AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

a thousand times to say sorry (valeech)

i'm the king, can't taste it
avatar
i'm the king, can't taste it
messages : 1625 points : 0
pseudo : caca (step aside)
avatar : harvey n. hayden.
crédits : (ava) bonnie (sign) tumblr, self.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 8 Juil - 20:35
moe est revenue, t’as envoyé les derniers papiers, t’as commencé tes trois semaines de vacances et t’as réfléchi. quelques heures te séparent de ton départ, pourtant l’adresse que t’as donné alba n’était pas très loin. t’as pris ton temps, vraiment. t’es passé cherché une bouteille de vin, mais savoir si tu devais prendre du blanc, du rouge ou alors un rosé ; t’as pris beaucoup de temps. t’es bien resté trois quart d’heures dans le magasin, à demander des conseils et même à goûter ce qu’ils avaient de frais à proposer. après quelques minutes d’excuses, t’as pris une bouteille de blanc sec. tu n’es même pas sûr de l’aimer, mais tu sais que ça importe peu – finalement. en marchant dans la rue, tu t’es aussi arrêté dans plusieurs boutiques, tentant de trouver ce qu’elle pourrait aimer. un cadeau pour te faire pardonner ? c’est bien ce que t’aimerais faire passer comme message. tu connais cependant bien vale, depuis le temps, et tu doutes que ça passe aussi facilement. t’es parti vers dix-neuf heures, mais voilà que le soleil tombe. tu lèves la tête, trouvant la lune encore visible dans le ciel qui devient rose. tu souffles, fort et tu sens ta chemise se serrer sur ton corps. il fait chaud en ce moment, mais ce que tu ne peux pas nier, c’est que tu n’es pas pressé. pas pressé de te faire engueuler, pas pressé de lui courir après. ce sont les vacances, et tu n’as juste pas envie d’être seul. ça ne peut hélas pas suffir pour une femme que t’as mis de côté pendant plusieurs semaines. t’es pas de ce genre, toi. t’as jamais du courir après les femmes parce que tu avais la tienne. mais gaby est partie. gaby ne reviendra pas. tu l’as compris maintenant. tu prends donc la bonne rue, jetant un coup d’œil à ton portable pour t’assurer que c’est bien la bonne rue. alba t’a bien aidé sur ce coup. tu ne pensais d’ailleurs pas qu’elle te donnerait si facilement l’adresse de l’appartement de vale. il semblerait que cette blonde soit de ton côté, plutôt que de celui du caractère fort de vale. quelques numéros s’enchaînent et tu trouves le bon. t’attends que la nuit tombe pour sonner à l’interphone. quelqu’un t’ouvres, tu ne sais même pas si c’est elle. tu montes les deux étages qu’on t’a indiqués, et tu frappes à la porte. pour le coup, tu n’as pas attendu. tu sais que tu n’aurais jamais frappé sinon, passant la nuit devant avec tes petits cadeaux et ta bouteille beaucoup moins fraiche. t’attends, le cœur battant à tout rompre. tu ne sais pas comment elle va t’accueillir et tu n’es pas sûre d’avoir envie de le savoir. tu dois sourire ? peut-être pas. tu dois la supplier ? t’as pas envie. t’excuser ? ce n’est pas non plus ce que tu souhaites, pour ce soir. mais c’est sûrement ce que vale veut. et t’as envie de lui faire plaisir, malgré toi.

_________________
    mais t'étais où pendant tout ce temps, t'as fait quoi sans moi ? et tu penses à ce que j'aurai aimé te dire pendant tous ces mois ? j'ai vécu, moi.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the queen, can't taste it
avatar
i'm the queen, can't taste it
messages : 918 points : 35
pseudo : princesse sarah.
avatar : cassie amato.
crédits : ultraviolences, tumblr.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 8 Juil - 21:28
le soir, tu t'enfermes ici. c'est mieux comme ça. ça t'empêche de faire n'importe quoi. tu t'ennuies trop rapidement. alors tu prends ton téléphone et tu dépenses ton argent dans du vent qui essaye de te rassurer malgré tout. t'aimes bien faire ça, le portable coincé entre l'épaule et l'oreille en train de faire mijoter un nouveau plat que tu n'avais encore jamais testé. tu testes tout vale. le frigo est rempli de reste. t'es pas assez à toi toute seule mais tu cuisines quand même, tous les soirs. ça te fait du bien, ça t'empêche de penser à autre chose. à lui surtout. tu fermes un placard du talon alors que tu racontes ta vie à autre bout du fil. pas besoin de te donner des prédictions, tu les fais toi-même sans même t'en rendre compte. bavarde comme pas deux, son interlocuteur n'a plus qu'à t'écouter et approuver de temps à autres. et tu payes pour ça ! t'en as rien à faire. c'est mieux que des copines, ça répond toujours dans ton sens. la colère ne descend pas. t'as pas essayé de faire n'importe quoi, t'as même tout fait pour ne surtout pas recroiser un homme de près ou de loin. il te manque et tu détestes ça. surtout quand tu l'imagines déjà partir pour aller chercher sa blonde. parfois, tu lui souhaites qu'elle le quitte comme une sale merde pour pouvoir avoir raison ! puis tu te rends compte que tu l'aimes assez pour vouloir seulement son bonheur. la nature de ton amour, tu ne la comprends pas. et tu n'essayes même pas. parce qu'elle attise encore plus l'animosité que tu ressens lorsque son prénom s'échappe de sa prison dans ton esprit. lorsqu'on frappe, le téléphone tombe et tu te brûles dans la même cadence. tu fulmines alors que tu éteins le feu sous la casserole et la communication sur ton téléphone à l'écran désormais brisé. tu souffles. est-ce que le monde pourrait arrêter de te rappeler que tu as dû être une terrible personne pour subir tout ce que tu vis en ce moment ?! tu t'éloignes de la cuisine en bordel pour aller ouvrir. t'es passablement énervée, et complètement surprise lorsque tu ouvres la bouche pour gueuler avant de te rendre compte que tu t'attendais à à peu près tout sauf de le voir maintenant. la réflexion est terminée donc ? sa décision est prise ? t'espères que gaby apprécie réellement d'avoir un homme pareil qui l'attend toujours. t'en connais des centaines qui auraient pris la fuite au deuxième mois d'absence. tu soupires. tu secoues la tête. t'es pas d'humeur. qu'est-ce que tu veux ? tu demandes, t'as besoin de mettre ton doigt sous l'eau tout de suite, ça ne devrait pas être long de t'annoncer qu'il est désolé et que gaby sera toujours la seule et unique dans son coeur, dans sa tête, dans sa vie. tu pourrais déjà refermer la porte et reprendre ta vie sereinement, c'est comme si tu connaissais les mots par coeur avant même qu'il ne les ait prononcé.

_________________

pretty boys don't have the thing that i need,
but they don't know they don't.  
Revenir en haut Aller en bas
i'm the king, can't taste it
avatar
i'm the king, can't taste it
messages : 1625 points : 0
pseudo : caca (step aside)
avatar : harvey n. hayden.
crédits : (ava) bonnie (sign) tumblr, self.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 8 Juil - 22:04
tu ne sais pas ce qu’elle va dire, et t’as peur qu’elle hurle. vale n’a jamais été quelqu’un de calme et t’as bien vu lorsque tu lui as demandé de partir qu’elle t’en voudrait encore longtemps. ce que tu as fait pour ça ? demander un peu de temps pour réfléchir à ta vie et faire le bon choix. tu t'en serais voulu de l’embrasser de nouveau alors que tu ne savais pas ce que tu étais. que tu ne pouvais pas mettre de nom sur votre relation. vale ne le comprend pas, mais tu supposes qu’elle finira par ouvrir les yeux. cette femme est loin d’être idiote, et c’est bien pour ça que tu l’apprécies autant aujourd’hui. tu t’arrêtes donc devant la porte, sonnant tout de suite pour t’assurer de ne pas t’arrêter en chemin. tu entends les pas à l’intérieur, et tu écoutes pour savoir si elle est seule. heureusement, elle a l’air de l’être. ça te réchauffe le cœur, soudain. t’aurais détesté qu’elle ait un autre homme contre elle, alors que tu ne l’as laissé que quelques semaines. elle ouvre enfin, et tu lis la surprise sur son visage. tu ne réagis pas, attendant de voir si elle sourit. si elle est heureuse de te voir, mais au contraire ; vale se referme sur elle-même et laisse vos retrouvailles heureuses se terminer dans un souffle. qu'est-ce que tu veux ? elle demande, sur un ton qui te donne envie de souffler. tu prends ton mal en patience et tu sors la bouteille de vin, la tendant vers elle. lorsque tu relèves la porte, elle est à l’intérieur de l’appartement. j’ai apporté du vin. tu dis malgré tout, entrant pour fermer la porte derrière toi. apparemment, elle s’est fait mal au doigt. tu ne comprends pas bien comment, ou pourquoi. tu remarques juste que l’appartement est laid, et dérangé. ça te met mal à l’aise, t’as envie de tout ranger. toi qui est maniaque, c’est comme être en haut d’une tour pour ceux qui ont le vertige et un claustrophobe coincé dans un ascenseur. j’avais envie de te voir .. tu dis, ne la regardant même pas. elle est loin de toute façon, elle fait autre chose. et toi, t’es absorbé par ce qu’il se passe autour de toi et tu tentes de te résoudre à ne pas prendre chaque affaire pour les ranger, et chaque assiette pour la laver. tu ne la regardes qu’à la fin, tentant de lui faire comprendre ce qu’il se passe dans ton cœur. tentant de lui montrer que t’as réfléchi, et que t’as trouvé la meilleur solution pour toi. égoïstement.

_________________
    mais t'étais où pendant tout ce temps, t'as fait quoi sans moi ? et tu penses à ce que j'aurai aimé te dire pendant tous ces mois ? j'ai vécu, moi.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the queen, can't taste it
avatar
i'm the queen, can't taste it
messages : 918 points : 35
pseudo : princesse sarah.
avatar : cassie amato.
crédits : ultraviolences, tumblr.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 9 Juil - 1:26
il n'a pas choisi le bon moment. avant, t'aurais été heureuse de le voir. t'aurais pensé que c'était ton souffle d'air frais dans une journée passablement pourrie mais... rien n'est plus comme avant. beech représente l'un des problèmes qui rendent ta vie difficile ces derniers temps... tu paniques un peu, t'étais pas prête. ça te rend presque méchante sur le coup. tu n'avais même pas vu la bouteille qu'il est en train de te tendre déjà. qu'est-ce qu'il veut ? il est beau. trop beau. t'as pas envie de le voir. ou t'as trop envie de le voir. il entre, il est déjà chez lui. tu préférerais retourner dans son appartement d'ailleurs. c'était mieux. tu te sentais plus chez toi qu'ici... mais tu n'as plus ta place là-bas et tu n'oseras plus tenter de t'imposer dans sa vie de cette manière, pas quand c'est toi qui en pâti par derrière. j’ai apporté du vin. est-ce seulement une bonne idée ? boire alors que tu vas mal. seulement cette fois... il est là. tu ne sais pas comment tu te sens à cette simple idée. tu le regardes de loin, depuis le robinet de la cuisine que tu ouvres au dessus de ton doigt brûlé par la casserole. t'as mis le bazar partout, tu ne peux pas mentir. t'es comme ça, bordélique. tu faisais des efforts quand tu logeais chez lui car tu sais qu'il n'aime pas ça. aujourd'hui, t'es seule, t'en as rien à foutre et t'en as même pas honte. s'il a quelque chose à redire... il n'avait qu'à te retenir lorsque tu es partie. d'ailleurs... t'es jamais retournée chercher le reste de tes affaires. t'aurais eu trop peur de tomber sur lui. j’avais envie de te voir .. il dit, pour la centième fois. t'en as l'impression. tu soupires. tu fais claquer les portes après avoir pris des verres dans un placard qui ne t'appartient pas. t'es sûr ? tu lui demandes, quelque peu sur la défensive. t'as plus l'intention d'être sympa avec lui, après tout, t'as essayé et visiblement ça ne fonctionne pas. non parce que j'ai l'impression que chaque fois que tu as envie de me voir, c'est quelqu'un d'autre que tu veux voir en réalité. tu lances, sans mâcher les mots qui sortent de ta bouche. et cette réalité, tu n'as plus envie d'y faire face. si c'est gaby qu'il veut voir... si t'es juste une roue de secours parce qu'il ne peut pas avoir ce qu'il veut... t'as même pas envie de le savoir. tu préfères qu'il s'en aille maintenant pour que tu puisses guérir loin de lui. t'as envie que ce soit vrai... réellement. tu ne demandes que ça. tu te languis de lui, chaque jour un peu plus. mais... c'est bien lui qui t'a dit de te respecter et de ne plus accepter n'importe quoi. t'avais confiance en lui et en son jugement. t'es plus certaine après vécu ces moments avec lui. même si c'était beau, et bon. et que si tu te trouves là aujourd'hui, en face de lui, énervée, c'est sûrement parce qu'au fond de toi, t'as envie de plus. pour une fois...

_________________

pretty boys don't have the thing that i need,
but they don't know they don't.  
Revenir en haut Aller en bas
i'm the king, can't taste it
avatar
i'm the king, can't taste it
messages : 1625 points : 0
pseudo : caca (step aside)
avatar : harvey n. hayden.
crédits : (ava) bonnie (sign) tumblr, self.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 9 Juil - 9:12
t’as l’impression de revenir chez ta mère, ayant fait une grosse connerie. t’as pourtant apporté de quoi te faire pardonner, et t’es venu par toi-même. jusqu’à quelques jours plus tôt, tu ne savais pas encore si t’allais le faire. un soir, t’as écrit une longue lettre à gaby sans même avoir pensé à l’envoyer. tu l’as laissé sur la table de chez toi, espérant qu’elle rentre pendant ton absence et qu’elle l’y trouve. c’est sûrement pas la meilleure façon de faire, tu aurais peut-être dû l’appeler. mais va-t-elle répondre ? sûrement pas. et tu n’aurais pas supporté un nouveau silence. tu poses donc la bouteille sur la table, soufflant légèrement sur l’état de l’appartement. tu ne sais même pas où te mettre, et tu sens le mal-être monter. tant face à vale qui te fait clairement la gueule, que face à ce désordre que tu ne supportes pas. est-ce que t’es fait pour être avec une femme comme ça, beech ? est-ce que c’est normal que te sentes aussi mal alors que t’étais sensé retrouver l’amour ? que t’étais sensé lui dire ce que tu ressens, et faire un choix ? t’as peur que ce ne soit pas le bon, de nouveau. son visage si fermé ne te donne pas envie de la retrouver, tu commences même à réaliser que ce n’était pas une bonne idée de venir. tes yeux sur son visage, tu tentes une nouvelle fois de la rendre jolie, de lui faire plaisir. mais elle te rétorque des mots qui te déchirent le cœur. t'es sûr ? elle demande, sans même se préoccuper de ce que tu penses et de ce que tu ressens. vale pense par son cœur, par sa tête vexée. mais t’as une vie, et tu n’as pas pu la choisir plus vite. peut-être devrait-elle grandir un peu ? accepter que la vie n’est pas aussi facile qu’un simple oui, ou un non bref. t’as un passé qu’il ne faut pas oublier. t’as toujours été droit dans tes bottes, tu ne vas sûrement pas commencé maintenant à devenir un homme que tu n’es pas. non parce que j'ai l'impression que chaque fois que tu as envie de me voir, c'est quelqu'un d'autre que tu veux voir en réalité. tu restes figé dans son regard, et tu ne comprends pas sa méchanceté. tu te recules alors, reprenant la bouteille par réflexe. t’as raison. c’était pas une bonne idée. et tu marches à reculons jusqu’à la porte, quittant enfin son regard pour te retourner et ouvrir la porte. tu ne veux pas être cet homme qui fait un effort, et qui se voit couper dans son élan. tu ne veux pas que tes choix soient critiqués alors que tu fais les choses bien. tant pis. ce n’était sûrement pas le bon moment. t’ouvres la porte et tu sors, descendant les marches, hochant la tête de fatigue et de désinvolture.

_________________
    mais t'étais où pendant tout ce temps, t'as fait quoi sans moi ? et tu penses à ce que j'aurai aimé te dire pendant tous ces mois ? j'ai vécu, moi.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the queen, can't taste it
avatar
i'm the queen, can't taste it
messages : 918 points : 35
pseudo : princesse sarah.
avatar : cassie amato.
crédits : ultraviolences, tumblr.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 9 Juil - 10:19
trop blessée pour te rendre compte que tu es en train de faire une erreur. on t'avait jamais dit non avant... on ne t'avait jamais mise de côté et surtout, t'avais jamais eu l'impression d'être moins importante que quelqu'un d'autre. t'as toujours admiré beech pour sa passion et cette fidélité dont tu ne voulais prendre exemple. t'as essayé quelque temps de te ranger sur le côté, pour voir... juste pour voir. t'as passé trop de temps avec lui. t'en as appris trop, c'était normal. tu pensais que c'était toi qui faisait tous les choix mais.. il était seulement en train de t'apprivoiser. quand tu t'es retrouvée là, devant cette femme, devant cette enfant, à devoir jouer la personne qui serait là pour eux... t'aurais dû t'en rendre compte... aujourd'hui, t'es déçue. tu te sens mal. t'aimerais serrer tes bras autour de lui et tout oublier mais... t'as eu encore plus mal lorsque tu es partie. t'as plus jamais envie de te sentir de cette manière. t'as juste oublié que... s'il était là, c'est sans doute parce que le temps t'a donné la chance de pouvoir vivre ton tour, enfin... t'es obnubilée par elle. c'est toi qui ne réfléchit que de cette manière. la bouteille de vin... sa présence... pourquoi t'en profites pas pour lui prouver qu'il devrait te laisser une chance simplement... tu le regardes avec les yeux plissés, le coeur battant. tu t'attends à des choses qui ne viendront pas d'elles-mêmes. beech n'est pas comme ça. pourquoi changerait-il ? c'est parce qu'il n'est pas comme les autres que tu l'aimes. t’as raison. c’était pas une bonne idée. la bouteille qu'il reprend, la distance qu'il glisse entre vous. t'ouvres la bouche mais... tu le laisses faire, désemparée. tu ne veux pas que ça se finisse comme ça. il semble déçu et blessé. comme toi. t'es trop exigeante. tu ne l'as jamais été avant. pourquoi avec lui ? tu clignes des yeux et tu ne le vois plus, déjà. c'est vite, que tu dois te décider. t'as envie de savoir, malgré tout. prendre ta chance si elle est là, ou... accepter (difficilement) de n'être jamais personne d'autre pour lui. t'avances trop lentement. pas mécaniques jusqu'à la porte. beech ! tu cries dans la cage d'escalier. il n'a pas le droit de te laisser seule, encore une fois. tu te sens mal lorsque tu ne lui parles plus. t'as besoin de lui. l'explosion dans ton appartement de location en est la preuve la plus évidente... tu descends les marches, plus vite, laissant l'appartement en plan, la porte grande ouverte. tu t'arrêtes brusquement, observant sa nuque à une distance sécurisante. je suis désolée. tu me manques. tu dis trop vite. t'as envie de te jeter sur lui pour le prendre dans tes bras. le désespoir, tu le lances comme une encre en espérant l'emporter avec toi. tu n'as pas envie de tout gâcher par orgueil, même si tu lui en veux et que tu voudrais qu'il ne soit pas là pour te briser le coeur à nouveau...

_________________

pretty boys don't have the thing that i need,
but they don't know they don't.  
Revenir en haut Aller en bas
i'm the king, can't taste it
avatar
i'm the king, can't taste it
messages : 1625 points : 0
pseudo : caca (step aside)
avatar : harvey n. hayden.
crédits : (ava) bonnie (sign) tumblr, self.
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 21 Juil - 21:31
tu comprends qu’elle t’en veuille, et tu t’y attendais. vale est rancunière, et tu le vois un peu plus par chaque étape de votre relation. tu la regardes donc une dernière fois avant de tourner les talons, lui donnant raison sur sa façon de faire, sur ce qu’elle te dit. pourquoi t’es là, beech ? pourquoi est-ce que t’as besoin d’elle ? tu ne peux pas gérer tes problèmes tout seul ? mais est-ce vraiment pour tes problèmes que tu t’es approché d’elle, que tu t’es retrouvé face à elle ce soir ? tu supposes que non. t’avais juste besoin de voir son visage, besoin d’entendre sa voix et besoin de regarder ses yeux briller lorsqu’elle est heureuse d’être avec toi. sauf que ce n’est pas comme ça qu’elle a réagi, vale. au contraire. elle s’est refermée pendant le temps de séparation, elle est restée dans ses retranchements. elle a sûrement raison, t’es allé trop loin et tu reviens trop vite. les marches défilent sous tes pieds lentement, t’as envie qu’elle sorte pour te retenir mais tu n’es pas sûr qu’elle le fasse. vale est une femme bien plus compliquée, et elle te réserve encore beaucoup de surprises. tu n’en doutes pas. toi qui pensais que gaby était capricieuse et caractérielle, tu tombes sur le même genre de femmes à travers vale. tu devais faire dans la simplicité, mais ça te colle à la peau. tu descends encore une marche, une main dans tes cheveux et contre ton visage qui souffre. la pression te rend nerveux, et tu te grattes les sourcils pour faire passer le mauvais moment que tu passes ce soir. être revenu, pour repartir sans rien. sans même un regard doux, sans même un sourire. juste quelques mots bien trop durs, que tu n’arrives pas à supporter. t’entends la porte, tu sens la présence de vale. elle te suit, elle s’approche ? alors c’était juste pour grogner, sans pour autant le penser ? t’en as l’impression. instinctivement, tu te retournes sur ses mots. beech ! tu hoches la tête, premier de la classe qui répond au caractère fort d’une camarade. c’est l’effet que les femmes ont sur toi, et tu n’as jamais su le défaire. elevé par ta mère, sans aucun doute. serait-elle fière de toi ? t’en sais rien. et y penser maintenant n’aide pas ton visage à s’ouvrir face à vale, en haut des escaliers. tu montes, bêtement. t’as pas envie de partir, sûrement pas si elle accepte de te parler et de revenir. je suis désolée. tu me manques. elle ajoute alors, et t’arrives enfin à sourire. les prochaines marches se font plus rapidement jusqu’à ce que ton corps heurte le sien. tu la prends par les hanches et tu la serres contre toi. c’est possible qu’elle ne touche même pas le sol, tu t’en fous. tu retrouves son odeur, sa douceur et ton sourire. tu me manques aussi. tu avoues, à demi-mot. t’aimes pas avouer tes sentiments face à vale, t’as l’impression qu’ils se retourneront tous contre toi. mais tant pis. t’as l’impression que c’est ce qu’elle veut entendre, pour une fois.

_________________
    mais t'étais où pendant tout ce temps, t'as fait quoi sans moi ? et tu penses à ce que j'aurai aimé te dire pendant tous ces mois ? j'ai vécu, moi.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the queen, can't taste it
avatar
i'm the queen, can't taste it
messages : 918 points : 35
pseudo : princesse sarah.
avatar : cassie amato.
crédits : ultraviolences, tumblr.
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 21 Juil - 22:27
t'as ouvert les voies. dans quelques secondes, tout prendra un tournant différent. parce qu'il pourrait juste repartir hein ? il ferait mieux dans un sens. t'es un bordel ambulant. et t'es sûrement pas la personne qu'il lui faut. mais tu ne peux pas contrôler ce que tu fais quand t'es avec lui. encore moins quand c'est lui qui vient à toi après tant de temps passé à le maudire dans ton coin. il remonte déjà beech. tu ne comprends pas ce qu'il se passe. ça va trop vite. mais tu prends, chaque seconde qui le sépare de toi. il sourit. ça t'encourage, ça t'aide à te dire que t'as pas tout gâché finalement. peut-être que t'as gagné, au moins un peu... ton coeur bat si vite dans ta poitrine. t'as l'impression de respirer autrement dès l'instant où son corps entre en contact avec le tien. tes bras, autour de son cou, tu le serres, si fort. pour tout ce qu'il t'a manqué. c'est intense. tu le sens toi. comment pourrait-il ne pas ressentir ce qui te tue, à l'intérieur ? est-ce qu'il pense seulement encore à gaby lorsqu'il est contre toi ? t'as envie de te dire que non... alba te l'a dit. il faut que tu essaies, quitte à finir brisée. t'as pas envie d'envisager l'idée de souffrir à cause de lui mais... t'en as besoin. tu veux l'aimer. tu veux essayer d'être quelqu'un d'autre pour lui, de devenir la meilleure version de toi-même. son odeur t'enivre si rapidement que la tête te tourne. tu le serres sans doute trop fort mais tu t'en fiches. il t'a trop manqué. tu me manques aussi. tu serres les paupières, ça semble si important pour toi. ton cœur sursaute. tu souris. et tu ris un peu, dans son cou. ça te suffit, pour l'instant, t'imagines. t'essayeras de t'en contenter si c'est tout ce qu'il est capable de te donner. tu penches la tête pour déposer un baiser sur la peau de son cou. tu soupires. tu ne sais pas exactement ce que ça veut dire pour la suite mais... ça ne t'importe que peu, tu t'écartes un peu, sans le quitter, glissant tes mains dans sa nuque. tu veux bien remonter ? tu demandes. tes yeux dans les siens. tu souris un peu. t'as envie de l'embrasser encore mais tu doutes d'avoir encore le droit de faire ce genre de chose. t'as envie de le laisser faire et de te laisser guider par son rythme. tes copines pour conseillères. t'as pas réussi à t'en sortir jusque là vale... il est sans doute temps que tu te fies un peu aux autres, celles qui ont vu l'amour d'un peu plus près. on pourrait ouvrir la bouteille que t'as emmené et... discuter. tu proposes. plus sage que tu ne l'as jamais été devant lui. tu ne veux pas faire d'erreur. tu veux juste être prête, pour le moment où son cœur battra en symbiose avec le tien, enfin.

_________________

pretty boys don't have the thing that i need,
but they don't know they don't.  
Revenir en haut Aller en bas
i'm the king, can't taste it
avatar
i'm the king, can't taste it
messages : 1625 points : 0
pseudo : caca (step aside)
avatar : harvey n. hayden.
crédits : (ava) bonnie (sign) tumblr, self.
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 21 Juil - 22:56
il est parfois bien compliqué de comprendre l’humain. tant la femme que l’homme, tant l’enfant que l’adulte, tant le travailleur acharné que le flemmard habitué. chaque être humain est unique, et réagit à sa manière face aux situations que la vie inflige. il peut crier, pleurer, avoir peur, se reculer, se renfermer, trouver des solutions ou fuir les conséquences. il peut aussi se jeter la tête la première dans une eau qu’il ne connait pas, trouver les bons mots pour apprécier le moment et sourire à une vie qu’il n’est possible de vivre qu’une seule fois. l’humain est fort, bien plus que quiconque le pense. mais l’humain a aussi ses failles, qu’il n’arrive pas à chasser. lorsque tu te retrouves face à une situation inconfortable, tu fuis. tu fuis le résultat, la discussion, la confrontation ou encore les bonnes réponses. tu prends ton temps, et tu restes plein de questions dans l’espoir d’un jour elles s’effacent sans avoir besoin d’y répondre. c’est ce que tu fais avec gaby depuis maintenant deux ans. tu évites de lui demander si c’est terminé entre vous, pour espérer ne jamais voir la fin de votre histoire arriver. c’est aussi ce que tu as fait, en laissant vale partir ce dernier soir. t’as préféré rester seul pour réfléchir, plutôt que de la retenir et de lui offrir tout ce que tu sais au fond, t’as envie. les résultats sont compliqués et il n’est pas toujours très évident d’avoir la bonne méthode, parce qu’il n’y en a pas. tu laisses le sourire monter sur ton visage, et tu serres vale contre toi lorsqu’elle te donne une seconde chance. tu sens son baiser dans ton cou, et tu savoures le plaisir de cette sensation. peut-être que le résultat est là, aussi. peut-être qu'il est possible de se concentrer sur les bons moments, plutôt que de ne voir que les mauvais qui s'enchaînent, qui se suivent et qui n’ont pas de résultats convainquant. peut-être que le bonheur est juste un peu plus loin, derrière la barrière que tu mets entre les gens et toi. tu veux bien remonter ? vale s’est éloignée et tu plonges ton regard dans le sien. tu lis de nouveau ce que tu veux voir, et tu ne regrettes pas d’avoir insisté et d’être revenu. tu serres sa main dans la tiennes, doigts emmélés. on pourrait ouvrir la bouteille que t'as emmené et... discuter. tu hoches la tête. tout ce que tu veux, vale .. mais .. elle commençait à monter quelques marches, les dernières qui vous séparent sûrement d’une nouvelle étape de votre relation mais tu l’arrêtes en chemin. tu serres sa main, elle se retourne pour retrouver ton regard. promets-moi juste de me laisser une chance, d’accord ? tu ne veux pas qu’elle se braque, tu ne veux pas qu’elle se perde dans l’envie d’hurler contre tes attitudes. tu veux qu’elle te laisse être toi-même, juste le temps de trouver les bons mots. tu veux avoir le bénéfice du doute, tu veux une chance de t’en sortir et de la rendre heureuse. comme t’as su le faire, il y a quelques secondes.

_________________
    mais t'étais où pendant tout ce temps, t'as fait quoi sans moi ? et tu penses à ce que j'aurai aimé te dire pendant tous ces mois ? j'ai vécu, moi.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the queen, can't taste it
avatar
i'm the queen, can't taste it
messages : 918 points : 35
pseudo : princesse sarah.
avatar : cassie amato.
crédits : ultraviolences, tumblr.
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 21 Juil - 23:31
t'as juste envie d'oublier pour toujours et de vivre ça comme il le faudrait. comme ça vient. comme il en a envie. t'auras sans doute moins de peine de cette façon. tu serres sa main un peu plus fort. tu souris. t'as plus que des sourires. est-ce qu'il réalise ce que ça représente ? sans doute pas. t'avais pas de coeur jusque là vale. pas aux yeux des gens qui te connaissent trop bien. beech par exemple. t'as envie qu'il efface tout, pour de bon. qu'il se fasse une nouvelle idée de toi alors que tu tentes de devenir meilleure pour lui. tu veux être capable de le faire vibrer. être capable de lui faire oublier ces choses qu'il n'est plus capable de contrôler. tu n'es pas gaby. t'es sans doute pas plus fidèle et encore moins fiable. mais... t'es sans doute plus passionnée encore. et déterminée cette fois, à donner autre chose à beech. à lui montrer la vie comme toi, t'as envie de la vivre. tu sais qu'il aimait quand tu vivais avec lui. c'était... ce truc toujours en mouvement, dans son existence. et lui, il était une stabilité certaine que tu n'avais encore jamais connu. cette manière qu'il a eu de te rendre responsable. presque trop facilement. à rentrer tous les soirs pour au moins t'assurer qu'il ait quelque chose d'équilibrer à manger. tout ce que tu veux, vale .. mais .. t'es obligée de t'arrêter, pour te retourner et le regarder dans les escaliers. t'es accrochée à lui, il décide pour vous. ce qu'il veut. tu ne t'inquiètes plus. tu sens que ce n'est pas comme la dernière fois. il attend autre chose. promets-moi juste de me laisser une chance, d’accord ? quel genre de chance ? tu ne comprends pas, sur le coup. t'as seulement envie de lui promettre tout ce qu'il veut. tu serres un peu plus tes doigts dans les siens, et tu hoches la tête. d'accord. tu promets vale. de lui laisser la chance dont il a besoin. quelque soit cette chance. ça te semble être plus positif que tout ce que vous avez vécu jusque là. t'as envie de lui laisser une chance de te dire les choses comme il le faut, de... prendre son temps aussi. tu l'attires jusque dans cet appartement que tu n'aimes pas. tu fermes la porte et t'attrapes la bouteille pour déjà aller chercher des verres dans les placards dont tu n'arrives pas à comprendre l'ordre. t'as mangé ? tu demandes, en faisant couler le liquide clair dans des verres à pied. tu reviens vers lui. tu lui en tends un. pas trop près vale... une chance pour toi aussi. celle de montrer que tu grandis, malgré tout. j'étais en train de préparer à dîner mais j'crois que j'ai réussi à tout faire brûler... t'avoues. ça ne t'arrive jamais. t'aurais presque honte, moins devant beech. on peut faire livrer du coup. si tu veux. tu proposes. t'aimais pas ça quand tu vivais avec lui. mais quand tu vis seule, ça devient plus compliqué, t'es moins... sérieuse derrière ta cuisine.

_________________

pretty boys don't have the thing that i need,
but they don't know they don't.  
Revenir en haut Aller en bas
i'm the king, can't taste it
avatar
i'm the king, can't taste it
messages : 1625 points : 0
pseudo : caca (step aside)
avatar : harvey n. hayden.
crédits : (ava) bonnie (sign) tumblr, self.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 22 Juil - 8:56
il y a quelques temps encore, vale n’était qu’une femme qui s’était retrouvée au mauvais endroit, au mauvais moment. t’avais besoin de souffler, de comprendre ce qu’il se passait ente gaby et toi et elle n’était qu’une victime de tes questions sans réponses. tu l’as embrassé sans réfléchir, elle l’a fait pour se faire plaisir. ce n’était pas pareil, et ça n’avait pas de sens. vous étiez bien trop différents pour s’attacher autant que vous l’êtes aujourd’hui. et t’as rapidement compris que tu ne pouvais pas être l’homme qu’il fallait, pour vale. trop instable, trop réfléchis, trop maniaque et certainement trop compliqué. tes potes te l’ont déjà dit, tu te comportes bien trop souvent comme une fillette, à chercher des réponses aux questions dont tu pourrais te dispenser. dont beaucoup d’hommes se dispensent. c’est d’ailleurs pour ça que t’imaginais vale courir derrière d’autres, après d’autres destins. un homme qui se prend moins la tête, qui pourrait la faire jouir en quelques secondes sans se préoccuper de ce qu’il ressent et de ses habitudes. un mec qui s’en fout, parce que c’est tellement plus facile. mais vale a résisté, jusqu’à ce qu’elle vienne vivre avec toi. elle a affronté ses peurs et ses doutes, tout comme tu le fais aujourd’hui. elle a mis des mots sur ses sentiments, des regards sur le bonheur que tu lui donnes. elle a oublié le reste, et t’es l’heureux élu de cette situation. une fois de plus, à la suite de ta requête, elle se permet un changement. tu te rends compte que t’es celui qui demande une chance, que tu devrais faire des efforts et accepter qu’elle grogne. mais tu ne peux pas rester trop longtemps face à un mur. alors tu ne demandes pas à vale de devenir une autre, juste de te laisser une infime chance de gagner son cœur de nouveau. d'accord. tu hoches la tête, la suivant dans l’appartement avec un léger sourire. tu regardes de nouveau autour de toi, désolé par le désordre et par la façon dont est fait cet appartement. t’es pas à l’aise, mais t’es assez heureux de retrouver vale et de passer une soirée en sa compagnie pour laisser tomber les premiers aprioris. t'as mangé ? tu retrouves ses yeux, tu hoches la tête. tu ne manges plus trop depuis quelques jours, pas vraiment affamé mais plutôt stressé. j'étais en train de préparer à dîner mais j'crois que j'ai réussi à tout faire brûler .. tu hausses les sourcils, surpris qu’elle fasse brûler les choses. vale aime cuisiner, elle en a fait son métier. on peut faire livrer du coup. si tu veux. deuxième surprise, mais logique conséquence. t’es sûre que c’est fichu ? qu’on ne peut pas .. manger quelque chose ici ? j’ai pas très faim. t’as plutôt envie de discuter, de la retrouver, et de grignoter quelques chips avec ce verre qu’elle te tend. co- comment tu vas alors ? tu n’oses pas trop la regarder, tu t’occupes avec le fin qui fait des rondes dans ton verre. t’aimerais juste que ça redevienne comme avant. maintenant.

_________________
    mais t'étais où pendant tout ce temps, t'as fait quoi sans moi ? et tu penses à ce que j'aurai aimé te dire pendant tous ces mois ? j'ai vécu, moi.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the queen, can't taste it
avatar
i'm the queen, can't taste it
messages : 918 points : 35
pseudo : princesse sarah.
avatar : cassie amato.
crédits : ultraviolences, tumblr.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 22 Juil - 23:48
tu ne sais pas si tu vas réussir. tu devrais essayer au moins. juste pour beech. il mérite que tu fasses des efforts depuis le début. et t'essayes. réellement. t'as envie de lui montrer que t'es capable d'être une personne dont il pourrait être fier, dont tu pourrais être fière aussi. apprendre à te respecter... c'est la seule chose dont tu n'avais pas encore besoin dans ta vie. tu ne regrettes pas. tu cuisines plus. et t'as d'autres projets. t'aurais envie d'ouvrir ce restaurant, pour de vrai. tu ne sais pas comment t'y prendre et tu n'es pas sûre d'y arriver, t'aimerais seulement. nouveau rêve fou que tu aimerais réaliser, malgré tout. ça te permettrait d'avoir au moins une raison de rester à brooklyn, quoiqu'il arrive. en plus de centaine d'autres pour cacher la principale derrière des battements de coeur qui n'ont de sens qu'à la chaleur de ta poitrine. t'es pas certaine que ce soit légitime, ni même d'arriver à trouver un écho, quelque part. mais... tu te décides à ramasser les débris lorsqu'il brisera tout alors que t'espérait tant. t'es prête à prendre le temps. pour lui. et surtout pour toi. t’es sûre que c’est fichu ? qu’on ne peut pas .. manger quelque chose ici ? j’ai pas très faim. tu hausses des épaules. tu hoches la tête, avant d'ouvrir quelques placards pour trouver quelque chose à grignoter. des biscuits bio et... quelques crakers. ce sera suffisant, t'imagines. t'as pas spécialement faim non plus. tu veux seulement pouvoir l'écouter et... profiter de sa présence qui te manquait ces dernières semaines. tu vivais avec lui et puis... d'une seul coup... plus rien. tu t'installes dans le canapé inconfortable pour pouvoir t'enivrer de sa présence comme il le faut. co- comment tu vas alors ? question banale qui te touche malgré tout. tu hausses des épaules encore. tu manques de vie depuis qu'il n'est plus là, près de toi. et t'as l'impression que le blog s'essouffle, de plus en plus, les filles s'éloignent et toi... tu perds tout, doucement... ça va. tu dis, vague dès le départ. tes doutes font parties des choses que tu devrais laisser en suspens pour le moment ? t'es sûre de rien. tu regardes un peu autour de toi. t'aimes pas cet endroit, il serait sans doute temps que tu trouves un vrai appartement, quelque chose qui t'attachera pour de bon à ta ville. je travaille sur de nouveaux projets. tu glisses, sans en dire trop. tu ne réfléchis pas encore assez large, te contentant de penser à tes plats et à ta cuisine plutôt que d'imaginer le business et l'affaire. j'aimerais rester à brooklyn. t'avoues enfin. un pas vers lui, en quelque sorte. je pense que... c'est le moment d'évoluer. tu souris un peu. t'espères qu'il comprend, tu veux grandir et faire de meilleurs choix.

_________________

pretty boys don't have the thing that i need,
but they don't know they don't.  
Revenir en haut Aller en bas
i'm the king, can't taste it
avatar
i'm the king, can't taste it
messages : 1625 points : 0
pseudo : caca (step aside)
avatar : harvey n. hayden.
crédits : (ava) bonnie (sign) tumblr, self.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 26 Juil - 10:23
tu regardes autour de toi à la recherche d’un reste, d’éléments suffisants pour manger un peu. tu remarques que rien ne semble prêt et comestibles si ce n’est quelques biscuits apéro. tu les ouvres pour les mettre dans un bol, ça servira pour éponger le vin et vous éviter de faire quelque chose que vous regrettiez demain. tu te tournes vers vale, confirmant qu’elle ne veut plus faire l’effort de cuisiner. tu souris, la voyant tomber dans le canapé pour affirmer sa flemme. t’as l’impression d’avoir inversé les rôles. toi qui ne voulais jamais rien faire en rentrant du bureau, elle qui s’amusait à te faire sentir les brocolis sous les narines. tu pouvais en vomir, et tu le lui disais. mais vale s’en foutait. de beaux moments que vous avez vécu tous les deux et une belle façon d’oublier les problèmes que tu avais à l’époque. d’accord, je commande alors .. tu murmures, sortant ton portable pour prendre quelques sushis. ça fera l’affaire. tu prends ton verres, les biscuits et tu te poses dans un fauteuil en face de vale. tu cherches son regard pour savoir comment elle va, tu demandes gentiment et avec une certaine gêne, si elle va bien. t’as pas envie qu’elle te rétorque une réflexion, tu supposes qu’elle le pense. mais elle se retient. ça t’arrache un sourire. ça va. vale semble pensive, gênée aussi. cette situation n’est pas facile, et t’as créé le problème. t’aimerais le régler, t’aimerais la rassurer. mais tu marches sur des œufs, et tu manques certainement de confiance en toi pour t’imposer. je travaille sur de nouveaux projets. elle reprend, tu t’adosses contre le canapé. tes yeux sur son visage doux, sur ses cheveux, sur son corps parfois. tu te laisses porter par quelques envies et le rappel de votre baiser. tu l’écoutes, sans rien dire. tu n’as rien à dire. j'aimerais rester à brooklyn. je pense que... c'est le moment d'évoluer. tu ne caches pas un sourire, même si tu ne sais pas encore ce qu’il veut dire. tu l’encourage, comme tu peux. n’est-ce pas ce que tu dois faire, si t’imagines quelque chose avec vale ? raconte-moi. tu souris, pensant certainement trop fort que c’est pour toi qu’elle veut rester. et que ça te touche, profondément. vale a finalement peut-être changé, et elle a peut-être envie de commencer à vivre pour elle, pour sa carrière, pour sa vie et pas pour les soirées et les hommes qui s’enchaînent sans rester le lendemain.

_________________
    mais t'étais où pendant tout ce temps, t'as fait quoi sans moi ? et tu penses à ce que j'aurai aimé te dire pendant tous ces mois ? j'ai vécu, moi.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the queen, can't taste it
avatar
i'm the queen, can't taste it
messages : 918 points : 35
pseudo : princesse sarah.
avatar : cassie amato.
crédits : ultraviolences, tumblr.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 26 Juil - 10:47
t'as pas l'habitude d'être si gênée face à beech. t'étais bien, et naturelle, avant. il est loin de toi dans le fauteuil et t'es pas à l'aise sur ce canapé. t'imagines que tu l'étais trop chez lui et que, pour cette raison, tu n'arrives pas à te sentir bien dans un autre environnement. tu joues avec tes doigts. t'oublies de manger. de toute façon, t'aimes pas ces gâteaux. tu penses beaucoup ces derniers temps. t'as envie de changer de vie. comme ce que tu fais chaque fois que tu pars en voyage. tu vois alba, si bien dans sa nouvelle vie avec vikk... et puis... kira qui court tu-ne-sais-qui sans penser à vous. il est temps pour toi aussi de passer à autre chose dans ta vie. c'est comme ça que ça marche non ? quand les années passent et que le temps souffle les choses qui semblaient être les meilleurs. t'as envie de vivre d'autres rêves, pour ne surtout pas arrêter d'en vivre. alors quand t'es seule, dans les bureaux, tu penses à l'avenir autrement. t'es souvent seule. t'as l'impression d'être la seule qui s'accroche d'ailleurs. raconte-moi. il dit pour te sortir de tes pensées. tu le regardes à nouveau. le bleu de ses yeux, tu ne l'oublies jamais. tu souris un peu, pas trop. pas parce que t'es triste mais parce que t'as tant de choses à penser, tant de choses auxquelles tu ne penses pas encore. tu veux rester parce que t'aimes la vie ici. il t'a montré qu'elle pouvait être appréciable, du moins. mais tu veux rester surtout parce qu'à ton tour, t'as besoin de trouver du sens. je sais que ça va prendre du temps, et... beaucoup d'énergie. tu dis en riant un peu. t'es certaine que... parfois, t'auras envie d'abandonner juste à cause de ça, pour vivre une vie simple, loin d'ici. mais j'ai envie d'ouvrir un restaurant. t'avoues, ça fait longtemps que tu y penses. et peu de temps que t'imagines réellement ce que tu pourrais y faire. t'en as parlé avec shin. et t'imagines que ça a été le départ de toutes tes idées. quelque chose qui me ressemble tu vois... avec toutes les choses que j'ai vu, et appris ces dernières années. j'veux pas proposer le plat classique de n'importe quel restaurant, j'veux pouvoir faire le plat qu'on m'a appris à faire dans la cuisine encombrée au fin fond de la thaïlande. tu rêves déjà en grand. un truc qui donnera envie de voyager dès l'instant où l'odeur atteindra les narines des clients. t'y penses déjà si fort que tu t'emballes sans doute. du coup, j'aimerais trouver... un endroit déjà, et puis... réfléchir réellement au concept, j'veux tout faire, de a à z. à brooklyn. ça te semble être le plus important. cette ville a besoin de voyager et toi, t'as besoin de rester surtout, t'espères que beech te suit et ne te prend pas pour une folle, là maintenant. il a toujours cru en toi... après tout... c'est lui qui parlait de faire autre chose de ta vie non ?

_________________

pretty boys don't have the thing that i need,
but they don't know they don't.  
Revenir en haut Aller en bas
i'm the king, can't taste it
avatar
i'm the king, can't taste it
messages : 1625 points : 0
pseudo : caca (step aside)
avatar : harvey n. hayden.
crédits : (ava) bonnie (sign) tumblr, self.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Aoû - 21:53
vale est pensive, réfléchie et concentrée. depuis que tu la connais, elle ne l’a jamais été autant. sur quelques réflexions parfois, elle fait preuve d’une grande maturité même si ce n’est pas sa première qualité. tu souris intérieurement, tu revois le visage naïf et perdu de vale lors de vos longues discussions à la maison. elle vivait chez toi, elle traînait sur ton canapé et malgré son rôle de mère de temps à autre, elle avait toujours les mots pour te faire rire. t’arrivais avec une question importante, elle te répondait par un sourire et une remarque qui te faisait oublié pourquoi cette fameuse question te tournaient les méninges. cette fois donc, elle tient quelque chose de fort. ça te fait plaisir de la voir comme ça, ça te fait plaisir de te rendre compte qu’elle veut rester – même si tu ne veux pas l’avouer – et ça te fait plaisir de t’asseoir avec ce verre de vin pour l’écouter. t’as pris l’habitude de l’avoir, d’être à ses côtés et de la regarder parler. t’aurais aimé que ça ne s’arrête pas, même si la raison pour laquelle vous vous êtes éloignés est claire ; savoir si elle compte plus que ça ou pas. la réponse étant une fois de plus sous ton nez, sans que tu ne veuilles encore l’avouer. tu prends une gorgée de ce verre, le vin est bon. c’est une soirée qui n’était pas fière par les apparences, mais qui l’est parce que c’est ce qu’il faut faire. c’est ce qui est important, l’un pour l’autre. l’un envers l’autre. un léger sourire qui traverse ton regard et elle reprend. je sais que ça va prendre du temps, et... beaucoup d'énergie. tu souffles, rieur. vale ne fait quasiment rien jusqu’au bout, elle préfère la facilité, la légèreté. mais peut-être que cette fois, ce sera différent. mais j'ai envie d'ouvrir un restaurant. t’ouvres les yeux, surpris mais heureux. t’aimes déjà ce projet pour elle, bien qu’elle sache que c’est compliqué. que ça demande du travail, de l’implication et des heures qu’on ne compte pas. une vie à deux cents à l’heure, à l’opposé de la tienne en terme d’horaires. mais ça, tu n’y penses pas. tu ne peux pas y penser. ou bien, n’es-tu pas venu pour ça justement ? tu t’es pointé devant chez elle parce qu’elle te manque, parce que tu veux qu’elle soit dans ta vie. mais est-ce que ta vie devient compatible avec la sienne ? toujours les mêmes différences qui vous séparent, mais toujours autant de sentiments perceptibles dans la pièce du airbnb. quelque chose qui me ressemble tu vois... avec toutes les choses que j'ai vu, et appris ces dernières années. j'veux pas proposer le plat classique de n'importe quel restaurant, j'veux pouvoir faire le plat qu'on m'a appris à faire dans la cuisine encombrée au fin fond de la thaïlande. vale te tire de tes pensées, tu retrouves ses yeux brillants et tu réalises que tu ne pourrais jamais lui retirer ce rêve qu’elle tient enfin du bout des doigts. du coup, j'aimerais trouver... un endroit déjà, et puis... réfléchir réellement au concept, j'veux tout faire, de a à z. à brooklyn. tu lèves ton verre, heureux pour elle. tu penseras à vous plus tard. tu t’y forces. c’est une superbe idée, vale. je suis sûre que ça peut fonctionner, et puis .. t’es une cheffe incroyable .. t’aurais pu continuer, mais ton verre te coupe pour une gorgée agréable. je connais quelqu’un qui trouve des locaux comme ça .. je peux te donner son numéro si tu veux. tu supposes qu’il pourra l’aider, même si t’aimerais que rien ne se précipite. perdu entre ce que tu veux pour toi, et ce que tu veux pour vale. tu- tu ne bosses plus pour le blog, alors ? ça s’est arrêté ça ? tu sais qu’alba y croyait encore, mais qu’elle est tombée bien bas quelques mois plus tôt. peut-être que finalement, c’est une histoire qui se termine, une page qui se tourne et une opportunité pour vale d’y aller de ses propres ailes.

_________________
    mais t'étais où pendant tout ce temps, t'as fait quoi sans moi ? et tu penses à ce que j'aurai aimé te dire pendant tous ces mois ? j'ai vécu, moi.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the queen, can't taste it
avatar
i'm the queen, can't taste it
messages : 918 points : 35
pseudo : princesse sarah.
avatar : cassie amato.
crédits : ultraviolences, tumblr.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 29 Aoû - 10:37
tu t'emballes probablement. mais t'as besoin de te concentrer sur autre chose. lui, tu ne veux pas le faire disparaître de ta vie. pour autant, il te fait assez mal pour que tu veuilles prendre le temps et la distance qu'il te faut. t'as mouillé seulement les jambes mais t'es pas capable d'aller jusqu'au coeur vale, tu sais déjà comme ça fait mal, c'est suffisant non ? si tu vas jusqu'au bout, qu'est-ce qu'il restera de toi ? t'es même pas sûre d'arriver un jour à l'atteindre comme tu aimerais. il y a cette fille, toujours, dans un coin de sa tête, qui t'empêche d'être celle qu'il veut parmi les autres. tu te contentes de parler de tes projets, ceux qui te maintiendront à brooklyn. t'as envie de faire quelque chose par toi-même, pour une fois. cuisiner te détend, depuis le début. c'est ce que tu aimes, c'est ça que tu veux continuer à faire de ta vie, depuis brooklyn. sans quitter le blog. c'est possible non ? une pub gratuite pour toi... t'exposes, te maintenant loin d'une situation que tu ne contrôles pas. t'imagines que s'il y a réellement quelque chose à espérer, vous ne le saurez jamais... parce qu'il ne fera pas ce pas vers toi, et que tu n'as plus envie de te risquer à vivre ça... c’est une superbe idée, vale. je suis sûre que ça peut fonctionner, et puis .. t’es une cheffe incroyable .. tu souris en coin. tu sais qu'il dit ça seulement parce qu'il ne sait que glisser des plats dans son micro onde lorsque tu n'es pas là. tu pourrais seulement faire cuire des pâtes que tu deviendrais une cheffe incroyable à ses eux n'est-ce pas ? je connais quelqu’un qui trouve des locaux comme ça .. je peux te donner son numéro si tu veux. tu hoches la tête, t'imagines que ce serait un bon début. t'as pas réfléchi à tout pour le moment, tu te contentes de rêver pour ne pas penser à autre chose. tu- tu ne bosses plus pour le blog, alors ? ça s’est arrêté ça ? tu secoues vivement la tête en te levant pour aller prendre ton téléphone et commander de la nourriture malgré tout. un homme qui t'inspire, des courses qui pourraient arriver en un rien de temps. non, non. je bosse toujours pour le blog. je pense que... qu'on va ralentir un peu, reign fait des ravages on ne sait où, alba et moi... on reste à brooklyn maintenant, kira a des problèmes avec sa famille et adri vit sa vie aussi... j'pense que le blog doit évoluer avec nous, on a pas encore réussi à se retrouver pour en parler. c'est tout. tu hausses des épaules, t'aimerais bien les retrouver en vérité... mais t'as peur que ce soit seulement... un problème pour le moment... tu- hum... tu penses toujours adopter un enfant ? tu demandes avec les joues rouges, tu croises les jambes, tu penses souvent à elise aussi. t'aimerais qu'il réalise ses rêves, à défaut d'être capable de passer à autre chose avec gaby... tu serres les dents sur tes joues, dans ta bouche, t'as peur d'avoir guidé la conversation sur quelque chose de délicat. t'as tant d'autre chose à dire mais dont tu ne veux pas parler... t'as juste besoin de savoir où il en est, au moins...

_________________

pretty boys don't have the thing that i need,
but they don't know they don't.  
Revenir en haut Aller en bas
i'm the king, can't taste it
avatar
i'm the king, can't taste it
messages : 1625 points : 0
pseudo : caca (step aside)
avatar : harvey n. hayden.
crédits : (ava) bonnie (sign) tumblr, self.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 29 Aoû - 14:28
tu ne pensais pas qu’elle irait jusqu’à ouvrir son restaurant et même si t’as peur de ce que ça peut donner pour une relation ; tu ne caches pas être heureux pour elle. vale ne s’est pas posée depuis bien longtemps et c’est un plaisir de voir que t’as peut-être eu assez d’impact sur elle pour qu’elle reste. pour qu’elle accepte de laisser derrière elle ses vieux démons, ses envies de voyage et sa manie de toujours bouger. elle resterait ici pour toi, pour son restaurant et pour une vie que tu pourrais imaginer. difficilement mais avec certaines possibilités. tu serais peut-être enfin heureux, et encore. vale te fera vivre certaines choses compliquées, tu n’en doutes pas. mais ses yeux lorsqu’ils se posent sur toi, tu les sens sincères. et pour le moment, c’est tout ce qui t’importe. tu exprimes être heureux, tu la rassures sur ce qu’elle fait. elle a les compétences et t’as même un plan pour qu’on puisse l’aider. tu veux rester à ses côtés pour ce moment, t’es sûre qu’elle pourrait apprécier t’avoir dans le coin. ou du moins, t’aimes le penser. elle te sourit, elle semble accepter la main que tu lui tends. est-ce un premier pas ? sûrement. tu sens ton cœur battre quelque peu et tu sais que gaby et son absence sont bien loin maintenant. tu profites de son silence pour ajouter une question, pour savoir si elle continue de travailler avec les filles et si elle est encore engagée à ce niveau-là. tu supposes que ça s’est calmé un peu, t’avais croisé alba là-dessus. tu redresses le visage pour voir si alba disait vrai. si les filles avaient bien perdues la fougue des premiers jours, la fougue de leur jeunesse. non, non. je bosse toujours pour le blog. je pense que... qu'on va ralentir un peu, reign fait des ravages on ne sait où, alba et moi... on reste à brooklyn maintenant, kira a des problèmes avec sa famille et adri vit sa vie aussi... j'pense que le blog doit évoluer avec nous, on a pas encore réussi à se retrouver pour en parler. c'est tout. tu hoches la tête, comprenant qu’il ne faut pas trop en parler. ça a l’air d’être compliqué pour elle toutes sans que pour autant elle ne mette l’histoire de côté. comme une sorte de lien qu’elles ne veulent pas casser même si leur vie se sépare un peu. elle te regarde ensuite, et tu réponds à ses yeux intrigués. a son tour de poser une question gênante, apparemment. tu- hum... tu penses toujours adopter un enfant ? tes yeux restes dans les siens, ton corps ne bouge pas. la dernière fois que vous en avez parlé ; ça a créé un incident diplomatique. tu souffles alors, tu chasses le regard enfin et tu regardes ton verre pour trouver les réponses dans l’alcool. n’est-ce pas ce qu’ils font tous ? oui. elise arrive demain, vale. et ça ne changera sûrement pas. tu as une fille, les derniers papiers sont préparés. tu sais ce que tu veux et la première étape est juste là, juste sous votre nez. tu retrouves son regard, t’es aussi là pour le lui annoncer. en plus que pour la voir. en plus du manque qui te hantait les entrailles.

_________________
    mais t'étais où pendant tout ce temps, t'as fait quoi sans moi ? et tu penses à ce que j'aurai aimé te dire pendant tous ces mois ? j'ai vécu, moi.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the queen, can't taste it
avatar
i'm the queen, can't taste it
messages : 918 points : 35
pseudo : princesse sarah.
avatar : cassie amato.
crédits : ultraviolences, tumblr.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 29 Aoû - 17:09
tu fais bien ? ou pas ? t'essayes de ne pas juger. t'as seulement envie de savoir où il en est et ce qu'il fait, maintenant que tu n'es plus  là pour le voir de tes propres yeux. t'as paniqué cette fois là, dans cette association mais... comment aurait-il pu t'en vouloir ? t'étais là, devant cette petite fille, aux pieds du mur. c'était trop rapide, trop soudain juste... trop. comment aurais-tu pu gérer cette information ? toi... ? s'attendait-il réellement à ce que tu lui ouvres les bras en souriant comme une parfaite petite maman ? t'es pas encore sûre de son choix mais... t'imagines que s'il l'est, c'est ce qu'il y a de mieux pour lui, non ? tu ne sais pas si tu as le plus envie de savoir s'il a poursuivi ses envies ou s'il a tout abandonner finalement. tu retiens presque ton souffle vale. tu le vois devenir un père. tu sais qu'il serait parfait pour cette petite fille blonde qui a finalement essayé de te rendre comme tu n'as jamais été. t'as été touchée vale et t'as essayé de te tenir loin pour ne surtout pas lui briser le coeur lorsqu'elle se rendrait compte que tu n'étais là que pour mentir à la femme qui lui donnerait peut-être un nouveau père... oui. elise arrive demain, vale. tu baisses les yeux pour relâcher l'air que tu retenais dans tes poumons. et tu souris. oui. tu souris. c'est presque bizarre de s'en rendre compte maintenant. tu fermes les yeux. tu les vois déjà ensemble et... ça te rassure. il ne sera pas seul. il ne sera plus seul... maintenant que tu l'as abandonné comme gaby n'a su quel le faire avant toi. finalement... t'es pas meilleure qu'elle. tu le regardes à nouveau et tu hoches la tête seulement. c'est une bonne nouvelle dans ton coeur... elle a de la chance de t'avoir maintenant. tu dis d'un ton plus calme que jamais. t'es nerveuse, un peu. parce que t'aurais envie de les voir tous les deux mais... tu ne sais plus si tu en as le droit après avoir été aussi capricieuse avec beech. tu sais qu'un enfant ne mange pas que des pizzas hein ? tu lui demandes, certaine qu'il oublie sans doute des choses tout à coup. t'étais là pour la partie verte de sa vie mais... est-ce qu'il la laissera grandir à coup de pâte à la sauce tomate ? t'as même pas envie d'y penser. tu pourrais être là non ? faire les brocolis malgré tout, de loin. t'as l'impression d'être prête à tout pour qu'il n'arrête pas d'être au moins ton ami. t'as besoin de lui. à défaut d'être la personne dont il a besoin pour avancer. il sait faire ça tout seul, même si tu n'as pas envie de te l'admettre. t'es plus dépendante, t'es plus accrochée, et t'as moins envie d'être cette fille stupide qui rêverait de prendre la place d'une autre alors qu'il n'y a jamais eu d'espoir pour toi...

_________________

pretty boys don't have the thing that i need,
but they don't know they don't.  
Revenir en haut Aller en bas
i'm the king, can't taste it
avatar
i'm the king, can't taste it
messages : 1625 points : 0
pseudo : caca (step aside)
avatar : harvey n. hayden.
crédits : (ava) bonnie (sign) tumblr, self.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 29 Aoû - 19:16
alors que les mots sortent de ta bouche, tu redresses le visage pour apercevoir le visage de vale. elle qui t’en a voulu de faire passer cette petite avant tout, elle qui a réussi à te faire douter ce que tu as toujours voulu, elle qui aurait aimé être la seule qui compte – sans partager la vedette, elle qui te sourit aujourd’hui lorsque pourtant tu lui annonces cette vérité. tu ne peux pas t’empêcher de rire aussi, presque surpris qu’elle agisse de la sorte mais aussi heureux qu’elle n’en profite pas pour faire une nouvelle scène. peut-être qu’elle a pris le temps de réfléchir, elle aussi. peut-être qu’elle a pu souffler et regarder devant elle, de manière à ne pas t’en vouloir. a ne plus t’en vouloir et à même imaginer une possibilité pour construire quelque chose ensemble. une vague d’espoir te prend le cœur, souriant toujours face à vale. elle sourit, elle hoche la tête, elle respire et toi aussi. elle a de la chance de t'avoir maintenant. tu hoches la tête à ton tour, persuadé que c’est une bonne chose à présent. toi qui hésitais, qui gardait une boule dans le ventre à l’idée de ne pas être à la hauteur et de devoir faire ça seul, tu te rends compte que t’attendais surtout de feu vert de celle qui passe le plus de temps avec toi. vale a été là pendant toutes les grandes étapes de ta récente vie. gaby est partie, et elle a pris doucement sa place sans que tu ne t’en rendes compte. t’as mis quelques temps à t’en rendre compte, t’as pas eu envie de te briser le cœur mais cette fois tu le comprends – t’as besoin d’elle. tu prends une large inspiration et tu te rassures enfin. les nuits étaient courtes, mais elles ne le seront plus. tu t’apprêtes à remercier vale mais elle te coupe dans son élan. tu sais qu'un enfant ne mange pas que des pizzas hein ? relâchant la pression, tu exploses de rire. c’est naturel et doux, ça te fait pleurer d’un œil. ta main passe par ta joue, tu te tournes vers vale presque remis de cette émotion soudaine. tu penses vraiment que je ne suis pas prêt, que je n’ai pas tout préparé ? elle le sait pourtant, que t’as envie de ça depuis toujours et que tu ne comptes pas t’arrêter là, comme ça. tu veux aller au bout de cette aventure, et tu veux faire de la meilleure façon qui soit. j’ai acheté plein de légumes, j’ai même pris ta recette pour qu’elle mange des brocolis. tu hausses les sourcils en regardant vale, tu prends une gorgée de vin. t’es confiant, t’as fait en sorte qu’elise soit heureuse. c’est tout ce qui compte. il va juste falloir que je déménage .. l’assistance sociale a dit que c’était trop petit .. et vale sait à quel point tu aimes ton appartement, à quel point ça va être dur de changer. mais tu le feras pour la petite, pour son confort et pour la chance de la garder. tu pinces tes lèvres, tu tombes un peu dans le canapé. il va te falloir du courage pour changer, et beaucoup de force mentale pour y arriver sans râler. tu seras bien entouré, heureusement.

_________________
    mais t'étais où pendant tout ce temps, t'as fait quoi sans moi ? et tu penses à ce que j'aurai aimé te dire pendant tous ces mois ? j'ai vécu, moi.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the queen, can't taste it
avatar
i'm the queen, can't taste it
messages : 918 points : 35
pseudo : princesse sarah.
avatar : cassie amato.
crédits : ultraviolences, tumblr.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 13 Sep - 8:17
un éclat de rire en toute allégresse. tu rejoins légèrement son hilarité, un partage que vous ne viviez plus depuis trop longtemps maintenant. il te manque. t'en peux plus d'être loin de lui. t'es prête à accepter absolument tout du moment que tu peux rester près de lui, au moins quelques heures quand il le voudra. quand elle voudra aussi. parce que tu réalises qu'il ne sera plus jamais seul. une fille, une enfant, tu n'y aurais jamais pensé avant. t'es toujours pas pour, pas spécialement... mais t'imagines que si c'est de qu'il veut pour compenser l'absence de la seule personne qui compte réellement pour lui... il doit le faire. hilarité qui prend fin dans une quelques larmes de rire. tu penses vraiment que je ne suis pas prêt, que je n’ai pas tout préparé ? tu hausses des épaules. tu le connais assez pour savoir que la cuisine, ce n'est pas exactement ce qu'il préfère faire... et qu'il devra se faire violence pour que sa fille mange assez équilibré. loin de ce qu'il avait l'habitude de faire avant que tu ne t'invites chez lui pour de bon. j’ai acheté plein de légumes, j’ai même pris ta recette pour qu’elle mange des brocolis. tu ne peux pas t'empêcher de sourire. un peu de toi dans cette équation. t'aimes l'idée qu'elle mange les brocolis grâce à toi. comme il l'a fait lui. l'estomac d'un enfant dont tu as dû t'occuper pendant plusieurs mois. ça te manque. t'aimerais bien les faire toi-même, les brocolis pour elise. mais t'oseras jamais t'imposer dans cette nouvelle vie, s'il ne le veut pas. même pour cuisiner quelques légumes. elle les mangera, c'est sûr. tu commentes seulement. ardeurs rompues. tu restes à ta place, dans un canapé qui ne t'appartient toujours pas, dans la case qu'il a décidé de te mettre malgré tout. il va juste falloir que je déménage .. l’assistance sociale a dit que c’était trop petit .. tu lèves les yeux. t'es triste pour lui. tu le sais qu'il l'aime cet endroit. tu l'aimes aussi, ça lui ressemble. beaucoup. t'as adoré vivre avec lui, ces quelques temps où tout se passait bien entre vous. tu regardes autour de toi, tu souris en coin, soupirant. c'est dommage... tu souffles. une idée qui te traverse l'esprit mais que tu n'oses pas verbaliser. t'es bloquée avec beech, comme si t'avais peur de faire autre chose qui détruirait tout à nouveau. comme si ton coeur marchait sur des oeufs depuis tout à l'heure. je cherche justement un appartement. tu lances, comme ça, l'air de rien. tu ne sais pas s'il appréciera, sans doute pas. c'est chez lui après tout... chargé de souvenirs. tu ne peux pas rester ici de toute façon..

_________________

pretty boys don't have the thing that i need,
but they don't know they don't.  
Revenir en haut Aller en bas
i'm the king, can't taste it
avatar
i'm the king, can't taste it
messages : 1625 points : 0
pseudo : caca (step aside)
avatar : harvey n. hayden.
crédits : (ava) bonnie (sign) tumblr, self.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 13 Sep - 9:58
tu t’es préparé, tu t’es arrangé pour que cette petite soit heureuse et que sa vie soit plus joyeux qu’elle ne l’était avant. t’as mis toutes les chances de votre côté pour que cette famille fonctionne, qu’elle avance et qu’elle ne s’arrête jamais. moe te manque, vale aussi. mais c’est un nouveau départ que tu prends et c’est sûrement la décision la plus sûre et la plus importante que tu aies prise de toute ta vie. un sourire donc pour affirmer ta préparation, et des faits pour prouver à vale que tu ne prends rien à la légère. tu sens qu’elle sourit, elle aussi. qu’elle est fière de toi et qu’elle sent qu’elle a pris part à cette famille même si elle n’était pas d’accord. elle les mangera, c'est sûr. des brocolis, des haricots, de la soupe et même de carottes. t’as prévu des recettes pour faire manger des légumes à cette petite. t’as aussi prévu de la purée et des pâtes, pour qu’elle prenne des forces. elle a deux ans, elise. elle est déjà grande, elle parle déjà un peu et elle sait donc ce qu’elle aime et ce qu’elle n’aime pas. t’as juste de la chance qu’elle soit débrouillarde et qu’elle ait envie de s’investir – tout comme toi. un coup de cœur l’un pour l’autre, un coup de foudre qui ne pouvait pas se terminer en échec. c’était impossible. t’expliques que tu dois quitter ton appartement préféré, celui qui rythme tes jours et tes nuits depuis bien longtemps maintenant. tu sens que vale comprend ce que tu ressens, mais tu dois offrir une nouvelle chambre à elise. c'est dommage .. tu hoches la tête, déçu. tu t’y voyais déjà pendant des années encore dans cet appartement. mais elise t’aidera à choisir, et tu te débrouilleras pour trouver encore mieux. t’as assez de côté avec la mort de maman, ce sera donc facile de t’en sortir. un mal pour un bien, un décès pour le début de ta nouvelle vie. je cherche justement un appartement. tu redresses ton visage vers vale, soudain illuminé. tu te tiens droit, tu souris. t’es sûre que c’est une bonne idée de se remettre en colocation ? tu hausses les sourcils, coupant la distance qui vous séparait jusqu’à présent. tu portes ton verre à tes lèvres – tu manques de la toucher. tu fais exprès, jouant un peu de tes charmes comme tu le fais normalement après plusieurs années de couple. faudra que tu nous supportes tous les deux .. un sourire en coin, un changement d’attitude. t’en as envie, le vin commence à te monter à la tête. et vale te manque, t’arrêtes de le cacher.

_________________
    mais t'étais où pendant tout ce temps, t'as fait quoi sans moi ? et tu penses à ce que j'aurai aimé te dire pendant tous ces mois ? j'ai vécu, moi.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the queen, can't taste it
avatar
i'm the queen, can't taste it
messages : 918 points : 35
pseudo : princesse sarah.
avatar : cassie amato.
crédits : ultraviolences, tumblr.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 13 Sep - 10:46
t'imagines ta vie autrement depuis peu, dépourvue de voyages, dépourvue de grandes aventures, ou plutôt de celles que tu avais l'habitude vivre. t'aurais aimé que beech soit là, ou t'en rendre compte avant. t'es plus capable de savoir comment envisager les choses à l'avance. tant pis. de toute façon, tu sais que ce n'est pas ton fort et que tu pourrais rapidement imaginer bien trop de peu de choses. tu penses à ce que vous pourriez faire maintenant. tu dis des choses, celles dont tu as envie, sans sous peser tes propos. sans penser une seconde que vous pourriez imaginer des choses différentes alors quand il dit. t’es sûre que c’est une bonne idée de se remettre en colocation ? t'es surprise. tu ne pensais pas en venir là dès maintenant... tu ne pensais même pas que c'était envisageable. tu parlais de prendre son ancien appartement, s'il était d'accord. mais... tu ne dis rien vale. parce que ça te manque trop de vivre avec lui... t'as envie de ça. et tu préfères le laisser dire lui-même plutôt que de le lui imposer. tu pourrais les faire ces légumes. à nouveau. t'as envie de le faire parce que tu préfères encore cuisiner pour vous deux (trois) plutôt que de rester seule à manger n'importe quoi par la force de ta tristesse d'être seule. tu l'avais sans doute mérité jusque là. c'était de ça que parlait sonji hein ? tu pourrais mériter mieux maintenant ? tu le regardes faire, cet homme qui semble prendre la place sans même que tu t'y attendes. tu ne réponds rien. tu le laisses envisager, s'approcher, t'apprivoiser, encore. faudra que tu nous supportes tous les deux .. ça te semble peu cher payé. tu la connais déjà elise. et tu sais que tu pourrais t'y faire, sans avoir cette pression sur la tête, celle qu'il t'a imposé lorsqu'il t'a piégé. elle semblait déjà t'aimer quand toi, tu devais encore digéré les quelques informations offertes par beech. tu vivrais juste avec eux... sans rien de plus... un bon départ pour toi. pour pouvoir retrouver ta place. je... oui, je sais oui. tu souffles. tu rougis un peu, tu souris un peu plus. t'es gênée. tu ne pensais pas obtenir tant d'un coup. faut que je sois là de toute façon... tu lances, en toute innocence, pour guérir ta gêne. t'as envie de tant de choses sans être capable de bouger ton corps pour étancher tes envies. trop de conséquences la dernière fois... tu ne peux plus maintenant... juste pour m'assurer sur tu ne l'empoisonnes pas. tu ne voudrais pas qu'il perde la seule chose qu'il a décidé de choisir pour lui ces dernières années. après avoir attendu tant de temps pour vivre sa vie... il était temps !

_________________

pretty boys don't have the thing that i need,
but they don't know they don't.  
Revenir en haut Aller en bas
i'm the king, can't taste it
avatar
i'm the king, can't taste it
messages : 1625 points : 0
pseudo : caca (step aside)
avatar : harvey n. hayden.
crédits : (ava) bonnie (sign) tumblr, self.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 14 Sep - 15:54
tu ne sais pas bien quelle mouche te pique pour la déstabiliser à ce point, pour t’approcher et tenter presque d’échanger les rôles. c’est une femme qui aime les hommes, vale. elle se jette dans leur bras sans réfléchir, elle serre ensuite leur corps pour les relâcher une heure plus tard. elle ne s’attache pas, jamais. elle est tout l’inverse de toi, forcément. tu souris d’un coin de tes lèvres, tu t’approches dangereusement pour cueillir le fruit défendu qu’elle porte dans sa fossette droite. tu réponds à tous ses désirs, sans qu’elle ne les ai demandés. c’est nouveau pour vale, qui a habituellement tout ce qu’elle veut sans le demander. tu t’avances donc sans qu’elle ne s’y attende et tu lis rapidement la surprise dans ses yeux. vale s’inquiète, vale ne sait pas comment être lorsque c’est toi qui prends les devants. a chaque fois que tu l’as fait, ça a fait exploser quelque chose entre vous. ça a fait bouger les choses, et soit t’as reculé, soit elle l’a fait. mais aujourd’hui, t’as l’impression que ce sera différent. t’as l’impression que la distance vous a réellement rapprochés et que vale ne pourra pas refuser de vivre avec toi de nouveau. t’as pourtant une fille, dont elle n’a pas voulu. t’as pourtant pris quelques responsabilités en son nom qu’elle n’a pas apprécié. t’as pourtant imposé ce que tu es, l’obligeant à quitter l’appartement. tu as montré peu à peu que t’étais le genre d’hommes calmes et doux mais qui savait très bien ce qu’il voulait. tu souris, verre au bord des lèvres et proximité toujours minime. tu la regardes, tu la prépares et elle panique tentant de le cacher comme elle peut. je... oui, je sais oui. elle se montre forte, elle ne se laisse pas déstabiliser. mais tu le sais, toi, qu’elle l’est. faut que je sois là de toute façon... tu hausses les sourcils, comme pour comprendre. tu poses ton verre, t’approchant encore. juste pour m'assurer sur tu ne l'empoisonnes pas. tu ris, passant tes mains sur les hanches de vale. tu te laisses aller, comme t’en as envie depuis que t’es arrivé. vale accepte de revenir vivre avec toi, et même si ça n’engage à rien et que tu as toujours peur qu’elle parte avec un autre sous le coup d’un acte manqué, tu ne veux pas retenir plus longtemps ton cœur qui hurle dans ta poitrine. ce soir, t’es venu la retrouver et tu vas le faire. tes mains serrent donc ses hanches et tu passes presque tes jambes entre les siennes. elle recule, tu avances. elle heurte le plan de travail, elle est coincée. qui me dit que ce n’est pas toi, qui va nous empoisonner ? un sourire, un souffle à quelques centimètres de son visage et ton cœur qui bat toujours, toujours plus fort.

_________________
    mais t'étais où pendant tout ce temps, t'as fait quoi sans moi ? et tu penses à ce que j'aurai aimé te dire pendant tous ces mois ? j'ai vécu, moi.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the queen, can't taste it
avatar
i'm the queen, can't taste it
messages : 918 points : 35
pseudo : princesse sarah.
avatar : cassie amato.
crédits : ultraviolences, tumblr.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 14 Sep - 22:57
cette retenue ne te ressemble pas. il est si proche de toi. comme si les rôles s'inversaient dans cette situation. t'as peur de mal interpréter. alors tu te contentes de le regarder sans bouger un seul de tes muscles. tu ne l'as jamais connu de cette manière beech. est-ce qu'il a déjà trop bu ? t'as chaud toi... encore plus lorsque ses mains se posent sur ton corps. tu lèves tes yeux dans les siens. il n'est pas le même. sûr de lui, assurément, déterminé aussi. qu'est devenu cet homme qui avait peur de ne pas assez aimer la femme de sa vie. est-ce qu'il a changé d'avis ? trop de questions dans ta tête. à quel moment es-tu devenue une fille compliquée comme ça ? t'aurais pas cherché longtemps à une époque. tu serais entrée par la porte qui s'ouvre sans même savoir dans quelle pièce tu te retrouverais. t'as tant de doutes. et tant à perdre aussi. si bien que tu te demandes si ce n'est pas un test au final. celui qui te permettra de pouvoir vivre à nouveau avec lui, une assurance de plus... une mise à l'épreuve qui te fait trembler des pieds à la tête en rougissant. tu recules quand il avance, t'as pas assez d'amplitude, t'es rapidement piégée par son corps à lui. est-ce qu'il fait semblant ? pour te faire marcher ? tu lui en voudrais tellement... il le sait n'est-ce pas ? beech ne se moquerait jamais de toi de cette façon. qui me dit que ce n’est pas toi, qui va nous empoisonner ? tu manques de tomber pour t'échapper vale. t'as pourtant pas envie. t'es partagée entre ta survie et ton agitation cardiaque. tu veux plus, toujours plus. et ton coeur semble essayer de le lui dire tant il bat des gestes d'un homme qui mesure chacune de ses paroles. tu sais qu'il plaisante, tu sais qu'il attend autre chose de toi. et tu doutes encore. pourtant, t'es attirée. tu poses tes mains sur ses bras machinalement. après la discussion que vous avez eu ensemble ? après ton départ ? tu ne peux pas croire qu'il soit en train de te donner exactement ce que tu voulais... t'ouvres la bouche. pas pour émettre un son, seulement pour pouvoir laisser ton souffle retrouver une régularité. c'est peine perdue vale, parce que lorsque tu te glisses sur la pointe de tes pieds pour poser tes lèvres sur les siennes. t'as plus aucune retenue. il te manque, t'as envie de lui depuis des mois. t'as envie de ça depuis des semaines. si c'était un test, tu viens sans doute de le rater pour de bon. t'as pas su. pas encore. tu ne réussis jamais. comment le pourrais-tu alors que beech est finalement la seule personne à savoir raisonner la personne que tu es ? est-ce que t'es prête pour ce qu'il veut lui ? t'as envie de croire que oui... parce qu'au pire... tu vas tomber et il va briser ton coeur mais t'aurais la certitude que pour une fois ça en valait vraiment la peine.

_________________

pretty boys don't have the thing that i need,
but they don't know they don't.  
Revenir en haut Aller en bas
i'm the king, can't taste it
avatar
i'm the king, can't taste it
messages : 1625 points : 0
pseudo : caca (step aside)
avatar : harvey n. hayden.
crédits : (ava) bonnie (sign) tumblr, self.
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 22 Sep - 21:19
tu ne sais pas ce qu’il te transforme, tu ne sais pas non plus ce qu’il t’attend de la part de vale lorsque tu t’approches d’elle. tu ne veux pas y penser, tu arrêtes de réfléchir un instant pour te laisser aller à tes envies inavouées. ça n’a pas été facile de passer outre l’abandon de la blonde que tu pensais tienne, et il t’a fallu du temps pour accepter de passer à autre chose comme elle l’a sûrement fait. gaby est une femme qui vit, qui vole et qui chavire. t’as toujours été plus terre à terre, plus sédentaire et bien plus amoureux – sans aucun doute. vous n’aviez pas la même façon de le montrer, et t’as aussi mis du temps à le comprendre. aujourd’hui, c’est tout autre chose qui s’offre à toi et t’as envie d’en profiter. tu regardes vers l’avant, les deux pieds encrés dans le présent. tu laisses tes souvenirs s’écraser dans le regard chaud de vale, dans cette cuisine que tu ne connais pas, dans un environnement inhabituel. ça ne te ressemble pas, c’est vrai. et c’est d’ailleurs pour ça que tu t’obliges à ne pas penser. le temps se fait long, sans aucune réponse de la part de la belle. elle reste là, bouche bée. elle ne dit rien, elle se contente d’agir. tu sens ton corps trembler lorsqu’elle glisse ses mains sur toi, et ton cœur s’emballe lorsque tu comprends qu’elle se grandit pour t’atteindre. elle ne te laisse plus le choix vale, elle pose un baiser sur tes lèvres et te force à fermer les yeux pour en savourer le goût. au départ, tu t’emballes. tu sens que ça cogne au creux de ta poitrine, et tu sens la chaleur monter dans le bas de ton ventre. et elle se recule, à regret. tu souris, tu portes ta main contre sa joue pour qu’elle se loge dans ta paume et après un court instant, tu retrouves ses lèvres pour un baiser qui ne manque pas de passion. tu serres sa joue que t’as entre la main, t’attrapes sa hanche pour la rapprocher de toi et tu mélanges tes lèvres et ta langue à celles de vale. tant pis pour ce que tu t’étais dit, tant pis pour les questions sans réponse – aujourd’hui, tu décides de vivre avec elle et pour elle. tu décides de te lancer dans une aventure qui pourra peut-être te faire oublier ton passé trouble. tu ne la quittes plus, sentant les frissons se partager entre vous. tu la portes doucement, tu la poses sur le plan de travail sans la quitter. tu la serres contre toi, tu lui montres qu’elle n’a pas encore vu ce que t’étais capable de faire. et tu promets de le lui montrer, ce soir et peut-être même lors des prochains jours et des prochaines années.

_________________
    mais t'étais où pendant tout ce temps, t'as fait quoi sans moi ? et tu penses à ce que j'aurai aimé te dire pendant tous ces mois ? j'ai vécu, moi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 Sujets similaires
-
» Cereal Lover (Let the Good Times Roll)
» DEMIUS ¤ thousand shades of grey
» Hugues Aufray
» Pâques 2012
» [Serviteurs de la Ruine] Organisation de la Croisade
Page 1 sur 2 - Aller à la page : 1, 2  Suivant

brooklyn on the rocks ::  :: left over the sea :: park slope
Sauter vers:  
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum