AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

where we belong (adriel)

avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 268 points : 55
pseudo : cécé
avatar : teresa oman
crédits : ASTRA
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 13 Juin - 0:49
météo: soleil et pluie

t’as finalement à nouveau des cachets, ta vie qui a l’air de reprendre un cours normal. mais tu te poses toujours des questions par rapport à amrin. alors quoi de mieux qu’une conversation groupée avec les copines. tu l’as crée hier soir pour envoyer tes doutes. mais au final tu trouves ça stupide, tu te trouves stupide de psychoter là-dessus. il ne se passe rien. amrin est un gars bien, qui ne te tromperait pas… tu pourrais lui poser simplement la question, mais t’aurais peur qu’il le prenne juste mal. après tout tu le comprendrais, c’était comme si tu ne pouvais tout simplement pas juste lui faire confiance. tes pensées qui comme d’habitude sont pour lui. tu marches dans les couloirs du campus pensive. trop pensive sûrement. parce que ton corps heurte un obstacle sans même que tu t’en rendes compte. tes affaires qui s’écroulent au sol ainsi que celle de l’autre personne oh mon dieu je suis désolée, je ne regardais pas où je marchais tu t’excuses comme tu peux, alors que tu remarques en plus que c’est un homme plus vieux. sûrement un prof ou quelqu’un d’important. génial gaïa t’as tapé dans le mile. alors tu commences à ramasser tes affaires et les siennes en même temps je suis vraiment désolée tu continues. comme si tu avais commis le pire des crimes. tes affaires que tu rassembles et puis tu tombes sur une belle photo. un sourire qui se dessine doucement sur tes lèvres, elle n’est pas à toi. tu te relèves doucement, l’observant je pense que c’est à vous tu lui tends l’image doucement, un mince sourire sur tes lèvres. encore prête à sortir toutes les excuses qu’il faut.

_________________

      ( everyone has a chapter they don't want to read out loud )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 145 points : 42
pseudo : margaux (mags)
avatar : chris pratt
crédits : lolitaes
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 20 Juin - 18:42
tu te mets en marche, le cours est terminé. tu as eu un élève un peu pénible, qui jugeait sa vérité comme celle de tout le monde. tu n'a pas lâché adriel, tu ne lâches jamais d'ailleurs. tu as du mordant. oui, mais il t'a fatigué tout de même, alors quand tu sors de l’amphithéâtre, tu ne fais pas bien attention, non, tu avances encore et encore quand tu rentres dans quelqu'un. oh mon dieu je suis désolée, je ne regardais pas où je marchais tu secoues la tête en te baissant aussi pour ramasser tes affaires et celles de la jeune femme. oh, ce n'est rien, je c'est rien, c'est ma faute. tu lances en continuant de rassembler les affaires quand tu vois qu'elle continue de s'excuser. je suis vraiment désolée qu'elle reprend alors que tu relèves. tu croises son regard et tu te perds, immédiatement. tu la connais. évidemment. gaïa wheeler, ta petite soeur, la vraie, ton sang. celle que tu n'as pas le droit d'approcher pour ne pas la perturber. tu lui souris, tu essaies alors qu'elle te tend quelque chose. je pense que c’est à vous tu observes, tu regardes, tu hoches la tête en prenant doucement la photo. oui je.. oui, ce sont mes enfants. tu souffles, doucement. ses neveux et nièces, sa famille. comment lui cacher une telle chose ? mais tu n'es personne pour décider de lui dire ou non, et ça te tue. tu serres les dents tout en lui montrant encore la photo. ce sont dean, roseann, elis et felicity, la petite dernière, elle a même pas cinq ans. t'as besoin de lui dire, t'as besoin de lui raconter, parce que c'est son droit. tu prends trop d'initiative certainement, mais tu sens que c'est ce qu'il faut faire, que c'est ce que tu dois fire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 268 points : 55
pseudo : cécé
avatar : teresa oman
crédits : ASTRA
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 25 Juin - 11:30
 tu te sens bête d'un coup d'être rentré comme ça dans quelqu’un. en plus quand tu le vois, tu remarques tout de suite qu’il est plus vieux, alors soit il a repris des études. soit ce qui est beaucoup plus probable c’est que ce soit un prof. bien sûr tu ne pouvais pas rentrer dans un simple élève. tu soupires déjà face à tes bêtises. alors t’essayes de te rattraper en ramassant des affaires. oh, ce n'est rien, je c'est rien, c'est ma faute. qu’il te dit alors que tu sais très bien que tu ne regardais pas devant toi. mais t’es contente de pas être tombé sur quelqu’un d’infecte, qui t’en aurait fait voir de toutes les couleurs. des fois t’as peur d’être encore au collège, de devoir subir les moqueries que tu subissais à cette époque. mais pourtant c’est un temps lointain et aujourd’hui il n’y a plus rien de la sorte qui se passe. un photo mignonne sur laquelle tu tombes et cet homme qui ne se fait pas prier pour t’en raconter plus oui je.. oui, ce sont mes enfants. ce sont dean, roseann, elis et felicity, la petite dernière, elle a même pas cinq ans. tu souris, intriguée par tout ça. t’as jamais été très sociable à l’époque, avec des raisons bien évidentes, mais maintenant t’essayes de t’ouvrir un peu plus aux gens. tu es juste intriguée d’un coup par le prénom de c’est enfant. troublée même. tu trouves ça complément fou. tes sourcils qui s’arquent automatiquement, comme si t’étais entrain de réfléchir au probabilité pour que tout ça arrive je…c’est fou mais deux de vos enfants portent le prénom de mes parents pas un prénom. mais les deux. c'est dingue. ces parents qui ont toujours été là pour toi, qui le sont toujours aujourd’hui. rare sont les journées qui passent sans que ta maman te passe un appel, pour savoir si tout va bien et pour vérifier que tu ai bien pris tes cachets. des fois ça t’irrites un peu, mais tu te souviens par la suite que c’est juste pour ton bien. alors tes parents tu les aimes et t’es juste completement intriguée par tout ça.

_________________

      ( everyone has a chapter they don't want to read out loud )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 145 points : 42
pseudo : margaux (mags)
avatar : chris pratt
crédits : lolitaes
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Juin - 13:33
t’es pas à l’aise, t’essaies pourtant de l’être. c’est compliqué de l’être en sachant que tu fais face à ta petite sœur. tu sais tout d’elle, dans les moindres détails. tandis qu’elle, elle n’a aucune idée de ton existence. trop fragile, qu’ils t’ont dit ses parents – vos parents – t’as accepté, t’es personne pour décider. mais ça ne te convient pas. t’aimerais créer quelque chose avec cette petite. ta sœur, ta vraie sœur, vous partagez le même sang. et pourtant, t’as le droit de fermer ta bouche. tes enfants, sur cette photos. ses neveux, ses nièces, même eux mériteraient de la connaître. tu souris, malgré tout, tu lui en parles, rapidement, sans en faire trop, tu n’as pas le froid adriel. tu vois bien qu’elle regarde bizarrement. tu fronces les sourcils, t’es peut-être aller trop loin ? je…c’est fou mais deux de vos enfants portent le prénom de mes parents elle te lance, l’air de rien. mince, que tu te dis. tu gardes ton sourire, mais tu ne sais plus quoi dire. t’as pas envie de lui mentir, pourtant t’as pas le choix. tu pinces tes lèvres, tu serres les dents autant que ton cœur se serre. ah oui ? c’est fou, oui. tu souffles, tu regardes l’heure comme si tu étais pressé, alors que tu ne l’es pas. t’aimerais rester et parler pendant des heures avec elle. de beaux prénoms pour de belles personnes j’imagine ? tu dis, doucement, tu souffles, pour t’intéressais. tu aimerais avoir son avis, sur sa vie, ses parents .est-ce qu’elle est heureuse sans toi ? est-ce qu’elle se sent bien dans sa peau ? n’a-t-elle pas ce sentiment qu’il lui manque quelque chose d’incompréhensible, cette sensation que tu avais quand tu recherchais tes vrais parents biologiques, ceux qui t’ont laissé parce qu’ils étaient bien trop jeunes. tu les as compris et pardonné, allant jusqu’à donner leur nom à tes enfants. t’es responsable et intègre et c’est pourquoi tu respecteras leur demande jusqu’à ce qu’elle le découvre par elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 268 points : 55
pseudo : cécé
avatar : teresa oman
crédits : ASTRA
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 3 Juil - 15:18
des noms qui ne sont pas courant tu te dis. surtout pas pour des jeunes. tu n’as jamais vu des jeunes s’appelaient comme tes parents et encore moins deux de la même famille. alors forcément ça te reste en tête et tu te sens obligée d’en parler. comme s’il pouvait avoir la solution à ta question. ah oui ? c’est fou, oui. tout ce qu’il a à dire et tu le vois regarder sa montre. tu vois bien que tu l’as sûrement arrêté dans sa course et tu ne veux pas l’embêter plus longtemps. tu garderas tes doutes et tes questions pour toi quant à ces noms. t’es prête à tracer à nouveau ta route quand il reprend la parole. de beaux prénoms pour de belles personnes j’imagine ? tu souris doucement. il tape en pleins miles, tu supposes que ses enfants ils les aiment à la folie. comme t’aimes tes parents plus que tout. ils sont la raison pour laquelle tu vas bien aujourd’hui, la raison pour laquelle tu n’es pas devenue completement folle. les seules personnes à qui tu peux réellement faire confiance. alors forcement pour toi ce sont les plus belles personnes aux monde. t’es encore bien trop attachés à eux et tu le seras sûrement à jamais. tu ne te vois pas vivre trop loin de chez eux. oui j’imagine et tu souris encore. je veux pas vous retenir plus longtemps. désolée encore il est pressé et même si toi tu ne l’ai pas et que t’aimerais encore parler, tu ne veux pas le déranger. mais pourtant ça te trouble et une question ne peut s’empêcher d’échapper à tes lèvres elle vous est venu où l’idée pour les prénoms ? des personnes connues ? t’es peut-être un peu trop curieuse. mais tu sais pas pourquoi t’es vraiment troublée par cette révélation. ça te paraît tellement improbable que t’as du mal à y croire ou plutôt t’as du mal à croire que ça puisse être une coïncidence. mais qu’est ce que ça pourrait bien vouloir dire si ce n’était pas le cas. tu l’observes un peu ce gars, un air qui te dis quelque chose. comme un déjà vu. mais t’arrives plus à remettre l’image en place. ça t’énerve.

_________________

      ( everyone has a chapter they don't want to read out loud )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 145 points : 42
pseudo : margaux (mags)
avatar : chris pratt
crédits : lolitaes
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 6 Juil - 13:01
tu n’avais pas prévu de croiser son chemin. pour une fois, ce n’est pas toi qui force le passage mais bien la brune qui t’es tombé dessus. c’est le cas de le dire. tu essaies de rester extérieur, de rester loin de ses histoires, de sa vie, mais ce n’est pas aisé quand tu croises son regard un peu perdu. t’as envie de tout lui raconter, t’as envie de rattraper le temps perdu. t’as envie de bien des choses et pourtant, tu n’en as pas le droit. ils t’ont fait promettre quand tu étais encore jeune, encore trop jeune pour comprendre ce que ça impliquerait de vivre dans la même ville que ta sœur et de ne pas pouvoir lui dire. tu tentes de garder le cap, malgré tout. oui j’imagine. je veux pas vous retenir plus longtemps. désolée encore elle te relance, tu secoues la tête. et toi, tu n’oses pas rester plus longtemps, tu as peur de faire une bêtise, de faire une erreur. alors tu la regardes, sans rien dire de plus. elle vous est venu où l’idée pour les prénoms ? des personnes connues ? qu’elle demande. évidemment qu’elle n’est pas bête, évidemment qu’elle doit bien voir qu’il y a quelque chose qui cloche et peut-être que c’était l’effet que tu voulais avoir. sauf que maintenant, tu vas devoir lui mentir, une chose que tu détestes faire, plus que tout ; as-tu vraiment le choix ? j’aimerai vous dire que oui. tu lances, et c’est tout ce que tu lui diras, tu veux la laisser réfléchir, la laisser comprendre ce que tu veux dire entre les lignes. tu sens bien qu’elle n’est pas dupe, et t’espères qu’elle fera l’effort de comprendre ce que tu insinues. au final, tu ne les as pas vraiment connu, mais ils restent tous les deux tes parents. vous conversez, par mail, rien de plus. il faut que j’y aille. ça va aller vous ? tu demandes, quand même pour t’en assurer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 268 points : 55
pseudo : cécé
avatar : teresa oman
crédits : ASTRA
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 19 Juil - 10:34
 ton cerveau qui s’active. bien trop de questions d’un coup, des questions qui ne portent que sur ces deux prénoms. sur cet homme qui nomme ses enfants comme tes parents. t’as envie de croire à une foutue coïncidence, mais tu le sens dans le creux de ta poitrine que ce n’est pas possible. quelle est la probabilité pour que ça arrive ? tu devrais le laisser partir, retourner à ce qu’il a à faire, comme tu devrais continuer ta route pour aller vers ton prochain cours. mais t’y arrives, t’arrives pas à rester juste la en suspens et à ne pas dire ce que tu penses. alors tu demandes et t’attends qu’il te dise juste oui. comme ça tes doutes s’envoleraient d’un coup. j’aimerai vous dire que oui. mais voilà la seule chose qu’il te dit. ses paroles qui résonnent dans ta tête. t’as l’impression de devenir à nouveau cinglée d’un coup. comme si les cachets n’avaient pas fait effet ce matin encore. t’es censée dire quoi là dessus. il veut dire quoi ? t’es paumée et il ne t’aide en rien ce gars.  il faut que j’y aille. ça va aller vous ? et en plus il veut juste partir. tu souffles, t’essayes de te calmer un peu. mais tu sens ton coeur battre plus vite dans ta poitrine comme quand tu vas faire une crise. alors tu fermes les yeux, juste quelques secondes et tu souffles. une technique qu’un médecin t’avais appris. ça marche un peu. en tout cas juste assez pour que tu puisses lui répondre je…ouais tu murmures alors que t’aimerais crier que non. et tu le sens monter dans ta gorge cette rébellion. tu la sens aux portes de tes lèvres. ça te chatouille. alors tu fais juste demi-tour avant qu’il parte pour ne pas craquer. tu marches vite pour sortir prendre l’air et pouvoir respirer d’un coup. comme si on t’avais coupé la respiration pendant bien trop longtemps. tu t'accroupis, ta tête entre tes mains. les gens qui te regardent comme si t'étais un extra terrestre, mais personne qui ne s'arrêteraient pour te demander si tu vas bien. ça ne peut pas redevenir comme au lycée. non. ce n'est que l'histoire d'aujourd'hui parce que t'as sauté tes pilules une journée.

_________________

      ( everyone has a chapter they don't want to read out loud )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 145 points : 42
pseudo : margaux (mags)
avatar : chris pratt
crédits : lolitaes
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 20 Juil - 9:35
t’as envie de tout lui dire, presque besoin de tout dévoiler. mais t’en as pas le droit, on t’a demandé de ne pas le faire. ils ont peur que leur fille leur en veuille, mais n’est-ce pas pire de lui cacher cette vérité ? combien de fois es-tu passer devant cette maison familiale, juste pour les observer. tu voyais le sourire de tes parents biologiques, tu entendais le rire de ta petite sœur qui n’avait et a toujours aucune connaissance de ton existence. c’est dommage, la vie est courte. tes frères et ta sœur sont tout pour toi, mais des fois, tu aimerais juste connaître gaïa. juste avoir un lien avec elle, quelque chose. tu dois y aller, pour ne pas craquer et tu le lui dis en demandant si ça va aller. je…ouais elle arrive, à te sortir. mais c’est un non, que tu entends. un de ces non qui ne présage rien de bon. pourquoi elle s’en va déjà. elle tourne les talons et tu la regardes partir. tu t’en veux. tu restes quelques secondes immobiles avant de continuer. tu prends le même chemin, tu tentes de la retrouver. tu évites quelques élèves absolument pas pressé avant de la retrouver là, contre un mur, la tête caché, les jambes repliées. ça te tort en deux. ton cœur qui s’arrête avant de repartir. tu t’en veux, indéniablement. tu t’accroupis devant elle, une main sur un de ces genoux. gaïa, relève-toi. tu oublies le vouvoiement, tu oublies ce qu’on t’a demandé. tu ne peux pas faire ça, tu ne peux pas la laisser dans cet état. c’est ta petite sœur, après tout. je t’emmène à l’infirmerie, viens. tu redemandes, voix douce, tu ne veux pas la forcer, surtout pas. tu veux juste l’aider, sans savoir si tu le fais de la bonne manière. t’as toujours été le « sage » de la famille. celui qui sait ce qu’il doit faire, pourtant, là, tu es perdu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 268 points : 55
pseudo : cécé
avatar : teresa oman
crédits : ASTRA
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 23 Juil - 10:31
tu sens cette rage. tu sens ce changement d’humeur que t’as vécu pendant des mois au lycée sans savoir d’où ça venait. mais aujourd’hui c’est peut-être même pire de savoir. de savoir que t’es juste malade, une folle qui peut péter des câble juste comme ça. t’as pris ta pilule ce matin pourtant, tu l’as pris….mais elle ne fait pas encore effet peut-être. t’en sais rien, t’es pas médecin toi…c’est tes parents qui en connaissent tout un rayon sur ça. ils ont fait des recherches dans tout les sens dès qu’ils ont appris. toi t’as pas voulu en savoir plus, t’avais peur de découvrir des choses qui ne ferait que plus t’effrayer. et puis tu sens une présence, tu sens cette main se poser sur ton genoux et tu relèves le regard. un élève qui s’est finalement arrêté ? ce n’est peut-être pas comme au lycée après tout. mais non ton regard croise le sien.  gaïa, relève-toi. tu ne bouges pas tout de suite. tu ne fais rien, jusqu’à ce qu’il continue de parler…. je t’emmène à l’infirmerie, viens. tu le regardes et tu te lèves d’un coup, comme s’il venait de dire la pire des choses au monde. pourquoi j’aurais besoin d’aller à l’infirmerie ? tu parles froidement. il suppose que t’as besoin d’un médecin pour si peu ? il te considère comme une folle pour réagir de la sorte ? voilà comment te vois les gens au final ? des questions, toujours des questions. mais tu ne lui laisses même pas le temps de répondre. tout va bien d’accord ? j’avais juste besoin d’un peu d’air… il a raison tu devrais probablement aller à l’infirmerie. mais il ne sait pas pourquoi. et toi t’as pas envie de t’avouer que t’as besoin d’aide aujourd’hui. ça voulait dire quoi avant ? ce j’aimerais te dire que oui ? que tu dis, t’as besoin de savoir. mais ce que tu viens surtout de remarquer c’est ton prénom qui est sortie de ses lèvres. tu arques les sourcils. tu ne lui as pas dit pas vrai ? tu ne deviens pas folle à ce point… tu ne lui as jamais donné ton prénom comment tu connais mon prénom ? ton regard qui tombe droit dans le sien. le flou total qui s’exprime dans ta tête, dans tes yeux.

_________________

      ( everyone has a chapter they don't want to read out loud )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 145 points : 42
pseudo : margaux (mags)
avatar : chris pratt
crédits : lolitaes
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 25 Juil - 9:50
quand tu la retrouves, dans cette position, ça te fait mal au cœur, évidemment. tu ne voulais pas lui faire de mal et c’est pourtant ce que tu as l’impression de faire, là maintenant. sûrement pour ça que ses parents ne voulaient pas que tu viennes lui parler. ils savent qu’elle est trop fragile pour supporter quoique ce soit. t’es un peu déçu, tu pensais que tu aurais pu et tu t’en veux. tu aurais dû les écouter. rien de plus. tu as voulu jouer les responsables mais tu t’es trompé. pourquoi j’aurais besoin d’aller à l’infirmerie ? elle te lance en se relevant, elle t’empêche de l’aider et quelque part, elle a raison, tu n’es personne pour elle, elle ne te connait pas. tout va bien d’accord ? j’avais juste besoin d’un peu d’air… tu hoches un peu la tête. tu peux le comprendre, après ce numéro que tu as fait, contre ta volonté. non tu ne voulais pas lui faire de mal, pas à ce point. ça voulait dire quoi avant ? ce j’aimerais te dire que oui ? tu secoues un peu la tête, t’as pas le droit de lui dire. elle enchaîne rapidement avec les autres questions qui lui trottent en tête. comment tu connais mon prénom ? elle tranche, méfiante, sur les bords. tu pinces un peu tes lèvres. je connais tes parents. voilà, c’est dit. ça veut tout et rien dire. tu connais ses parents, mais tu ne peux pas lui en dire plus, ce n’est pas à toi de le faire, après tout. alors tu la regardes, tu ne veux pas lui faire peur, encore moins lui faire de mal. et je n’ai pas le droit de t’en dire plus. tu rajoutes, qu’elle ne tente pas d’autres questions, tu ne peux pas parler. t’as promis. même s’ils t’ont « abandonné » tu as compris qu’ils l’avaient fait pour toi. alors tu attends de voir ce qu’elle te dira. peut-être qu’elle partira juste en courant, si elle est sanguine. qu’est-ce que tu ferais à sa place ? t’irais voir tes parents, pour savoir, pour comprendre, sûrement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm getting there
i'm getting there
messages : 268 points : 55
pseudo : cécé
avatar : teresa oman
crédits : ASTRA
Voir le profil de l'utilisateur
Aujourd'hui à 12:24
il est de nouveau là et dans le fond t’aurais presque préféré qu’il te te laisse. il sous entend l’infirmerie et ça ne fait que t’énervais. t’es sur les nerfs. t’es tendue et tes médicaments ne font par leur effet… dans ta tête c’est l’implosion total. t’es perdu et il ne fait rien pour arranger les choses. une bousculade en hasard qui se finit interrogatoire. ce type sait quelque chose et tu veux savoir. tu veux savoir comment il connaît ton prénom. tu veux tout savoir, sinon t’as l’impression que tu ne feras que bouillonner intérieurement. je connais tes parents. tu ne bouges plus. comment les connaît-il ? pourquoi il a donné leur nom à ses enfants ? c’est forcément qu’il les connait très bien non ? qu’ils les apprécient même. il ne résout en rien tes questionnements. parce qu’il reste vague. mais il finit par reprendre la parole et t’espères qu’il t’en dira plus. et je n’ai pas le droit de t’en dire plus. mais t’as juste l’impression de fumer encore plus du crâne. tu croises les bras, tu sens ton coeur qui accélère dans ta poitrine. tu sens ta respiration qui se fait courte. il ne peut pas te laisser juste comme ça, avec ses informations balancer en vrac. et s’il croit que tu vas juste dire d’accord et repartir il s’est trompé de personne. il te connait et pourtant toi tu ne sais rien, même pas son prénom. pourquoi ? pourquoi t’as pas le droit d’en dire plus ? t’essayes de ne pas trop amplifier le son de ta voix. mais t’es glaciale. parce qu’il ne fait rien pour arranger ton état qui t’interdit de m’en dire plus ? tu le regardes, t’as les joues qui deviennent rouge, t’as chaud, tu bouillonnes. je vais pas m’arrêter là… que tu lui annonces. s’il veut que cette discussion s’arrête il faudra qu’il te donne tes réponses. ou alors qu’il fuit. mais toi tu ne comptes pas lâcher l'affaire comme ça. t'as besoin de savoir. est-ce qu'il sait que t'es malade ? c'est pour ça qu'il voulait directement t'amener à l'infirmerie ?

_________________

      ( everyone has a chapter they don't want to read out loud )
Revenir en haut Aller en bas
 
where we belong (adriel)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (F) EMMY ROSSUM ≈ but you belong here.
» ▪ don't belong to no man.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BROOKLYN ON THE ROCKS ::  :: up high in the streets-
Sauter vers: