AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

pursuit of happiness (leon)

avatar
i'm on my way
i'm on my way
messages : 56 points : 109
pseudo : anathema, océane.
avatar : bill skargård.
crédits : alaska.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 13 Juin - 0:17
(97), rafales de vent.
jakob, il ne sait plus exactement comment ça s'est passé mais sans avoir le temps de dire ouf, il se retrouve avec une gonzesse sur les genoux qui lui bouffe carrément la bouche. c'est plutôt agréable. faut dire qu'elle n'est pas moche et qu'il n'y a rien de plus satisfaisant que de piquer les nanas de leon. celle-ci, il croit l'avoir vu il y a quatre ou cinq jours à l'appartement. ouais, juste avant l'irlandaise aux tâches de rousseur et après la mexicaine aux cheveux couleur caramel. à ce qu'elle a dit à jakob, elle croit être la (seule) copine de leon. et d'après ce qu'elle lui a dit aussi, il a bien profité la nuit dernière sauf qu'il s'est barré sans rien dire. alors, jakob, il s'est retrouvé à la consoler, à lui répéter que leon n'est qu'un connard et qu'il ne mérite pas qu'une si jolie fille pleure à cause de lui. il n'a pas eu besoin de plus pour que, comme par magie, elle lui tombe dans les bras. ses lèvres ont le goût noix de coco et sa peau est douce comme de la soie. il n'a vraiment pas à se plaindre. les mains du hjelm se baladent sur son corps, traversent son haut qui est de trop pour pouvoir toucher la peau de son ventre. jakob, il sent tous ses muscles qui se contractent. il perd la tête. littéralement. ses doigts terminent par se poser aux boutons du jean de la brunette et il brise le baiser, la regarde dans les yeux. t'es ok pour qu'on aille plus loin ? qu'il demande pour s'assurer qu'il ne s'aventure pas dans un territoire qui ne lui est pas autorisé. comme réponse, elle pose une nouvelle fois ses lippes sur les siennes et jakob prend ça comme un feu vert pour commencer à déboutonner son pantalon.
sauf qu'il y a toujours des imprévus quand on habite à deux. quand on partage un appartement avec son frère, un qui arrive toujours à l'improviste. lorsqu'il entend la porte s'ouvrir, jakob lève les yeux au ciel. merde. la demoiselle se crispe seulement lorsque la porte se claque, détache sa bouche de la sienne et le regarde, un air de panique traversant ses iris. tu m'avais dit qu'il ne serait pas là de l'après-midi ! qu'elle accuse. le hjelm hausse les épaules, l'air de rien. avant qu'il ne puisse répondre, la voix de leon résonne dans la pièce et la brunette, de son côté, semble être à deux doigts de faire une crise cardiaque sur les genoux de jakob.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm on my way
i'm on my way
messages : 34 points : 26
pseudo : gotzeus
avatar : nekfeu
crédits : -
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 13 Juin - 9:46

aujourd’hui était un jour spécial. on était de ces jours, mornes, de ceux qui creusent les cernes plus que de raison. comme si c’était planifié par les petites mains de dieu, faut pas croire qu’il fasse quelque chose pour nous celui-là. et c’est pas un sermon c’est juste que-
faudrait qu’je pieute. que j’puisse fermer les yeux plus de dix secondes sans risquer l'asphyxie.
faudrait que je rejoigne le chez moi.
même s’il y en a pas vraiment de chez moi.
y a sûrement que jakob et le vide autour. mais c’est pas un chez soi, c’est un refuge transfuge. allégeance sur la croix dépouillée. le bronze c’est encore trop précieux. faut croire que le vide c’est très convenable. des canapés défoncés à la télévision-crédit.
de l’extérieur c’est pas si mal.
de l’intérieur c’est à la fois douillet et crasseux. le lit qu’on n’a jamais vraiment pris le temps de faire. les draps délavés. c’était blanc comme neige avant. immaculé comme ma foutue conception. de belles promesses, c’est à ça que tourne le monde du lundi au dimanche. c’est partout. ça gangrène même les gosses. ces gosses qu’on plante devant la tablette de cinq à sept puis de huit à douze parce qu’on s’en bat les couilles.
aujourd’hui était un jour spécial. le jour qui annonçait tempêtueux le retour du rififi habituel. de la murge nécessaire. de la purge. le schmilblick devait se faire blitzkrieg. retrouver l’éclat, l’étincelant. raser les pâquerettes.
vider la bouteille de limoncello. de whisky. de jäger.
n’importe quoi. j’avais acheté n’importe quoi. quasiment rien à grailler. rien qu’un naufrage où les pagaies ne ramassent que sable et cailloux du fond de l’eau.
jakob il était fort pour ramasser.
tout. les morceaux de verre et les coquillages esquintés. tout. même mon plan cul de la nuit dernière. peut-être que ça serait moins drôle de ne pas le voir faire juste sous mon nez jakob. là tout de suite maintenant. on dirait un gosse pris la main dans le sac. le gosse tellement insolent qu’il en a plus rien à foutre.
surprise bitch. y a pas vraiment la honte de passer pour le cocu de service parce que tôt ou tard, je vais lui renvoyer l'ascenseur c’est certain. mais quand même, ça m’amuse de foutre ses plans en l’air pour la soirée. parce qu’il pourrait continuer jakob mais sûrement pas elle. elle qu’ose même pas me regarder en face. alors que quoi. et dire que j’étais tombé amoureux. mort. je m’écroule sur le canapé et m’allume un bédo bien mérité. dans le style foutage de gueule on fait pas mieux. pas mieux que ce silence, à la fois awkward et gênant.
puis je les regarde. lui dégoûté de sauter le déjeuner; elle qui me balbutierait presque des excuses. c’est comique. très comique.
vous pouvez continuer en fait- ça m’fera un fond sonore- j’peux même mater si c’est votre truc. j’hausse les épaules, cale mes pompes sur la table basse. j’attends. impatient. de la voir se faire jeter. j’espère même qu’elle fera une scène. c’est bien son genre à cette conne.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i'm on my way
i'm on my way
messages : 56 points : 109
pseudo : anathema, océane.
avatar : bill skargård.
crédits : alaska.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 13 Juin - 13:05
leon, il arrive toujours aux moments critiques, lorsque jakob est à deux doigts de conclure. c'est rageant. vraiment. il ne compte plus les fois où leon a cassé l'ambiance et que jakob - à la place de se retrouver avec une jolie gonzesse dans son lit - s'est retrouvé à se démonter la gueule à coups d'alcool trop fort avec lui. il l'aime bien, leon - faut pas croire -, mais passer du bon temps avec une nymphe, ça lui fait toujours plus plaisir. m'enfin, il ne peut pas y faire grand chose. même si jakob, ça ne le dérangerait pas de continuer avec la brunette, ça n'a pas l'air d'être son à elle. elle se relève aussi vite qu'elle est arrivée sur ses genoux, reboutonne son pantalon tout en évitant le regard de leon. celui-ci, il n'en a rien à foutre et s'installe sur le canapé comme si de rien n'était. jakob soupire, lui lance un regard saoulé. il a envie de l'étriper et son attitude qui pue le je-m'en-foutisme complet n'arrange rien à son cas. il vient de lui casser son plan cul - qui était le sien avant mais qui en a quelque chose à foutre ? et jakob, il rage bien tout au fond de lui-même. il n'a même pas eu le temps de glisser un doigt dans sa culotte. c'est quel genre d'injustice, ça ?
le silence entre les trois individus est pesant. c'est probablement à cause de la meuf qui se tient au milieu du salon et qui semble réfléchir à comment expliquer ce qu'il vient de se passer à son pseudo petit copain - c'est-à-dire leon, lui qui n'en a rien à branler. n'empêche qu'elle à la limite de fondre en larmes une nouvelle fois et ça tape sur le système de jakob. vous pouvez continuer en fait- ça m’fera un fond sonore- j’peux même mater si c’est votre truc. et là, jakob, il se tape un fou rire incontrôlable, a du mal à retrouver son sérieux. finalement, il inspire et expire avant de pouvoir prendre la parole. bah moi ça m'dérange pas - j'pourrais t'apprendre comment on fait du bien à une fille. il hausse les épaules, désigne la nana avec sa tête. mais j'crois que la demoiselle en question n'est pas d'accord, qu'il termine avec une moue. la tronche de la nana est mémorable. il s'en souviendra toute sa vie. on peut y lire de l'incompréhension, du dégoût aussi. elle ne s'y attendait pas. vraiment pas. et elle les regarde comme s'ils étaient deux fous sortis tout droit d'un foutu asile psychiatrique.
puis finalement, le calme fait place à la tempête. la nana explose. littéralement. elle leur balance des insultes en tout genre à la figure. jakob se contente simplement de la fixer, d'hocher la tête à chacune de ses paroles. ça ne le choque même plus - ni leon, il faut le dire. ce n'est pas la première qu'on les insulte de la sorte et certainement pas la dernière. au bout d'un moment, le nordique ramène son attention sur leon. il y a ce jeu de regard, ses paroles qu'ils se disent pas mais qu'ils comprennent. lequel des deux va devoir sortir la folle furieuse ? il lit dans les yeux de son frère que cette fois, il se démerde. alors il lui prend son bédo des mains pour prendre une latte avant de le lui rendre et de se lever du canapé. il se rapproche prudemment. elle recule. il lève les yeux au ciel, exaspéré.  ok, ma jolie. on est désolés. (ou pas)  mais là, va falloir que tu t'reprennes parce que ton p'tit jeu, il est franchement fatiguant. il l'attrape par les épaules doucement, la retourne pour qu'elle soit face au chemin de la sortie.  maintenant, j't'invite à prendre la porte parce que tu m'fous un mal de tête avec ta voix criarde là. elle est tellement sonnée et comprend tellement rien qu'elle se laisse faire.
une fois qu'il l'a foutu dehors, jakob revient dans le salon et s'avachit sur le canapé. t'es qu'un enculé, putain. elle était chaude comme la braise et elle s'est refroidie direct à cause de toi. il balance sa tête en arrière, se remet à soupirer puis lance un coup d’œil à son interlocuteur. t'as ramené quoi pour que j'me vide la tête et qu'j'oublie cette tarée que j'ai pas pu m'faire ?
Revenir en haut Aller en bas
 
pursuit of happiness (leon)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pursuit of Happiness • Mathis
» N°219 Seat Leon Cupra
» Reportage photos Bugaboo Cameleon
» A25 A47 Caporal Trésegnies
» nombre de places prises par la nacelle bebecar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BROOKLYN ON THE ROCKS ::  :: up high in the streets :: williamsburg-
Sauter vers: