AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

you never can tell

i'm getting there
avatar
i'm getting there
messages : 123 points : 41
pseudo : marine.
avatar : christopher mason.
crédits : hoodwink.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 3 Juil - 22:22
ton frère que tu n'as pas vu depuis des semaines. comment se sent-il ? que vis-t-il ? avec qui et comment ? tu l'ignores, tu ignores tout. cette méconnaissance te semble anormale et désagréable. tu souhaites que ce sentiment change. tu veux le comprendre, le connaître. partager davantage de souvenirs avec. parce qu'il est ton passé, ton présent et ton futur. ce frère, cet ami que tu possèdes grâce à votre sang commun. mais tu ne sais pas l'apprécier à sa juste valeur. comme tout. comme tout ce que tu possèdes de plus précieux. comme coolsen, tu n'es pas capable correctement ton frère. il est temps que tu deviennes un homme correct, un homme qui prend soin de ses proches. pour leur demander comment ils vont, ce qu'ils font. parce que toi, tu ne sais pas comment t'y prendre. tu attends, tu laisser la vie défiler et choisir l'avenir de tes relations sans que tu n'interviennes pour les enrichir. tes amis, tu es avec eux la majorité de ton temps. mais les autres ? que fais-tu pour eux ? peu. trop peu. alors ce soir, tu veux prendre la décision de renverser la tendance. et tu te présentes sans t'annoncer. une bouteille de bière dans la main. tu frappes.

_________________
et mes rêves se brisent sur tes phalanges.
je t'aime trop fort, mon ange.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the king, can't taste it
avatar
i'm the king, can't taste it
messages : 595 points : 38
pseudo : dieu multi-face
avatar : a. gallagher
crédits : little juice. (avatar)
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 11 Juil - 14:21
quand t'ouvres la porte, t'ouvres la bouche également. t'es surpris alan, c'est normal, après tout. avec tout ce qui t'est arrivé ces derniers temps, l'homme qui te fait face est sans doute la dernière personne que tu t'attendais voir à ta porte. et pourtant.. malgré la distance, l'absence et le manque, il est devant toi et tu ne peux t'empêcher de rester un instant stoïque. ce frère dont tu ignores presque tout depuis des années qui, soudainement, semble pris d'une envie brusque de sonner à ta porte. a-t-il besoin de toi ? ou est-ce le contraire ? dans les eaux tumultueuses que tu as traversées, t'as souvent hésité à appeler son prénom comme on se sert d'une corde pour se hisser au sommet d'une montagne. mais t'as jamais osé. la pudeur, l'inconnu quelque part qui t'effraie et t'angoisse. vous n'avez jamais été proches, ou peut-être ne l'êtes vous plus du tout. alors tu te recules d'un pas, pour l'accueillir, le laisser entrer. tout est sans doute normal mais pour toi, ça te paraît une éternité. tu refermes la porte dans un silence de mort, sans oser articuler un mot. est-il vraiment là ? ne fais-tu que le rêver ? secrètement, t'as toujours voulu d'un grand frère sur lequel te reposer. alors, maladroitement, tu dis c'est toi. comme si tu le croyais à peine. il te regarde, et tu te sens déjà l'enfant que tu as toujours été à ses côtés. fragilisé et timide, malgré toi, malgré lui.

_________________

tu ne m'as pas laissé le temps,
de te dire tout ce que je t'aime
et tout c'que tu me manques.
Revenir en haut Aller en bas
i'm getting there
avatar
i'm getting there
messages : 123 points : 41
pseudo : marine.
avatar : christopher mason.
crédits : hoodwink.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 7 Sep - 20:14
la porte s'ouvre. et tu découvres alan. il semble fatigué, abîmé. et tu dis alors que tu ignores tout de sa vie. tu as tes potes, tes histoires, ta passion. tu vis loin de lui, loin de votre famille. sauf qu'alan, et tu le sais, tu en es convaincu, c'est ton pilier, l'unique. il est stable, présent, toujours et à jamais. il est ton frère et ton sang. tu es juste maladroit, peu doué pour maintenir hors de l'eau tes sentiments. tu préfères les noyer, les enfouir sous le sable. jusqu'à ce que l'océan parvienne à les faire remonter à la surface. et là, comme en cet instant, tu te sens si faible et fort à la fois. c'est toi. tu t'avances, un pas, puis deux. tu le dépasses. jusqu'à faire volte-face. tu reviens vers lui, glisses ta main sur son dos. une frappe, puis deux. tu le serres furtivement contre ton torse. c'est peu adroit. ce geste est important, nécessaire. tu t'avances ensuite jusqu'à t'asseoir sur son canapé. je te dérange ? que tu finis par lui demander. t'imagines que oui. tu ne sais pas. c'est vrai putain, c'est assourdissant et déstabilisant de prendre conscience du manque d'informations que tu possèdes sur le quotidien de ton frère. qui est-il, que fait-il ? tu vas bien ? parce que oui, quand même, c'est important. c'est nécessaire. bien que tu ne sois pas doué pour témoigner de ton inquiétude et de l'intérêt que tu le portes. tu dois essayer, te forcer. faire éclore ta sincérité. c'est simple, c'est juste, sur le bout de tes lèvres, ton coeur qui ne demande qu'à s'exprimer pour témoigner de l'amour qu'il contient pour alan.

_________________
et mes rêves se brisent sur tes phalanges.
je t'aime trop fort, mon ange.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the king, can't taste it
avatar
i'm the king, can't taste it
messages : 595 points : 38
pseudo : dieu multi-face
avatar : a. gallagher
crédits : little juice. (avatar)
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 12 Sep - 8:23
il entre, fait volte-face et te serre contre lui. ça te surprend, mais tu laisses faire sans rien dire.. relation maladroite, la vôtre, finalement. des mots qui ne se diront jamais mais les sentiments qui sont ancrés dans vos regards. ses yeux qui parlent pour lui, les tiens qui s'expriment à ta place. t'as besoin de lui, t'as toujours eu besoin de lui mais t'as jamais voulu l'admettre. t'as jamais voulu paraître faible face à lui et au fond, t'as fait que chercher son admiration quand il aurait sans doute fallu que tu puises en lui la force d'avoir un réel soutien à tes côtés. toutes ces nuits d'ombres te semblent brusquement bien dérisoires, comme si sa présence suffisait à tout changer, à tout remettre en perspective. frère absent mais frère quand même. tu souris, il dit je te dérange ? et tu hoches la tête en l'invitant à s'assoir sur ton sofa. non, il ne te dérange jamais. t'es juste un peu choqué de le voir dans cette pièce qui semble trop étroite pour vous deux. espace confiné qui brusquement te semble trop étranger. tu voudrais lui offrir une bière mais t'es même pas certain d'en avoir. tu vas bien ? question piège, pleine de sous-entendus. tu voudrais lui dire que oui, mais tu préfères rester muet un instant, sans le quitter du regard. le voir ici te paraît saugrenu, comme si l'idée était tant incroyable qu'elle ne puisse jamais se réaliser. je vais chercher à boire. tu lui dis, pour simple réponse. tu quittes la pièce pour rejoindre la cuisine, respires un grand coup et ouvres ton frigo. trois bières, c'est ce qu'il te reste. une entamée, deux pleines. tu prends ce que tu as, tu reviens vers lui. tu poses une bière sur la table et gardes l'autre en main. ça fait longtemps.. tu admets, en souriant à peine je suis content de te voir.

_________________

tu ne m'as pas laissé le temps,
de te dire tout ce que je t'aime
et tout c'que tu me manques.
Revenir en haut Aller en bas
i'm getting there
avatar
i'm getting there
messages : 123 points : 41
pseudo : marine.
avatar : christopher mason.
crédits : hoodwink.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 16 Sep - 11:05
mal à l'aise. ta présence aux côtés de ton frère est importante. alors tu chasses tes émotions, tu essayes de les enfouir au plus profond de ton âme, afin de te présenter à lui. ton frère. tu l'aimes mais tu n'es capable de lui faire comprendre. c'est important, nécessaire. tu ne veux pas tous les perdre. en ce moment, tout est instable, douloureux et compliqué. alors avant qu'il se produise quoi que ce soit qui puisse l'éloigner de ton quotidien, tu as pris la décision de te présenter à lui. pour parler, vous livrer, être honnête l'un envers l'autre. vous comportez comme des frères. c'est tout, tout ce que vous devez faire. être normaux. des frères. je vais chercher à boire. tu acquieses, en accord avec ses propos. tu t'installes alors. tes mains sur tes cuisses. tes doigts que tu lient. que faire ? tu n'es pas à ton aise. vraiment. mais tu es conscient que le temps va apaiser ce qui te tourmente. une bière posée sur la table. tu la récupères afin d'en boire aussitôt une longue gorgée. ça fait longtemps .. je suis content de te voir. alan se jette le premier dans l'obscurité, le vide. moi aussi. tu avoues, presque gêné par cette révélation. sauf que, maintenant, tu oses. grâce à coolsen, tu as réalisé que la vie était bien trop précieuse pour que tu la gâches en faisant semblant d'être indifférent envers tes proches. alan est ton frère. ton ami, le plus fidèle et le plus précieux. tu dois lui faire ressentir, lui faire comprendre, à quel point tu l'aimes. ouvrir son âme ne devrait pas être à ce point compliqué. et pourtant. tu n'y arrives pas, rien. aucun son ne parvient jusqu'à tes lèvres. torture interne. qui se traduit par tes doigts crispés contre la tiédeur de ta bouteille de bière. tu as vu nos parents ? c'est quoi ces questions ? tu soupires, te sentant si bête. mais tu n'y arrives pas. ou peut-être que si. libères-toi. tu me manques. un murmure, presque inaudible. et merde. saut dans le vide.

_________________
et mes rêves se brisent sur tes phalanges.
je t'aime trop fort, mon ange.
Revenir en haut Aller en bas
i'm the king, can't taste it
avatar
i'm the king, can't taste it
messages : 595 points : 38
pseudo : dieu multi-face
avatar : a. gallagher
crédits : little juice. (avatar)
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 2 Oct - 14:51
pas simple de tout assimiler pour toi, alan. mais ton frère est là, devant toi. et tu voudrais en profiter mais t'en es incapable. y a trop de choses qui t'arrivent, trop de choses qui te perturbent et que t'intériorisent. un jour ou l'autre, faudra bien les faire sortir, non ? tu t'oses, légèrement, quand tu reviens avec ta bière. tu lui dis que t'es content de le voir mais ça te semble insuffisant. moi aussi. qu'il te répond et le silence qui suit est gênant, presque étouffant. tu dois surenchérir, relancer la conversation mais tu sais pas comment t'y prendre. lui demander comment il va ? ce qu'il fait là ? et pourquoi aujourd'hui, sans doute. parce que tu saisis pas ce que vous êtes entrain de vivre. c'est important, pourtant, non ? tu le regardes à peine, tu tripotes la bière entre tes mains. tu pourrais lui parler d'ilyas, de nora. de ces sentiments qui ne font que jouer avec ton coeur et le détruire un peu plus chaque jour mais tu restes muet. il demande tu as vu nos parents ? et t'es surpris. tu pensais pas qu'il viendrait sur ce sujet là. tu restes silencieux, tu le regardes toujours pas, perdu dans le vide. tu dis non, pas vraiment. sans relancer, sans lui retourner la question. tu sais qu'il n'a pas été les voir, sinon, il ne t'aurait pas poser la question. finalement, le silence revient, jusqu'à ce que.. tu me manques ça tombe comme un cheveu sur la soupe. tu tournes le visage vers lui, sourire sur tes lèvres. t'attendais sans doute que ça, non ? tu me manques aussi. tu lui réponds vite, sans hésitation. et en même temps, je trouve ça bizarre qu'on n'arrive pas à communiquer, tu sais. le robinet qui s'ouvre, les aveux qui s'échappent tout seul.

_________________

tu ne m'as pas laissé le temps,
de te dire tout ce que je t'aime
et tout c'que tu me manques.
Revenir en haut Aller en bas
 
you never can tell
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BROOKLYN ON THE ROCKS ::  :: up high in the streets :: williamsburg-
Sauter vers: