non, là, tu es pas capable. Tu bois ton scotch, en espérant que ça va être d'un grand soutien, mais non. Puis il complique tout. Il répond à tes questions par des propres questions, tu as envie de t'énerver et encore une fois, tu te retiens. Alors tant pis, ton regard se tourne pour l'observer, tes yeux plongent dans les siens, ton rythme cardiaque augmente et ta main tremble, mais tu t'en fiches. « Autant de temps pour te retrouver ? » Tu demandes, chassant sa propre question, hors de question de lui dire la raison de ta présence ici. Tu lâches un soupir, en fait, tu te rends compte que tu es complètement blessé. Tu es peut-être un petit con, mais tu ne méritais pas de te retrouver seul d'un seul coup. « J'pensais que tu allais rentré. » Tu finis par souffler, un murmure, de la peine qui s'entend dans ta voix masculine, tu quittes ses yeux pour regarder le miroir face à vous. Tu ne peux pas être plus honnête. « Et j'me suis retrouvé comme un con, à devoir refaire une organisation, parce que mon chorégraphe a foutu l'camp. Puis, moi, je m'inquiétais, et putain t'étais juste plus là. » Tu te perds dans les mots, mais l'alcool est une bonne excuse. Tu ne t'es jamais préparé à une rencontre, pour tout avouer, tu n'as jamais imaginé des scénarios. Tu te retrouves d'un seul coup complètement largué. « Tu m'as laissé seul. Alors que j't'ai aidé bordel. » Tu te répètes, mais tu te rends compte que ça sert à rien. Loup qui baisse les bras, tu sors une liasse de billets dans ta poche que tu fous sur le comptoir. Parce que tu n'as rien à foutre ici.

_________________
❝ but life ain't what it seems ❞
We spend our whole life worrying about the future, making plans for the future, trying to predict the future ... As if knowing ahead could cushion the shock. But the future is constantly changing. The future is the place of our greatest fears, and our wildest hopes. But one thing is certain: when it finally unfolds ... the future is never as imagined.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm in love with you guys
i'm in love with you guys
messages : 1142 points : 80
pseudo : fancy/kenny
avatar : kit h.
crédits : faust. (avatar) saturnienne. (icons)
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 13 Juil - 7:06
plaie ouverte qui saigne à nouveau. t'avais fait une croix sur l'homme que tu étais à l'époque, partir n'avait pas été si compliqué que ça ou alors t'avais réussi à camoufler ta peine sous une tonne de faux-semblants, dasaret. revoir ta soeur, retrouver ton pays et retrouver les tiens avait sûrement aider à compenser le manque qui s'était creusé en toi. mais à présent, tu le ressens, à nouveau. en tournant ton visage vers lui, plongeant tes iris dans les siens, tu réalises tout ce qu'il t'a manqué pendant ce temps. tu l'aimais, sans doute un peu trop. relation professionnelle qui avait viré au drame, des espoirs, des envies et des projets.. mais toute cette douleur, celle qui vous trainait vers le bas et qui t'empêchait d'y voir clair. et puis, aujourd'hui, les choses sont différentes.. sans doute trop différente. kira est là, même si t'es pas de très bonne compagnie en ce moment et que tu aurais tendance à l'éviter. alors quelle est sa place, à jacob ? autant de temps pour te retrouver ? question qu'il te retourne, comme si tes interrogations pouvaient le surprendre. t'es parti depuis si longtemps, pourquoi revenir maintenant ? et pourquoi ici ? tu le regardes, sans rien dire, te contentant de porter le verre à tes lèvres pour rafraichir la moiteur de tes paumes. j'pensais que tu allais rentré. et j'me suis retrouvé comme un con, à devoir refaire une organisation, parce que mon chorégraphe a foutu l'camp. puis, moi, je m'inquiétais, et putain t'étais juste plus là. il a détourné son regard, t'en as fait de même. toutes ces choses sont difficile à admettre, pire encore, à entendre. tu soupires, plantant tes yeux au fond de ton verre. t'aurais pu revenir, t'aurais sûrement dû le faire plus tôt.. ta place était là-bas, dasaret, quelque part. dans cet enfer, près de lui. il se lève, pose l'argent sur le comptoir tu m'as laissé seul. alors que j't'ai aidé bordel. et tu sens que déjà tu le perds. sans comprendre pourquoi, ni comment, ton corps réagit plus vite que ta raison. t'attrapes son poignet, contact physique douloureux qui réveille des souvenirs. tes yeux cherchent son regard et tes lèvres s'arquent légèrement. ne pars pas. tu lui dis, doucement. tu te lèves, à ton tour, sans lâcher sa peau. contact familier, presque réconfortant. s'il te plait, reste. tu supplies, d'une petite voix. et s'il fallait qu'on te sauve, une fois encore ? et s'il était exactement ce que tu attendais, dasaret ?

_________________

when you walk away
i count the steps that you take
do you see how much i need you right now?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm on my way
i'm on my way
messages : 22 points : 20
pseudo : worry. (maryane)
avatar : m. bomer
crédits : class whore (avatar) astra (signature) eclipse (icons)
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 13 Juil - 14:47
Il est beau, Dasaret. Il est beau, et tu lui en veux encore plus pour te rendre comme ça. Loup perdu. Tu perds ta confiance, ce masque que tu as imposé parce que tu ne voulais pas montrer que son départ a été douloureux à digérer. Tu as besoin de ses réponses, mais il préfère répondre à une question par une autre, alors c'est difficile. Tu te retrouves complètement larguer. Pourquoi tu es venu ici ? Visiblement, il en a strictement rien à foutre de toi. Il est parti sans te dire au revoir, forcément, c'est que tu n'étais juste personne à ses yeux. Ton corps se crispe, se tend, et quand tu fous les billets sur ce bar, tu es tellement en colère que l'envie de récupérer ta voiture, foncer sans limite, à attendre qu'un camion fonce dans ta voiture, à attendre que ton dos craque sous le coup, que la mort arrive. C'est débile, tu es ridicule, l'alcool parle pour toi. Mais tu ne te sens pas à ta place, pas dans cette ville. Et quand il prend ton poignet, tu fermes les yeux. Un simple geste qui te provoque des frissons, un rythme cardiaque qui augmente, et ton masque tombe. Tu hésites, à retirer avec fureur ta main, à partir, faire exactement comme il a osé te faire sauf que cette fois-ci, lui, il va le savoir que tu es rentré. Mais sa voix. Le supplice. Tu ne supportes pas de faire du mal à une mouche, mais encore moins à Dasaret. Alors tu te retournes. Tes yeux plongent dans les siens. Dasaret, c'est un homme, Dasaret, il te rend dingue. Dasaret, il est tellement beau. Tu secoues la tête. « Alors, explique-moi à quoi ça sert, que je reste hein ? » Le pire dans tout ça, c'est que tu as besoin d'une réponse. Ce n'est pas une question comme ça, ce n'est pas une question débile, tu as besoin qu'il t'explique. « Pourquoi tu es jamais revenu ? » Voix confiante qui baisse peu à peu, mal au coeur, mal au ventre, tu baisses ton regard vers tes pompes, pour oublier la douleur, pour oublier qu'il s'en fiche. S'il te retient, c'est sûrement pour sa conscience, non ? Tu en sais rien, tu ne veux pas y penser. Parce que Dasaret, sans qu'il ne s'en rende compte, il a une certaine emprise. Dasaret, il n'était qu'à toi, et maintenant, tu te retrouves seul.

_________________
❝ but life ain't what it seems ❞
We spend our whole life worrying about the future, making plans for the future, trying to predict the future ... As if knowing ahead could cushion the shock. But the future is constantly changing. The future is the place of our greatest fears, and our wildest hopes. But one thing is certain: when it finally unfolds ... the future is never as imagined.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm in love with you guys
i'm in love with you guys
messages : 1142 points : 80
pseudo : fancy/kenny
avatar : kit h.
crédits : faust. (avatar) saturnienne. (icons)
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 3 Aoû - 10:01
dire que tu ne sais plus sur quel pied danser serait un euphémisme, dasaret. pourtant, à l'époque, t'étais un bon danseur. tout le monde l'ignore, mais tu t'es toujours bien débrouiller. l'effeuillage est une technique compliquée à assimiler, mais pour toi, ça avait été presque trop simple. c'est sans doute pour ça qu'aujourd'hui, la situation te paraîtrait presque surnaturelle. ton ancien patron, ton ancien amant. devant toi, comme s'il avait toujours existé dans ta vie, comme si tout n'avait été qu'une parenthèse qui prenait fin ici, dans ce bar peu fréquenté et à l'extérieur des quartiers dans lesquels tu traînes d'ordinaire. tu le regardes, ta main sur son poignet. le silence est frappant, même s'il ne dure que quelques secondes. il te ramène des années en arrière. et si tout n'avait été qu'une grossière erreur ? là-bas, tu sombrais, mais tu ne faisais de mal à personne. pire encore, t'avais quelqu'un pour t'aider, pour t'aimer. peut-être pas de la manière la plus saine qui soit, mais c'était mieux que rien. ici, t'as rien, dasaret. tes parents détestent l'homme que tu es, la mère de ta fille ne t'aimait pas assez pour rester et ta soeur n'est plus d'un réel soutien depuis longtemps. alors tu le regardes, sans sourire. parce qu'il faut qu'il reste, parce que ton coeur l'ordonne à la place de tes lèvres. parce que les mots te manquent quand les maux font écho dans ton esprit. alors, explique-moi à quoi ça sert, que je reste hein ? pourquoi tu es jamais revenu ? deux questions qui ne trouveront sans doute jamais de réponses logiques, dasaret. t'es parti en quête d'un monde meilleur, comme les américains à l'époque, comme christophe colomb sans doute. sauf que tu t'es rétamé, regarde toi. y a plus rien autour de toi, que des plaines arides où ne poussent pas un arbre, pas une plante. juste.. tu le regardes, sans broncher, tu t'avances un peu. son odeur familière quand tu poses ton visage sur son épaule, fermant alors doucement les yeux. reste, s'il te plait. que tu t'entends lui dire une seconde fois alors que tes bras font le tour de son corps pour venir te lover plus encore contre sa poitrine.

_________________

when you walk away
i count the steps that you take
do you see how much i need you right now?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm on my way
i'm on my way
messages : 22 points : 20
pseudo : worry. (maryane)
avatar : m. bomer
crédits : class whore (avatar) astra (signature) eclipse (icons)
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 3 Aoû - 22:24
Des réponses,, tu en veux, et tu sais très bien que tu ne vas pas en avoir. Dasaret, il est là. Tu l'as cherché et il est enfin en face de toi. T'étais peut-être pas préparé, mentalement, à le revoir. Peut-être que tu aurais dû rester en Australie, tu aurais dû continuer à t'envoyer en l'air avec eux. Ceux qui bossent pour toi. Des marionnettes que tu utilises pour vider tes couilles. Tu aurais fait en sorte de ne pas t'attacher, pour ne pas subir à nouveau tout ça. Parce que bordel, Dasaret il est dans ta tête. Il est beau ; tellement beau. Tu ne veux pas que ça recommence, tu ne veux pas sentir ce vide énorme en toi quand tu vas t'rendre compte qu'il est reparti. Il l'a fait une fois, pourquoi pas deux ? Il doit être bien lui, à New York, pour n'être jamais revenu. Il doit avoir refait sa vie ; peut-être qu'il a réussi à avancer, à avoir eu un plan d'avenir qu't'es pas capable d'avoir. Parce que la liberté à un goût bien trop délicieux. Mais si tu l'aimes, cette liberté, alors pourquoi t'es là Jacob ? La réponse elle te fait peur. Mais dans cette grande ville, c'est dans ce bar que les retrouvailles se font. Et il s'avance, alors ton coeur tambourine dans ta cage thoracique, tellement fort. S'il fait ça, il va t'capturer. S'il fait ça, tu vas t'laisser aller, et tu sais pas si c'est une bonne chose. Tu fermes les yeux. Des mots qui t'font du bien, et tu finis par hocher la tête. Tu sens son corps qui s'colle au tien, tu sens ses bras, alors que les tiens pendent le long de ton corps. T'es foutu, tu l'sais. « Je reste. » Tu finis par répondre, alors que tes bras s'entourent autour de sa taille, alors que tu te laisses tomber dans le vide. « Je suis là, je te le promets. Les choses rentrent dans l'ordre. » Tu murmures alors que tes lèvres s'écrasent sur sa tempe, alors que vous êtes deux cons, debout dans les bras, dans ce bar. « Mais ne pars plus Dasaret. Parce que j'le supporterais pas. » Toujours une intonation basse, une voix calme, alors que t'es pas forcément bien, alors que tu as pas envie d'te réveiller à nouveau sans lui. Pour la première fois depuis très longtemps ; t'es pas serein Jacob. Tu as peur de ce que l'avenir t'réserve, parce que tu t'attends à pire.

_________________
❝ but life ain't what it seems ❞
We spend our whole life worrying about the future, making plans for the future, trying to predict the future ... As if knowing ahead could cushion the shock. But the future is constantly changing. The future is the place of our greatest fears, and our wildest hopes. But one thing is certain: when it finally unfolds ... the future is never as imagined.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm in love with you guys
i'm in love with you guys
messages : 1142 points : 80
pseudo : fancy/kenny
avatar : kit h.
crédits : faust. (avatar) saturnienne. (icons)
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 4 Aoû - 7:06
c'est sans doute plus simple pour toi de te laisser aller à de vieux souvenirs que d'affronter ta triste réalité. oublier un instant ce qu'il t'est arrivé pour te convaincre que t'as jamais quitté l'australie et que l'homme qui est en face de toi est toujours là pour toi, que tu ne l'as jamais abandonné. alors ouais, dasaret, t'es sans doute trop faible pour lutter contre l'envie de le toucher, de le retrouver, et t'es sans doute trop vulnérable pour te dire que tout ça n'est qu'une très mauvaise idée.. tu te glisses contre lui, le suppliant presque de rester. parce que son odeur est familière, parce qu'elle te rappelle ce que tu étais là-bas et ce que tu t'étais sans doute juré de ne plus jamais être. mais au bout du compte, si tu devais faire le bilan, peut-être aurait-il mieux valu que tu restes avec lui plutôt que d'écouter une soeur qui ne peut plus comprendre ce qu'il t'arrive aujourd'hui. il reste stoïque un court instant, avant de t'enlacer à son tour. ses lèvres sur ta tempe, ton coeur qui vrille. je reste. je suis là, je te le promets. les choses rentrent dans l'ordre. et t'as envie d'y croire, aussi bête que ça puisse paraître. parce que t'en as marre de lutter, de te battre pour ta propre survie.. lui, il va prendre soin de toi comme il le faisait autrefois. c'était plus simple de laisser quelqu'un d'autre guider tes pas, finalement. ici, tout n'est que lutte et combats perdus d'avance. mais ne pars plus dasaret. parce que j'le supporterais pas. t'entends la peine, la douleur. tu t'en voudrais presque.. le fourbe arrive à te tirer des sentiments alors que t'es ivre mort, dasaret. le bougre arrive presque à te faire chialer, sur son épaule, en admettant finalement que ton départ l'a affaibli, l'a touché. tu te recules un peu, pour fixer ses yeux un instant. t'y retrouves un sentiment de familiarité étouffant, un véritable refuge, et tu souris à moitié. sans un mot, t'avances ton visage jusqu'au sien et tu plonges sur ses lèvres.. parce qu'elles étaient tout ce qui construisait ton monde, il fut un temps, et qu'aujourd'hui, t'as besoin plus que jamais qu'on t'aide.

_________________

when you walk away
i count the steps that you take
do you see how much i need you right now?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm on my way
i'm on my way
messages : 22 points : 20
pseudo : worry. (maryane)
avatar : m. bomer
crédits : class whore (avatar) astra (signature) eclipse (icons)
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 4 Aoû - 9:38
Est-ce que les choses s'arrangent ? T'es pas certain de ce qu'il va se passer par la suite, t'es pas certain de savoir si tout va bien se terminer, si tout va partir en couille. Tu as peur, ouais. Parce que t'es pas serein, parce que c'est pas n'importe qui en face de toi et que c'est sûrement la personne la plus importante à tes yeux. La personne qui est arrivé là, d'un coup, et qui t'a rendu faible dès l'début. Parce qu'il est là désormais, et quand vos lèvres se touchent, ton coeur rate désormais le combat pour se calmer. Tu l'attires contre toi, ne lâchant même pas ses lèvres parce que tu veux pas d'ça. Tu veux pas foutre une distance qui va te détruire parce que déjà que tu supportais plus la distance, maintenant tu replonges. Maintenant tu coules, et c'est pas forcément la bonne solution mais tant pis. Tu ne lâches plus son corps, tu ne lâches plus ses lèvres, vos langues dansent à la perfection, ton corps se met à frissonner. T'es foutu Jacob ; trop foutu. Et quand tu lâches ses lèvres, quand tu reprends ta respiration, tes yeux sont clos et tu n'as plus envie de les ouvrir. « Emmène moi autre part... » Un supplice, une voix rauque, tes lèvres qui se déposent dans son cou pour goûter à nouveau sa peau, pour goûter à nouveau ce quelque chose qui te rend toujours un peu plus dingue de lui. « Laisse moi te faire l'amour... » Tu murmures dans son oreille, alors que ton corps se met à frissonner un peu plus. T'es dingue de lui ; pour toujours parce qu'il te rend complètement dingue ton Dasaret. Et demain, ouais demain, est un autre jour. Alors pour le moment, tu restes là, tu supplies, tu retouches ses lèvres en les frôlant, en les dévorant.

_________________
❝ but life ain't what it seems ❞
We spend our whole life worrying about the future, making plans for the future, trying to predict the future ... As if knowing ahead could cushion the shock. But the future is constantly changing. The future is the place of our greatest fears, and our wildest hopes. But one thing is certain: when it finally unfolds ... the future is never as imagined.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm in love with you guys
i'm in love with you guys
messages : 1142 points : 80
pseudo : fancy/kenny
avatar : kit h.
crédits : faust. (avatar) saturnienne. (icons)
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 8 Aoû - 14:52
solution de facilité, dasaret. te laisser submerger par une vieille rengaine plutôt que d'affronter les erreurs récentes. reprendre ta vie là où tu l'avais laissé plutôt que de tenter l'impossible pour la remettre sur les rails. t'abandonner à cet homme plutôt que de te confier à cette femme. jacob, kira. tout se mélange, mais tes lèvres plongent déjà et tu retrouves sur les siennes le temple que tu y connaissais. celui que tu avais érigé en australie et dont tu n'avais plus jamais retrouvé les délices depuis. tu souris contre sa bouche, formaté à apprécier, formaté à aimer ça.. comme un vieil album photo qu'on ouvre pour la première fois, qu'on contemple d'un air amusé en sentant son coeur se serrer dans sa poitrine. ses mains sur ton corps, son souffle sur ta bouche et son odeur. tout se mélange, ton corps qui répond présent, qui se dresse contre lui pour ne plus jamais se sentir seul. parce que t'as choisi l'ancien au nouveau, t'as préféré retourner à ces démons qui se délectaient de ta carcasse plutôt que toutes les responsabilités que brooklyn t'imposaient. il se détache, il murmure emmène moi autre part.. et tu souris, sans même détacher ton regard du sien avant qu'il ne plonge sur la peau nue de ton cou. tu lèves les yeux, tu gémis sous le rappel du plaisir qu'il savait déjà te procurer à l'époque. qu'on vous observe t'est égal, ton monde bascule sous le poids de tes mauvaises décisions, encore. tu prends un chemin que tu n'avais plus emprunté depuis des années, sans doute par pur complaisance mais en toute connaissance de cause. laisse moi te faire l'amour.. qu'il grogne contre toi, tu ne réponds rien, pas de suite. en seras-tu seulement encore capable ? n'as-tu pas oublié ce que ça impliquait ? tomber entre ses griffes, c'est te faire à nouveau brutaliser.. mais avec délectation. tu te détaches, tu prends sa main, tu l'entraînes à l'extérieur du bar. chez toi. tu dis, alors qu'un taxi s'arrête à votre hauteur. t'es pas prêt à affronter cette utopie dans un appartement bien réelle. tu préfères la moiteur des draps d'un hotel cinq étoiles - puisqu'il aimait déjà le luxe autrefois - à l'odeur triste de tes propres draps. tu t'installes sur la banquette arrière, attendant qu'il te rejoigne et t'emmène dans la nuit.

_________________

when you walk away
i count the steps that you take
do you see how much i need you right now?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm on my way
i'm on my way
messages : 22 points : 20
pseudo : worry. (maryane)
avatar : m. bomer
crédits : class whore (avatar) astra (signature) eclipse (icons)
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 10 Aoû - 9:32
Le passé revient d'un seul coup ; il te provoque des frissons tant c'est agréable bordel. Tu le retrouves, ton Dasaret. Tu le retrouves pour le garder contre toi ; un goût de "pour toujours" alors que t'es loin d'être capable de dire comment demain la vie sera faîte. Il attrape ta main, l'air froid qui caresse ton visage, un sourire aux lèvres alors que tu as ton coeur qui bat tellement fort que tu as l'impression de voir des étoiles. Alors ce sera chez toi ; dans ta chambre d'hôtel qui n'attend plus que vos corps dans ton lit, une boule dans l'estomac avec les papillons qui dansent à l'intérieur. Tu es complètement faible face à lui. Il entre dans le taxi, tu le rejoins directement en donnant l'adresse de ton hôtel au chauffeur. Et tes lèvres retrouvent les siennes, et ta main caresse sa jambe tout en étant au courant qu'elle s'aventure dans un terrain bien trop risquer. Mais tu ne vas pas plus lien, tu préfères le chauffer dans ce taxi et lui faire l'amour quand vous serez chez toi. Tu veux vraiment faire les choses bien, cette fois. « T'es toujours aussi beau, Dasaret. » Tu murmures en foutant une proximité entre vos lèvres, alors que ta main se pose sur son entre-jambe sans jamais entamer ne serais-ce qu'une rapide caresse. Rien du tout, ouais. « Tu m'as tellement manqué bordel. » Un coeur fragile qui s'ouvre, encore et encore, juste pour lui montrer à quel point il est important pour toi.

_________________
❝ but life ain't what it seems ❞
We spend our whole life worrying about the future, making plans for the future, trying to predict the future ... As if knowing ahead could cushion the shock. But the future is constantly changing. The future is the place of our greatest fears, and our wildest hopes. But one thing is certain: when it finally unfolds ... the future is never as imagined.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm in love with you guys
i'm in love with you guys
messages : 1142 points : 80
pseudo : fancy/kenny
avatar : kit h.
crédits : faust. (avatar) saturnienne. (icons)
Voir le profil de l'utilisateur
Aujourd'hui à 7:51
le taxi s'éloigne et sur le trottoir, tu jurerais avoir vu kira qui te faisait signe de la main.. hallucinations, sans doute. mais pourtant, bien réelle. là, au creux de ta poitrine. c'est comme si tu tirais déjà un trait sur ta vie ici pour te plonger à nouveau dans celle que tu avais autrefois. à tes côtés, un homme. par n'importe lequel, le seul qui n'a jamais su lire en toi et qui a jamais su t'aimer, dasaret. tu trembles, un peu. bonne ou mauvaise décision ? t'en sais rien, tu veux pas savoir. tu cherches pas, pas plus loin. kira est loin, kira disparaît et toi, tu t'enfonces. les marécages sont profonds, les ténèbres aussi. aucun retour en arrière possible lorsque la porte du taxi se ferme, le voyage commence à peine et ton corps réagit aux caresses de ton interlocuteur. t'es toujours aussi beau, dasaret. sa voix qui raisonne comme un écho, un lointain souvenir. tu souris, en posant tes yeux dans les siens. t'es trop bourré pour te rendre compte de ce que tu fais, quand tu poses ta main sur sa cuisse sans le lâcher un instant du regard. finalement, c'est pas plus mal.. c'est différent, mais c'est bon. tu m'as tellement manqué bordel. nouveau sourire, un peu plus grand. il est sincère, tu le devines, tu le sais. le taxi s'arrête, tu ouvres la porte. si tu lui as pas répondu, c'est sans doute par pudeur.. ou peut-être que la réciproque n'est pas vraie. combien de fois as-tu pensé à lui depuis que tu es ici ? t'en sais rien. te voilà au pied d'un hôtel, avec jacob. montons. tu dis, en levant les yeux. t'as envie de lui, envie de vous, envie de tout. tu veux disparaître de cette vie pour t'oublier dans la sienne. voir ton reflet dans ses yeux et tourner la page sur tout ce qui a pu t'anéantir ici. à choisir entre ta vie de streap teaseur et celle de père célibataire et abandonné, tu préfères encore choisir l'australie. tu grimpes les étages, derrière lui, ta main dans la sienne. simple rappel. l'enfer est si bon, dasaret.

_________________

when you walk away
i count the steps that you take
do you see how much i need you right now?
Revenir en haut Aller en bas
 
porte ouverte, fenêtre close. (jasaret)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Journée porte ouverte au 3ème RAMa ce week end
» porte ouverte au 132 ieme a suippes
» Porte bébé : "Close Baby carrier" et mei taï
» Réunion : Porte ouverte Zeebrugge 11 et 12 juillet 2009
» intro aux Portes Ouvertes par l'amiral Robijns

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BROOKLYN ON THE ROCKS ::  :: get to the right :: east new york-
Sauter vers: